Articles

Accueil > Actualités > Le cours Julien en passe de devenir un quartier dénaturé ?

 

Le cours Julien en passe de devenir un quartier dénaturé ?

23 décembre 2014 - Dernier ajout 10 janvier 2015

Depuis 22 ans, l’association du cours Julien favorise, par ses manifestations, le lien social dans le quartier éponyme de la structure. Repas, vide-greniers et plus généreusement, Marché paysan, Journée des plantes et jardins, Rendez-vous du Plateau, ces événements dessinent l’activité du quartier populaire. Depuis deux années la structure boîte et, faute de subventions, l’équilibre paraît aujourd’hui inatteignable. Les étrennes qu’elle pourrait recevoir de la dernière commission des subventions semblent compromises.


 

Avec la réduction des subventions qui touche de plein fouet le secteur associatif, Marseille n’est pas épargné. « Il nous manque 15 000 euros pour clôturer l’année. C’est à peine 10% d’une réception de fin d’année d’une collectivité » compare avec amertume la présidente de l’association du cours Julien, Marianne Doullay. Après l’association du Millepattes à Noailles, c’est le cœur vivant du cours Julien (6e arr.) qui est menacé. Depuis deux années, l’association souffre d’un manque de reconnaissance des collectivités. Les restrictions budgétaires ont induit à la structure la réduction des coûts de fonctionnement par la baisse de la masse salariale et du programme événementiel. Actuellement, deux bénévoles, au caractère trempé, maintiennent l’association : la secrétaire générale, Nicole Bargigli et la présidente, Marianne Doullay qui assure avec conviction : « on y croit et on va y arriver car ce que l’on fait a du sens » avant de lancer : « on ne va pas nous balayer comme ça ». Faute de trésorerie, l’association va devoir quitter son local, lieu d’accueil, de réception et de diffusion de l’information.

Du côté des manifestations, le schéma s’assombrit. La Fête du Plateau, après 13 années d’existence, a connu en 2011 quelques restructurations, d’abord financières, puis de fond. Le budget alloué – 120 000 euros jusqu’en 2010, 75 000 euros en 2013 et moins de 40 000 euros en 2014- avait été dispatché sur plusieurs petits événements de proximité. La dernière édition, dépourvue de concert, a alors été réduite à une journée au lieu de deux. L’année 2015 ne pourra côtoyer la Journée des Plantes et des Jardins qui a accueilli 90 000 visiteurs depuis 1993 : « c’est une manifestation coûteuse par sa mise en œuvre. Il n’était pas concevable pour nous d’augmenter la participation demandée aux citoyens et aux horticulteurs » évalue Marianne Doullay. Parallèlement, l’association du cours Julien n’est plus intégrée au Marché paysan qui, désormais, est géré directement entre l’association pour le développement de l’emploi agricole et rurale des Bouches-du-Rhône (ADEAR 13) et la Ville de Marseille.

JPEG - 87 ko
Les 15 ans de la Fête du Plateau - Rendez-vous du Plateau -. Depuis 1998, l’événement a attiré 520 000 visiteurs

« La Ville ne remplit pas vraiment son rôle »

« La question qu’on se pose, c’est vis-à-vis de la politique et de ses choix en terme de répartition de l’argent public » s’interroge Marianne Doullay. La légitimité que l’association pensait avoir acquise depuis plus de vingt ans de services est mise en doute. Si le Conseil Général (CG) « est à peu près la seule institution qui suit les associations comme la nôtre dans les subventions de fonctionnement » reconnaît la présidente de l’association, elle sait qu’à « un moment donné, il fait des choix ». Marianne Doullay ne discute pas l’implication de ce dernier, regrettant tout de même la voilure qu’il lui impose mais elle déplore le manque d’investissement de la Ville : « tout repose sur le CG, la Ville ne remplit pas vraiment son rôle. Actuellement, elle nous soutient un peu sur les Rendez-vous du Plateau mais les aides baissent d’année en année depuis que Marseille a été labellisé Capitale de la culture. Si la Ville pouvait nous accorder une subvention de fonctionnement, c’est à ce niveau que ça nous aiderait ».

A l’image des liquidations d’associations qui commencent à se succéder, et ce malgré le lien social qu’elles entretiennent entre habitants, quelle est la priorité aujourd’hui portée à la dimension sociale ? Celle qui vise à créer du dialogue, apporter de la connaissance et favoriser le partage. « On nous demande d’être rentable mais on ne peut pas appliquer la politique du chiffre dans des domaines de la société » s’inquiète Marianne Doullay jugeant qu’il « faut avoir envie de valoriser l’être humain et de ne pas en faire un animal rentable, ce sont des choix de sociétés à faire ». Dans la balance de la rentabilité, le rendement social d’une association pèserait-il moins lourd que l’intérêt d’un hôtel 4 étoiles...

Son sort aurait pu être inversé lors de la dernière commission d’attribution des subventions –au CG-, le 19 décembre, mais « nous n’avons eu aucun retour » regrette la présidente de l’association qui reste dans l’expectative : « avec ces fêtes de fin d’année, on ne sait pas trop ». L’association ne désespère pas : « ce quartier, on ne le lâche pas. C’est un territoire pilote en terme de force de propositions et de visions. Il y a pleins d’associations avec des jeunes qui sont là depuis 2/3 ans qui ont aussi des envies de mutualisation et de partage. Il y a des alternatives de vie possible » mesure Marianne Doullay. Dans cette optique, l’association a rejoint le réseau Les commerces de la Butte qui regroupe une centaine de commerces situés au cours Julien et dans le quartier des créateurs de Notre-Dame-du-Mont. Quant aux Rendez-vous du Plateau et des vide-greniers, ils restent inscrits au calendrier. Dans un nouveau registre, la structure porte un projet d’émission culturelle diffusée sur internet. Des actualités qui permettent aux deux seules femmes de l’association de garder espoir, sentiment renforcé depuis que la Maison Méditerranéenne des Droits de l’Homme – au cours Julien – leur a proposé de s’installer dans leurs locaux : « c’est un véritable témoignage de solidarité qui nous permet de dire, on n’arrête pas, on déménage » se réjouit Marianne Doullay.



Le site de l’association du cours Julien

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

  • 14 septembre

     

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité Vaste article du New York Times sur l’état des piscines à Marseille... https://www.nytimes.com/2017/09/14/world/europe/marseille-piscines-publiques-inegalite.html?smid=fb-nytimes&smtyp=cur

     

  • 11 septembre

     

    Manifestation contre ordonnance travail le 12 sept Vieux Port

    Rassemblement est prévu au vieux port à 10h30, à l’appel Front social 13. Front Social est composé de syndicats (CGT, Sud, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, la CNT..) et d’associations. "Le programme d’Emmanuel Macron consiste à mettre en œuvre la politique qui a été imposée à la Grèce, à l’Espagne, au Portugal... Pour la France son projet est de faire baisser les salaires , faciliter les licenciements , supprimer le CDI , réduire au maximum les droits des salariés ,baisser les retraites , baisser fortement les aides sociales , les indemnités chômage, supprimer un maximum de dépenses publiques dans : l’éducation , la santé , les services sociaux ... pour faire en sorte que le travail en France soit moins (...)

     

  • 11 septembre

     

    Préavis de grève lycée Saint Charles Marseille

    Les enseignants du lycée Saint-Charles de Marseille ont déposé un préavis de grève pour ce lundi 11 septembre. Ils sont remontés contre une série de dysfonctionnements au sein de l’établissement parmi lesquels des problèmes d’emploi du temps et des règles de sécurité trop strictes.

     

  • 11 septembre

     

    Ouragan Irma : Air France accusée de gonfler ses prix pour quitter Saint-Martin et Saint-Barthélemy

    Une pétition signée par plus de 40 000 personnes dénonce les prix des billets d’avion d’Air France pour quitter l’île dévastée de Saint-Martin. La compagnie réfute ces accusations et explique à France info avoir mis en place un tarif spécial rapartiement.. http://www.francetvinfo.fr/meteo/cyclone-ouragan/ouragan-irma/ouragan-irma-air-france-accusee-de-gonfler-ses-prix-pour-quitter-saint-martin-et-saint-barthelemy_2365898.html#xtor=CS1-746

     

  • 11 septembre

     

    Prestations sociales : bavures en chaîne dans la chasse aux fraudeurs

    Alors que le gouvernement prépare une loi sur « le droit à l’erreur pour les entreprises », le défenseur des droits Jacques Toubon réclame la même disposition pour les particuliers. Il l’écrit dans un rapport glaçant sur les abus de la lutte contre « la fraude aux prestations sociales », qui laisse entrevoir une chasse arbitraire à l’usager. Le rapport précise que la lutte contre la fraude aux prestations sociales – qui se distingue de la fraude aux cotisations sociales des entreprises (non traitée dans ce rapport) – s’est considérablement développée depuis la loi du 13 août 2004 sur la réforme de l’assurance-maladie. : Le journal Le Monde le précise : « Selon la Délégation à la lutte contre la fraude, la (...)

     

  • 8 septembre

     

    Pôle emploi, est aussi en difficulté avec la baisse des Contrats aidés

    Le serpent qui se mord la queue... Selon FO-Pôle emploi, 2 000 contrats aidés seraient supprimés au sein même de l’opérateur public. Le syndicat réclame une pérennisation de leurs emplois.

     

  • 6 septembre

     

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier La ministre a tranché. Le périmètre classé de l’ancienne carrière grecque découverte à Marseille sur le site de la Corderie ne sera pas modifié par la loi, a annoncé, le 04/09 par communiqué la ministre de la Culture Françoise Nyssen, alors que plusieurs élus et riverains lui demandaient de...

     

  • 6 septembre

     

    La campagne d’Emmaüs pour dénoncer le drame vécu par les migrants

    Un clip et une traversée à la nage pour interpeller sur le sort des migrants morts en Méditerranée Emmaüs lance une campagne pour dénoncer le drame vécu par les migrants. Outre un clip, une traversée du détroit de Gibraltar est organisée en hommage aux dizaines de milliers de personnes mortes en Méditerranée .Emmaüs a lancé jeudi 31 août une pétition et un nouveau clip intitulé "Article 13 : pour que sur terre aucun être ne soit illégal". Une référence explicite à un article de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui garantit la liberté de circulation pour toutes et tous. Ce droit est refusé aux migrants qui tentent de venir en Europe, selon l’association fondé par l’Abbé Pierre (...)

     

Articles récents

Articles au hasard