Articles

Accueil > En direct de Marseille > L’actu phocée des diverses cités > Marseille Nord : "Pas d’armée dans les quartiers. Faites la guerre à la (...)

 

Marseille Nord : "Pas d’armée dans les quartiers. Faites la guerre à la précarité !"

27 mars 2016 - Dernier ajout 31 mars 2016

Nous étions présents à la Savine pour suivre les 23 et 24 mars une bonne partie programme de la semaine anticoloniale et contre le racisme proposé par l’Alliance Savinoise et le Comité Paca pour la libération de Georges Abadalah. Mais qu’est-ce qu’un collectif de citoyens plutôt de la gauche (Union juive pour la paix, rouges vifs, AFPS…) Réuni autour de la cause du plus vieux prisonnier politique d’Europe pouvait-il faire avec l’association social de proximité "Alliance Savinoise" ? Et bien tout simplement comme le dit Mme Rachida Tir, la directrice de l’association, "parce que nos minots des quartiers ne connaissent pas l’histoire des luttes. Et nous non plus les adultes, nous avons donc besoin de cette mémoire qui n’est pas entièrement enseignée dans l’histoire officielle.
En plus des ateliers pédagogiques, des discussions conviviales autour de repas populaires à la bonne franquette, il y a eu un copieux dessert : la touche artistique de l’équipe du DIP Social Klub, des graffeurs agitateur de conscience humaniste à la renommée internationale : de Palestine occupée à Dakar, du 9-3 à Marseille. Ils étaient Vinc, Chico et Samir, ils ont illuminé la Savine ! Denis aka Vinc à notamment réalisé un somptueux portrait d’une habitante emblématique de la cité. Le tableau en mémoire des luttes, dont la figure principale était évidemment dédié à Georges-Abdallah étant l’autre réalisation qui fera date. Les militants du comité n’auront de cesse de rappeler "que ce grand résistant a été libéré par la justice mais maintenu emmuré vivant par la pression américiane et Israëlienne". Une ingérence dénoncée par le directeur de la DST de l’époque Alain Bonnet en personne à notre micro et à de nombreux autres journaux. Seule ombre au tableau, l’arrivée discrète d’un commandant de police envoyé par la préfecture à la demande de la sénatrice-Maire Samia Ghali et de madame Boulainsseur. Au départ certains supputaient des rivalités politiques (Rachida Tir ayant tourné le dos à la gauche socialiste dont elle a porté les couleurs lors des municipales Ndrl) voire associatives, mais après enquête, La raison est qu’« un drapeau Palestinien aurait été brandit » et selon notre sources plus que sûres, c’est... Samia Ghali qui l’aurait dénoncé au Préfet de police et Nadia Boulainsseur qui s’en serait plaint au commandant Gilles ! Qu’à cela, des inscriptions appelant à une haine, auraient été tagées ! « Sophie Manelli, de la Provence, guidée au téléphone... est restée 15 mn montre en main auprès du groupe, mais n’était pas présente au moment des tags. Cela ne l’a pas empêcher de confirmer une inscription « Nique la Bac », une accusation grave et mensongère. Suffisamment pour que nous Med In Marseille confirmions la version habitants. Les organisateurs ont donc été indignés à juste titre par l’article. " Nous sommes des adultes responsables pas des gamins ! De plus Vinc notre graffeur venu de Paris est un artiste mondialement connu, la Provence sera la risée des réseaux sociaux. Tant pis pour eux et Samia Ghali, nous allons leur faire leur pub !" se sont promis les membres du Comité Georges Ibrahim Abdalah. Reportage vidéo.


 

Si l’article de la Provence a fâché, ce qui a donné un peu de baume au cœur aux habitants, par contre, c’est le professionnalisme du commandant Gilles. En effet lui est bien venu constater par lui-même les inscriptions taguées par le Dip Social Klub et du coup il a pu se féliciter, qu’au contraire, le portrait street-art d’une habitante recouvrait plutôt une vielle inscription « Nike la bac ». Les habitants et organisateur que nous avons revus après la parution du journal, ne décolèrent pas des affabulations de Sophie Manelli. « Une récidiviste des articles à sensations sur le dos des habitants des quartiers Nord » Et une membre de l’Alliance Savinoise qui souhaite garder l’anonymat, d’ajouter : « Sophie Manelli, cite dans son article de vraies inscriptions de revendications sociales mais en invente une (nique la bac) pour nous faire passer pour des voyous, cette dame tape sur les cités Nord mais n’arrêtes pas de faire buzzer Samia Ghali, en relayant ses inepties comme l’appel à l’intervention de l’armée dans les quartiers.... Mais qu’elle aille plutôt travailler à son équipe de com !"

Sinon pour notre première vidéo, cliquer sur l’image du militant communiste athé mais de culture chrétienne, une précision utile pour « l’habitante qui a vu en lui l’image d’un barbu » et qui aurait pris peur... à la Savine ! Enfin l’histoire du "barbu" aura eu le mérite de nous faire "poiler" de rire à la rédaction de Med In Marseille !

JPEG - 386 ko
La voici la preuve, nous avons extrait de la vidéo ce moment où Vinc pose avec l’habitante faisant l’objet de l’œuvre. Comme a pu s’en réjouir le commandant de police, le portrait recouvre un vieux tag. Alors tel un Omar m’as tuer à l’envers, la journaliste de la Provence à écrit "nique la bac"... sauf qu’en bleu ciel, des minots mal polis, provocateurs, sauvageons on les appellera comme on voudra ont écrit "Nike la Bac". (Bien s’approcher pour voir le K recouvert par le visage dessiné). De plus pour voir vraiment qu’il ne s’agit pas un tag de l’artiste Vinc le bleu de la bombe de l’artiste est violet... Mais bon, aveuglée, notre journaliste n’a pas du voir que la haut assis il portait un tee shirt avec inscrit en rouge LOVE PEACE.... pas vraiment un signe d’appel à la haine. Une plainte sera donc sans doute déposée pour dénonciation calomnieuse si La Provence ne leur accorde pas de droit de réponse.
JPEG - 345.4 ko
JPEG - 221.4 ko
JPEG - 339.8 ko

 

Document(s) joint(s)

 

Autres articles En direct de MarseilleL’actu phocée des diverses cités

 

Articles récents

Articles au hasard