Articles

Accueil > Tribunes > Tribunes populaires > Uncle Sam, un Ami qui vous veut du bien !

 

Uncle Sam, un Ami qui vous veut du bien !

25 juin 2015

Il n’y pas pire que les idées reçues et celle qui nous fait croire que les américains sont nos alliés mérite quelques explications. Si la France a aidé au XVIIIème siècle les révolutionnaires des 13 colonies s’était avant tout pour laver l’affront de la guerre de Sept Ans et du traité de Paris de 1763 qui nous avait amputé de nos principales colonies. Ce conflit acheva de grever notre trésorerie. Pour mémoire Georges Washington premier président des Etats-Unis a été un des ennemis les plus farouches des canadiens français et les milices qui commandaient se livrèrent à de sanglantes exactions contre nos colonies.


 

En 1803, quand Napoléon vendit la Louisiane il savait bien qu’il n’était pas en possibilité de la défendre et penser qu’en faisant cela il détacherai le nouvel état d’un retour dans l’alliance anglaise. Les Etats-Unis sont nées sous le signe de la violence, le maintien de l’esclavage par les pères fondateurs et le génocide des nations premières en sont la preuve. Avec le Mexique qui venait de conquérir son indépendance dans les années 1820, ils pratiquèrent une politique de dépeçage systématique, immigration clandestine au Texas de colons militarisés pour provoquer la sécession de cette riche province.

Guerre d’annexion de 1846 pour s’emparer de la Californie, du Nouveau-Mexique, de l’Arizona, du Nevada et d’une partie de l’actuel Colorado. Ils finirent d’expulser l’Espagne du Nouveau-Monde par une guerre fabriquée de toute pièce en leur prenant la riche Cuba, Porto-Rico et dans le Pacifique Les Philippines, Guam et les Mariannes. La doctrine du président Monroe fit de l’Amérique centrale un lac américain. Les Etats-Unis occupèrent Haïti et fomentèrent le soulèvement du Panama pour le séparer de la Colombie et percer le canal de Panama. Ils envahirent aussi le Nicaragua. Lors de la guerre de sécession quand la France intervint au Mexique pour des créances impayées ils menacèrent notre pays de représailles. Pendant la première guerre mondiale, un fort parti pro-allemand domina la vie politique et le pays qui rentra en guerre sous le prétexte de la guerre sous-marine à outrance menée par l’Allemagne avec comme point d’orgue le torpillage du Lusitania ne le fit en vériter que pour protéger ses prêts accordés aux alliés qui en cas de victoire des Empires Centraux seraient perdus. L’or fut le moteur de leur belligérance. Ils firent capoter la Société des Nations et retournèrent à leurs affaires laissant une Europe en ruine en 1918. Pendant l’entre deux guerres les soutiens à l’Allemagne de Weimar puis à l’Allemagne nazie ne manquèrent pas, des personnages comme Lindbergh, le héros de la traversée de l’Atlantique où le propre père du président Kennedy étaient des soutiens de Hitler. Un lobby non-interventionniste était influent dans les chambres et la déclaration de la seconde guerre mondiale durcit leur position. Les industriels américains collaborèrent avec Hitler jusqu’en fin 1941 et reconnurent comme chef du gouvernement français le maréchal Pétain. Là aussi il fallut Pearl Harbour et le risque d’une domination mondiale de l’Axe pour que les Etats-Unis entrèrent en guerre. Anti-soviétique depuis la révolution de 1917 ils firent une alliance de circonstance avec la Russie. Mais à la fin de la guerre les masques tombèrent et ils aidèrent de nombreux nazis à fuir le communisme. Le père de la course à la lune Werner Von Braun n’était que l’inventeur des V1 et des V2 pour Adolphe Hitler, un fanatique du Fuhrer. Même Klaus Barbie l’assassin de Jean Moulin a été aidé par les services secrets de Truman. La guerre froide et le plan Marshall affermirent l’emprise des américains sur l’Europe occidentale. L’Otan devenant leur jouet pour mettre au pas les nations du vieux continent. La puissance nucléaire américaine devenait le parapluie des nations libres mais aussi le marteau prêt à écraser toute dissidence. Dans cette course à l’hégémonie les Etats-Unis aidèrent tous les mouvements de libération à démanteler les empires coloniaux anglais, français, hollandais, portugais ou belge, ils n’hésitèrent pas à faire alliance avec des communistes locaux et surtout avec les nationalistes anti-européens. Souvenons-nous des avions achetés par les français pendant la guerre d’Indochine et qui furent livrer quand le destin de notre camp retranché était déjà scellé, belle preuve d’amitié entre les nations. Après la fin de la guerre froide les Etats-Unis continuèrent leurs basses oeuvres et accentuèrent l’espionnage économique et oeuvrèrent à saboter les initiatives de leurs alliés. Nous étions les laquais de la première puissance du monde. Le refus de la France de partir en Irak accentua encore les pressions. La guerre du ciel que se livrent Airbus et Boeing ainsi que la compétition pour le lancement des satellites est un conflit à mort et les Etats-Unis veulent éradiquer toute concurrence. Si ils modèrent un peu leur agressivité c’est la menace chinoise qui leur dicte leur attitude. Mais ils déstabilisent l’Europe de L’Est en s’ingérant dans le conflit ukrainien en poussant leurs alliés à japper aux basques de Poutine et en militarisant à outrance les pays frontaliers de la zone : Pologne, pays baltes, etc. La France et l’Allemagne ne sont que des pions à pousser contre l’Iran qui veut développer son énergie atomique. Les Etats-Unis mènent une vraie guerre financières contre nous et la crise de 2008 n’est dû qu’à leur attitude de prédateurs, ils ne veulent pas d’une Union européenne puissance politique et là tolère comme un marché ouvert à tous les vents de la mondialisation. Ils veulent aboutir à la signature du traité de libre-échange avant que nous soyons une nation européenne souveraine. Alors le énième affaire d’écoute et d’espionnage des personnalités et des entreprises de l’Europe n’est que la partie infime du jeu de dupe que nous impose l’hyper-puissance. Les américains n’ont pas d’alliés, des vassaux tout au plus et eux sont loin d’avoir la droiture d’un souverain chevalier. Sionistes dans l’âme, hégémonique depuis leur création, agissant sous le couvert de la religion et prêtant serment sur la Bible leurs présidents peut importe leurs camps ne sont que les pions poussés par les lobbys et les puissants de cette Amérique marquée du sceau du racisme, de la discrimination et qui n’hésite pas à laisser les pauvres et les faibles crever dans l’indifférence générale. Notre classe politique doit voir l’histoire telle qu’elle est et en finir avec cette alliance léonine fruit d’un passé de 70 ans qui ne correspond plus à la réalité du monde actuel, être pro-américain, être pour se maintenir dans l’Otan, c’est comme être communiste en 2015, une maladie de l’esprit, un aveuglement qui pourrait nous être fatal en tant que nation libre et indépendante. Dieu ne doit pas sauver l’Amérique, rien que pour le sang versé des enfants de Gaza, d’Irak et de toutes les terres où ils ont semé le mal et la violence pour imposer leur domination.

 

 

Autres articles TribunesTribunes populaires

 

Articles récents

Articles au hasard