Articles

Accueil > Egalité, diversité : Le débat > Situation à Mayotte, une honte pour la république

 

Situation à Mayotte, une honte pour la république

15 avril 2016

L’île vit sa deuxième semaine de grève générale et on assiste partout à des scènes de violence et les jeunes sont particulièrement agressif, des bandes armées de longs couteaux dont les benjamins ont 13 ans circulent en ville, les habitants se terrent chez eux et organisent leur défense parce que la police et la gendarmerie sont en sous-effectif, en métropole silence média ou si peu. C’est l’exaspération pour les plus de 220 000 mahorais. Devant l’ampleur des problèmes c’est une intersyndicales regroupant CGT, FSU, UDFOI, l’UIRCFDT, SAEM, SNU ipp et Solidaires qui a lancé le mouvement le 30 mars. Une première action en novembre avait été suspendue pour cause d’état d’urgence. Là-bas loin des regards l’Etat applique avec vigueur ces mesures d’exception. Comme quoi le colonialisme n’est pas mort. Tous les jours les routes sont barrées, les commerces se vident et le passage de certains examens perturbés. A l’origine la revendication de l’égalité, au moment où Manuel Valls nous annonce qu’un volet de son projet de loi contre l’apartheid social porte le nom « d’Egalité Réelle », nous pouvons émettre des doutes sur sa sincérité et surtout sur l’attention qui porte à nos sœurs et frères de l’outremer. Malgré des réformes qui vont s’étaler jusqu’en 2018, le code du travail n’intègre que 25% de la législation française. Si en France on n’a peur qu’on le détricote, là-bas on ne l’a jamais fini. La durée du travail est de 39 heures contre 35 en métropole. Ne parlons même pas des contrôles sur les lieux de travail, ils sont inexistants et de nombreux abus sont constatés par les citoyens. Les prestations sociales : allocation familiales, logement, retraite n’ont pas encore les mêmes modes de calcul et ont des montants inférieurs malgré la cherté de la vie. Le RSA c’est 268,08 € contre 524,68 € ici. Pour le gouvernement la misère est plus belle au soleil comme le chantait Charles Aznavour.


 

En ce qui concerne les équipements et les infrastructures l’œuvre est immense. Quelques données pour mieux comprendre la situation : chômage déclaré 19%, France 10,5%, La Réunion 26% et chez les jeunes de 15 à 24 ans 61% - indice de développement humain (richesse, éducation, santé), France 20ème position, Mayotte 107ème – habitants sous le seuil de pauvreté 27,6% encore faut-il savoir ce qu’on appelle seuil de pauvreté à Mayotte – PIB par habitant, France 31420 €, Mayotte 7896 e – illetrisme France 3,7% de la population, Mayotte 49,5%, La Réunion 14,5% - nombre de médecins pour 1000 habitants, France 201, Mayotte 18, La Réunion 147. Cette île est sous souveraineté française depuis 1841 bien avant Nice et la Savoie. Elle a voulu rester rattachée à la France lors de l’indépendance des Comores. Elle est un département, nous lui devons l’égalité et la fraternité. Mais avec la fin de la guerre froide Mayotte qui était une base secondaire de notre flotte de l’Océan Indien ne semble plus intéresser Paris comme l’ensemble de nos outremers. Je suis pessimiste et je sens monter une insurrection comme l’a connu la Nouvelle-Calédonie. Si cela arrivait le sang de toutes les victimes retomberait sur M. Hollande et la France. La seule réponse du pouvoir c’est l’envoi de renforts de forces de l’ordre et une ministre de l’outremer muette. Ce soir le président va parler aux français, mais parlera-t-il à Mayotte et aux mahorais ?
Propos recueillis auprès de M. Mohamed Nassuf membre du CREFOM (Conseil Représentatif des Français d’Outre-Mer)

JPEG - 39.4 ko
M. Mohamed Nassuf membre du CREFOM (Conseil Représentatif des Français d’Outre-Mer)

Sur le principe de la grève, je suis d’accord, elle est légitime, les personnes sont lésées. Mais la situation de Mayotte m’attriste et je ne suis pas du tout d’accord avec les méthodes employées. Malgré la justesse des revendications on ne peut pas avancer trop vite dans les réformes, nous n’en avons pas les moyens. Pour mémoire vous savez que c’est nous au CREFOM qui avions parlé les premiers « d’Egalité Réelle » bien avant le premier ministre. Tout le monde est responsable, l’Etat et le gouvernement, les élus locaux et y compris la population a sa part de responsabilité. L’Etat garant de l’ordre social a failli. La situation du département est catastrophique. L’immigration clandestine explose, qui est mahorais, qui est clandestin, plus personne ne le sait vraiment. On parle d’un rapport 1/3 de clandestins et de 2/3 de mahorais à mon avis ce n’est plus d’actualité. Il y a 6000 jeunes mineurs isolés. Les parents de ces enfants sont aux Comores. Seule la reconnaissance par la Fédération des Comores que Mayotte est française pourrait commencer à changer les choses. Ils veulent avoir tous les avantages français mais restaient comoriens. On ne coopère pas ensemble pour trouver des solutions. Les syndicalistes qui appellent à manifester quand même ont perdu le contrôle de la grève. Exemple quand on manifeste on donne un point de rendez-vous à la population, ici non, c’est le désordre et les manifestants errent. Des voyous investissent les barrages qui au début étaient tenus par des vrais manifestants. Ils rançonnent les gens. La population est prisonnière chez elle. Les élus soutiennent les grévistes mais le font mal, ils font des promesses impossibles à tenir et cela ne fait qu’augmenter la tension. Exemple sur les salaires, les manifestants veulent un indice de 1,53 quand il est de 1,30, les élus irresponsables appuient cela. Ils votent des budgets qui ne sont pas sincères. L’ensemble des communes mahoraises sont sous tutelles et l’endettement du Conseil Général est tel qu’il n’y a aucune marge de manœuvre. Nous avons des élus complètement démagogues. Ils ne font que préparer leur réélection dans un an et soutiennent les grévistes en mentant. Les impôts locaux sont en augmentation partout, multipliés par 5, 10 voir 30 cette année. Même si l’Etat augmentait le salaire de ses fonctionnaires, le département ne pourrait pas augmenter celui des fonctionnaires territoriaux. Bien sur des réformes sont prévues mais il faut du temps et l’Etat les retarde faute de moyens. Nous savons tous que l’Egalité Réelle n’est pas pour tout de suite. Même avec une croissance forte de notre économie que nous n’avons pas c’est des années avant de rattraper le niveau de la France. Pourtant on donne de faux espoir à la population. Exemple pour la rentrée scolaire il faudra deux policiers devant chaque école, c’est impossible, ici nous avons un policier pour 3 à 4000 personnes. Mayotte a aussi un problème d’alcoolisme, nous sommes le premier département pour la consommation par tête d’habitant plus la drogue qui vient de Madagascar et des Comores mais qui est aussi fabriquée localement, on l’appelle « la chimie » elle est préparée par des chimistes locaux. Sa consommation a des effets terribles : pendant deux heures vous êtes raides, puis vous avez des tremblements, elle attaque le cerveau et peut laisser des lésions irréversibles. De plus nous subissons une montée de l’islamisme radical. Les meneurs ne sont pas que des mahorais égarés, ils viennent de pays arabes et du Moyen-Orient. Ils sont d’idéologie wahhabite. Ils se disent maîtres coraniques et de nombreux sont des clandestins. Les actes de pédophilie se multiplient. Ils propagent la haine. Cela n’a plus rien à voir avec la religion que nous pratiquions en famille. Mon père était cadi, je connais donc bien le sujet. Le Conseil Général avec la cellule cadicale qui doit encadrer les écoles coraniques et doit donner un agrément au maître coranique ne fait plus son travail. Les mahorais plus âgés qui étaient tous scolarisés se pliaient aux recommandations du planning familial qui leur conseillait de n’avoir pas plus de trois enfants par famille, même cela est battu en brèche et le planning familial est en panne. Les jeunes clandestins isolés vont dans ses écoles coraniques qui les endoctrinent. D ans certains villages les islamistes mêmes clandestins sont arrivés à faire interdire la vente d’alcool et imposent leurs lois et pratiques dans de nombreux domaines. La population dans son ensemble est favorable à leur expulsion, ils sont connus, mais le préfet laisse faire. Nous avons des cas où les élèves de certaines écoles coraniques se mettent à voler le soir au profit de leur maître. Mayotte se sent abandonnée par la métropole. C’est terrible. Moi qui suis socialiste, j’entends autour de moi des gens qui regrettent le temps de Sarkozy et espèrent que lui ou Juppé reviendront aux affaires l’année prochaine. C’est terrible.

 

 

Autres articles Egalité, diversité : Le débat

 

Brèves Egalité, diversité : Le débat

  • Septembre 2016

     

    Égalité hommes-femmes, la France dégringole dans le classement du HEC

    Le 25 aout dernier, la nouvelle édition du guide de la parité du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) montre que la France, avec 26,2% de femmes élues à l’Assemblée, se classe 60e au classement international établi par l’Union interparlementaire en juin 2016, sur 191 pays, alors qu’elle était 36e quatre ans plus tôt. Le Rwanda se classe 1er avec 63,8% de femmes, Cuba 3e avec 48,9%, la France étant également devancée par l’Allemagne, le Portugal, l’Espagne ou encore le Royaume-Uni. Faut croire que nos politiques ne se soucient de l’egalité hommes femmes que lorqu’il s’agit du voile et du "burkini" (...)

     

  • Juillet 2015

     

    L’OCDE tire la sonnette d’alarme sur l’intégration des immigrés en Europe

    Le nouveau rapport de L’OCDE paru le jeudi 2 juillet 2015 révèle que le taux de chômage des jeunes nés de parents immigrés est 50% plus élevé que celui sans origine migratoire. Les jeunes nés dans le pays de parents immigrés se sentent plus souvent discriminés en raison de leurs origines que le sont les personnes qui ont immigrés elles-mêmes, même si d’une façon générale ils occupent de meilleurs emplois que leurs parents Les chiffres montrent que les résultats scolaires des enfants immigrés ou de parents immigrés progressent globalement, des disparités existent encore car selon l’enquête PISA et OCDE leur niveau est deux fois plus faible que celui des élèves de parents nés sans origine migratoire (...)

     

  • Avril 2014

     

    Immigration, le vrai débat sur Radio Orient et Africa n°1

    « La campagne présidentielle 2012 s’achève. Une fois de plus, la question des immigrés a été traitée de façon caricaturale. De la viande hallal, à l’immigration zéro, en passant par le vote des étrangers, les candidats ont longuement débattu de questions mal posées ou marginales, en stigmatisant six millions de personnes et sans accepter d’ouvrir le vrai débat. C’est pourquoi, Africa n°1 et Radio Orient ont choisi d’interpeller ensemble les deux finalistes et de poser les vraies questions : le nouveau Président doit-il réduire ou stopper l’immigration légale dans le prochain quinquennat pour redresser les comptes de la Nation ? Quel est l’avenir des Français d’origine étrangère dans notre pays ? Radio (...)

     

  • Avril 2012

     

    Immigration, le vrai débat sur Radio Orient et Africa n°1

    « La campagne présidentielle 2012 s’achève. Une fois de plus, la question des immigrés a été traitée de façon caricaturale. De la viande hallal, à l’immigration zéro, en passant par le vote des étrangers, les candidats ont longuement débattu de questions mal posées ou marginales, en stigmatisant six millions de personnes et sans accepter d’ouvrir le vrai débat. C’est pourquoi, Africa n°1 et Radio Orient ont choisi d’interpeller ensemble les deux finalistes et de poser les vraies questions : le nouveau Président doit-il réduire ou stopper l’immigration légale dans le prochain quinquennat pour redresser les comptes de la Nation ? Quel est l’avenir des Français d’origine étrangère dans notre pays ? Radio (...)

     

Articles récents

Articles au hasard