Accueil

 




Les algériens de Marseille ont fêté les 55 ans de l’indépendance.

Afin de fêter les 55 ans de l’indépendance de l’Algérie, un certain 5 juillet 1962, Ils étaient quelques dizaines d’Algériens venus des Bouches du Rhône et du Vaucluse à se rendre au centre d’animation des Carmes (Marseille 2ème). Réunis donc par le consul général d’Algérie à Marseille SE M. Boudjemaa Rouibah ils sont venus observer un minute de silence en mémoire des centaines de millers de morts, commémorer leurs héros et fêter ce jour de gloire pour le peuple algérien. Dans ce reportage nous proposons un extrait du discours du consul, si Boudjemah Rouibah, venu « fédérer tous les algériens sans discrimination de couleurs ou de région » et finirons par une petit minute d’illustration musicale. L’artiste désigné fut « Cheb Miloud » spécialement venu d’Alger. Vidéo :


5 juillet 2017 par Ahmed Nadjar - Dans > Une Histoire, Cent Mémoires

 

 


Saïd Ahamada : Parcours politique du 1er député noir de Marseille et sa région.

Il fut un temps où participer de la représentation politique pour les Français issus des ex-colonies ou n’ayant pas la couleur locale était quasi inenvisageable. En effet, il aura fallu donc attendre 2012 pour voir l’assemblée nationale commencer à prendre un peu des couleurs de la France d’aujourd’hui et 2017 pour qu’elle soit quasi représentative des origines. Mais comme il s’agit d’un temps que les électeurs de moins de 20 ans ne peuvent pas connaître pour se rendre compte de la révolution en termes d’investitures qui vient d’être faite nous les invitons à lire l’ouvrage de Vincent Geisser « Ethnicité Républicaine », le témoignage de Mourad Ghazli « Ne leur dite pas que je suis Français il me croient arabe » ou encore « Zaïr le Gaulois » de Zaïr Kedadouche. Cet ancien ambassadeur fut également conseiller à l’Elysée de Jacques Chirac vient d’écrire trois ligne qui résume l’amertume d’une génération sacrifiée : « Ma génération s’est battue pour droits civiques et notre présence en politique. Fier de voir tous ces jeunes représentés la France, des français comme les autres mais il a fallu Macron pour qu’ils prennent enfin toute leur place. La gauche ne l’a pas fait. La droite les a stigmatisés. EM leur a donné leur chance ! »
Reste à savoir pour quel rôle ? N’a-t-on pas parlé de diversité cosmétique pour la majeure partie de la première vague d’élus dit « de la diversité » ? Mais ça c’est l’avenir qui nous le dira. Pour l’heure nous vous proposons l’illustration du parcours d’un de ces candidats avec ce film en format court (12mn). Il résume donc le parcours politique de Saïd Ahamada, premier Franco-Comorien élu député en France. Webdoc :


24 juin 2017 par Ahmed Nadjar - Dans > Une Histoire, Cent Mémoires

 

 


L’histoire de Mawa ou la Traversée des Enfers de la migration moderne

De Conakry, en Guinée, à Marseille, la jeune femme Mawa a pris, en 2003, la route migratoire, véritable route des Enfers. Avec un passage cauchemardesque en Lybie, à l’époque de Kadhafi, qui a fait basculer sa vie pour toujours. Car la Lybie a été, et reste, selon elle, le lieu de toutes les atrocités, même si le régime a changé. Les migrants y subissent pressions, tortures, viols systématiques, exécutions sommaires, pour un oui ou un non. Et ceci ; avant de pouvoir espérer embarquer sur des canots pneumatiques, véritables cercueils des mers pour rejoindre l’Europe. Elle, qui rêvait en Afrique de rejoindre une France qui ressemblerait à la série TV de « Sous le Soleil », a subi cette traversée de la Méditerranée, avant d’arriver, hagard, seule, sans famille, à pied à Marseille, en passant par l’Italie et Nice. Son récit, c’est celui de la migration d’aujourd’hui, c’est aussi une histoire de raquette, de business lucratif où le migrant est une marchandise monnayable, dont la vie n’a aucune valeur…


22 mai 2017 par Claire Robert - Dans > Actualités

 

 


Présidentielles second tour : Cette France d’en haut et cette France d’en Bas qui a donné sa voix au FN

Si Emmanuel Macron a remporté la présidentielle, la candidate FN a dépassé les 50 % de suffrages, dans 45 circonscriptions françaises. Cette élection a donc permis de dégager une carte de France avec des régions happées par la vague frontiste, avec un vote d’adhésion au second tour. Le Nord de la France, et une partie de l’Est sont rongés par le vote FN. Dans le Sud-Est, l’ancrage frontiste ne fait que se confirmer, comme le laissait présager le premier tour. Plusieurs circonscriptions du Var, Vaucluse, Gard, Alpes-Maritimes, affichent leur soutien indéfectible à Marine Le Pen. Dans les Bouches-du-Rhône, c’est la 13ème circonscription qui se distingue tristement avec 50,81 % des suffrages favorables à Marine Le Pen. Même si le département 13 a globalement donné la majorité à Emmanuel Macron (57,85 %), c’est 10 points en dessous de la moyenne nationale (66,10 %).Cette carte frontiste, dernière mouture, issue des élections présidentielles, laisse présager de sanglantes batailles aux législatives de juin prochain. Avec des équations à multiples inconnues, des alliances improbables et la refonte de certains courants issus des anciens partis.


11 mai 2017 par Claire Robert - Dans > Actualités

 

 

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 673 |


A la fish

Brèves