Articles

Accueil > Débats : le match des idées > Les identités disparues : l’identité provençale

 

Les identités disparues : l’identité provençale

1er octobre 2015

Nous vivons selon les commentateurs une crise de l’identité française, des propos provocateurs d’une Nadine Morano aux théories construites d’Alain Finkielkraut jusqu’au polémiste Eric Zemmour et le succès de son ouvrage « Le suicide français », de nombreux politiques et des intellectuels pointent cette atteinte à notre souveraineté intellectuelle et spatiale. Le slogan du Front National : « On est chez nous » traduit simplement cette angoisse naturelle chez l’être humain d’empiétement de son territoire au sens le plus large : sa langue, ses coutumes, son espace public, sa religion, sa façon d’être en général, souvenons-nous des mots terribles d’une certain Jacques Chirac sur le bruit et les odeurs ou de Jean-Marie Le Pen sur ses déclinaisons sur la force de son amour pour ses enfants, pour sa femme, pour ses cousins qui s’amenuise plus la parentèle est éloigné référence très claire à l’étranger.


 


Comme le tigre solitaire ou le paysan de nos provinces nous tenons à quadriller nos terres, à marquer notre territoire et à faire comprendre à l’intrus qu’il n’est pas le bienvenu. Pour cela nous travestissons nos pulsions animales sous le couvert de l’histoire et nous nous inventons une France éternelle aux racines profondes et une Europe parée de toutes les vertus des « Lumières » que personne ne sait définir avec précision. Nous serions des blancs de culture judéo-chrétienne, raccourci utile. Mais la construction même de l’état nation que nous connaissons aujourd’hui n’a pu se faire qu’en éliminant les entités politiques et culturelles qui existaient autour de lui à la naissance de la France que nous daterons à l’avènement d’Hugues Capet, roi élu en 987 dont le territoire en propre allait de Paris à Orléans. Son père était Hugues le Grand duc des francs et sa mère Hedwige de Saxe était ce que l’on appellerait aujourd’hui une allemande. Il créa une dynastie qui allait durer huit siècles et il mit fin au règne des Carolingiens. Pour que la carte de notre pays ressemble à celle des livres de classe d’aujourd’hui il fallut attendre 1860 et l’annexion de la Savoie et du Comté de Nice pris sur le tout nouveau royaume d’Italie. Nous reviendrons sur les détails et la chronologie de la constitution de notre nation dans différents articles et pour aujourd’hui nous allons juste nous intéresser à la Provence et à la langue provençale, langue de notre ville Marseille qui perdura dans son emploi jusqu’aux environs de la guerre de 14 et qui a disparu de nos usages en un siècle environ. A Marseille où nous entendons maintenant principalement le dialectal algérien, tunisien, marocain et le parlé des Comores qui voisinent avec le Français c’était le provençal qui côtoya pendant près de 400 ans le français langue du conquérant du nord qui pris possession de la terre provençale en 1481 à la mort du roi René d’Anjou descendant d’un frère de Charles V. Ce qui veut dire que de 987 année de la création du royaume de France jusqu’en 1481, la Provence qui approximativement rassemblait les départements des Bouches du Rhône, du Var, du Vaucluse et les Alpes de Haute Provence n’était pas française, mais un état indépendant. La bataille de Bouvines, la Guerre de Cent-Ans, l’histoire de Jeanne d’Arc étaient des événements qui lui étaient étrangers. Sa langue qui appartenait à une branche de la langue d’oc commune à tout le sud de la France et qui dérive du latin était parlée par tout un peuple et le latin était la langue des érudits son écriture s’imposait dans tous les textes légaux et religieux. La Provence rentra dans le royaume de France part héritage et liens parentaux et du fait que la dynastie qui la gouvernait n’avait plus d’héritier. L’administration qui s’installa à la fin du XVème siècle était vécue comme étrangère par les locaux et ce fut une perte d’indépendance et d’identité profondément dure à admettre. La France s’imposa et en l’espace de cinq siècles elle imposa ses souverains, ses lois et sa langue au détriment de toute une culture et en abolissant les libertés locales. Un provençal devint sujet du roi de France et citoyen de la république française sans que personne ne lui demande jamais s’il était satisfait de la chose. Il n’était pas un migrant arrivé au gré des flux engendrés par la misère ou les guerres mais il vit son être profond se dissoudre dans l’identité de ses nouveaux maîtres. Son organisation territoriale disparu la première et pour finir en 2015, sa langue est presque morte et sa culture résiduelle : les santons, les fifres et galoubets, le costume arlésien, les treize desserts et pour quelques uns le souvenir du dernier des grands poètes en langue provençale : Frédéric Mistral, nom qui évoque celui d’un vent bien connu. En écoutant les gens parler, il reste peut-être quelque chose l’accent, l’accent de Marseille qui résonne quelques fois entre deux mots de dialectal. Les provençaux de naguère sont dissous dans l’appellation générique et trompeuse de méditerranéens. Qui englobe tous les habitants qui vivent autour de cette mer et serait l’héritière de patries aujourd’hui disparues. En cent ans avec l’instruction publique qui délivrait son enseignement en français et interdisait l’usage du provençal, une langue qui existait depuis des siècles s’est éteinte. Elle n’avait pas su décrire la modernité, n’avait plus d’état protecteur, n’était plus langue des affaires et ne survit qu’un temps dans le cloisonnement du monde rural qui éclata après la guerre de 14 et la disparition de toute une génération de jeunes locuteurs décimés par les combats. Marseille et la Provence qui furent celtes, grecques, romaines, provençales et angevines devinrent française et maintenant cette identité qui n’a finalement qu’un siècle de véritable hégémonie se voit contester son territoire et sa culture par d’autres venus d’horizons lointains s’ajoutant à cela l’arrivée d’un culte étranger dont les pratiquants exigent avec une légitimité de présence de moins d’un demi-siècle la construction de lieux de culte qui n’est freiné que par des artifices législatifs et le manque d’argent mais si ils en avaient les moyens ils érigeraient de vrais cathédrales de ce dieu intrusif. Alors comment ne pas parler de choc démographique sans légitimer les thèses extrémistes. Nous étions dans des changements qui ont duré des siècles mais qui ont liquidé une culture complète et maintenant cette mutation va au rythme du progrès des transports et des flux migratoires et nous pouvons comprendre et surtout nous devons comprendre les peurs qu’elle engendre sans cela nous risquons la confrontation entre des individus et des cultures qui sont dans une concurrence pour ne pas devenir minoritaire sur une terre ou sous peu différentes légitimité d’occupation devront cohabiter. N’oublions pas que l’identité provençale elle n’a pas survécu, elle existe encore chez quelques rares individus mais sa dissolution est totale. Alors sur un terroir ancien comme le notre, le multiculturalisme peut-il exister où la loi du nombre réglera-t-elle a plus ou moins longue échéance le sort des groupes en présence. Nul ne le sait, même le christianisme et ses branches catholiques et protestantes après vingt un siècles de règne sur les esprits semblent rentrer en récession et devenir des éléments d’un folklore désuet. Il n’y a pas eu de Provençale éternelle comme il n’y a pas de France éternelle. Les nations, les empires comme les cultures sont mortelles, seuls les gens qui se réveillent le matin là où ils résident sont les éléments constitutifs d’une identité passagère et fluctuante.

 

 

Autres articles Débats : le match des idées

 

Brèves Débats : le match des idées

  • 11 mai

     

    Patrick Menucci : "Mélenchon une reproduction en pire de la vieille politique"

    Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la stratégie politique de Jean-Luc Melenchon : En effet en venant dans la seule circonscription de l’arc méditerranéen où le Front National n’a aucune chance d’être au second tour (14,3% au premier tour de la présidentielle), où la droite ne peut l’emporter (10,8% au premier tour de la présidentielle) il montre que son seul combat, le sens de son engagement politique est le combat gauche contre gauche. Il construit un affrontement avec un député qui a soutenu jusqu’au bout (...)

     

  • 25 avril

     

    Kaouther Ben Mohamed : JE REFUSE de céder une énième fois au chantage du "front républicain" !

    Les résultats du 1er tour de la présidentielle sont sans appel. Les Français-es ont clairement choisi d’en finir avec les 2 blocs droite - gauche qui se partagent le pouvoir depuis plus de 50 ans. C’est un vote de rupture avec tout un système de gouvernance et avec des politiques d’austérités successives qui sont totalement responsables de l’ancrage du fn au sein de nos villes et de nos campagnes. Le renouvellement de nos représentants politiques est une exigence incontestable du peuple de France. Dans le même temps, il y a près de 8 millions de Français-es qui ont voté pour une France raciste, xénophobe, homophobe, nationaliste, repliée sur elle même, qui a la haine des autres et de sa (...)

     

  • 27 mars

     

    "MACRON COCU : L’exonération de la taxe d’habitation pour les foyers les plus modestes, n’est plus !"

    Elle était sa mesure phare, la plus juste socialement, la plus courageuse politiquement, la plus équitable fiscalement. L’exonération de la taxe d’habitation pour 80 % des foyers Français n’aura été qu’un rêve de courte durée. La faute à qui me direz-vous ? A nos malicieux politiciens qui, si, ils n’excellent pas en matière de gestion de l’argent public, savent, user et interpréter de ce que la loi prévoit et de ce qu’elle dit ou ne dit pas ... Devant l’assemblée des Maires de France réunie en congrès le 22 mars 2017 à la maison de la radio, tous les candidats à l’élection présidentielle ont peaufiné leurs programmes à destination des communes. Chacun y est allé de son aumône généreuse pour s’octroyer les (...)

     

  • 22 mars

     

    Communiqué UniT : Dénoncer l’amalgame oui, nier toute tunisianité de l’auteur de l’attentat non ! Explications :

    C’est avec stupeur que nous avons pris connaissance du communiqué de la Fédération Tunisienne des Hôteliers faisant suite à l’implication d’un binational franco-tunisien dans une attaque contre des militaires à l’aéroport d’Orly. Nonobstant le fait que nous ne connaissions pas, ce syndicat professionnel, d’expertise particulière en analyse politique, il demeure que le communique de la FTH relève d’une antienne particulièrement prégnante au sein de toute une catégorie de nos compatriotes. Un criminel doit être poursuivi, jugé et condamné pour les actes qu’il a commis individuellement sans mettre en cause un collectif plus large auquel il serait associé par la naissance, la culture ou la communauté de vie ou (...)

     

  • Novembre 2016

     

    Le billet de Romuald Dzomo : La vraie sorcellerie, LR de rien mais...

    La vraie sorcellerie c’est quand un français depuis 20 ans, d’origine africaine sursaute en voyant Sarko à la télé, plastronner sur l’immigration, l’identité nationale ou l’intégration devant un public acquis, de blancs français. Tu as beau lui expliquer qu’il a exactement les mêmes droits de français que cet immigré d’origine hongroise et tous les français blancs, noirs, jaunes de la salle, qu’il peut même barrer la route à Sarko, en allant voter aux primaires de la droite et du centre dans quelques jours même s’il est un électeur de gauche, il te regarde avec les yeux d’une biche, comme s’il venait de traverser la Sahara à pieds pour rejoindre la France et garde sa peur du policier aux tripes. C’est l’autre (...)

     

  • Octobre 2016

     

    Michel Bonelli : "Avez-vous vu le débat sur les primaires... salauds de pauvres !"

    Salauds de pauvres avez-vous suivi le débat des primates de la droite, si non, ne chialez pas quand ils vous le mettront profond... Aux insanités dites poliment par des individus propres sur eux, je préfère répondre vulgairement en leur crachant à la gueule, c’est le luxe des petits, des crasseux et des sans grades, que crève la canaille... Tout tout nous donnerons tout pour les richards, les gros, les gras, et les puissants et tous leurs amis, voilà la chansons de la primaire de la droite et du centre qui reniant tout humanisme va nous faire les Verts des Républicains pour ramasser quelques circonscriptions et se mettre au chaud pour cinq ans. Le constat pour les humbles, les petits et les (...)

     

  • Octobre 2016

     

    LA RIPOSTE RUSSE par Bruno Guigue

    Les capitales occidentales vocifèrent, elles fulminent, elles se déchaînent contre Moscou. Dans un accès de délire, Hillary Clinton accuse le Kremlin de saboter les élections américaines. Les matamores galonnés du Pentagone menacent la Russie de l’apocalypse nucléaire. Justicier planétaire, François Hollande veut traîner Vladimir Poutine devant les tribunaux. On s’imagine sans doute que cette hystérie collective va intimider la Russie, la discréditer, la faire plier. C’est exactement le contraire. Décidé à suivre son propre agenda, Moscou est à l’offensive. Comme d’habitude dans les situations de crise, Vladimir Poutine se montre actif, non réactif. Loin de se laisser mener par l’événement, il le préempte. (...)

     

  • Août 2016

     

    La chronique africaine de Romuald : Les vieux crocos pour Bongo

    #ladzomo En côte d’ivoire ils savent y faire....le conseiller spécial d’ADO donnent des conseils à PING pour que ça Pete au Gabon. Tout faire pour en arriver à une future résolution des Nations Unies autorisant à la France "d’éviter" un bain de sang au Gabon : 1,5 d’habitants, 50 ans de pouvoir sans partage des BONGO. Souvenons nous de la Côte d’ivoire et de la Lybie. Résolutions 1973 et 1975. Bref....de là à ce que Ali se retrouve au TPI, il suffit de trois bavures policières, d’un petit charnier. l’Afrique Centrale est elle définitivement en brouille avec la "démocratie" ? Est ce vraiment la solution....le vote ? Depuis les années le fameux vent démocratique après le sommet de la Baule, n’a pas produit (...)

     

  • Août 2016

     

    Un billet d’actu "Fashion" de Michel Bonelli

    Il est loin le temps de la marche pour l’égalité et des opérations tests de SOS RACISME pour voir si les discothèques accueillaient les arabes et les noirs. Les événements dramatiques, tuerie de Merah, de CHARLIE HEBDO jusqu’à ceux de Nice nous ont fait basculer dans une autre époque. La triste farce du burkini, cette querelle de chiffon avec ses « fashion’s victim’s » qui fait légiférer et interpelle de nombreux pays étrangers s’avère être de plus en plus révélatrice d’un état d’esprit qui doit nous alarmer. En France se libère une parole tout simplement anti-arabe et plus particulièrement anti-algérienne comme si la Guerre d’Algérie et l’exode des pieds-noirs étaient encore bien là dans l’inconscient d’une (...)

     

  • Août 2016

     

    Vincent GEISSER ironique : "Pourquoi ne pas promouvoir des juges anti-caïds, spécialisés en anthropologie tribale option « 

    LE SYNDROME DE SISCO Les garçons arabes : quand ils ne sont pas terroristes, ils sont nécessairement caïds ! Hallucinant cette déclaration du procureur de la République de Bastia, Nicolas Bessone, pour expliquer les incidents de Sisco (Haute-Corse) qui parle des « Maghrébins » comme une tribu et avance l’hypothèse très scientifique d’une « logique de caïdat » qui serait naturelle chez les mâles arabes. Voici ce qu’il pouvait déclarait le 18 août en conférence presse, sans que ses propos, pour le moins « racialistes », fassent l’objet de la moindre critique de la part des journalistes ou des leaders d’opinion : « A l’évidence, à l’origine des incidents se trouvent des membres de la famille maghrébine qui (...)

     

Articles récents

Articles au hasard