Articles

Accueil > Actualités > Le Festival des Rencontres Inattendues, redonne la parole à ces pauvres (...)

 

Le Festival des Rencontres Inattendues, redonne la parole à ces pauvres qu’on ne veut pas voir !

17 octobre 2014

Le 18 octobre est la journée mondiale, classée par l’ONU, « du Refus de la misère ». A cette occasion, dans le monde entier, des actions sont organisées pour peser notamment sur les décideurs politiques. A Marseille, le festival des Rencontres Inattendues a choisi de redonner vie et identité à ceux qu’on n’entend pas ou plus, ceux dont la vie a basculé, ceux dans la galère, en perte d’emplois, ceux qui n’ont pas de toits, ces « sans-dents », comme aime les appeler les présidents en col blanc, dont même la gauche se fiche. Au CRDP, boulevard d’Athènes à Marseille, les associations qui luttent pour restituer un peu de dignité à ces cabossés de la vie et de la grande mondialisation, ont donc monté, sur deux journées, des rencontres autour de projection de films documentaires et de fictions qui mettent en lumière la vie et les envies de ces hommes, femmes et enfants de l’ombre qui luttent pour leur survie… Festival ouvert à tous et gratuit.


 

« Aujourd’hui, pour 13 millions de Français (ou résidents en France), la vie se joue chaque mois à 50 euros près ». Le film « Se battre » (2013) d’Andrea Santana et de Jean-Pierre Duret, projeté vendredi 17 octobre au CRDP, a choisi de montrer que « Derrière ces statistiques, se livrent au quotidien des combats singuliers menés par des hommes et des femmes porteurs de rêves, d’une rage de s’en sortir, d’un désir de révolte et des mots pour le dire. A leurs côtés, des bénévoles se donnent sans compter pour faire exister un monde plus solidaire et plus juste. » Ce sera l’un des documentaires évènements que l’on pourra voir, lors du festival des Rencontres Inattendues, à partir de vendredi prochain. De même, le long-métrage, « Paris, la nuit » de Claus Drexel (2014), visible samedi 17 octobre, nous plonge dans l’enfer des sans domicile fixe : « C’est ici que vivent Jeni, Wenceslas, Christine, Pascal et les autres. Sans-abris, ils hantent trottoirs, ponts et couloirs du métro, au bord d’un monde où la société ne protège plus. Ils nous font face, ils nous parlent », ce face à face avec nos autres nous-mêmes, à savoir ces pauvres que l’on voudrait ignorer, est proposé, ; à Marseille, à l’occasion de la journée mondiale du Refus de la misère.

Six associations qui travaillent au quotidien avec les plus pauvres d’entre nous ont choisi de créer, pour la deuxième année consécutive, un festival sur le thème de la pauvreté pour « Redonner la voix à ceux qui ne sont pas entendus, et leur redonner une place par le biais de la culture ». Ouvert à tous les publics, Les Rencontres Inattendues, spécificité marseillaise, proposent au public des films forts sur le thème de la pauvreté et de l’exclusion mais aussi des expositions et des prises de paroles citoyennes et d’échanges. « Lutter contre les préjugés » en changeant le regard du grand public sur la misère et « en déconstruisant les idées reçues sur les personnes en situation de pauvreté et en rendant visibles des richesses inattendues, créées ensemble » est aussi l’une des vocations du festival et la journée du refus de la misère.

Initiative régionale, le Festival des Rencontres Inattendues est porté, pour la deuxième année consécutive, par les associations telles qu’ATD Quart Monde, Les Petits Frères des Pauvres, le Secours Catholique, Habitat alternatif social, Médecins du Monde et coordonné par l’Uriopss. Inspiré par le festival du « Film précaire d’Avignon » du GEM Mine de Rien, la manifestation marseillaise est parrainée par André Gueslin, professeur d’histoire sociale contemporaine à l’université Paris-Diderot, spécialiste et historien des questions de grande pauvreté. Un making-off (le film du film) des ateliers participatifs vidéos des Rencontres, menés avec des personnes en précarité économique, durant l’année, sera également dévoilé au public. Première étape vers un court métrage, à sortir l’an prochain, ce making-off, intitulé « Coups d’œil en coulisses », retrace les différents ateliers vidéos hebdomadaires qui se sont déroulés à Marseille avec des personnes en situation d’exclusion économique et souhaitant s’approprier la caméra, écrire et réaliser une fiction.

Deux expositions viennent renforcer cette déconstruction salutaire contre les clichés sur les pauvres « qui ne veulent pas travailler ou qui sont des fraudeurs ». Avec les peintures de Boris Daniloff qui accompagne les membres du GEM Mine de Rien d’Avignon et les personnes accueillies du Collectif d’Action des Sans Abris (CASA), depuis deux ans. Et 15 panneaux réalisés par ATD Quart Monde en partenariat avec Le Défenseur des droits, CRAP, FNAREN, CGT, la Fédération des Centres Sociaux, le MAN, Apprentis d’Auteuil, pour lutter contre des idées fausses et les discours humiliants contre les personnes en situation de pauvreté et de précarité.

S’unir pour faire reculer la misère

La première journée mondiale de la misère a été inaugurée, il a déjà près de 20 ans, en 1987, au Trocadéro, à Paris, après un rassemblement de 100 000 personnes, initié par ATD Quart Monde. A cette occasion, une dalle où est inscrite la phrase suivante « Là où il y a des victimes de la misère, les droits de l’homme sont violés, s’unir pour les faire respecter est un devoir sacré » a été scellée. En 1992, l’ONU a rendu mondiale, cette journée du Refus de la misère. Depuis, une cinquantaine de dalles ont été coulées un peu partout dans le monde. Celle de Marseille est située sur l’esplanade du Parc du 26ème centenaire.

Pour Etienne Tulasne, d’ATD Quart Monde : « Cette journée a pour vocation de mettre en avant la parole des personnes très pauvres, d’être un amplificateur du combat que les gens mènent contre la misère, d’être une sonnette d’alarme auprès des dirigeants pour leur rappeler leurs engagements dans la lutte contre la pauvreté et de témoigner pour tous ceux qui agissent ensemble contre la misère ». Si l’association ATD, ne reçoit pas directement le public nécessiteux, elle se positionne plutôt comme « porteuse de la parole de l’ensemble des personnes qui sont la misère, par le biais du mouvement d’ATD national et international ». Et a vocation « à agir auprès des structures politiques et auprès de la législation ». Ainsi les travaux préparatoires et actions d’ATD ont-ils contribué à créer le RMI, la CMU et à mettre en place le DALO (Droit au Logement). « Nous sommes dans la prise de conscience politique générale et dans l’action auprès des pouvoirs publics », résume Etienne Tulasne.
Le Festival est aussi l’occasion de montrer le travail des autres associations, ceux des bénévoles et militants qui travaillent plus directement avec le public.

Programme

Vendredi 17 octobre

14h Pour ceux d’entre vous les plus sensibles à ATD, les militants ont souhaité compléter ce festival par une commémoration sur la dalle de la Place de l’Espérance, Vendredi à 14 heures.

17h Ouverture du festival avec la commémoration de la Journée mondiale du refus de la misère
Conférence d’André Gueslin : « Qui sont les sans-abris dans l’histoire ? », autour de son livre « D’ailleurs et de nulle part. Mendiants, vagabonds, clochards et SDF en France depuis le Moyen- Âge » (Fayard, 2013), suivi d’échanges avec le public.
Restitution des ateliers participatifs des ateliers vidéo des Rencontres Inattendues et Projection du court métrage « Coups d’œil en coulisses », 30mn. Suivie d’une rencontre avec les réalisateurs Manuel Perrone et Nicolas Valsan.

20h15
Projection du long-métrage : « Se Battre » d’Andrea Santana et Jean-Pierre Duret, documentaire, France 2014, 1h30.

Samedi 18 octobre

14h Projection de « Être vivant » d’Emmanuel Gras, essai documentaire, France 2013, 17mn suivi d’une rencontre avec le réalisateur. « Une voix off décrit avec une précision impitoyable le parcours physique et mental d’un homme se retrouvant à la rue. Derrière la dureté des mots, on devine l’empathie de celui qui est déjà passé par là. À l’image, les rues de Paris, les passants, les bancs, les recoins sombres où l’on pourrait peut-être s’abriter, le temps d’une nuit. » Prix du public court métrage, festival Entrevues, Belfort 2013
Projection de Skhizein de Jérémy Clapin, film d’animation, France 2008, 13mn. Que se passerait-il si une météorite de 150 tonnes vous tombait dessus ? C’est malheureusement ce qui vient d’arriver à Henry... Pourtant, il est toujours là, enfin pas tout à fait « là »... S’il veut ouvrir une porte, s’asseoir ou décrocher le téléphone, il devra maintenant le faire 91 cm plus loin. Et si la folie se mesurait en centimètres...

16h Projection d’« Au bord du monde » de Claus Drexel, documentaire sorti en 2013 relate, notamment la vie des sans-abris à Paris. 1h38. Suivie d’une rencontre avec Sylvain Leser, directeur de la photographie.

CRDP : 31 boulevard d’Athènes à Marseille.

Mardi 21 octobre 12 h 00 à 14 h 00

Présence de Jean-Christophe Sarrot, co-auteur du livre « En finir avec les Idées Fausses sur les Pauvres et la Pauvreté ! ». À la Libraire Saint-Paul, 28 bis, Cours d’Estienne d’Orves. Marseilel

http://lesrencontresinattendues.blogspot.fr/

http://refuserlamisere.org/article/presentation-generale-de-la-journee-mondiale-du-refus-de-la-misere

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard