Articles

Accueil > Actualités > Rio 2016 : Les jeux de la diversité ?

 

Rio 2016 : Les jeux de la diversité ?

18 août 2016

Avec 28 disciplines et pas moins de 206 pays participants aux jeux olympiques, la diversité semble être cette année, le maître-mot qui résonne dans tout Rio de Janeiro.

Le logo officiel de ces jeux présent ci-dessous, va d’ailleurs lui aussi dans ce sens.

‘’S’il y en a un qui est retiré, les autres tombent’’. Tels sont les mots d’un des dessinateurs pour désigner cette image où l’on peut y apercevoir trois personnes de trois couleurs différentes se tenant par la main.

Ses créateurs affirment même que ce symbole de Rio repose sur 4 piliers dont l’un d’eux étant ‘’la diversité harmonieuse’’.


 


Néanmoins, une simple image n’est pas suffisante pour véhiculer un tel message. Parfois, l’usage de la chanson est indispensable.
Ainsi, pour représenter la francophonie lors de ces jeux, le saxophoniste Camerounais, Manu DIBANGO, accompagné d’Inna MODJA, de Christophe Willem et du rappeur, idole des jeunes ‘’Black M’’, font actuellement résonner lors de concerts à Rio, un hymne écrit spécialement pour l’occasion. Son thème ? ‘’Jouons la diversité’’.

Ce thème semble également être défendu par le président des Etats-Unis, Barack Obama.
‘’ Nous sommes une nation d’immigrés qui puise sa force dans sa diversité et est unie dans une fierté nationale’’ a-t-il déclaré avant le lancement des JO.
Il n’a par ailleurs pas oublié de parler de la sabreuse Ibtihaj Muhammad, qu’il a rencontré quelques temps auparavant.
Sous son casque, l’athlète américaine de 30 ans porte un hijab. A priori rien de surprenant, et c’est pourtant ce qui fait sa particularité. Et pour cause, il s’agit de la première compétitrice américaine voilée.

JPEG - 205.5 ko
Ibtihaj Muhammad, coqueluche des médias américains, ici sur la chaine ABC

Le voile d’Ibtihaj, n’est d’ailleurs pas le seul à avoir fait parler.

JPEG - 110.4 ko
Match de beach-volley féminin opposant l’Egypte à l’Allemagne le 8 août 2016. Crédit Photo DR

‘’On a la même passion mais pas le même maillot’’. Ainsi pourrait-on légender cette photo qui a fait le tour du monde.

Un filet se dresse entre ces femmes comme s’il séparait deux cultures différentes, deux religions différentes, deux mondes différents.

Lors de l’épreuve de Beach-Volley qui opposait l’Allemagne à l’Egypte le 8 août dernier, ce n’est pas le score qui a retenu l’attention mais bien la tenue des joueuses. D’un côté, l’allemande Kira Walkenhorst en bikini, de l’autre, l’egyptienne Doaa el-Ghobashy, voilée et en survêtement.

Ce cliché montre à lui seul l’esprit de pluralité qui règne pour ces jeux olympiques.

JPEG - 82.9 ko
Drapeau ‘’officieux’’ de l’équipe des réfugiés

Une nouvelle arrivante

Drapeau ‘’officieux’’ de l’équipe des réfugiés

Cette nation ne vous dit sans doute rien, et pourtant, elle est la toute nouvelle participante des jeux olympiques.

Il n’ y a pas un, mais quatre pays qui concourent sous ce drapeau. Et pour cause, il s’agit en réalité de la nation des réfugiés.
Les jeux olympiques de Rio, ont été marqués par l’apparition de cette nouvelle équipe.

10 athlètes qui ont été contraints de fuir leurs pays ont ainsi la possibilité de participer aux jeux. Qu’ils soient issus de Syrie, du Soudan du Sud, de la République Démocratique du Congo ou de l’Ethiopie, tous ont le même objectif : Décrocher une médaille.

En réalité, il ne correspond pas au drapeau officiel de cette équipe qui participe à la compétition sous la bannière olympique, mais d’un geste symbolique réalisé par une artiste syrienne qui souhaite ainsi renforcer l’esprit d’identité des 10 membres qui la compose.
Et le choix des couleurs n’est pas anodin. Il correspond à celles présentes sur les gilets de sauvetages.
‘’Le noir et l’orange, c’est un symbole de solidarité avec tous ceux qui ont dû porter l’un de ces gilets pour traverser la mer en quête d’un nouveau pays. J’ai en ai moi-même porté un, et c’est la raison pour laquelle nous nous identifions tant, moi et tous ces gens, à ces couleurs’’ a déclaré l’artiste.

Outre l’équipe des réfugiés, de nombreuses autres petites nations espèrent elles aussi mettre de l’or, de l’argent ou du bronze autour du cou.

Mais ont-elles réellement leurs chances face aux mastodontes habitués du podium ?

Non. A en croire les deux économistes Andrew Bernard et Megan Busse. Au travers d’une théorie, ils affirment que le nombre de médailles qu’un pays peut obtenir aux Jeux olympiques dépend de sa démographie et de sa richesse. En clair, plus un pays est peuplé, plus il a de chances de voir naître de grands sportifs capables de gagner des médailles.
Par ailleurs, plus un pays est riche, plus il a des structures sportives développées et de bonnes formations permettant aux sportifs de mieux évoluer.

En d’autres termes, les jeux olympiques laisseraient en réalité peu de place à la diversité dans le sens où les pays ‘’riches et puissants’’ ressortent toujours vainqueurs.

Un manque de diversité dans les tribunes

Le monde entier a les yeux rivés sur Rio. Suivis par des millions de téléspectateurs à travers le globe, les jeux olympiques se disent être le reflet de la diversité. Mais est-ce réellement le cas ?

Vous ne l’avez peut-être pas remarqué derrière votre télévision, mais si vous prêtez attention aux gradins, une chose vous sautera sûrement aux yeux : Les sièges vides.

Cette année, les jeux olympiques sont marqués par une absence de spectateurs.

Face à la faible vente des billets pour les jeux, le ministre des sports Ricardo Leyser s’était d’ailleurs déjà inquiété il y a quelques mois en déclarant ‘’On a l’impression que la population brésilienne ne s’est pas encore réveillée pour les Jeux’’.

Pas réveillée ou tout simplement trop pauvre ?
La question peut paraître déplacée voire dénuée d’intérêt et pourtant, le manque de moyens des cariocas et des brésiliens d’une manière générale est la principale raison pour laquelle les tribunes peinent à se remplir.

L’épreuve emblématique des JO c’est bien sûr le 100m avec la star Usain Bolt. Or, un billet pour assister à la finale peut coûter jusqu’à 328 €.

Ce tarif semble très cher pour environ 9 secondes de course...

D’autant que le Brésil qui accueille les jeux olympiques est actuellement marqué par une crise politique et économique où le salaire minimum du pays est de 207 €.
Rio est une ville fracturée, touchée par la pauvreté où plus de 20% de la population habite dans des favélas. Quelques unes ont d’ailleurs été rasées expressément pour les jeux olympiques.

Le 100m n’est pas la seule discipline inaccessible pour les cariocas. Comptez 700 € pour assister à la finale du basket masculin ou encore plus de 600 € pour pouvoir vibrer lors de la cérémonie de clôture.

Même les sports qui suscitent moins d’intérêt sont eux aussi, hors de prix.

Par exemple, voici les tarifs pour assister à l’épreuve du ‘’Plongeon’’.


La conséquence directe de ces tarifs est un manque évident de diversité dans les tribunes.
Selon plusieurs quotidiens, ‘’le public est composé à 90% de blancs, issus d’une classe aisée.’’

Pourtant, peuplé à 52% par des noirs ou des métis, le Brésil est souvent décrit comme le pays du métissage.

Un espoir a cependant été rendu possible par le gouvernement qui a décidé de distribuer gratuitement 240 000 billets pour les Jeux Olympiques à des écoliers défavorisés... Bien sûr, avec ces places offertes, les enfants n’auront pas accès à la finale du 100m.

JPEG - 131.7 ko
Cet arrêt image du 100 m, incroyable Bolt ! Dommage, ce spectacle fut hors de porté pour les masses populaires brésiliennes.

Il s’agit de tickets pour accéder à des épreuves qui n’intéressent pas réellement ces jeunes cariocas et dont les gradins sont presque totalement vides.

Le manque de diversité a également été pointé du doigt en France et ce, avant même le début des jeux olympiques. En cause ? Un clip promotionnel de France 3 pour le lancement des JO.

Le clip polémique

Certains grands noms du sport se sont indignés, à l’instar de l’ancienne athlète Marie-josée Pérec ou encore de l’ex footballeur Lilian Thuram qui ont décidé de rédiger une lettre ouverte à la direction artistique de France 3.

La scène du clip se déroule dans un château, où tous les sports, ou presque, y sont représentés et dont le message ‘’les athlètes olympiques sont chez eux sur France 3’’ apparaît à la fin. A priori, rien d’alarmant. Mais si ces sportifs ont décidé de prendre papier et stylo pour écrire cette lettre, c’est parce qu’ils estiment que ‘’Si 18 sportifs sont représentés dans ce clip, on peut légitimement regretter une absence totale de diversité et un déséquilibre entre femmes et hommes. Les autres personnages du clip ne sont pas épargnés par cette absence de diversité puisque tous les clients de l’hôtel sont blancs’’.

Le groupe annonce également qu’ ‘’en plus de rendre invisibles les femmes et les personnes non blanches, ce clip reproduit tous les poncifs et stéréotypes qui leur sont associés’’.

Les sportifs ont d’ailleurs, avec un brin d’humour, ‘’résumé’’ à leur manière, le spot de France 3 dans leur lettre dont voici un extrait :

(Sportive tu es, tu feras de l’équitation, de la natation synchronisée, de l’escrime ou de la marche car ils n’entament pas ta féminité.
• Sportive tu es, ton visage on ne verra pas mais tes jambes on verra en gros plan.
• Sportive tu es, tu resteras minoritaire, car le sport est d’abord fait pour les hommes.
• Noir tu es, tu feras de la course, du sprint en l’occurrence, car tu es fait pour courir.
• Français d’origine maghrébine tu es, point de sport de haut niveau tu feras, mais groom tu seras, car tel est ton destin social.)

Les champions signataires de cette lettre réclament donc l’arrêt de la diffusion de ce clip qui selon eux ‘’accumulent les clichés’’.

 

par Alan Mili - Dans > Actualités



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • Novembre 2017

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • Novembre 2017

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • Octobre 2017

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • Octobre 2017

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • Octobre 2017

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • Septembre 2017

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard