Articles

Accueil > En direct de Marseille > L’actu phocée des diverses cités > Marche Blanche des Lauriers : "Malheureusement il va falloir encore (...)

 

Marche Blanche des Lauriers : "Malheureusement il va falloir encore marcher"

12 novembre 2015

Marseille la misère n’est plus belle au soleil, réflexion sur un fait pas si divers que ça

Samedi 7 Novembre les habitants des Lauriers et quelques autres marseillais - trop peu nombreux pour symboliser une vraie solidarité marseillaise - ont accompagné les familles des victimes de l’ignoble tuerie qui avait eu lieu le 25 octobre dernier. Malgré l’indifférence quasi générale, ces familles leurs voisins et amis, accompagnés par les acteurs sociaux de Malpassé, sont venus nombreux. Car comme l’a dit Fatima Mostéfaoui le cœur empli d’amertume, mais avec la force de son courage qui la légitime comme l’une des portes paroles de ces cités oubliées : « Malheureusement, il va falloir encore marcher ! ». Résumé vidéo, analyse et reportage photos :


 

Le reportage vidéo d’Ahmed Nadjar

Le reportage photo de Zoheir Sabri

L’analyse de Michel Bonelli

Samedi dernier à l’initiative des familles des petites victimes des Lauriers et des habitants du vallon de Malpassé a été organisée une marche des Réformés au Vieux-Port pour témoigner de la situation dramatique qui prévaut dans de nombreux quartiers en difficultés de notre cité et rendre un dernier hommage collectif à Kamel et à son copain.

A part quelques élus comme Sylvie Andrieux qui fit une apparition, Stéphane Mari, Lydia Frentzen, ou Haouria Hadj Chikh partie prenante de l’organisation, les ténors politiques étaient absents ou vraiment très discrets.

Un gouvernement ou un ministre de l’Intérieur intériorisant peut-être sa peine, à la larme sélective réservée au malheur d’un de ses fonctionnaires, nos édiles municipales absentes, Les Républicains pas si républicains que cela, un préfet préférant être absent et je déplore même l’apparition sur les réseaux sociaux de photos de Christophe Madrolle tête de liste PS UDE du département des Bouches du Rhône aux régionales absent de cette manifestation mais présent au « Hero Festival », salon dont je ne peux qu’apprécier le thème moi-même fan de « Star War » entre autres mais quand il y a la guerre dans nos quartiers, il y a des événements politiques que l’on doit s’interdire de manquer.

JPEG - 237.1 ko
Au moment ou se passait la marche blanche, certains élus au parc Chanot préféraient le côté obscur de la force

Par cette facétie de mauvais goût ne voyez pas là une attaque ciblée, je vous en prie. Mes amis et mes ennemis, je vais me permettre de réaffirmer quelques idées de base et surtout ne faites pas la tête et n’agitez pas en ces temps électoraux l’oripeau chiffon d’une menace lancinante, vous avez aussi le « FRONT » que vous méritez et cessez de nous prendre la tête avec cela pour demander à des individus en souffrance de faire corps avec vos appareils en déliquescence seul véhicule qui vous sert à essayer de conserver un pouvoir qui peut vous échapper.
Le drame que nous venons de vivre n’est pas le premier et encore moins le dernier que nous vivrons. Il est le fruit blet de problème jamais résolus depuis plus de quarante ans et qui ont frappé bientôt quatre générations de marseillais. Abandon social, politique et culturel de toute une population et des années de trahison et de parjure, des années de compromission active ou passive avec les commerçants de la drogue, des années d’abaissement du pouvoir d’achat des plus humbles, des années d’assignation à résidence dans le malheur des derniers arrivants, des années de collaboration avec les religions et les religieux sparadraps de la misère des porte-monnaie et des âmes, des années qui ont produit il y a quelques jours l’assassinat odieux des enfants des Lauriers. Reposez en paix, sacrifiés de la nation. Merci aux initiateurs de la marche. Salut et fraternité.

 

 

Autres articles En direct de MarseilleL’actu phocée des diverses cités

 

Articles récents

Articles au hasard