Articles

Accueil > Actualités > Le cours Julien en passe de devenir un quartier dénaturé ?

 

Le cours Julien en passe de devenir un quartier dénaturé ?

23 décembre 2014 - Dernier ajout 10 janvier 2015

Depuis 22 ans, l’association du cours Julien favorise, par ses manifestations, le lien social dans le quartier éponyme de la structure. Repas, vide-greniers et plus généreusement, Marché paysan, Journée des plantes et jardins, Rendez-vous du Plateau, ces événements dessinent l’activité du quartier populaire. Depuis deux années la structure boîte et, faute de subventions, l’équilibre paraît aujourd’hui inatteignable. Les étrennes qu’elle pourrait recevoir de la dernière commission des subventions semblent compromises.


 

Avec la réduction des subventions qui touche de plein fouet le secteur associatif, Marseille n’est pas épargné. « Il nous manque 15 000 euros pour clôturer l’année. C’est à peine 10% d’une réception de fin d’année d’une collectivité » compare avec amertume la présidente de l’association du cours Julien, Marianne Doullay. Après l’association du Millepattes à Noailles, c’est le cœur vivant du cours Julien (6e arr.) qui est menacé. Depuis deux années, l’association souffre d’un manque de reconnaissance des collectivités. Les restrictions budgétaires ont induit à la structure la réduction des coûts de fonctionnement par la baisse de la masse salariale et du programme événementiel. Actuellement, deux bénévoles, au caractère trempé, maintiennent l’association : la secrétaire générale, Nicole Bargigli et la présidente, Marianne Doullay qui assure avec conviction : « on y croit et on va y arriver car ce que l’on fait a du sens » avant de lancer : « on ne va pas nous balayer comme ça ». Faute de trésorerie, l’association va devoir quitter son local, lieu d’accueil, de réception et de diffusion de l’information.

Du côté des manifestations, le schéma s’assombrit. La Fête du Plateau, après 13 années d’existence, a connu en 2011 quelques restructurations, d’abord financières, puis de fond. Le budget alloué – 120 000 euros jusqu’en 2010, 75 000 euros en 2013 et moins de 40 000 euros en 2014- avait été dispatché sur plusieurs petits événements de proximité. La dernière édition, dépourvue de concert, a alors été réduite à une journée au lieu de deux. L’année 2015 ne pourra côtoyer la Journée des Plantes et des Jardins qui a accueilli 90 000 visiteurs depuis 1993 : « c’est une manifestation coûteuse par sa mise en œuvre. Il n’était pas concevable pour nous d’augmenter la participation demandée aux citoyens et aux horticulteurs » évalue Marianne Doullay. Parallèlement, l’association du cours Julien n’est plus intégrée au Marché paysan qui, désormais, est géré directement entre l’association pour le développement de l’emploi agricole et rurale des Bouches-du-Rhône (ADEAR 13) et la Ville de Marseille.

JPEG - 87 ko
Les 15 ans de la Fête du Plateau - Rendez-vous du Plateau -. Depuis 1998, l’événement a attiré 520 000 visiteurs

« La Ville ne remplit pas vraiment son rôle »

« La question qu’on se pose, c’est vis-à-vis de la politique et de ses choix en terme de répartition de l’argent public » s’interroge Marianne Doullay. La légitimité que l’association pensait avoir acquise depuis plus de vingt ans de services est mise en doute. Si le Conseil Général (CG) « est à peu près la seule institution qui suit les associations comme la nôtre dans les subventions de fonctionnement » reconnaît la présidente de l’association, elle sait qu’à « un moment donné, il fait des choix ». Marianne Doullay ne discute pas l’implication de ce dernier, regrettant tout de même la voilure qu’il lui impose mais elle déplore le manque d’investissement de la Ville : « tout repose sur le CG, la Ville ne remplit pas vraiment son rôle. Actuellement, elle nous soutient un peu sur les Rendez-vous du Plateau mais les aides baissent d’année en année depuis que Marseille a été labellisé Capitale de la culture. Si la Ville pouvait nous accorder une subvention de fonctionnement, c’est à ce niveau que ça nous aiderait ».

A l’image des liquidations d’associations qui commencent à se succéder, et ce malgré le lien social qu’elles entretiennent entre habitants, quelle est la priorité aujourd’hui portée à la dimension sociale ? Celle qui vise à créer du dialogue, apporter de la connaissance et favoriser le partage. « On nous demande d’être rentable mais on ne peut pas appliquer la politique du chiffre dans des domaines de la société » s’inquiète Marianne Doullay jugeant qu’il « faut avoir envie de valoriser l’être humain et de ne pas en faire un animal rentable, ce sont des choix de sociétés à faire ». Dans la balance de la rentabilité, le rendement social d’une association pèserait-il moins lourd que l’intérêt d’un hôtel 4 étoiles...

Son sort aurait pu être inversé lors de la dernière commission d’attribution des subventions –au CG-, le 19 décembre, mais « nous n’avons eu aucun retour » regrette la présidente de l’association qui reste dans l’expectative : « avec ces fêtes de fin d’année, on ne sait pas trop ». L’association ne désespère pas : « ce quartier, on ne le lâche pas. C’est un territoire pilote en terme de force de propositions et de visions. Il y a pleins d’associations avec des jeunes qui sont là depuis 2/3 ans qui ont aussi des envies de mutualisation et de partage. Il y a des alternatives de vie possible » mesure Marianne Doullay. Dans cette optique, l’association a rejoint le réseau Les commerces de la Butte qui regroupe une centaine de commerces situés au cours Julien et dans le quartier des créateurs de Notre-Dame-du-Mont. Quant aux Rendez-vous du Plateau et des vide-greniers, ils restent inscrits au calendrier. Dans un nouveau registre, la structure porte un projet d’émission culturelle diffusée sur internet. Des actualités qui permettent aux deux seules femmes de l’association de garder espoir, sentiment renforcé depuis que la Maison Méditerranéenne des Droits de l’Homme – au cours Julien – leur a proposé de s’installer dans leurs locaux : « c’est un véritable témoignage de solidarité qui nous permet de dire, on n’arrête pas, on déménage » se réjouit Marianne Doullay.



Le site de l’association du cours Julien

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard