Articles

Accueil > Actualités > Samim Bolaky : "Moussa est libre, mais pas libéré"

 

Samim Bolaky : "Moussa est libre, mais pas libéré"

8 mars 2016 - Dernier ajout 9 mars 2016

Moussa Ibn Yacoub, de son nom de naissance Puemo Maxime Tchantchuing, est un humanitaire français, âgé de 28 ans et membre de l’ONG Baraka City. Parti dans le cadre d’une mission pour venir en aide aux Rohingyas, une minorité musulmane persécutée en Asie du sud-est, il est arrêté au Bangladesh et placé en détention provisoire le 22 décembre 2015. Les autorités bangladaises l’accusent alors d’« activités suspectes ».
Apres plusieurs rebondissements, les avocats de Moussa ont enfin réussi à obtenir une mise en liberté conditionnelle le 1er mars denier.
Samim Bolaky, avocat de Baraka City, en charge du dossier de Moussa, revient pour nous sur cette affaire.


 

Tout d’abord, avez-vous eu des nouvelles de Moussa ? Comment va-t-il ?

Il se repose, il se refait une santé. Comme vous le savez, il a été extrêmement amaigri pendant ces soixante dix jours de détention, donc il revient doucement à la vie « normale ».
Il prend connaissance de manière détachée de l’engouement qu’il a suscité.
Je pense, par ailleurs, que c’est une bonne chose qu’il ne soit pas immédiatement rentré en France, en tout cas qu’il n’en ait pas la possibilité. Ça lui permet de « remettre les pieds sur terre » de la plus douce des manières, et pas violemment. S’il était revenu immédiatement, ça aurait pu être quelque peu traumatisant pour lui.
Sortir de la détention, revenir, et voir autant de monde qui le connait, qui pense à lui, et le soutient...
Je pense que c’est une bonne chose qu’il revienne doucement au quotidien.

Par qui est-il pris en charge actuellement au Bangladesh ?

Alors… il est pris en charge par les soins de l’association qui l’emploie « Baraka City », et de ses proches.
Il est dans un hôtel tout à fait convenable dans lequel nous avions pu résider nous-mêmes lorsque nous étions sur place. Et il me semble que l’un de ses frères est toujours là bas avec lui.

Selon vous, qu’est ce qui a permis sa mise en liberté ?

En réalité, il y a plusieurs facteurs. Il faut savoir que, concrètement dans le dossier, pour nous qui y avons accès, il n’y a pas grands choses.
C’étaient plus des consignes qui étaient données de ne pas exécuter la mise en liberté. Puisque vous le savez, nous avions obtenu une mise en liberté en janvier dernier lors de la sixième audience à laquelle nous avions plaidé, et qui, finalement, n’a pas pu trouver effet.
C’est un dossier un peu délicat. Il y a peu de dossiers d’étrangers, donc les uns et les autres se rejetaient la balle et ne voulaient pas prendre de décisions concrètes. Même lorsque la mise en liberté a été prononcée, le président du tribunal a décidé de ne pas lui donner effet, et a contredit le jugement d’un des juges.
Il faut savoir que c’est une cour qui se trouve dans les profondeurs du pays, une contrée à la frontière birmane qui ne connait aucun occidental. Ce sont des tribunaux qui n’ont pas l’habitude de gérer des dossiers de cette envergure là. Donc ils ne voulaient pas se mettre en défaut et prendre une décision.
C’est la raison pour laquelle la décision est finalement intervenue dans un pourvoi en cassation, par la cour suprême, qui a la différence de la cour de Cox’s Bazar, siège à la capitale. On a pu cette fois ci avoir une décision juste, puisqu’on a eu affaire à des juges plus aguerris. C’est quand même la cour suprême ! On n’est pas sur une petite cour de province. La cour suprême a une connaissance du dossier beaucoup plus complexe que celle des petites cours et c’est, je pense, ce qui a pu faire pencher la balance en faveur de Moussa.

Quelles sont les conditions de mise en liberté de Moussa ?

La condition principale c’est, effectivement, l’interdiction de quitter le territoire bangladais avant la fin de l’enquête. Lors des mises en liberté, il y a généralement une caution qui est exigée et dans le cas de Moussa, c’est un montant infiniment subsidiaire. Converti en euros cela équivaut à peu prés à cent vingt euros.
Ensuite deux issues possibles à cette affaire : soit au terme de cette enquête, il y a un abandon des poursuites, et dans ce cas là Moussa est remis en liberté. Soit il est poursuivi devant une juridiction correctionnelle et dans ce cas, il faut qu’il puisse se présenter à son procès. Donc, cette interdiction de quitter le Bangladesh, c’est garantir sa présence au procès. Il doit justifier du lieu où il réside. Il y a l’un de mes confrères Bangladais qui est allé jusqu’à se porter « garant » pour permettre sa sortie.
Ce sont, tout de même, des conditions tout à fait habituelles et banales.

Êtes-vous plutôt confiant pour la suite ?

Bien sur ! Même si la mise en liberté ne préjuge pas de ce qui va se passer par la suite, c’est tout de même un élément qui permet de donner une certaine ligne, c’est-à-dire qu’à l’instant T, les juges ont considéré qu’il n’y avait pas suffisamment d’éléments dans le dossier pour justifier son maintien en détention. Donc effectivement, ça nous rend quelque peu optimiste, même si Moussa est libre mais pas libéré.
Il faut continuer les efforts, ne pas relâcher la pression sur les autorités judiciaires bangladaises, mais néanmoins, cette libération conditionnelle permet de souffler un peu, parce que soixante dix jours c’est extrêmement long.
Dans le cadre de la défense, le fait de vivre au jour le jour était très irritant, en plus des atermoiements de la justice Bangladaise.
Nous sommes et restons optimistes, du moins a moitié, mais c’est déjà mieux que rien.

Dans un article du « Courrier de l’Atlas »,Kamdem Tchantchuin, frère de Moussa, avait confié qu’il remettait en cause la désignation de Karim Achoui en tant qu’avocat de Moussa.
Pouvez vous nous dire si, aujourd’hui, Karim Achoui, est toujours l’un des avocats en charge du dossier ?

Sauf omission de ma part, il ne me semble pas que Karim Achoui ait été officiellement dessaisi.
En fait, je ne pourrai pas répondre à cette question.
Ce que je peux vous dire, c’est qu’effectivement, si l’un ou les frères de Moussa ont pu remettre en cause sa désignation, moi a la place qui est la mienne, parce que j’étais présent sur place avec mon confrère Achoui, je peux dire qu’il ne me semble pas que Moussa ne l’ait pas désigné. En tout cas, s’il n’a pas été choisi des le départ, Moussa ne s’est pas opposé a sa présence et a entériné de facto en signant les documents à nos deux noms, sa désignation.
Apres effectivement, sur les conditions dans lesquelles il a été nommé au départ, je les ignore. J’ignore dans quelles circonstances, il a pu être impliqué dans le dossier. Karim Achoui a été remis en cause, mais je ne peux pas vous dire si aujourd’hui il est l’avocat de Moussa ou pas.
Ça, honnêtement, c’est une question qu’il faudrait poser à Moussa, parce qu’officiellement, sur le papier, il l’est toujours. En tout cas, il ne me semble pas qu’il ait reçu un élément lui indiquant de ne plus intervenir dans ce dossier. C’est Moussa qui en sa qualité de « client » décide de qui sont ses conseils.

 

par EMNA REZGUI - Dans > Actualités



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • Novembre 2017

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • Novembre 2017

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • Octobre 2017

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • Octobre 2017

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • Octobre 2017

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • Septembre 2017

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard