Articles

Accueil > Tribunes > Manuel Valls : Digne héritier de la politique musulmane d’inspiration (...)

 

Manuel Valls : Digne héritier de la politique musulmane d’inspiration coloniale

4 août 2016

Pourquoi le Premier Ministre Manuel Valls éprouve-t-il le besoin de relier systématiquement la question dramatique du terrorisme à la réforme de l’islam de France ? En quoi la lutte contre le radicalisme passe-t-elle nécessairement par le contrôle des mosquées et des imams, alors que tout le monde sait que les terroristes sont recrutés ailleurs ? Quelles sont les contradictions majeures de cette promotion d’un "islam français" en le confiant à des officines étrangères (islam consulaire) ?


 

Pour répondre à ces interrogations, nous avons choisi publier une série de papiers tirés de notre ouvrage « Marianne & Allah » coécrit avec Aziz Zemouri en 2007.
En fait, M. Valls ne fait que reprendre et durcir les « vieilles recettes françaises » expérimentées à l’époque coloniale et reprises depuis par tous les gouvernements et les ministres de l’Intérieur français.
SURVEILLER, CONTRÔLER ET REPRÉSENTER : AUX SOURCES COLONIALES D’UNE « POLITIQUE MUSULMANE » TRÈS ACTUELLE
(1ière partie)
« L’islam français », voilà une formule qui a une résonance bien actuelle, voire futuriste, dont l’historien Henry Laurens nous rappelle pourtant qu’elle était déjà d’un usage courant durant la Première Guerre mondiale, en raison notamment de l’afflux massif en Métropole de soldats et d’ouvriers nord-africains. Alors que les politiques et les experts du paysage islamique hexagonal en sont encore aujourd’hui à palabrer pour savoir s’il convient de parler d’ « islam en France » ou d’ « islam de France », la Troisième République n’avait pas hésité, elle, à proclamer « sa » politique musulmane comme « un mot d’ordre politique, une réalité institutionnelle et un sujet de débat où l’on essaye de concilier une universalité française et une spécificité musulmane dans un cadre impérial ». Dans les incessantes et lancinantes discussions qui animent régulièrement notre scène politico-médiatique sur la légitimité ou l’illégitimité du fait musulman sur notre territoire (« L’Islam est-il soluble dans la République ? », se dégage ce sentiment de régression, comme si à chaque fois, les acteurs se devaient de rejouer le début de la pièce de l’allégeance républicaine, les figurants musulmans étant constamment sommés de donner des gages de leur « francité » à leur metteur scène suprême (l’Etat français).
Certes, le contexte a changé : la France a perdu la quasi-totalité de ses « territoires musulmans » d’outre-mer – à l’exception de Mayotte et de La Réunion - et ses « musulmans de l’intérieur » ne sont plus considérés désormais comme des « sujets » mais bien comme des « citoyens français » à part entière que rien, sur le plan juridique, ne semblent distinguer des autres Français. Toutefois, en dépit des transformations affectant les hommes, les institutions et les dispositifs d’action publique, on observe des récurrences et des réminiscences de « notre » politique musulmane. Aussi, est-il possible de parler d’une véritable tradition française en matière de gouvernance musulmane, révélant sur le long terme une même tension, que d’aucuns qualifieraient d’« aporie républicaine » et, qui consiste précisément à vouloir émanciper « l’Autre musulman » tout en cultivant son particularisme, souvent malgré lui, entretenant une forme d’islamité imposée, « une assignation à résidence communautaire » en quelque sorte.
En somme, si l’islam ne se dissout pas dans la République, c’est que, quelque part, les acteurs républicains ne souhaitent pas tant le dissoudre (du moins pas complètement), exhibant un « statut personnel » qui, certes, n’existe plus juridiquement, mais, qui produit toujours des effets bien réels sur le plan symbolique : un statut personnel imaginaire qui vient se substituer au statut personnel hérité de la colonisation (Code de l’indigénat dans le cas algérien) et justifiant au présent le maintien et le développement d’une « politique musulmane » distincte de celle pratiquée à l’égard des autres religions, confessions et cultes. A ce niveau, le projet républicain à l’égard des « Musulmans » - catégorie juridico-politique que l’on croyait disparu à tout jamais depuis la fin de l’Empire colonial mais qui revient pourtant en force, ces dernières années, dans les discours publics et institutionnels – repose sur une injonction paradoxale qui consiste à vouloir assimiler ou à intégrer à la République laïque le supposé « particularisme islamique » en lui donnant, dans premier temps, une certaine consistance, comme si sa dissolution totale et immédiate dans le corps social constituait une menace.

JPEG - 69.6 ko

Le problème majeur est que ce « temps provisoire » s’éternise et finit par produire, légitimer et surtout routiniser des mécanismes de régulation de type « particulariste », pour ne pas dire discriminatoire.
En somme, c’est la bonne vieille doctrine du « il leur faudra du temps » qui s’impose très rapidement dans les territoires colonisés, fondée sur la conception républicaine d’une laïcité différée et différenciée : pour les uns (les populations de souche européenne), la laïcité signifie immédiatement « abstention » et « séparation » ; pour les autres (les sujets indigènes), « intervention » et « (ré)-éducation ». Comment ne pas rapprocher ce type d’argumentaire fabriqué au fil de la colonisation avec l’argument actuel brandit par le ministère de l’Intérieur et les maires, selon lequel l’intervention de l’Etat et des collectivités locales dans les « affaires musulmanes » se justifierait par le caractère récent – pour ne pas dire « immature » - de la présence musulmane sur le territoire français ? En retour, une telle politique de « laïcité interventionniste » conduit à enfermer les populations indigènes (et aujourd’hui les populations issues de l’immigration postcoloniale) dans une forme d’islamité imaginaire aux effets pourtant bien réels. Le regard institutionnel tend à se focaliser sur leur particularisme religieux et culturel, indépendamment des croyances et des pratiques réels des individus, jusqu’à en faire une catégorie à part entière de l’action publique locale et nationale ; tendance à l’islamisation prescrite, observable dans le contexte actuel (la France des années 2000) et qui semble très largement héritée de la période coloniale.
Vincent Geisser, Politologue

 



 

     

    Autres articles Tribunes

     

    Brèves Tribunes

    • Juillet 2016

       

      Péril sur le Théâtre Lenche

      Faute de moyens suffisants ce lieu emblématique de la culture à Marseille va passer sous le contrôle administratif et financier du Théâtre de la Minoterie. Maurice Vinçon son créateur doit vivre très mal ce moment. Le Lenche c’est l’enfant du Mini Théâtre, c’est la continuation d’une expérience unique menée au début des années 70 dans des locaux de fortune derrière ce qui était la Bibliothèque de Marseille à l’époque à la place Carli. Je me permet de citer le nom d’un grand homme de théâtre que Marseille ose un peu oublier aujourd’hui et qui a été associé à cette naissance : Robert Badani compagnon de route de Maurice Vinçon. A tous les deux ils ont crée le Lenche, le Théâtre de Pôche à Bonneveine et surtout les (...)

       

    • Février 2016

       

      Salafistes

      « Salafistes » si un jour vous allez voir ce documentaire prenez quelques précautions en matière philosophiques et spirituelles… Si le jihadisme est passé maître dans l’art de manipuler les images, il est difficile et même impossible d’aller à la rencontre de ses leaders et de pratiquer avec eux l’art complexe de l’interview. Le documentaire français « Salafistes » de Lemine Ould, M. Salem et François Margolin s’y essaie non sans écueil. Tourné à partir de 2012, cette œuvre donne la parole à des responsables politiques d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique et à des autorités religieuses salafistes le tout entrecoupé avec des vidéos de propagande jihadiste. Il y a à l’origine une confusion entre salafisme et jihadisme (...)

       

    • Février 2016

       

      Culture à Marseille, le temps du désherbage

      Après l’Espace Culture c’est le tour de l’Espace Busserine. Cette enclave culturelle sur le territoire de M. Ravier a du souci à se faire. La fin semble proche. Nous aurons peut-être des combats d’arrière-garde comme à Vitrolles, les plus anciens se souviennent de quoi je parle. Mais la messe est dite. Les Docks des Sud sentent aussi le sapin. Ah le bon temps du carré VIP de l’espace privé pour les privilégies où le champagne coulait à flot est révolu. Parce que autant j’ai applaudi à la création de la la Fiesta des Sud qui a marqué un renouveau sur la scène marseillaise autant j’ai condamné les dérives de cette manifestation. Très vite nous sommes passés d’un succès populaire incontestable à un festival (...)

       

    • Janvier 2016

       

      Education nationale et citoyenneté : le bilan depuis le 8 janvier 2015

      Face à l’horreur de l’attaque de la rédaction de Charlie Hebdo on somma l’école de réagir et les enseignants de faire preuve d’un zèle patriotique digne des heures noires de la guerre de 14, centenaire de cette boucherie en cours, je me permets cet hasardeux parallèle. N’oublions pas qu’à l’époque l’instituteur venait juste avant l’adjudant de compagnie dans le façonnage de la chair à canon, pardon du patriote prêt à mourir pour la défense de la patrie, de la bourse, du grand capital et accessoirement pour la reconquête de l’Alsace-Lorraine. Mais en 2015, autre temps, autres mœurs. Madame le ministre demanda d’organiser très vite un moment de recueillement. Ce fut la fameuse minute de silence pour tous de la (...)

       

    • Septembre 2015

       

      Marseille, une agression de trop

      L’agression dimanche matin 6 septembre de deux jeunes homosexuels sortant d’un lieu festif gay nous fait souvenir que la différence et la diversité sont parfois des signes distinctifs durs à porter. Paul et Tony sont des victimes de la violence au quotidien, de la méchanceté humaine gratuite. Mais n’oublions pas non plus que de l’extrême-droite aux mouvements de tendance salafiste, l’homosexualité est stigmatisée comme d’ailleurs dans la Russie de Poutine ou chez les radicaux juifs en Israël. Il vaut mieux être gay dans la festive Tell-Aviv que dans certains quartiers religieux de Jérusalem. L’homosexualité est encore poursuivie pénalement dans de nombreux pays et en l’Egypte, conscience morale du monde (...)

       

    • Juin 2015

       

      Comment faire du neuf avec du vieux ?

      Comment faire du neuf avec du vieux ? Sarko a trouvé : avec le s sifflets républicains. Changer de nom pour ça. Même que le Vaucluse confirme la "Pen" de BHL entarté à Namur. C’est le sang de Kadhafi ou le serment de Tombrouck. Heureusement que les milles feuilles, c’est terminé. Les licenciements seront autorisés et les indemnités plafonnées. Le PS tient ses promesses.

       

    • Février 2015

       

      Les infidèles

      Sarko était pour le travail le dimanche, maintenant il est contre. Il veut maintenant un test osseux (signez la pétition) de la loi Macron. Les obscurantistes peuvent frapper "les infidèles" partout. C’est l’islamo fascisme dit Valls. Ce à quoi a rétorqué Dumas : "il est sous influence juive". Qu’on se le dise il n’est désormais pas très halal de dessiner le prophète. C’est clairement réduire son espérance de vie et vivre sous escort boy. C’est comme les 5 adolescents alsaciens. Bizarrement les médias ne donnent pas leur origine. Ils ne sont certainement pas musulmans ou c’est de l’information sélective. En temps hivernal, ils ne savaient pas qu’ils saccageaient un cimetière....juif. Finalement il y a pas (...)

       

    • Août 2014

       

      Marseille. 3 militants pro-palestiniens interpellés !

      A Marseille pour fêter l’anniversaire de Jean Jaures on criminalise le soutien à la Palestine. A la veille de la manifestation organisée par les associations marseillaises en soutien à la Palestine 3 jeunes militants Nordine,Mohamed et Elliot avaient comme tache d’ informer le public marseillais...Comme il est de coutume, ils ont procédé à des distributions de tracts et à du collage d’ affiches notamment sur la Canebière. Repérés par les multiples caméras municipales une patrouille de policiers est partie à leur recherche.Sans aucune objection les 3 militants pacifistes se sont laissés embarquer au commissariat de Noailles pour une audition...L’entourage militant est alerté en quelques instants grâce (...)

       

    Articles récents

    Articles au hasard