Articles

Accueil > Une Histoire, Cent Mémoires > Le 9 mai, souvenons-nous de la bataille de Ponto-Novu

 

Le 9 mai, souvenons-nous de la bataille de Ponto-Novu

4 mai 2016

Si nos sœurs et frères d’origines algériennes se battent pour que la France reconnaisse les massacres de Sétif du 8 mai 1945, qu’ils sachent que nous corses chaque 9 mai nous nous souvenons de la bataille de Ponto-Novu que nos ancêtres perdirent contre l’armée française ce qui mit fit à l’indépendance de la nation corse. Le père de notre état Pascal Paoli quitta l’île le 13 juin et parti pour l’Angleterre. Vendu par Gênes à la France nous avons continué notre vie de colonisé après 40 ans de lutte pour notre liberté qui donna naissance à un pays libre assiégé dés sa création par les puissances du temps. La constitution de 1755 fit de la Corse la première république démocratique moderne.


 

JPEG - 102.5 ko

Elle était basée sur la séparation des pouvoirs et le suffrage universel. Les révolutionnaires américains s’en inspirèrent et le cri de « viva Paoli » résonna souvent dans leurs rangs. Après notre défaite de nombreux patriotes connurent les geôles de l’occupant et d’autres prirent le chemin de l’exil. Certains continuèrent le combat dans le maquis. Aujourd’hui l’arrivée des nationalistes à la tête de l’exécutif corse, les enfants de ceux qui ranimèrent le combat pour l’égalité et la dignité en 1975 à Aléria est un honneur et une grande satisfaction. Mais les luttes à venir sont nombreuses et complexes. Nous comptons dans nos rangs de nombreux prisonniers politiques que la France ne reconnaît pas en tant que tel. Mais je profite de ces quelques lignes pour réaffirmer que le combat pour la liberté ne doit jamais être mené contre un peuple mais bien contre une oligarchie qui partout dans le monde et durant notre longue histoire a toujours confisqué à son profit le pouvoir, la richesse et les biens communs. Toutes les femmes et les hommes peuvent vivre ensemble dans le respect mutuel et l’amour sauf ceux qui veulent les diriger pour satisfaire leur désir maladif de puissance qu’ils soient leaders politiques ou religieux. Solidarité avec nos prisonniers et paix aux individus de bonne volonté. Aujourd’hui dans ce pays un jeune a perdu un œil par un projectile tiré par les forces de l’ordre et un soldat de ces forces est hospitalisé dans un état grave, aujourd’hui dans ce pays trois soldats sont tombés au Mali dans un terre lointaine pour un combat qui n’était pas la défense de notre communauté. En 2015, la mort que nous infligions à d’autres dans nos expéditions néo-coloniales au service d’une cause pervertie qui se revendique comme un combat pour la liberté s’est invitée sur notre terre et a frappé des innocents. De la rédaction de CHARLIE HEBDO, à une jeune joggeuse qui avait le malheur d’être là au mauvais moment jusqu’aux pauvres victimes des attentats de Paris. Et tous les jours partout dans le monde c’est l’abatage des innocents, l’homme n’a donc rien appris de son histoire. Corses souvenez-vous à jamais de vos frères tombés pour la liberté.

 

 

Autres articles Une Histoire, Cent Mémoires

 

Brèves Une Histoire, Cent Mémoires

  • 29 mai

     

    Topo historique du Cours Julien d’hier et d’aujourd’hui

    En 1960 la ville de Marseille décide de déplacer le lieu d’échanges commerciaux de fruits et légumes qu’était alors le Cours Julien pour le regrouper en un seul et même site, le quartier des Arnavaux. Un déménagement qui se terminera en 1971. La relocalisation des grossistes en 1972 a libèré de vastes locaux. Le Cours Julien devient alors un lieu de promenade, de brocante et de culture. Depuis, le Cours Julien est devenu l’un des lieux culturels le plus connu de Marseille. L’Association Cours Julien qui réunit depuis 1992, habitants, associations et commerçants, organise tout au long de l’année des manifestations diverses tel que la journée des plantes, vide-greniers, marché paysan, Sardinade, salon (...)

     

  • Novembre 2015

     

    Il y a 11 ans, YASSER ARAFAT nous quittait ! Rappel du parcours de ce résistant hors normes par Azzedine Taïbi, Maire de Stains.

    Il y a 11 ans, YASSER ARAFAT nous quittait ! Le 11 novembre 2004 Abou Ammar plus connu sous le nom de Yasser Arafat s’est éteint à l’hôpital militaire de Percy de Clamart, suite à un empoisonnement au Polonium. Il est et restera le plus grand leader du peuple palestinien et un symbole de la cause palestinienne. J’ai eu le grand honneur de le rencontrer à trois reprises, à Gaza et à Ramallah, grâce à mon cher ami et frère Fernand Tuil, qui nous a malheureusement aussi quitté le 24 décembre 2013. Voici quelques lignes sur le parcours du grand leader palestinien : Yasser Arafat, né à Jérusalem le 4 août 1929 d’autres disent qu’il est né le 24 août 1929 dans la ville du Caire en Égypte. Yasser (...)

     

  • Juillet 2015

     

    Souvenir

    Ce matin en entendant les commentaires des médias sur la Grèce, je me suis souvenu de mon arrière grand-père boiseur dans les mines du sud tunisien, un français méditerranéen qui n’avait jamais vu la France et mon grand-père né à Bizerte en 1905, maçon anarchiste. Alors j’ai eu envie d’écouter une nouvelle fois Brel... Paroles de Jaurès Ils étaient usés à quinze ans Ils finissaient en débutant Les douze mois s’appelaient décembre Quelle vie ont eu nos grand-parents Entre l’absinthe et les grand-messes Ils étaient vieux avant que d’être Quinze heures par jour le corps en laisse Laissent au visage un teint de cendres Oui notre Monsieur, oui notre bon Maître Pourquoi ont-ils tué Jaurès ? Pourquoi (...)

     

Articles récents

Articles au hasard