Articles

Accueil > Med’in France > Nouvelle-Calédonie, ça sent l’embrouille au paradis

 

Nouvelle-Calédonie, ça sent l’embrouille au paradis

29 mars 2016

Sous le sable le néo-colonialisme triomphant

Med in Marseille média de la diversité et euro-méditerranéen s’intéresse aujourd’hui à une poussière de feu notre Empire Colonial celui qui était sur les cartes des livres de géographie de nos grands-pères colorié en rose : la Nouvelle-Calédonie et ses dépendances, les îles Loyauté. De la bonne terre bien française à environ 17 000 km de l’hexagone, vous verrez je plaisante. Je vous laisse découvrir l’article de notre correspondante. Je tairai bien sur son prénom et son nom pour des raisons évidentes que vous allez découvrir


 

Je suis arrivée dans un territoire français en route vers l’indépendance sans avoir vraiment jamais connu la colonisation. Un lieu unique au monde : les îles Loyauté, un paradoxe de cette terre calédonienne sans rien en commun avec la province de Nouméa. Je suis à Maré une des trois îles Loyautés dont chacune a eu un destin différent. Ce territoire me déconcerte, il n’est français qu’administrativement. Il n’a jamais été en contact avec l’état, pas de terre confisquée, pas de commerce ni exploitation économique et surtout pas de mixité caldoche, ni de déplacement de population, ni immigration. C’est angoissant de découvrir " une terre " en ayant plus de questions que de réponse. Une urgence ressentie : relire les accords Lafleur-Djibaou, dit de Matignon puis les accords dits de Nouméa, compréhensibles vus de métropole pour un métropolitain, et qui eux aussi, vu de l’intérieur, de là-bas, suscitent plus d’interrogations que de réponses. L’atmosphère à Maré est étrange, une année comme suspendue dans l’attente de 2017 veille de référendum. Mais suspendue différemment de ses voisines d’Ouvéa et de Lifou. Lifou s’est occidentalisée et prépare la transition. Ouvéa vit dans l’ombre de sa grotte. Tandis qu’à Maré, il n’existe toujours que la vie en tribu, en hutte, le travail agricole et la coutume. Chacun de ces trois territoires est un "tube à essai", un territoire d’expérimentation unique. 2017 sera différente à Ouvéa, Lifou et Maré. Conflit de génération, source de violence : les anciens formatés, assagis et accueillant, les actifs héritiers du FLNKS, dont il faut surtout retenir le S. Le mauvais S : une "rose kanak" comme la gauche mitterrandienne caviar dont elle est issue, d’anciens trotskistes reconvertis dans les affaires, "les foulards rouges". Puis une jeunesse, inquiétante, prête à basculer car sans repère, ici aussi, Maré n’a rien de français, ne l’a jamais été et ne le deviendra pas, à l’inverse de Nouméa. D’ailleurs les services régaliens n’y sont même plus exercés : c’est un signe. L’autonomie y est déjà totale, l’administration officiellement réservée par les accords aux indépendantistes. Mais comment peut-il contrairement à Nouméa y avoir ici des loyalistes ? La terre appartient aux tribus. Le nengone est la langue officielle de l’école populaire kanake. Les chefs de tribu ont tout pouvoir coutumier, jusqu’a l’accès des routes et l’interprétation des lois. Un z’oreille, un français de souche n’a ici aucune empreinte, aucune trace de sa civilisation, toute recherche sera vaine.

L’économie à Maré

Ici on n’a pas l’euro mais un franc pacifique dont l’utilisation est récente. L’igname est la monnaie d’échange. Le troc ancestral, rythme encore la vie des maréens comme les coutumes et les fêtes. L’igname est pratique car l’ile est autosuffisante en viande, poissons, fruits et légumes et parfaitement adaptée à la vie communautaire, c’est-à-die à la vie tribale. Maré est bien sur aux antipodes de la France, est aussi aux antipodes le la Polynésie mais même de Nouméa .La première phrase entendue et par un kanak en atterrissant à Tontouta a été : " Vous allez vers la préhistoire ! La pauvreté apparente ne s’accompagne pas, curieusement de pressions à l’assistanat. Il semble que seul le Vanuatu, ex- Nouvelles-Hébrides, devenu anglo-saxon, fonctionnent encore ainsi, sans tentative de développement Nous mangeons fréquemment en tribu. L’ambiance y est différente selon les orientations du chef, nommé par filiation familiale. L’une d’elle, particulièrement intéressante, est gérée par un jeune,
fils d’un leader charismatique, ex foulard rouge dont la tombe, le quasi-mausolée trône sur la place
du village. L’individu est contraint idéologiquement d’exister de par sa filiation et siège tel Louis XIV lors des repas tribaux. En effet il est seul à sa table, à manger, perpendiculairement attablé face à une
table de 20 m ou nous mangeons avec ses administrés, face à une plage qu’il a décrétée interdite, interdite aux étrangers, à savoir à Maré, en l’absence de touristes, aux blancs, aux travailleurs sociaux des deux dispensaires. Ses motivations sont parfaitement légitimes finalement, logiques dans un fonctionnement tribal. Les méthodes y sont autoritaires et fréquemment de l’ordre de l’intimidation physique voir d’expéditions carrément punitives, sans aucun contrôle régalien, bien au contraire.
Est-ce choquant ? Vu d’ici, pas vraiment. D’autres chefs de tribu s’affichent ostensiblement pro-français. L’arrosage financier y est ici très largement intéressant, mais dans une stratégie d’abandon. A quoi sert-il ? Si ce n’est qu’à gagner du temps politique jusqu’en 2018. Les repas sont payants,
y compris pour les locaux et alimentent la caisse tribale . C’est aussi le cas du produit des marchés locaux, revenant aux marchands et en partie à une caisse commune, gérée par ? Comment ? Mais il est vrai redistribuée à la tribu sous forme d’aide à la scolarisation des enfants souhaitant poursuivre des études ou à la vie des clubs sportifs. Une économie en circuit fermé, un modèle d’autarcie
particulièrement intéressant. Un vrai rempart à la mondialisation. Les deux autres îles des loyautés échappent à ce fonctionnement. Lifou est pleine de commerces, beaucoup d’initiatives individuelles dans le domaine du commerce et une orientation touristique drainant l’élite sociale du futur gouvernement de la province, des pseudo-intellectuels fils à papa du FLNKS, rose-caviar-carriériste, pour qui la vie tribale est un obstacle au progrès. A Ouvéa, où à la différence de Maré on ne cultive rien, la jeunesse est inactive comme dans certains de nos quartiers et on y voit la violence et l’alcoolisme. C’est un vivier inquiétant et on peut craindre les réactions à venir. A Maré et contrairement à Nouméa, pas de permis de conduire, pas de contrôle technique des véhicules, pas d’assurance. Ordre aux gendarmes de ne pas intervenir auprès des locaux, la peur de ces gendarmes, très jeunes, est palpable, les plus gradés déclarant espèrent ne plus être en poste en 2017. Certains secteurs leur sont carrément interdits par les chefs de tribus. En grande-terre, j’ai l’impression que le virage pré-référendaire a déjà eu lieu, notamment sur la cote est, historiquement zone de résistance indépendantiste de Canala et Poindimié. L’insécurité y est grandissante, simple appréciation par le petit bout de la lorgnette des difficultés des personnels médicaux en place. En résumé une situation explosive dont personne ne parle en France dans les médias. Et même pour essayer de comprendre ce qui se passe aujourd’hui faudrait-il connaître l’histoire de la Nouvelle-Calédonie complètement occultée dans notre enseignement, comme l’art et toute la culture de nos territoires du Pacifique. Et à l’inverse les habitants de ces terres sont aussi ignorant de la culture française. Cela me désole et c’est lamentable de découvrir cette réalité seulement en venant sur place.

Edifiant non, alors jeunes de la Castellane, rassurez-vous vous n’êtes pas les seuls à avoir le sentiment d’être abandonnés par la république. Des quartiers aux îles des antipodes le modèle français est en panne sèche. Partout on ressent la trahison du pouvoir, la lassitude des fonctionnaires et l’absence de projets à longs termes. En 2017, la population de Nouvelle-Calédonie, enfin un corps électoral trié selon un processus assez complexe devra aller aux urnes pour un référendum qui décidera de leur avenir : avec ou sans la France. La grande terre où se trouve Nouméa est riche en nickel et les compagnies australiennes, chinoises et américaines sont prêtes dés le départ de la France à mettre le pays en coupe réglée. Nous pouvons craindre si l’indépendance est proclamée quelques règlements de compte entre kanaks et quelques grands propriétaires terriens qui descendent des colons qui ont chassés les locaux de leurs terres et nous verrons peut-être un exode des français de ce bout du monde. Il ne sera pas important vu que la population totale est d’environ 260 000 habitants.

Quelques données

Superficie 19580 km², population 268 767 habitants (2014), densité 13 habitants au km² en France 113, répartition par tranche d’âge : 0 à 14 ans 25,69% - 15 à 64 ans 67,04% - 65 ans + 7,26% - âge médian 28 ans France 38 ans. Indice de fécondité 2,11 France 1,95. Espérance de vie 75 ans France 81 ans. Population urbaine 65%. Langues parlées : français, canaque et 28 langues vernaculaires. Composition ethnique : mélanésiens 42,5%, européens 37,1%, wallisiens 8,4%. Religions : catholiques 60%, protestants 30%. Monnaie franc pacifique, 100 FR Pacifique = 0,8380 €. Répartition par secteur de la population active : agriculture 5%, industrie 32%, services 63%. Pourcentage des activités dans le PIB (produit intérieur brut) : agriculture 2%, industrie 27,9%, services 70,1%. Nombre de salariés : 91 236, secteur privé 65 434, secteur public 25 802 (2014). Salaire minimum garantie mensuel 151 985 francs pacifique soit 1237,00 €, salaire minimum agricole garantie mensuel 129 189 francs pacifique soit 1082,00€. Un franc pacifique égale 0,00838 €. Croissance : 1,9% (2013).

Le nickel est l’élément moteur de l’économie. Le pays recèle 25% des réserves mondiales et assure 9% de la production mondiale. Le minerai est présent sur un tiers de la superficie totale du territoire. Les emplois générés par le secteur minier et par le secteur métallurgiques sont nombreux. En 2013 la production s’élevait à 145 000 tonnes. Le nickel est exporté brut ou transformé en usine. Trois usines : Doniambo près de Nouméa (Société Le Nickel), Koniambo (KNS) au nord, Goro Vale au sud de la grande terre. Le commerce compte plus de 10 000 salariés et près de 4000 entreprises. Les hypermarchés se trouvent autour de Nouméa, les supermarchés dans la province Sud, ailleurs alimentations et petits commerces. Le secteur de la construction emploie 8000 salariés. Le secteur agricole et la pêche ne représentent que 2% du PIB mais permettent de contenir l’exode rural. L’élevage extensif demeure sur la côte ouest. Mais c’est l’aquaculture qui est au second rang des exportations calédoniennes après le nickel avec un produit phare la crevette. En 2014 les chiffres de l’agriculture : viande de bœuf 3482 tonnes, viande de porc 2813, légumes 12 208, fruits 4500, céréales 4815. Les chiffres de la pêche et de l’aquaculture - pêche : crevettes 958 tonnes, thon 636, holoturies 52, coquilles de trocas 127 – aquaculture : crevettes 1672 tonnes ce qui a rapporté 1 milliard 300 millions de francs pacifique. Le secteur du tourisme emploie 2200 salariés. Le pays accueille environ 100 000 touristes par an ce qui est peu. Le secteur hôtelier haut de gamme tend à se développer, le Sheraton Deva s’est ouvert à Bourail en 2014. En 2013 on comptait 133 établissements hôteliers, du gîte au 5 étoiles, offrant plus de 3000 chambres. En 2013 400 000 croisiéristes ont fait escale. Ils étaient majoritairement australiens. Les escales sont à Nouméa, à l’île des Pins et à Lifou. Ces visiteurs ont dépensé 1 milliard 600 millions de francs pacifique. Pour 2014, le transport aérien a compté à l’international 479 910 passagers et 4696 tonnes de fret, celui de l’intérieur 8722 passagers et 3334 tonnes de fret. Le transport maritime pour la même année est de 8722 milliers de tonnes à l’international et de 3334 milliers de tonnes en local. Le produit intérieur brut de la Nouvelle-Calédonie est de 886 milliards de francs pacifique. Le produit intérieur brut par habitant est de 3357 milliers de francs pacifique. Enfin en ce qui concerne les finances publiques les recettes sont 217 507 millions de francs pacifique (2012) et les dépenses 207 932 millions de francs pacifique, pour la province Sud recettes 57 millions de francs pacifique, dépenses 55 millions et pour les îles Loyauté 16 millions de francs pacifique de recette pour 17 millions de francs pacifique de dépenses. Mais ces données cachent aussi des disproportions importantes, celles qui séparent l’économie des indigènes, des premiers habitants de ces îles de l’économie mondialisé aux mains des européens. Nous sommes dans un schéma économique colonial. L’organisation même de ce territoire le prouve : Collectivité territoriale au sein de la République Française depuis 1998. Un haut-commissaire, un président du gouvernement collégial. Le haut-commissaire détient le pouvoir exécutif assisté par un comité consultatif composé des présidents et vice-présidents des 3 provinces, du président et du vice-président du congrès. Le congrès territorial comprend les 54 membres des trois assemblées provinciales élus au suffrage proportionnel pour six ans. Les anti-indépendantistes ont 29 élus sur 54 dont Calédonie Ensemble 16, Les Républicains 10, autres 3 – Les indépendantistes ont 26 élus sur 54 dont FLNKS 15, UNI 9 et autres 2. Haut Commissaire depuis 2014 Vincent Bouvier, Président du Gouvernement Philippe Germain avec 10 autres membres dont Valentine Eurisouke à la santé. La Nouvelle-Calédonie envoie à Paris deux sénateurs, ceux sont Pierre Frogier (d’origine européenne) et Hilarion Vendegou (mélanésien) tous les deux aux LR (Les Républicains) et deux députés Sonia Lagarde et Philippe Gomes de l’UDI.

Quelques repères historiques

Il y a 3300 ans début du peuplement de la Nouvelle-Calédonie.

1774 James Cook arrive dans l’archipel
1788 Reconnaissance de La Pérouse
1841 Arrivée des missionnaires chrétiens
1853 L’île est proclamée colonie française
1860 Mise ne place du bagne, Louise Michel et de nombreux communards y séjourneront ainsi que des kabyles de l’insurrection de Mokrani en 1871.
1864 Découverte du nickel par l’ingénieur Jules Verdier.

La Nouvelle-Calédonie comme l’Algérie est une colonie de peuplement. Par deux déclarations l’Etat se proclame propriétaire de toutes les terres en 1855 et 1862.

Un arrêté de 1868 laisse quelques terres aux kanaks qu’ils ne peuvent pas vendre ou céder. Ceux sont les plus pauvres sur le plan agricole.

Un code de l’indigénat est mis en place en 1874. Les mélanésiens ne jouissent d’aucun droit civil. Ils payent l’impôt et sont soumis aux réquisitions de main d’œuvres au profit des autorités ou des colons.

A partir de 1877 on parque les kanaks dans des réserves. Elles passent de 320 000 hectares à 124 000 hectares de 1898 à 1902.

On estime la population au XVIIIème siècle entre 40 000 et 80 000 personnes. Elle chutera en 1921 à 27 000.

Dés 1853 les kanaks luttent contre les français. En 1878 insurrection du grand-chef Atai qui sera aidé par les algériens déportés : 200 morts européens entre 800 et 1000 kanaks et alliés tués. Révolte en 1913 et surtout en 1917 dans le nord du chef Doui.

En 1931 un groupe de kanaks est exposé en cage à l’Exposition Coloniale de Paris.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale les américains installent des bases dans l’île. La France écarte la Nouvelle-Calédonie de la décolonisation et on pense y faire des essais atomiques. Entre 1969 et 1976 la population s’accroit, 20 000 nouveaux immigrants. En 1976 les mélanésiens sont 55 000 pour 50 000 blancs. Mais ils ne sont pas majoritaires en raison de la présence d’autres communautés : asiatiques, polynésiens, wallisiens… environ 26 000 personnes.

Mais les kanaks veulent l’indépendance et les groupes Foulards rouges et Groupe 1878 fondent en 1975 le parti Palika indépendantistes.

Puis c’est le temps de Jean-Marie Tjibaou, d’Eloi Machoro, de biens d’autres et du FNLKS (le Front National de Libération Kanak Socialiste) qui s’opposent au représentant du RPR local Jacques Lafleur.

En 1981, l’arrivée de Mitterrand au pouvoir change la donne. En 1984 nouveau statut et début des émeutes pour l’indépendance. Etat d’urgence et couvre-feu. Milices contre forces de l’ordre. Mort d’Eloi Machoro. En 1988 c’est l’affaire de la grotte d’Ouvéa qui commence avec l’assaut de la gendarmerie d’Ouvéa, la mort de 4 gendarmes et la prise en otage des 27 autres. Le 5 mai, Chirac fait donner l’assaut à la grotte de Gossanah avec le GIGN, l’EPIGN et le 11ème Choc : 19 indépendantistes tués et 2 militaires.

1988 Accords de Matignon, Rocard, Lafleur, Tjibaou.
1989 sur l’île d’Ouvéa, Jean-Marie Tjibaou et Yeiwené Yeiwéné sont assassinés
1998 Accords de Nouméa, on y prévoit une autonomie forte, des transferts de compétences et la régionalisation.

Le retour à la paix civile n’empêche pas les tensions sociales. Un plan de modernisation est mis sur les rails. On construit, on développe. En 2011 la Nouvelle-Calédonie accueille les Jeux du Pacifique.

En parallèle se prépare le référendum sur l’autodétermination qui devra avoir lieu au plus tard en 2018. La définition du corps électoral a été difficile. En novembre 2014, le président Hollande en visite sur « le caillou » réaffirme la position de neutralité active de l’état dans ce processus. Le gouvernement socialiste semble opter pour l’indépendance. La sortie de l’archipel de l’ensemble français diminuera fortement notre domaine maritime, mais qui s’en soucie à part le pauvre Mélenchon qui rêve d’une politique de la mer qui risque d’être déjà compromise sans jamais avoir été vraiment élaborée et chiffrée. Encore une utopie sur la grandeur de la France qui va sombrer comme bien d’autres. Et cela même pas pour le bonheur des peuples.

 

 

Autres articles Med’in France

 

Brèves Med’in France

  • Septembre 2015

     

    Un migrant somalien décide de rentrer chez lui en découvrant Tourcoing ! (C’est de l’humour)

    Il s’appelle Kévin* (nom modifié pour l’article), il a 27 ans. Il met en garde tous ses compatriotes qui veulent venir dans le Nord de la France, et en particulier à Tourcoing. Il s’est installé dans la cité tourquennoise il y a trois jours, aux abords du Parc Clémenceau. Il y a installé une petite hutte faite de toile et de quelques panneaux de bois récupérés aux alentours. « J’avais lu des brochures sur internet qui disaient que c’était une ville très jolie. Elle a quatre fleurs au classement des villes et villages fleuris, ça compte quand même » raconte Kévin, accroupi sur le sol. « Je voulais fuir la Somalie et je me suis dit : c’est là-bas qu’il faut aller ! Bah on s’est bien foutu de ma gueule.« (...)

     

  • Août 2015

     

    Coup de gueule du Président de l’ADRA

    Dans un communiqué de Presse, le Président de l’ADRA "Algériens des deux rives et leurs amis" M.Yougourthen Ayad, condamne l’article paru le 16 août dans le quotidien algérien El Shourouk et qui qualifie les algériens issus de l’immigration d’irrespectueux envers les lois leur pays d’origine. Ayad Yougourthen Président de l’ADRA Cet article haineux publié par le quotidien "Echourouk" et qui généralise d’une manière légère le comportement des visiteurs algériens est inadmissible. La communauté nationale établie à l’étranger voue un amour sans condition pour son pays d’origine. Ceci n’est absolument plus à prouver et ce n’est pas une presse diffamatoire, donneuse de leçons en patriotisme qui peut s’octroyer (...)

     

  • Juillet 2015

     

    La Fête de l’AÏD Al-FITR est fixée pour vendredi

    Selon le site de la Grande mosquée de Paris Ce jeudi 16 juillet 2015 – correspondant au 29 Ramadhan de l’année 1436/H, « Nuit du Doute », réunie à la Grande Mosquée de Paris, la Commission théologique de l’Institut Musulman de la Mosquée de Paris présidée par son Recteur, le Docteur Dalil Boubakeur, en présence d’imams, de personnalités musulmanes, de responsables associatifs de mosquées et des membres du Bureau exécutif du Conseil français du culte musulman (CFCM), informe les musulmans de France que : La Fête de l’AÏD Al-FITR est fixée au Vendredi 1er CHAWWAL 1436 de l’Hégire, correspondant au VENDREDI 17 JUILLET 2015. Pour cette occasion l’équipe de Med in Marseille présente ses voeux à la communauté (...)

     

  • Juillet 2015

     

    Vas-y Marion, c’est Bon

    Dans la chaleur de l’été la belle Marion Maréchal nous voilà Le Pen a lancé mais pas trop fort sa campagne des régionales. Elle a fait cela en territoire blanc en évitant les réserves aux autochtones halés qui peut-être n’auraient pas aimé son discours inaugural. Elle a parlé du Pontet, personne ne sais où cela se trouve, elle peut y cultiver son côté maquisarde, ici Marion, les français parlent aux français, ta gueule Mohamed. Parce que la walkyrie est vache et pas qui rit. A côté son grand-père est un gauchiste pur jus d’orange, le Pontet étant pas loin de là, il y a soixante dix ans elle aurait pu être souris grise, la jolie gretchen, une charlotte Martel sans peur et sans reproche pataugeant dans de la (...)

     

  • Juillet 2015

     

    Une larme dans le pastis

    Le grand Charles s’en est allé. Pas le général s’est fait depuis longtemps, mais le Pasqua, le SAC à affaires des Hauts de Seine, celui que grugea le jeune Sarkozy en lui fauchant la mairie de Neuilly. Le terrorisateur des terroristes, l’exterminateur d’Oussekine. Même le président y est allé de sa pleurniche protocolaire comme Vals d’ailleurs. Enfin messieurs un peu de retenue. Ce grand Charles là n’était pas avec le FN l’adepte du ni-ni mais plutôt du oui-oui. Après des années de barbouzeries au service du gaulois où il s’occupa de l’OAS, puis des communistes de toutes obédiences enfin du racket, d’extorsions de fonds, et d’attaques à main armée. Il quitta prudemment le SAC de peur s’y retrouver enfermé en (...)

     

  • Juin 2015

     

    Youpi ! C’est la reprise

    1,2% l’Insee dit Youpi ! C’est la reprise. Hollande c’est maintenant....maintenant...enfin il a Gayet...! Gagné je veux dire au débarquement. Et les ménages consomment.... du Nutella. Pour boucler la boucle, les armes à feu sont toujours en libre circulation ?! "Ça tue !" dit Obalbasse (Obama). "Ah bon ?!" Répondent en cœur les Yankees. Sarko le reconnaît : "C’est une grosse fuite d’eau" les migrants....Moi je dis c’est pour compenser la grosse fuite de pétrole...demandez par exemple à Total et de matières premières...demandez à Areva. C’est pour compenser l’APD liée....C’est pour compenser ce que perdent ces territoires...je n’ai pas dit pays....ces territoires STRATEGIQUES de la France. Allez ! Prenez leur (...)

     

  • Juin 2015

     

    Pierre Stambul co-président de l’Union Juive Française pour la paix réveillé à 1h30 par le Raid

    Le RAID essaie de tuer RAID les opposants au sionisme ou comment le co-président de l’Union Juive Française pour la Paix finit en slip capturé par notre unité d’élite comme un terroriste retranché et armé tout cela dans le quartier difficile du Bd d’Haïfa dans le 8ème arrondissement de Marseille. Voilà comment s’est retrouvé un pionnier de la lutte pour le boycott des produits israéliens à 1h30 ce matin, payant sa solidarité avec le peuple palestinien. Pierre Stambul, professeur de son métier, homme de paix et de dialogue est-il la nouvelle victime de l’activiste Grégory Chelli, alias Ulcan, mercenaire farceur peut-être à la solde du Mossad ou de quelques officines peut catholiques qui joue au zorro pour (...)

     

  • Septembre 2014

     

    Traque aux chômeurs par François Rebsamen : la solution pour faire baisser le chômage vue par le gouvernement !

    Le ministre du travail François Rebsamen vient d’inventer une solution pour faire baisser le chômage. ! Eliminez les faux chômeurs…. C’est beaucoup plus facile que de faire baisser le chômage. Ce matin, mardi 3 septembre 2013 sur Itélé, il déclare : « En France, 350 000 emplois ne trouvent pas preneurs ». Et poursuit : « Je demande à Pôle Emploi de renforcer les contrôles pour être sûr que les gens cherchent bien un emploi », Et si ce n’est pas le cas, « il faut qu’il y ait, à un moment, une sanction », « c’est négatif, pour ceux qui recherchent des emplois, d’être à côté de personnes qui ne cherchent pas d’emploi ». Cette mission de contrôle nécessite un « état d’esprit différent, des convocations et des (...)

     

  • Mai 2014

     

    La rentrée scolaire est prévue pour le 2 Septembre 2014

    Le ministre de l’Education, Benoît Hamon, a précisé ce vendredi le calendrier de la prochaine rentrée scolaire. Les élèves ne débuteront pas leur année le 1er septembre mais le mardi 2 septembre. Ce qui évitera aux enseignants de faire leur pré-rentrée en fin août.

     

  • Avril 2014

     

    Lettre ouverte à mon collègue Manuel Valls par Fréderique Dutoit

    Cher Manuel, Tu nous refais le coup de la dette publique. Mais saches qu’« Une rengaine, c’est un air qui commence par vous entrer par une oreille et qui finit par vous sortir par les yeux », Raymond DEVOS. Tu nous dis que « Nous ne pouvons pas vivre au-dessus de nos moyens. Il faut casser la logique de la dette qui nous lie les mains ». Et tu veux réduire celle-ci de 50 milliards par des économies d’ici 2017 en diminuant les dépenses de 18 milliards pour l’Etat, 11 milliards pour les collectivités locales et 21 milliards pour la protection sociale dont 10 milliards d’euros sur les dépenses de l’assurance-maladie et 11 milliards sur la gestion du système social. Conséquences, presque toutes les (...)

     

Articles récents

Articles au hasard