Articles

Accueil > En direct de Marseille > L’actu phocée des diverses cités > Marseille, Cité des Lauriers, une plaque en mémoire d’Enfaïdine, Kamal et (...)

 

Marseille, Cité des Lauriers, une plaque en mémoire d’Enfaïdine, Kamal et Malik.

1er novembre 2016 - Dernier ajout 2 novembre 2016

Samedi 29 octobre, fin de matinée, un ciel bleu d’une grande pureté, accueillait les familles et une foule de voisins et de soutiens venus de différents quartiers, à la cité des Lauriers. Ce temps clément, contrastait avec l’immense tristesse de la réunion, pour laquelle il fallait être bien accroché pour ne pas verser de larmes. Farida se dévoue pour prendre la parole, avec ses amies, elles sont venues de la Bricarde et se sont cotisées pour marquer dans le marbre, la mémoire d’Enfaïdine, Kamal et Malik, trois jeunes tués la nuit du samedi 24 octobre 2015. Par solidarité elles sont venues "de partout" comme on dit ici. Simplement par solidarité ou encore plus, pour celles qui ont été touchées par le décès de proches comme rachida Tir et d’autres mamans touchées par le fléau de l’hyper violence. Pour cette affaire l’horreur avait dépassé un stade : comment peut-on tirer sur deux ados de 15 ans ! Vidéos.


 

Un an déjà, et cette question lancinante qui taraude l’esprit des habitants des Lauriers ! "C’était comme nos enfants" témoignent deux voisines émues par la cérémonie et encore abasourdies par ce drame. Le grand père de Malik a une explication qu’il nous livre dans la vidéo : « son petit-fils Malik, un jeune un peu plus âgé devait sortir en boite ce soir là, il était donc là au mauvais endroit au mauvais moment pour ce Chibani. C’est par pure sauvagerie que ces jeunes tuent ». Quoi qu’il en soit, les familles et les amis se sont réunis soutenus également par des élus comme Haouria Hadj-Chikh très impliquée dans la lutte contre les violences ainsi que deux autres conseillers départementaux Rébia Bénarioua et Anne Di Marino. La députée Sylvie Andrieux avaient fait également le déplacement tout comme Soraya Larguem élue dans le 2/3. La prise de parole, la pose de la plaque et quelques témoignages dans une première vidéo

Ensuite nous avons voulu également avoir le sentiment de jeunes, présents dans une cage d’escalier juste à côté. Des minots qui sont partagés entre l’insouciance et un début de prise de conscience des dangers qu’ils encourent, simplement parce qu’ils vivent dans cette cité, ou encore de la souffrance des parents. Nous avons flouté les visages même pour des propos très anodins. Leurs paroles situent l’esprit dans lequel ils vivent, c’est a dire qu’ils ont l’esprit à s’amuser comme tous les gamins de leurs âges. Pour recueillir leurs paroles et avons procédé à un atelier vidéo improvisé histoire de les impliquer dans la réflexion :

Photoreportage :

JPEG - 171.9 ko
Symboliquement un jeune dévoile la plaque...

JPEG - 226.7 ko
Les familles inconsolables mais qui ont eu le courage de mener la bataille pour mémoire.
JPEG - 226.2 ko
JPEG - 369.6 ko
JPEG - 222.8 ko
Farida de la Bricarde prend le micro...
JPEG - 191.2 ko
Trois coeurs se sont envolés dans un ciel d’un bleu si pur...

 

 

Autres articles En direct de MarseilleL’actu phocée des diverses cités

 

Articles récents

Articles au hasard