Articles

Accueil > Débats : le match des idées > Même avec les fêtes, restons vigilants dans nos quartiers

 

Même avec les fêtes, restons vigilants dans nos quartiers

28 décembre 2015

Non, je ne suis pas rattrapé par la paranoïa ambiante, mais je me pose une interrogation légitime par les temps que nous vivons. Nous savons déjà les rapports compliqués entre la population des quartiers dits difficiles, les jeunes en particuliers et les forces de l’ordre de la police municipale, à la BAC, au CRS en passant par les gendarmes. Mais avec l’état d’urgence quelle évolution possible ? Comment à Marseille la situation va-t-elle évoluée. Les liens qui existent entre délinquance et radicalisme religieux et de là avec les suspicions de dérives vers un soutien logistique ou à une participation présumée à des réseaux terroristes va-t-elle peser plus lourdement sur des individus déjà fichés et/où déjà condamnés. Nous pouvons le craindre. Pour l’instant les mesures prises par l’état sont en vigueur depuis un peu plus d’un mois.


 


L’approche des fêtes nous le sentons fait monter la pression en matière de sécurité. Juste à présent nous savions que certains quartiers étaient devenus plus durs qu’avant. Notre rédaction sentait au contact des travailleurs sociaux, des associations, des habitants la difficulté d’aller sur le terrain, d’informer et même de sentir la réalité des ambiances et d’avoir le retour des sentiments de nos concitoyens sans qu’interfère la méfiance et la défiance. Mais ce qui est plus grave c’est comment savoir si la police et les autorités vont utiliser ou utilisent déjà les nouvelles prérogatives prévues par les textes. Comment mettre en œuvre des mesures exceptionnelles sur un terrain qui était déjà lui dans l’urgence sociale et sous le coup d’une délinquance de proximité insupportable pour les résidents. Nous avions la discrimination d’état, la non-éradication des contrôles aux faciès, l’amalgame jeunes-délinquants va-t-on avoir l’amalgame jeunes-délinquants-apprenti ou sympathisant du terrorisme. La police va-t-elle dans son besoin de renseignement commencer une infiltration des quartiers et augmenter son recrutement d’indicateurs avec les risques de bavures que cela entraine, bavures pouvant aller jusqu’à l’élimination de l’informateur après sa mise à l’index par la cité toute entière. Risquons-nous des manipulations à des fins de provocation de pseudos réseaux dormant ? Les perquisitions à toute heure et les placements en rétention pour soupçons d’actes délictueux en préparation ou dangerosité mal évaluée vont-ils augmenter ? Quel regard porteront les autres membres de notre communauté sur les musulmans dans le climat actuel. Sans alarmisme plus que de rigueur, je crois que nous devons nous interroger sur l’ensemble du phénomène et demander aux pouvoirs publics de nous aider à y voir plus clair. La transparence totale ne doit pas non-plus nuire aux enquêtes en cours mais il faut un pare-feu citoyen aux dérives possibles. L’information en est un, même minime, il faut le compléter par une veille constante de la population et des acteurs locaux. Je pense que des associations oeuvrant dans le domaine des droits de l’homme pourraient imaginer de former quelques habitants bénévoles pour concourir à cette action. Le territoire est grand est l’enjeu sociétal immense. Il faut innover pour aider à l’émergence d’un esprit critique qui renforcera le sursaut républicain indispensable face aux menaces que nous connaissons. Nous ne pouvons que saluer l’initiative parlementaire qui a permis que dans la loi du 20 novembre 2015 qui a prorogé pour trois mois l’état d’urgence a été inséré le nouvel article 4-1 modifiant la loi du 3 avril 1955 par un amendement présenté par le rapporteur et président de la commission des lois Jean-Jacques Urvoas, qui dit : « L’Assemblée nationale et le Sénat sont informés sans délai des mesures prises par le Gouvernement pendant l’état d’urgence. Ils peuvent requérir toute information complémentaire dans le cadre du contrôle et de l’évaluation de ces mesures ». Celui-ci permet une veille continue par la commission des lois pour un contrôle effectif et permanent de la mise en œuvre de l’état d’urgence. Jean-Jacques Urvoas, son président a proposé, à cette fin, que des indicateurs soient institués et actualisés chaque semaine pour recenser les mesures exceptionnelles permises par l’état d’urgence telles que, par exemple, les assignations à résidence, perquisitions, remises d’armes, interdictions de circuler, dissolutions d’associations, fermetures d’établissement ou interdictions de sites internet. Les suites administratives et judiciaires de ces mesures ainsi que les recours formés à leur encontre seront également recensés. Tous les moyens du contrôle parlementaire seront utilisés pour approfondir certains sujets : contrôles sur place, déplacements, questionnaires, auditions, demandes de transmission de pièces. Il a proposé aussi que la commission soit dotée des mêmes pouvoirs qu’une commission d’enquête en application de l’article 5 ter de l’ordonnance n° 58-1100 du 17 novembre 1958 relative au fonctionnement des assemblées parlementaires.
D’où mon idée d’y adjoindre des relais de terrain. Vœux pieux, mais après nous sommes dans cette période de l’avent, de l’attente miraculeuse et cette année Noël des chrétiens tombe en même temps que l’anniversaire de la naissance du Prophète. Une telle conjonction dans le monde de l’irrationnel ne peut qu’être suivie que par un renforcement tangible des moyens d’actions de notre démocratie au quotidien. Bonnes fêtes à tous les croyants, liberté, égalité, fraternité dans tous nos quartiers.

 

 

Autres articles Débats : le match des idées

 

Brèves Débats : le match des idées

  • 11 mai

     

    Patrick Menucci : "Mélenchon une reproduction en pire de la vieille politique"

    Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la stratégie politique de Jean-Luc Melenchon : En effet en venant dans la seule circonscription de l’arc méditerranéen où le Front National n’a aucune chance d’être au second tour (14,3% au premier tour de la présidentielle), où la droite ne peut l’emporter (10,8% au premier tour de la présidentielle) il montre que son seul combat, le sens de son engagement politique est le combat gauche contre gauche. Il construit un affrontement avec un député qui a soutenu jusqu’au bout (...)

     

  • 25 avril

     

    Kaouther Ben Mohamed : JE REFUSE de céder une énième fois au chantage du "front républicain" !

    Les résultats du 1er tour de la présidentielle sont sans appel. Les Français-es ont clairement choisi d’en finir avec les 2 blocs droite - gauche qui se partagent le pouvoir depuis plus de 50 ans. C’est un vote de rupture avec tout un système de gouvernance et avec des politiques d’austérités successives qui sont totalement responsables de l’ancrage du fn au sein de nos villes et de nos campagnes. Le renouvellement de nos représentants politiques est une exigence incontestable du peuple de France. Dans le même temps, il y a près de 8 millions de Français-es qui ont voté pour une France raciste, xénophobe, homophobe, nationaliste, repliée sur elle même, qui a la haine des autres et de sa (...)

     

  • 27 mars

     

    "MACRON COCU : L’exonération de la taxe d’habitation pour les foyers les plus modestes, n’est plus !"

    Elle était sa mesure phare, la plus juste socialement, la plus courageuse politiquement, la plus équitable fiscalement. L’exonération de la taxe d’habitation pour 80 % des foyers Français n’aura été qu’un rêve de courte durée. La faute à qui me direz-vous ? A nos malicieux politiciens qui, si, ils n’excellent pas en matière de gestion de l’argent public, savent, user et interpréter de ce que la loi prévoit et de ce qu’elle dit ou ne dit pas ... Devant l’assemblée des Maires de France réunie en congrès le 22 mars 2017 à la maison de la radio, tous les candidats à l’élection présidentielle ont peaufiné leurs programmes à destination des communes. Chacun y est allé de son aumône généreuse pour s’octroyer les (...)

     

  • 22 mars

     

    Communiqué UniT : Dénoncer l’amalgame oui, nier toute tunisianité de l’auteur de l’attentat non ! Explications :

    C’est avec stupeur que nous avons pris connaissance du communiqué de la Fédération Tunisienne des Hôteliers faisant suite à l’implication d’un binational franco-tunisien dans une attaque contre des militaires à l’aéroport d’Orly. Nonobstant le fait que nous ne connaissions pas, ce syndicat professionnel, d’expertise particulière en analyse politique, il demeure que le communique de la FTH relève d’une antienne particulièrement prégnante au sein de toute une catégorie de nos compatriotes. Un criminel doit être poursuivi, jugé et condamné pour les actes qu’il a commis individuellement sans mettre en cause un collectif plus large auquel il serait associé par la naissance, la culture ou la communauté de vie ou (...)

     

  • Novembre 2016

     

    Le billet de Romuald Dzomo : La vraie sorcellerie, LR de rien mais...

    La vraie sorcellerie c’est quand un français depuis 20 ans, d’origine africaine sursaute en voyant Sarko à la télé, plastronner sur l’immigration, l’identité nationale ou l’intégration devant un public acquis, de blancs français. Tu as beau lui expliquer qu’il a exactement les mêmes droits de français que cet immigré d’origine hongroise et tous les français blancs, noirs, jaunes de la salle, qu’il peut même barrer la route à Sarko, en allant voter aux primaires de la droite et du centre dans quelques jours même s’il est un électeur de gauche, il te regarde avec les yeux d’une biche, comme s’il venait de traverser la Sahara à pieds pour rejoindre la France et garde sa peur du policier aux tripes. C’est l’autre (...)

     

  • Octobre 2016

     

    Michel Bonelli : "Avez-vous vu le débat sur les primaires... salauds de pauvres !"

    Salauds de pauvres avez-vous suivi le débat des primates de la droite, si non, ne chialez pas quand ils vous le mettront profond... Aux insanités dites poliment par des individus propres sur eux, je préfère répondre vulgairement en leur crachant à la gueule, c’est le luxe des petits, des crasseux et des sans grades, que crève la canaille... Tout tout nous donnerons tout pour les richards, les gros, les gras, et les puissants et tous leurs amis, voilà la chansons de la primaire de la droite et du centre qui reniant tout humanisme va nous faire les Verts des Républicains pour ramasser quelques circonscriptions et se mettre au chaud pour cinq ans. Le constat pour les humbles, les petits et les (...)

     

  • Octobre 2016

     

    LA RIPOSTE RUSSE par Bruno Guigue

    Les capitales occidentales vocifèrent, elles fulminent, elles se déchaînent contre Moscou. Dans un accès de délire, Hillary Clinton accuse le Kremlin de saboter les élections américaines. Les matamores galonnés du Pentagone menacent la Russie de l’apocalypse nucléaire. Justicier planétaire, François Hollande veut traîner Vladimir Poutine devant les tribunaux. On s’imagine sans doute que cette hystérie collective va intimider la Russie, la discréditer, la faire plier. C’est exactement le contraire. Décidé à suivre son propre agenda, Moscou est à l’offensive. Comme d’habitude dans les situations de crise, Vladimir Poutine se montre actif, non réactif. Loin de se laisser mener par l’événement, il le préempte. (...)

     

  • Août 2016

     

    La chronique africaine de Romuald : Les vieux crocos pour Bongo

    #ladzomo En côte d’ivoire ils savent y faire....le conseiller spécial d’ADO donnent des conseils à PING pour que ça Pete au Gabon. Tout faire pour en arriver à une future résolution des Nations Unies autorisant à la France "d’éviter" un bain de sang au Gabon : 1,5 d’habitants, 50 ans de pouvoir sans partage des BONGO. Souvenons nous de la Côte d’ivoire et de la Lybie. Résolutions 1973 et 1975. Bref....de là à ce que Ali se retrouve au TPI, il suffit de trois bavures policières, d’un petit charnier. l’Afrique Centrale est elle définitivement en brouille avec la "démocratie" ? Est ce vraiment la solution....le vote ? Depuis les années le fameux vent démocratique après le sommet de la Baule, n’a pas produit (...)

     

  • Août 2016

     

    Un billet d’actu "Fashion" de Michel Bonelli

    Il est loin le temps de la marche pour l’égalité et des opérations tests de SOS RACISME pour voir si les discothèques accueillaient les arabes et les noirs. Les événements dramatiques, tuerie de Merah, de CHARLIE HEBDO jusqu’à ceux de Nice nous ont fait basculer dans une autre époque. La triste farce du burkini, cette querelle de chiffon avec ses « fashion’s victim’s » qui fait légiférer et interpelle de nombreux pays étrangers s’avère être de plus en plus révélatrice d’un état d’esprit qui doit nous alarmer. En France se libère une parole tout simplement anti-arabe et plus particulièrement anti-algérienne comme si la Guerre d’Algérie et l’exode des pieds-noirs étaient encore bien là dans l’inconscient d’une (...)

     

  • Août 2016

     

    Vincent GEISSER ironique : "Pourquoi ne pas promouvoir des juges anti-caïds, spécialisés en anthropologie tribale option « 

    LE SYNDROME DE SISCO Les garçons arabes : quand ils ne sont pas terroristes, ils sont nécessairement caïds ! Hallucinant cette déclaration du procureur de la République de Bastia, Nicolas Bessone, pour expliquer les incidents de Sisco (Haute-Corse) qui parle des « Maghrébins » comme une tribu et avance l’hypothèse très scientifique d’une « logique de caïdat » qui serait naturelle chez les mâles arabes. Voici ce qu’il pouvait déclarait le 18 août en conférence presse, sans que ses propos, pour le moins « racialistes », fassent l’objet de la moindre critique de la part des journalistes ou des leaders d’opinion : « A l’évidence, à l’origine des incidents se trouvent des membres de la famille maghrébine qui (...)

     

Articles récents

Articles au hasard