Articles

Accueil > S’Coupe du monde > Afrique > La Tunisie, entre "Takbir"(1) et "TakeBeer"

 

La Tunisie, entre "Takbir"(1) et "TakeBeer"

12 septembre 2015

Berceau de la première révolution du monde arabe, la Tunisie se relève peu à peu de ses cendres. Là où la Lybie et autre Syrie pataugent encore au milieu de guerres de clans qui les ravagent de l’intérieur, le pays de l’ancien dictateur Ben Ali a déjà entamé sa marche vers le renouveau. Un renouveau dans lequel un étrange paradoxe semble prendre place : D’un côté une vague de radicalisation religieuse, portée par la popularité d’El Nahdha, le parti islamiste du pays, de l’autre une Young Génération, accro aux plaisirs de la vie, l’alcool entre autres. Retour sur cette recette qui fait la réussite de nos voisins outre méditerranée.


 

JPEG - 265.3 ko
Aout 2015, autour d’une piscine d’un hôtel de la côte de Tunis, une image qui pourrait traduire un paradoxe, sauf qu’ici, chacun vit ses vacances avec ou sans "pression". C’est peut être cela la tolérance !?

L’alcool, entre tabous et pratiques

82% des Tunisiens jugent la consommation d’alcool immorale. Une opinion motivée en grande partie par un conditionnement parental, familial, mais aussi environnemental. Pourtant, depuis un an, la consommation d’alcool dans le pays a même augmenté de 50%. Une évolution impressionnante qui vient contredire les idées reçues sur l’impossible cohabitation entre pouvoir islamiste et alcool.
Un rapport de l’Organisation mondiale de la santé vient même dresser un bilan qui en dit long : Le tunisien, avec sa moyenne de 26,2 litres d’alcool consommés par an, fait office de premier de la classe parmi ses collègues arabes. Mieux encore, sa quinzième place mondiale le place devant des pays comme la France, l’Italie, la Russie ou l’Allemagne, pays où la bière est reine.

JPEG - 251.7 ko
Au comptoir d’un restaurant de Djerba, Celtia marque vedette de la SFBT est la bière la plus vendue en Tunisie depuis sa création en 1925.

SFBT, un état dans l’état

La SFBT (Société de Fabrication des Boissons de Tunisie), plus important brasseur du pays, peut donc se féliciter du fait que l’accession des islamistes au pouvoir ou ne partage du pouvoir ne s’est pas (encore) traduite par une baisse de la consommation des spiritueux. Elle semble même avoir paradoxalement dopée cette consommation.

Ultra dominatrice dans le secteur des boissons, la SFBT n’a de cesse d’enregistrer des résultats records. Pour la bière, le chiffre d’affaires du breuvage local est passé de 23 315 264 dinars à 26 205 882 dinars en à peine une année, soit une augmentation de 12,40%. La production de la bière a aussi augmenté de 8%, soit 415 152 hectolitres consommés.

Il faut dire que l’entreprise jouit d’un quasi-monopole. En Tunisie, elle contrôle environ 85 % du marché de la bière, 90 % de celui des sodas, et entre 40 % et 50 % de celui de l’eau minérale. Confortablement installée sur son marché, elle fait donc sans surprise figure de valeur refuge sur la Bourse de Tunis.

En Tunisie, "on boit pour vous" !

"J’ai bu pour vous au Radisson Blue Hammamet un Magon rosé : 32 dt, Bière : Celtia 5.5 dt, Pizza fruit de mer :24 dt, Poulpe : 48 dt
Fréquentation : Snob
Personnel : très qualifié
Parking : j’ai garé ma polo entre une range et une panamera (sans complexe lol)"

Un post parmi des centaines d’autres, une expérience personnelle, des prix, une petite touche d’humour si possible… Devenu un repère, le groupe Facebook tunisien « On a bu pour vous », compte aujourd’hui plus de 15 mille membres. Entre tables conviviales et adresses étoilées, bars branchés ou en pleine nature, les tunisiens se partagent leurs expériences arrosées en guise de tuyaux, mais aussi de critiques positives ou négatives. Les lounges, bars branchés et boites de nuits n’ont jamais été aussi peuplés, le bouche à oreille carbure à plein régime, et tous les moyens sont bons pour faire la fête, peu importe le prix, peu importe le reste.
La Tunisie championne toutes catégories de la consommation régionale d’alcool
En 2014, et à l’occasion de la sortie de sa série limitée "City Edition", la bière Heineken a mis à l’honneur les capitales mondiales qui ont marqué le développement de la marque au cours de son histoire.
Baptisé « Open The City Edition », cet hommage se décline en une collection de 10 bouteilles célébrant les grandes villes : New York, Shangani, Berlin, Amsterdam, Singapour, Londres, Rio de Janeiro... Et Tunis. Un comble pour un pays musulman, qui interdit la vente d’alcool à ses ressortissants les vendredi, mais aussi pendant tout le mois de ramadan.
Ainsi la Tunisie, le pays aux mille facettes, voit sa capitale sacrée parmi les « cities of the world » d’Heineken. Cette dernière qui contribue à sa façon à promouvoir Tunis, la place sur un pied d’égalité avec ces autres grandes villes internationales, car Tunis n’a rien à leur envier !
Et oui…. Certains appelleraient cela « schizophrénie », le tunisien l’appellerait « Diversité »... Parce que la Tunisie est belle de cette diversité qui en fait sa richesse !

(1) : Takbir : L’action de dire "Alahou Akbar", qui veut dire en arabe : "dieu est le plus grand"

 

 

Autres articles S’Coupe du mondeAfrique

 

Articles récents

Articles au hasard