Articles

Accueil > Actualités > Vintimille, Vintimille, terminus, tout le monde descend

 

Vintimille, Vintimille, terminus, tout le monde descend

22 juin 2015

Vintimille, Vintimille, terminus, tout le monde descend, voilà ce que pourrez entendre les migrants dans le train de la vie qui les conduit à la frontière française. L’Union européenne si prompte à légiférer sur la composition du camembert, a laissé la gestion des flux migratoires aux états membres et l’espace Shengen ne concerne que les personnes en situation régulière. Si gouverner était prévoir elle aurait là aussi tout faux. Ce qui devait être un espace de paix et de prospérité devient pour des biens des peuples un univers carcéral et oppressif : Grèce, Portugal, Espagne, Irlande... sont devenus des laboratoires du libéralisme échevelé qui préfère sauver les créances de ses banques quittent à imposer la régression sociale à tous ses peuples : diminution des salaires, des pensions, chômage de masse, perte d’accès aux soins, vente des biens publics à l’encan...


 

Le mythe des pères fondateurs qui étaient avant tout de faire barrage au communisme, d’éviter une nouvelle guerre civile européenne le tout sur fonds de reconstruction de l’Europe avec une dose substantielle de progrès social prévu pour empêcher les forces de la gauche extrême de s’emparer du pouvoir et partiellement écorné.

La vitrine Europe qui fait encore rêver l’africain ou l’asiatique n’est plus que l’étal de la misère à partager pour les derniers arrivés. La montée des identités de consolation comme l’islam rigoriste n’est qu’un corollaire du rejet d’une partie de la population non-européenne de souche qui n’arrive pas à trouver sa place sur le vieux continent et les nouveaux convertis ne sont que des égarés qu’une société consumériste et sans âme ne satisfait plus. Ce qui est important n’est pas obligatoirement vrai, mais tout simplement aide à vivre, c’est le cas de ce regain de religiosité qui comble les manques d’un monde cruellement rationnel et implacable pour ceux qui ne se plient pas à ses règles. Dans ce triste décor ce joue la tragédie de l’exil, pièce sans fin aux actes multiples. Nos nouveaux riverains de la Rivièra ne sont pas là pour le marché à bas prix de cette petite ville frontalière mais veulent traverser la barrière symbolique d’une frontière qui pour nous n’existe plus et qui est pour eux leur muraille de Chine. Mais n’oublions que les murs qu’ils soient de Berlin ou d’ailleurs, ligne Maginot d’un autre temps n’ont qu’un avenir celui d’être détruit ou contournés. Celui-là ne déroge pas à la règle. Même les murailles de Troie ont cédé à la ruse d’Ulysse et aux héros basanés tromperont bien les pandores sévères qui gardent cette ligne de démarcation. Bien sur une partie des peuples de la vieille Europe sont hostiles à cette migration-invasion, mais ils doivent savoir que leurs dirigeants toutes sensibilités confondues sont co-organisateur de cette exode presque biblique. Des femmes, des enfants, des hommes, marchent dans les déserts pour rejoindre des oasis qu’ils croient de paix et de prospérité parce que leurs pays sont soit l’enjeu des rivalités de factions politiques ennemies soit le terrain de conquête des multinationales âpres à l’appropriation des matières premières armes ultimes de domination dans un monde de raréfaction des ressources. Pétrole, uranium, gaz, terres rares ou arables sont les eldorado de demain les sept cité de Cibola que nos nouveaux conquistadors ont bien l’intention de trouver. Peut importe le prix et le sang versé. Total, Monsanto, Exxon, Aréva et bien d’autres prennent les richesses et laissent aux gouvernements, aux collectivités locales et à la charité internationale la gestion des pauvres et des déplacés. Il faut que ça bouge et pour cela tout est bon, conflits inter-ethniques, braise des oppositions religieuses que l’on ranime pour un feu purificateur qui laissera place vide aux pilleurs, faux droit d’ingérence qui vise à sauver un précieux gisement plutôt que quelques erres, nous recolonisons le monde sans vraiment le dire sous l’uniforme des majors qui gouvernent le monde de leurs salles de marchés. Les armées occidentales et américaines sont sous la bannière de Wall Street ou de la City. Alors peut importe l’immigré il sera esclave chez lui ou force de travail à bas prix et régulateur de la montée des salaires chez nous. Notre population vieillit, changeons là, colosses d’ébène infatigables à la tâche, industrieux asiates aux doigts de fées, fellahs de mechtas dévorés par le désert, ils feront bien l’affaire pour nourrir de leur énergie la fournaise de notre monde capitaliste. Il y a un temps ils étaient chair à canon de nos guerres impérialistes, les voilà chair à production ou à reproduction de nos sociétés de plus en plus avares d’enfants. Alors pourquoi cette triste farce, quand le gibier est là prêt à être rôti. Pour une fois qu’il ne faut pas partir capturer les esclaves et qui viennent tout seul, pourquoi ces atermoiments, ces simulacres de conclaves et de débats ? Peut-être la peur des peuples excéder par ces arrivées massives et sur le point de donner leurs électorales voix aux sauveurs populistes boutteurs d’étranger hors de nos frontières. Une économie et une société malade qui a déjà ses citoyens de deuxième voire de troisième catégorie et ne sait plus quoi en faire ou tout simplement la peur de l’autre et surtout la peur de l’autre qui ne prie pas comme nous, nous qui ne prions même plus. Les européens grands amateurs d’exotisme en vacances qui partent au bout du monde pour ce dépayser le sont de moins en moins chez eux. Le noir, le jaune, l’arabe en photos de vacances entrain de tenir le dromadaire pour la promenade sur la plage, en costume local pour l’animation du soir mais pas en voisin de palier ou en allocataire de nos bonnes prestations sociales. Non au remplacement des peuples mais oui à l’exploitation de la planète à notre seul profit. Sans oublier la mise au pas de nos pauvres de souches qui vont vite retourner à l’Europe du XIX ème siècle ou le gueux avait un droit, celui de se la fermer et de travailler entre 48 heures et 60 heures hebdomadaires. Parce qu’à travers l’exploitation du phénomène migratoire à des fins politiques nous ne jouons que l’énième acte d’une sordide pièce encore inachevée qui se nomme : "Lutte des classes" à part que celle-ci passe par la racialisation des acteurs et la montée en péril des différences et de la diversité qui sont pourtant la richesse de notre monde. Il est loin le temps du slogan : "Nous sommes tous des enfants d’immigrés" que nous entendions dans les manifestations pour de meilleures conditions de vie. Maintenant l’autre, l’étranger est devenu le bouc-émissaire de notre troupeau au berger libéral qui sert dans l’hacienda du capitaliste sans vergogne dont le modèle se rapprocherai du seigneur féodal ayant droit de vie ou de mort sur nos salaires et nos pensions de retraites que celui du paternaliste maître de forge qui entre deux grèves réprimées ouvrait un sanatorium pour les ouvriers qu’il avait prématurément usé. Alors explosion de l’immigration clandestine ou lutte des classes mondialisée, où est la réponse. Il est vrai que nous n’entendons pas crier : "du pain, du travail, un toit" dans des langues que nous ne connaissons pas, mais pourtant nous sommes tous frères et soeurs en l’humanité sur une planète de plus en plus petite et malade pour tous.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard