Articles

Accueil > Actualités > Le mouvement Nuit Debout s’installe à Nice

 

Le mouvement Nuit Debout s’installe à Nice

14 avril 2016

Partout en France s’organise depuis une quinzaine de jour des rassemblements nocturnes qui réunissent des milliers de citoyens soucieux de voir émerger de nouvelle alternative politique. La première Nuit Debout lancée par le collectif "Convergence des luttes" s’est déroulée le 31 mars dernier sur la place de la République à Paris, avant de s’étendre peu à peu à la France entière. Mouvement inspiré des Indignés ou encore de Podemos en Espagne, il a été rendu possible en France grâce à l’élan de la mobilisation nationale contre la loi travail qui a inspiré le souffle de vie nécessaire à la création des Nuits Debout. Ils sont désormais des milliers à occuper l’espace publique afin de militer pour une organisation différente de la société. A ce jour, on compte environ 300 000 personnes qui continuent de se réunir chaque soir à travers la France selon le gouvernement et au moins le double selon les partisans de la Nuit Debout. Atelier, débat, prise de parole et distribution de nourriture sont ainsi au programme lors de ces manifestations d’un nouveau genre qui agitent notre pays. Nous avons interrogé ces militants lundi dernier dans la ville de Nice pourtant peu habituée à ce type de rassemblement compte tenu de sa population majoritairement de droite. Debriefing du programme de la Nuit Debout et entretien avec une jeune militante aguerrie.


 

Ce lundi 11 avril, il est 20h lorsque nous arrivons sur la Place Garibaldi de Nice. Les premiers participants de la Nuit Debout sont réunis et commencent déjà à installer des bâches de fortune afin d’y passer la nuit. Selon les membres du mouvement, ils seraient environ 200 personnes à investir chaque soir l’emblématique place Garibaldi niçoise. Dans la petite foule qui commence à se former, nous recherchons l’organisateur de l’événement ou un chef de file à qui nous adresser mais en vain. Les partisans de la Nuit Debout nous affirme qu’il n’y a pas de leader et qu’ici chacun est organisateur a sa façon. Qu’à cela ne tienne, nous interrogeons alors la foule sans distinction.

Professeurs de littérature, jeune cadre, étudiant, chômeur ou encore aide soignant, toutes les strates de notre société était réuni pour clamer leur mécontentement du pouvoir en place. Une jeune partisane du mouvement, Anne-Laure qui est actuellement étudiante en faculté de Droit, a accepté de répondre à nos questions concernant cet événement. Elle a participé à chacune des Nuits Debout à Nice depuis son lancement et selon ses dires, le mouvement n’est pas prêt de s’essouffler.



- Vous vous réunissez sur la place Garibaldi depuis des jours, pouvez-vous nous parler de ce que vous faites et des thèmes que vous abordez ?
"Le but des Nuits Debout, c’est de dialoguer, d’échanger et de partager dans le cadre de débat citoyen. Ici chaque citoyen est libre de s’exprimer, c’est le principe d’une assemblée citoyenne. On a de nombreux ateliers : communication, logistique, moyen d’action, pôle idée etc... On alterne entre atelier et ce qu’on appelle les "débats- prise de parole". Ici, on aborde les thèmes qui intéressent les français et le peuple : chômage, précarité, corruption politique, lois anti-démocratiques et j’en passe ! On dresse des constats et puis on cherche des solutions collectivement car si on ne s’occupe pas de ce qui nous concerne, personne d’autre ne le fera pour nous. Les politiques ne s’intéressent qu’à leur intérêt donc c’est à nous de nous rassembler pour tenter de faire avancer ce qui ne fonctionne plus dans la société. On n’est pas toujours d’accord sur tout bien sûr, et c’est pour ça que c’est important de dialoguer.


- Quelles sont vos revendications prioritaires ?
C’est simple, on veut une démocratie directe. Et pour faire ça, il faut changer le système, le révolutionner. On est dans un système pyramidal avec un pouvoir ascendant, on voudrait une horizontalisation des pouvoirs. Nous sommes censés être en démocratie, le pouvoir doit être au peuple et pourtant on se sent dénué de nos droits. Les politiques votent des lois pour leur propre intérêt sans se soucier de ce qu’en pense le peuple. Notre principale revendication c’est l’aspiration à la démocratie. Une vraie démocratie qui prend en compte son peuple et qui milite pour l’intérêt général.


- On vous compare souvent au mouvement des Indignés ou de Podemos, qu’en pensez-vous ?
Nuit debout est naît d’un rassemblement spontanée du peuple qui en a eu marre des politiques menées par son gouvernement. Selon ce principe, les Indignés et Podemos répondent à ce même modèle donc personnellement la comparaison me convient. On espère qu’on se développera autant que ces autres mouvements qui ont eu beaucoup de succès et qui ont permis de changer durablement les choses en Espagne. Mais il ne faut pas oublier que Nuit Debout est une initiative française, on ne cherche à copier personne et au contraire de Podemos, nous ne sommes pas un parti politique.


- On dit souvent de ce mouvement qu’il se veut anti capitaliste, êtes -vous d’accord ?
Ce sont les médias qui nous affublent de l’étiquette « anti capitaliste », nous on a toujours revendiqué le fait de n’appartenir à aucun parti politique en particulier. Il y a des gens qui se considèrent comme anticapitaliste parmi l’ensemble des participants comme il y a des gens qui sont communistes, centristes ou encore libéraux. Vous savez, c’est le peuple qui se rassemble donc c’est très hétérogène, chacun est libre de penser comme il veut, l’important c’est de vouloir faire avancer les choses ensemble.


- Vous ne vous réclamez d’aucun parti mais êtes vous d’accord pour dire qu’il y a une forte inspiration de gauche ?
Oui certainement... La droite c’est le parti du patronat et la gauche celui des ouvriers, pour simplifier. Je vois mal le patronat descendre dans la rue pour demander plus d’égalité et moins de précarité, ça me semble logique ! Donc oui il y a surement une majorité des partisans qui ont une idéologie de gauche mais c’est une gauche plutôt du centre contrairement à ce que les médias disent, on n’est pas des radicaux d’extrême gauche. On refuse les étiquette gauche ou droite car on est juste des citoyens qui veulent que les choses changent et justement on essaye de proposer une alternative différente de la droite et de la gauche.


- Ces derniers jours on a beaucoup entendu parler de "casseurs" et d’altercation musclée avec la police qui ont eu lieu lors de certaine Nuit Debout. Désormais le gouvernement pense à interdire ces rassemblements notamment sur la place de la république à Paris. Qu’en pensez-vous ?
On nous parle de casseur mais je n’en ai jamais croisé durant l’ensemble des nuits que j’y ai passé. Il doit peut-être y avoir quelques fauteurs de trouble comme dans toutes les manifestations mais ça s’arrête la. On veut nous faire passer pour des radicaux, des marginaux, des anarchistes alors que Nuit debout est un mouvement qui se veut 100% pacifique. Je pense que ça arrange bien le gouvernement c’est quelques histoires de casseurs ultra-médiatisés, ça leur permet de ternir notre image et de tenter d’interdire ces rassemblements mais aucune interdiction ne nous empêchera de faire valoir nos droits et de nous rassembler pour débattre".

Ce soir-là, les membres du mouvement resteront sur la place Garibaldi jusqu’à l’aube. Ceux que l’on pourrait aussi nommer les Infatigables compte tenu de leur impérissable détermination, n’ont toujours pas plié après 2 semaines de ces manifestations un peu particulière. Il ne reste plus qu’à espérer que les partisans de Nuit Debout parviendront à rallier encore plus de monde à leur cause et à élargir leur mouvement aux quartiers populaires qui restent encore et toujours, les grands absents de la bataille. Espérons également que la jeunesse ne se fatiguera pas car le combat contre le pouvoir et ses formes de domination n’en est qu’à ses balbutiements et il ne fait à priori, que commencer.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

  • 4 mai

     

    Les trois grandes autorités juive, protestante et musulmane appellent ensemble au vote Macron, pas les catholiques

    Les trois grandes autorités juive, protestante et musulmane appellent ensemble au vote Macron. Aucun responsable catholique ne s’est joint à cette initiative inter-religieuse. Les trois principales autorités juive, protestante et musulmane, le grand rabbin de France Haïm Korsia, le pasteur François Clavairoly et le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Anouar Kbibech appellent jeudi 4 mai "au vote républicain pour Emmanuel Macron" pour le second tour de l’élection présidentielle, dans une déclaration "d’une même voix". (...)

     

  • 24 avril

     

    #SansMoiLe7Mai

    le Hashtag #SansMoiLe7Mai, Décider de ne pas voter au second tour Avec #SansMoiLe7Mai, de nombreux internautes ont décidé de ne pas voter le 7 mai prochain. Pour des raisons diverses. Comme cet internaute, "on nous demande de choisir entre la haine des étrangers ou la haine des pauvres. Ou un autre "Ce score de Macron marque l’immaturité politique des Français totalement manipulés par les médias", ou d’autres mécontents/"Certains semblent répondre à Jean-Luc Mélenchon, qui a déclaré dimanche soir, qu’il demanderait l’avis de ses militants par vote électronique en vue du second (...)

     

  • 24 avril

     

    Le PS appelle à voter Emmanuel Macron au 2ème tour

    Le Parti socialiste appelle "à battre l’extrême droite" et donc "à voter" pour Emmanuel Macron contre Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, a déclaré lundi Jean-Christophe Cambadélis. "Nous appelons à battre l’extrême droite, Marine Le Pen, et donc nous appelons à voter Macron. Cette prise de position a été unanime au sein du bureau national du PS et c’est suffisamment rare pour que ce soit souligné", a déclaré le premier secrétaire du PS au micro de BFMTV.

     

  • 24 avril

     

    Ces 56 communes où Marine Le Pen n’a recueilli aucune voix

    Ces 56 communes où Marine Le Pen n’a recueilli aucune voix "La candidate du Front national a réalisé un score historique avec plus de 7,5 millions de voix. Mais Marine Le Pen n’est pas pour autant populaire dans toutes les villes de France. Il existe même 56 communes où le Front national n’a obtenu strictement aucune voix. Il s’agit de petits villages avec moins de 100 inscrits sur les listes électorales. La majorité de ces bourgs se situe dans le sud-ouest de la France." http://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/carte-ces-56-communes-ou-marine-le-pen-n-a-fait-aucune-voix_2159674.html#xtor=CS1-746

     

  • 4 avril

     

    Romano Dives | Journée Internationale des Roms

    Romano Dives | Journée Internationale des Roms Le 8 avril symbolise l’union des Roms, qui se sont choisis en 1971 un hymne, un drapeau, une fête internationale : le « Romano Dives ». Pour sa 10ème édition, Latcho Divano célèbre cette journée phare à la Friche Belle-de-Mai, en proposant au public de découvrir l’action de terrain de chaque association militante et culturelle oeuvrant pour les Roms à Marseille, des activités pour tous, et un grand concert gratuit. Friche La Belle de Mai 41 rue Jobin - 13003 Marseille

     

Articles récents

Articles au hasard