Articles

Accueil > Actualités > LEILA SABRINA YAHIA CANDIDATE UDI AUX ELECTIONS LEGISLATIVES (...)

 

LEILA SABRINA YAHIA CANDIDATE UDI AUX ELECTIONS LEGISLATIVES 2017

26 septembre 2016

Issue du parti radical, Leila Sabrina Yahia a été repérée par Jean Christophe Lagarde pour intégrer la FED (Force Européenne Démocrate) dont elle deviendra secrétaire départementale.
Secrétaire départementale de l’UDI dans le Vaucluse depuis un an, elle vient d’être investie candidate UDI dans la 4e circonscription du Vaucluse pour les élections législatives 2017.
Nous revenons avec elle sur cette investiture.


 

L’UDI tente-il de se renouveler dans le Vaucluse ?

C’est une volonté de l’UDI de faire émerger de nouvelles personnes.
J’ai donc été investie pour les prochaines élections législatives sur la 4e circonscription du Vaucluse, une circonscription qui va de la ville de Orange à Vaison la Romaine et qui compte 110 000 habitants
Les prochaines élections pour la présidence de l’UDI dans le Vaucluse vont bientôt avoir lieu et je ne m’y suis pas présentée car les personnes investies aux législatives n’ont pas vocation à être président : on ne peut pas faire campagne et s’occuper en même temps d’une fédération. D’autant plus, que je suis contre toute formes de cumuls. Il faut savoir que je ne suis pas élue, ce qui est assez surprenant. Mais il y a tout de même des députés, élus, qui n’avaient pas de mandat avant.

Comment s’est déroulée votre investiture ?

Il est vrai que, dans un premier temps, je n’avais pas envisagé pas les élections législatives. Je voulais surtout remonter ma fédération et tenir un cercle de réflexion afin de ramener des personnes, qui ne votent plus, vers la politique. Cela fait 20 ans que l’extrême droite incarnée dans le Vaucluse par la Ligue du Sud et le Front National sévit
L’effondrement de la gauche et tous les débats sur l’identité, Manuel Valls et la droite en ont fait le thème des prochaines élections présidentielles. Je veux bien en parler cinq minutes. Mais le vrai problème des Français, ce n’est pas l’identité, c’est comment on finit les fins de mois ! Sur le terrain c’est ce qu’on me dit. Je suis sur la circonscription la plus pauvre du Vaucluse. Bien sûr que les gens ont peur du terrorisme, et au sein de l’UDI nous avons une vision sécuritaire, mais les principales préoccupations restent le chômage, l’éducation, les places en crèche, tous ces problèmes du quotidien.
Les peurs, les replis communautaires sont là, mais c’est à nous d’aller voir les habitants, de rassurer et de faire en sorte que le discours soit entendu. Nous sommes en période de peur et il faut prendre des mesures concrètes. Et au sein de notre parti nous les prenons !

Au cours de la dernière réunion, il y a eu l’expression d’une unité jamais vue dans le Vaucluse. Et il a été décidé de manière unanime et ca a été dit publiquement, que nous ne serions plus les strapontins des Républicains. Il faut savoir que la politique des Républicains dans le Vaucluse jusque là, était de prendre des centristes sans aucune décision en aval. Aujourd’hui tout sera décidé au bureau.
Nous sommes sur trois circonscriptions du Vaucluse, mais il est tout a fait possible que nous partions sur les cinq.

Les alliances UDI-LES REPUBLICAINS vous posent elles problèmes lorsque vous écoutez le discours de certains candidats Républicains ?

Cela dépend du candidat. Nous avons toujours eu des rapprochements idéologiques avec l’UMP. Il est donc normal que des candidats aient une double étiquette à partir du moment où l’UDI se retrouve dans le discours. Si ca n’est pas le cas, il n’y aura bien entendu, pas de double étiquette.
Sur des circonscriptions où il y a un risque que l’extrême droite l’emporte, il serait plus logique qu’il n’y ait qu’un seul candidat. Il y a aujourd’hui plusieurs discours de droite : il n’est pas le même chez Nicolas Sarkozy et Alain Juppé par exemple. Nous parlons avec tout le monde mais ça ne veut pas dire que nous nous "écrasons" devant tout le monde.

Comment menez-vous cette campagne pour ces elections legislatives 2017 ?

Je suis entourée d’une bonne équipe et je fais du porte à porte plusieurs heures par jour. L’accueil qui m’est réservé est trés bon.
Je présente l’UDI aux habitants de cette circonscription qui n’avaient pas connu de candidat centriste jusque là. Les gens sont réceptifs et sont contents de voir des jeunes et des jeunes femmes s’investir. De nouveaux visages qui amènent de la fraicheur !
L’emploi, et la sécurité sont des thèmes qui reviennent assez souvent dans les discussions que j’ai avec les personnes que je rencontre. Nous sommes vraiment sur des problématiques locales même si je tiens à leur parler d’Europe.
Je vais à la rencontre d’associations, de commerçants et j’entends cette peur du lendemain qui revient et notamment à cause du taux de chômage très élevé dans cette circonscription du Vaucluse. Il y a dans certaines villes, des centre ville qui se meurent. Le problème du numérique se pose aussi dans ce département très rural. Il y a des problématiques spécifiques à cette circonscription tel que les vendanges, le vin, les cerises etc. qu’on ne retrouve pas forcément ailleurs et qui ne trouveront solution qu’au niveau européen.
Un agriculteur doit pouvoir vivre de son travail et actuellement ca n’est pas le cas !
Je porte un projet, un programme, je défends des valeurs. Les militants qui m’entourent sont très actifs et je m’en réjouis. Cela veut dire qu’il y a du renouveau, une envie de s’investir.
Il a une bonne dynamique !

 

par EMNA REZGUI - Dans > Actualités



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard