Articles

Accueil > En direct de Marseille > L’actu marseillaise > L’EPIDE, apprendre autrement, est-ce bien raisonnable ?

 

L’EPIDE, apprendre autrement, est-ce bien raisonnable ?

2 septembre 2015

En ce jour de rentrée scolaire, redémarrage de l’ascenseur social ou relance de la fabrique à décrocheurs, que l’on soit optimiste ou pessimiste, regardons l’expérience pilote de l’EPIDE de Marseille : Etablissement Public d’Insertion de la Défense. L’EPIDE, 18 centres en France métropolitaine est un réseau crée par ordonnance en 2005 par Michèle Alliot-Marie et Jean-Louis Borloo, alors ministre de la Défense et ministre du Travail. Leur mission, insérer les jeunes en difficulté, les accompagner en vue de favoriser leur entrée dans la vie active. Un projet pédagogique pour restaurer la confiance et l’estime de soi. Acquérir l’autonomie, les codes et savoir de base nécessaire pour devenir employable. En quelque sorte une grande partie de ce que doit faire l’école de la république.


 


L’annexe de Marseille est installée dans l’ancienne caserne de gendarmerie du Collet, 2 traverse de l’Ecole Oasis dans les quartiers nord aux Aygalades où se mêlent hlm, copropriétés, zones pavillonnaires et noyau villageois. Ici c’est uniforme de rigueur, levée des couleurs dans la cour centrale, distribution des bons points ou des mauvais. Nous sentons presque les fantômes des hussards noirs de la IIIème République nous frôler. Discipline, discipline… Entre caserne et monastère on accroche les décrocheurs. Les enfants terribles pour l’éducation nationales retrouvent ou découvrent le goût de la citoyenneté et de l’étude. Les conseillers d’éducation et de citoyenneté et les formateurs sont à l’écoute et les volontaires, parce qu’il s’agit de volontaires sont évalués en permanence, en cours, en sport, à la cantine, dans les chambres… Ce qui nous change du nivellement parfois par le bas et du faux égalitarisme que subissent les élèves du primaire au lycée. Bien sur le public concerné a entre 18 et 25 ans, nous sommes loin des enfants et des préadolescents, mais ce n’est pas encore des femmes et des hommes complètement autonomes. La pédagogie est du cousu main, math, français, langues étrangères, etc. à la demande, de même que le sport, l’informatique et la sécurité routière, du BSR pour conduire un scooter jusqu’au permis de conduire quelques fois. On apprend la vie communautaire, on étudie, on mange, on dort avec son groupe. Un apprentissage total de la sociabilité, de la solidarité avec comme but l’insertion par l’emploi. Une coupure avec le milieu d’origine souvent salutaire. Nous pouvons parler d’une immersion dans un microcosme formateur. Une thérapie de groupe où le combat contre les différentes addictologies n’est pas oublié. La meilleure des écoles dans le meilleur des mondes préfabriqué possible. Oui mais là où le charme se rompt c’est que la planète EPIDE n’a que 180 habitants au mieux et selon les statistiques 50% des volontaires s’en sortent bien : ils intègrent une formation, un CDD ou un CDI soit 90 personnes. Autant de moyens pour si peu d’élus. De quoi nous faire toucher du doigt les alternatives possibles à l’école et leur impact réel sur une ville comme Marseille. Espérons au moins que l’EPIDE soit une source d’inspiration pour les réformateurs de l’éducation nationale qui œuvrent pour que le changement dans ce domaine ne se fasse pas trop attendre. Alors si vous êtes éloigné de l’emploi, du système scolaire et avez des difficultés sociales vous pouvez toujours téléphoner au 04 95 06 25 70 et demander M. Boucher (pas de plaisanterie, c’est le directeur). Je sais vous êtes des centaines dans ce cas. Le contrat va de 8 à 24 mois, la soupe est bonne et le volontaire après sélection reçoit 300,00 € par mois. Il y a des entrées tous les deux mois. Engagez-vous, engagez-vous. Et pour tous ceux qui viennent de rentrer ce matin, soyez sages et travailleurs où vous finirez à l’EPIDE ou à l’Ecole de la 2ème Chance, je ne vous le souhaite pas malgré le remarquable travail de ces deux institutions.

 

 

Autres articles En direct de MarseilleL’actu marseillaise

 

Articles récents

Articles au hasard