Articles

Accueil > Actualités > Le Crowfunding ou le New Age de la Finance ?

 

Le Crowfunding ou le New Age de la Finance ?

13 novembre 2014

Le crowdfunding, « le financement par la foule » devient une nouvelle façon de financer des projets de l’économie réelle ou solidaire et sociale en faisant appel aux citoyens, via des plateformes de collectes de fond. Les particuliers ont alors la possibilité d’investir dans des projets proches de leur intérêt et de leur conviction. Le financement participatif n’est pas uniquement altruiste, car au-delà du don, il peut aussi prendre la forme d’un prêt, à taux d’intérêt ou entrée de capital dans une entreprise, par souscription de titres financiers, dans une entreprise. Aujourd’hui en plein boom, il permet d’investir dans l’économie réelle d’un pays. « Avec le crowdfunding, on passe de l’ère de la BCE (Banque Centrale Européenne) à l’ère de la BCU, Banque Citoyenne Universelle », commente Arnaud Poissonnier, fondateur de la plateforme Babyloan, pionnière en France du prêt solidaire. Aujourd’hui pour la sphère méditerranée, plusieurs plateformes voient le jour et tendent à capter les flux financiers de la diaspora africaine pour les réinvestir sous forme de projets dans le pays d’origine.


 

Le crowfunding, cette finance participative, devient un véritable phénomène économique mondial qui connaît des taux de croissance à trois chiffres. Cette révolution silencieuse de la finance s’étend dans le monde entier.


La France compte, aujourd’hui 80 plateformes, mais le chiffre va bondir d’ici quelques mois avec l’adoption en octobre dernier d’une nouvelle réglementation sur le sujet ouvrant la voie au financement « equity », c’est-à-dire à l’investissement, à l’entrée dans le capital d’une société. Mais pour le créateur de Babyloan.org, la plus importante plateforme de prêts solidaires en Europe, Arnaud Poissonnier, cet engouement doit être relativisé : « J’ai une petite crainte qu’il y ait un emballement pour le crowdfunding, comme à l’époque de la bulle internet, or il n’y a pas de place pour 200 ou 300 plateformes en France, alors que les décrets d’application de la nouvelle loi viennent de sortir, et que les demandes de création se multiplient. Aux Etats-Unis, les taux de croissance des plateformes du crowdfunding sont actuellement moindres, ils sont passés de 50 à 60 % à 10-15% depuis 3 ans. » A l’origine, le crowdfunding se réalisait sur des petits montants, aujourd’hui les fonds qui passent par ce système s’accroissent et peuvent atteindre 1 million d’euros.

Nouvelle législation française

Le financement participatif se décline sous trois types d’opérations financières : le don avec contrepartie, le prêt à taux d’intérêt ou prêt solidaire sans taux d’intérêt et le crowd Equity qui signifie l’entrée dans le capital d’une entreprise sous formes d’actions. Avantage majeur : les épargnants, c’est à dire chacun d’entre nous, peuvent identifier les projets qu’ils soutiennent, et ce, en quelques clics d’ordinateurs…. Le crowdfunding constitue une option pour les citoyens d’investir dans l’économie.

Par l’ordonnance de mai 2014, désormais, il est possible de créer des plateformes d’investissement, en France, par souscription de titres financiers émis par une société non cotée. Et deux nouveaux métiers viennent d’être créés sur notre sol : Le Conseiller en investissement participatif (CIP) ou le Prestataire en services d’investissement (PSI). Le crowdfunding permet de financer des projets solidaires ou plus classiques, comme participer à la création d’une PME. La finance participative s’inscrit dans une logique de création d’emplois, puisque les plateformes financent en capital de jeunes sociétés, et peuvent les aider à renforcer leurs fonds propres et de se développer. Cette levée de fonds permet d’aider à la création de nouveaux projets économiques, sociaux, solidaires …

Ces opérations se réalisent par l’intermédiaire de plateformes, qualifiées de « facilitateurs », ou intermédiaires financiers. Ce sont des professionnels qui garantissent le bon déroulement des opérations entre le projet et la levée de fonds. A la tête de ces plateformes, se situent des financiers, que l’on pourrait qualifier de « New Age » ayant des compétences fortes dans le management, la finance et dans les technologies de l’information et de la communication. La plupart des fondateurs des plateformes ont fait, ou font toujours une carrière dans la finance plus traditionnelle. La plateforme Babyloan, pionnière en France, créée en 2008, est spécialisée dans le prêt solidaire. Elle permet au grand public de financer des micro-entrepreneurs sur toute la planète en « les aidant à développer une activité de subsistance (commerce, artisanat, agriculture). Elle fonctionne sur un système de prêts, possible à partir de 10 euros. 20 000 entrepreneurs ont été financés de cette façon. En tout, 9 millions ont été injectés par ce biais dans l’économie réelle.

Les banques doivent-elles être inquiètes ?

La villa Méditerranée, accueillait, mercredi dernier, les premières Rencontres du Crowdfunding en Méditerranée, sous l’impulsion de Pop finance et Financement participatif en Méditerranée. Nombreuses questions ont été soulevées comme celle de savoir si cette nouvelle finance en circuit court, constitue une réelle révolution financière pouvant inquiéter les banques ? Pour l’heure, nous n’en sommes pas encore là et les banques traditionnelles se sont déjà mises dans la partie, en développant des partenariats avec les plateformes.

Interrogés sur le sujet, les divers intervenants des conférences de mercredi estiment que l’on va, en revanche, rapidement assister à l’émergence de nouveaux métiers d’accompagnement de projets. Pour Arnaud Poissonnier, fondateur de Babyloan, le crowdfunding joue un nouveau rôle, totalement inédit dans le monde de la finance : « Jusqu’à maintenant, aucun outil de la finance traditionnelle n’a été capable de mobiliser une telle proportion de sa collecte sur des projets avec un impact social et solidaire comme le crowdfunding. Le contributeur est en empathie avec le projet qu’il soutient, avant de vouloir un retour sur investissement, même si ce n’est pas systématique. Le crowdfunding est un véhicule de financement de l’intérêt général. » Le créateur de Babylon Arnaud Poisonnier a d’ailleurs conclu la journée en affirmant qu’avec le crowdfunding : « On passe de l’ère de la BCE, Banque centrale européenne à celle de la BCU, Banque Citoyenne Universelle »

Crowdfunding et captation de la diaspora des migrants

Visant au développement de projets économiques, culturels ou solidaires, de l’autre côté de la Méditerranée, plusieurs plateformes se consacrent au Maghreb et à l’Afrique. Tous s’accordent sur le point suivant : les diasporas ont un rôle très important à jouer. Les acteurs du financement participatif tablent sur la diaspora méditerranéenne et africaine, présente en Europe, et soucieuse de participer à l’essor de leur pays d’origine pour collecter des fonds. Pierre champsavoir a développé, la première plateforme spécifique pour le Maroc, Smala & Co. Au-delà de l’intérêt de mobiliser la diaspora, l’objectif du crowdfunding est aussi de pouvoir identifier les initiatives locales, entrepreneuriales ou autres, ce qui requiert, pour les plateformes, d’avoir des connexions locales, au Maghreb, en Afrique de l’Ouest ou sur l’ensemble de la Méditerranée. L’autre enjeu, soulevé durant la journée, est de pouvoir également mobiliser la classe moyenne et supérieure, en pleine croissance en Afrique, au-delà de la diaspora.

Thameur Hedmane est le fondateur et Président d’ADIASPI,

La plateforme Babyloan travaille aussi à la captation des migrants ; au Bénin, Maroc, Tunisie, Togo, Mali : « Nous savons que la mobilisation des diasporas en crowdfunding sera long. Il a fallu 5 ans d’émergence du crowdfunding aux Etats-Unis, 5 ans en Europe, et il faudra 5 à 8 ans dans les pays en développement. Mais, je suis convaincu, qu’il y a une capacité, dans les années qui viennent à capter ces flux financiers des diasporas », estime-t-il.

Thameur Hedmane et André Jaunay viennent de créer FPM, Finance participative en Méditerranée, pour promouvoir le crowdfunding en Méditerranée. Français d’origine tunisienne, Thameur Hedmane est le fondateur et Président d’ADIASPI, une plateforme qui développe des solutions de crowfunding pour les diasporas. Des diasporas qui peuvent soutenir des projets dans leur pays d’origine, via du don, entreprenariat social, artistique et citoyen des associations. Adiaspi lance, aujourd’hui deux plateformes d’investissement (Equity) pour la Tunisie et le Maroc. Pour l’instant, les plateformes sont en attente de réponse de l’AMF, puisque la réglementation française actuelle s’arrête aux projets franco-français.

http://www.smalaandco.com/
http://www.babyloan.org/fr/
http://www.adiaspii.org/

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard