Articles

Accueil > Actualités > Samim Bolaky : "Moussa est libre, mais pas libéré"

 

Samim Bolaky : "Moussa est libre, mais pas libéré"

8 mars 2016 - Dernier ajout 9 mars 2016

Moussa Ibn Yacoub, de son nom de naissance Puemo Maxime Tchantchuing, est un humanitaire français, âgé de 28 ans et membre de l’ONG Baraka City. Parti dans le cadre d’une mission pour venir en aide aux Rohingyas, une minorité musulmane persécutée en Asie du sud-est, il est arrêté au Bangladesh et placé en détention provisoire le 22 décembre 2015. Les autorités bangladaises l’accusent alors d’« activités suspectes ».
Apres plusieurs rebondissements, les avocats de Moussa ont enfin réussi à obtenir une mise en liberté conditionnelle le 1er mars denier.
Samim Bolaky, avocat de Baraka City, en charge du dossier de Moussa, revient pour nous sur cette affaire.


 

Tout d’abord, avez-vous eu des nouvelles de Moussa ? Comment va-t-il ?

Il se repose, il se refait une santé. Comme vous le savez, il a été extrêmement amaigri pendant ces soixante dix jours de détention, donc il revient doucement à la vie « normale ».
Il prend connaissance de manière détachée de l’engouement qu’il a suscité.
Je pense, par ailleurs, que c’est une bonne chose qu’il ne soit pas immédiatement rentré en France, en tout cas qu’il n’en ait pas la possibilité. Ça lui permet de « remettre les pieds sur terre » de la plus douce des manières, et pas violemment. S’il était revenu immédiatement, ça aurait pu être quelque peu traumatisant pour lui.
Sortir de la détention, revenir, et voir autant de monde qui le connait, qui pense à lui, et le soutient...
Je pense que c’est une bonne chose qu’il revienne doucement au quotidien.

Par qui est-il pris en charge actuellement au Bangladesh ?

Alors… il est pris en charge par les soins de l’association qui l’emploie « Baraka City », et de ses proches.
Il est dans un hôtel tout à fait convenable dans lequel nous avions pu résider nous-mêmes lorsque nous étions sur place. Et il me semble que l’un de ses frères est toujours là bas avec lui.

Selon vous, qu’est ce qui a permis sa mise en liberté ?

En réalité, il y a plusieurs facteurs. Il faut savoir que, concrètement dans le dossier, pour nous qui y avons accès, il n’y a pas grands choses.
C’étaient plus des consignes qui étaient données de ne pas exécuter la mise en liberté. Puisque vous le savez, nous avions obtenu une mise en liberté en janvier dernier lors de la sixième audience à laquelle nous avions plaidé, et qui, finalement, n’a pas pu trouver effet.
C’est un dossier un peu délicat. Il y a peu de dossiers d’étrangers, donc les uns et les autres se rejetaient la balle et ne voulaient pas prendre de décisions concrètes. Même lorsque la mise en liberté a été prononcée, le président du tribunal a décidé de ne pas lui donner effet, et a contredit le jugement d’un des juges.
Il faut savoir que c’est une cour qui se trouve dans les profondeurs du pays, une contrée à la frontière birmane qui ne connait aucun occidental. Ce sont des tribunaux qui n’ont pas l’habitude de gérer des dossiers de cette envergure là. Donc ils ne voulaient pas se mettre en défaut et prendre une décision.
C’est la raison pour laquelle la décision est finalement intervenue dans un pourvoi en cassation, par la cour suprême, qui a la différence de la cour de Cox’s Bazar, siège à la capitale. On a pu cette fois ci avoir une décision juste, puisqu’on a eu affaire à des juges plus aguerris. C’est quand même la cour suprême ! On n’est pas sur une petite cour de province. La cour suprême a une connaissance du dossier beaucoup plus complexe que celle des petites cours et c’est, je pense, ce qui a pu faire pencher la balance en faveur de Moussa.

Quelles sont les conditions de mise en liberté de Moussa ?

La condition principale c’est, effectivement, l’interdiction de quitter le territoire bangladais avant la fin de l’enquête. Lors des mises en liberté, il y a généralement une caution qui est exigée et dans le cas de Moussa, c’est un montant infiniment subsidiaire. Converti en euros cela équivaut à peu prés à cent vingt euros.
Ensuite deux issues possibles à cette affaire : soit au terme de cette enquête, il y a un abandon des poursuites, et dans ce cas là Moussa est remis en liberté. Soit il est poursuivi devant une juridiction correctionnelle et dans ce cas, il faut qu’il puisse se présenter à son procès. Donc, cette interdiction de quitter le Bangladesh, c’est garantir sa présence au procès. Il doit justifier du lieu où il réside. Il y a l’un de mes confrères Bangladais qui est allé jusqu’à se porter « garant » pour permettre sa sortie.
Ce sont, tout de même, des conditions tout à fait habituelles et banales.

Êtes-vous plutôt confiant pour la suite ?

Bien sur ! Même si la mise en liberté ne préjuge pas de ce qui va se passer par la suite, c’est tout de même un élément qui permet de donner une certaine ligne, c’est-à-dire qu’à l’instant T, les juges ont considéré qu’il n’y avait pas suffisamment d’éléments dans le dossier pour justifier son maintien en détention. Donc effectivement, ça nous rend quelque peu optimiste, même si Moussa est libre mais pas libéré.
Il faut continuer les efforts, ne pas relâcher la pression sur les autorités judiciaires bangladaises, mais néanmoins, cette libération conditionnelle permet de souffler un peu, parce que soixante dix jours c’est extrêmement long.
Dans le cadre de la défense, le fait de vivre au jour le jour était très irritant, en plus des atermoiements de la justice Bangladaise.
Nous sommes et restons optimistes, du moins a moitié, mais c’est déjà mieux que rien.

Dans un article du « Courrier de l’Atlas »,Kamdem Tchantchuin, frère de Moussa, avait confié qu’il remettait en cause la désignation de Karim Achoui en tant qu’avocat de Moussa.
Pouvez vous nous dire si, aujourd’hui, Karim Achoui, est toujours l’un des avocats en charge du dossier ?

Sauf omission de ma part, il ne me semble pas que Karim Achoui ait été officiellement dessaisi.
En fait, je ne pourrai pas répondre à cette question.
Ce que je peux vous dire, c’est qu’effectivement, si l’un ou les frères de Moussa ont pu remettre en cause sa désignation, moi a la place qui est la mienne, parce que j’étais présent sur place avec mon confrère Achoui, je peux dire qu’il ne me semble pas que Moussa ne l’ait pas désigné. En tout cas, s’il n’a pas été choisi des le départ, Moussa ne s’est pas opposé a sa présence et a entériné de facto en signant les documents à nos deux noms, sa désignation.
Apres effectivement, sur les conditions dans lesquelles il a été nommé au départ, je les ignore. J’ignore dans quelles circonstances, il a pu être impliqué dans le dossier. Karim Achoui a été remis en cause, mais je ne peux pas vous dire si aujourd’hui il est l’avocat de Moussa ou pas.
Ça, honnêtement, c’est une question qu’il faudrait poser à Moussa, parce qu’officiellement, sur le papier, il l’est toujours. En tout cas, il ne me semble pas qu’il ait reçu un élément lui indiquant de ne plus intervenir dans ce dossier. C’est Moussa qui en sa qualité de « client » décide de qui sont ses conseils.

 

par EMNA REZGUI - Dans > Actualités



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard