Articles

Accueil > S’Coupe du monde > Europe > LA TORTURE CALABRAISE

 

LA TORTURE CALABRAISE

22 octobre 2015

J’ai cherché en vain la mafia calabraise en bonne marseillaise inspirée par la passion du crime (et non la passion du Christ !) mais je ne l’ai trouvée nulle part en Calabre.


 

Personnellement, j’en conclu que c’est un mythe, une sorte de légende.
La mafia calabraise n’existe pas.
Punto i basta.
Point d’omerta je pense chez ce peuple aussi chaleureux que souriant avec un vrai sens de l’humour.
M’est avis que la mafia calabraise a été inventée par pur égoïsme, une volonté de se garder une région paradisiaque dans le sens originel du terme : une terre fertile verdoyante, des plages au sable blanc et des eaux purement turquoise …

Une terre de saveurs et de senteurs…
Unique producteur de bergamote au monde, la Calabre produit cet agrume délicatement parfumé et a mis un point d’honneur à obtenir une DOP (Déclaration d’origine protégée) pour la bergamote fièrement défendue par Me PIZZI – avocat de son état et puissant patron des 3 institutions faisant référence en la matière. La lutte contre la contrefaçon et le clonage de ce fruit aux multiples vertus est faite de passion et de persévérance.

Ces deux qualités ont permis de hisser la bergamote au plus haut niveau des huiles essentielles utilisées par la parfumerie française et internationale ainsi que sur les tables des plus grands chefs. Bien des vertus médicinales ont été révélées par des études universitaires à Cosenza : anticholestérol, antidiabètique … Le jus de bergamote serait donc un alicament utilisé en nutraceutique.
La gastronomie et le terroir balayé par un microclimat (la Sicile à 3 km constitue une excellente barrière climatique aux intempéries) permettent de respecter la diète méditerranéenne consacrée à l’Unesco en optant pour une alimentation riche en produits de la mer (thon, espadon, calamars, seiches, poulpes et autres fruits de mer) et en fruits (figues de barbarie, grenades, anones) sans compter l’excellent filet d’huile d’olive vierge et les fameux oignons rouges et doux de Tropea (IGP – Indication Géographique protégée) qui sont servis sous toutes les formes (salade, sauce, soupes, confits…). Leur douceur en bouche permet qui plus est une digestion aisée et n’enlève rien à l’haleine des autochtones dont le sourire orne le visage au quotidien.
La culture des oignons rouges est foisonnante grâce au caractère sablonneux du terrain et certaines récoltes se font encore à la main.

Le grand jeu a été sorti pour célébrer l’oignon et il a même été question d’inviter Miss Italie à défaut de créer une Miss Oignon…
Robes longues, plateau événementiel sur la chaîne nationale la Rai 2 et tous les plus grands Chefs pour un show cooking…

Oui en Calabre, on sait vivre et… recevoir.
C’est là que je dois vous alerter sur la désormais fameuse torture calabraise…
Les calabrais sont tellement hospitaliers qu’ils n’ont de cesse de vous inviter à table.
Vous, tout bien éduqué que vous êtes et, ne voulant pas fâcher le Chef, vous acceptez bien volontiers, heureux de goûter aux joies culinaires locales. Bien mal vous en a pris vous passez d’un riche cocktail dînatoire, à une dégustation de Tartuffo (glace au chocolat, pistache au autre contenant plein de surprises gourmandes à l’intérieur : amandes, noisettes, fruits confits, cœur fondant de chocolat au café etc …) à un dîner.
Or le dîner comprend une entrée, des antipastis à nouveau, 2 premiers plats, 2 deuxièmes plats…
A chaque fois, vous finissez votre assiette tout poli que vous êtes.
Malheur à vous ! Personne ne vous a prévenu le supplice peut durer toute la nuit, vous terminez une assiette et un autre plat tout aussi copieux et savoureux arrive… et rebelote…

La coutume veut qu’il reste toujours quelque chose sur la table au cas où…
Les mariages sont infernaux de supplices gastronomiques heureusement on vous prévoit plusieurs desserts les uns à la suite des autres.
En fait, le menu doit être consommé en entier par chacun des convives. Vous choisissez seulement l’ordre dans lequel vous voulez tous les plats un à un (en fait, c’est ce que j’en ai compris). Par chance, on vous permet de digérer avec un café (italien s’il vous plaît) puis plusieurs digestifs. Oui, pour digérer plusieurs plats, il faut bien plusieurs digestifs (liqueur de bergamote ressemblant au Limoncello,Vecchio Amaro el Capo, Liquirizzia…). C’est ce que j’appelle la torture calabraise comme un repas orgasmique où l’on meurt de bonheur sous les coups des saveurs.
Non, les calabrais sont vraiment trop cruels.
Ils ont le don de vous jeter un sortilège : l’envoutement calabrais où vous devenez accros à cette région tout au sud de l’Italie et dont vous ne souhaitez plus partir. La douleur du retour est terrible et le manque se fait déjà ressentir.
AIUTO ! (Au secours en calabrais)
Direction la Calabre – Marseille – Rome – Lamezia Terme avec Alitalia ou Air France

JPEG - 87.5 ko
Derrière la vespa, c’est Gentiane PIOVANACCI, crédit photos et auteur de l’article. © WORLDMUNDO NEWS pour Med In Marseille

 

 

Autres articles S’Coupe du mondeEurope

 

Articles récents

Articles au hasard