Articles

Accueil > En direct de Marseille > L’actu marseillaise > SNCM : encore touchée, encore coulée

 

SNCM : encore touchée, encore coulée

9 juillet 2015

La justice européenne vient de condamner la France pour avoir refusé de récupérer en 2013 auprès de la SNCM, compagnie maritime française en difficulté qui assure les liaisons entre Marseille et la Corse, 220 millions euros d’aides d’Etat jugées « illégales » par Bruxelles.


 

Cette information qui vient de tomber sur le site de Libération traduit encore la politique néfaste de l’Union européenne en matière de transport qui a joué la carte du libéralisme à tout crin sans prendre en compte les réalités de chaque état membre. Là où il fallait créer une grande compagnie maritime européenne au regard du nombre d’îles de la zone elle a laissé se faire la guerre à mort entre les transporteurs, ce qui se traduit par la baisse des salaires des marins, le vieillissement des flottes, la ruine des chantiers navals de l’Europe autant dans le domaine de l’entretien que dans la construction ce qui va de pair avec la disparition des sous-traitant, conférer ce qui est arrivé à la Croatie lors de son entrée dans l’UE.

Encore une fois c’est une politique de destruction d’un secteur économique, la perte d’un savoir faire humain qui remonte à des siècles, le gel en matière de recherche d’énergie propre pour faire fonctionner les navires et un abandon d’un outil d’indépendance et de souveraineté des états et par ricochet de l’Union elle-même. Quand cette Europe déjà en crise va-t-elle substituer une politique hors sol de la déréglementation, de la contrainte et de la sanction à une politique de développement en harmonie avec les besoins de tous ses membres. Quand ? N’oublions que la crise de la SNCM c’est encore un mauvais coup porté à l’économie marseillaise qui n’est plus qu’une économie de bazar avec un port relégué au rang de 84ème mondial que les flots en augmentation du trafic maritime mondial semblent contourner en le privant d’une position de "hub" redistributeur de l’Europe du Sud et du Maghreb, je n’ose même parler du désastre de la gestion de notre patrimoine fluvial qui a transformé des voies vitales de transport pouvant alléger nos routes et réduire la pollution en promenade pour touristes des canaux. Ce qui se traduit par zéro investissement pour nos voies fluviales et aucune stratégie de développement à long terme. Voir aussi l’axe Rhin-Danube et les erreurs commises dans sa gestion. Avec une SNCM dans l’impasse économique, un gouvernement sans gouvernail et une Union européenne aveugle, attendons-nous à voir cette compagnie baisser pavillon, ajouter du chômage à une région et même deux avec la Corse qui n’en ont vraiment pas besoin. Méfions-nous aussi de la récupération par le Front National de cette crise au moment des élections régionales. Bruxelles ma belle comme chantait Brel commence vraiment à nous em... bon je resterai poli pour cette fois-ci.

 

 

Autres articles En direct de MarseilleL’actu marseillaise

 

Articles récents

Articles au hasard