Articles

Accueil > Agenda > L’association israélienne Zochrot à Marseille ce lundi soir

 

L’association israélienne Zochrot à Marseille ce lundi soir

29 décembre 2014

Il y a 66 ans, alors que l’état d’Israël est proclamé, plus de 700 000 Palestiniens quittent leur terre contraints et forcés, pour gagner le Liban, la Jordanie, la Syrie et l’Egypte. Aujourd’hui, cette population chassée, réfugiés palestiniens ainsi que leurs descendants, représentent 4,8 millions de personnes dispersées dans tout le Moyen-Orient. Si ce pan de l’histoire, la Nakba -Catastrophe- est commémoré chaque année par l’occupé, il reste sensible du côté de l’occupant. L’association israélienne Zochrot -Se souvenir- lutte pour inverser cette tendance tout en militant pour un droit au retour des Palestiniens. Deux membres de la structure sont de passage à Marseille lundi 29 décembre.


 

Qu’ils soient militants, étudiants, professeurs et anciens militaires, les activistes de l’association sont convaincus que « la vérité historique et la reconnaissance de la responsabilité sont des passages obligés de la réconciliation ». Depuis 2002, l’association basée à Tel-Aviv œuvre à travers cette ligne directrice pour faire évoluer les mentalités locales autour de la Nakba et ainsi « promouvoir la sensibilisation et le changement politique et culturel » évalue l’association. Par le biais d’ateliers et de conférences, elle organise de nombreuses activités pédagogiques comme des visites sur les lieux détruits de 1948 et illustrés par des témoignages de réfugiés palestiniens et de combattants juifs. L’association a également été l’instigatrice de plusieurs plaques commémoratives dans les villages arabes abandonnés et reconstruits. Parallèlement, elle publie depuis 2007 un mensuel, Sedek -Fissure- et conçoit des brochures et cartes montrant l’impact des destructions de biens (visuel disponible sur le site). Depuis l’année 2014, la carte interactive de ces sites, qui conserve la mémoire des destructions, est disponible via l’application « iNakba3 ». « Zochrot agira afin de promouvoir la reconnaissance et la responsabilité de la société juive d’Israël pour les injustices de la Nakba […] de sorte à ce qu’elle renonce à la conception coloniale de son existence dans la région et les pratiques coloniales qu’elle entraîne » affirme-t-elle.

JPEG - 45.2 ko
Carte interactive de sites palestiniens disparus

Si la sensibilisation et la réflexion sont le moteur de son activité, l’association estime que « le retour est fondamental pour la résolution du conflit ». Elle travaille alors avec Israéliens et Palestiniens pour examiner les espaces et les planifier à nouveau précisant que « le retour ne signifie pas expulser les Juifs de leurs maisons, mais tout le contraire : l’existence mutuelle des Palestiniens et des Juifs dans le pays ».

Un combat loin d’être gagné

Depuis 1948 et l’exil forcé de la moitié de la population palestinienne, les mesures locales prises à leur encontre se sont succédées. Alors que la résolution 194 de l’Organisation des Nations Unies (ONU), du 11 décembre 1948, acquiesce « qu’il y a lieu de permettre aux réfugiés qui le désirent, de rentrer dans leurs foyers le plus tôt possible et de vivre en paix avec leurs voisins, et que des indemnités doivent être payées à titre de compensation pour les biens de ceux qui décident de ne pas rentrer dans leurs foyers et pour tout bien perdu ou endommagé lorsque, en vertu des principes du droit international ou en équité, cette perte ou ce dommage doit être réparé par les gouvernements ou autorités responsables », elle n’a jamais été appliquée. En 1950, c’est la « loi sur la propriété des absents » qui vient renforcer le caractère d’éloignement. L’Etat Israélien s’approprie alors les biens des réfugiés qui ne peuvent plus rentrer chez eux. Aujourd’hui encore, en Cisjordanie et à Jérusalem, les autorités israéliennes pratiquent les expulsions et appliquent cette loi pour ainsi perpétuer la colonisation.

Depuis mars 2011, l’oppression a pris un nouveau visage avec la « loi Nakba », surnommée « anti-nakba ». Désormais, l’Etat d’Israël impose une censure aux autorités locales et autres organismes financés par l’Etat, qui emploieraient le mot « nakba », sous peine de leur retirer des fonds. En 2011, l’association avait pu sensibiliser plus de 1 500 élèves à un déni de l’histoire qui se retrouve dans l’enseignement à l’école, sur les cartes du pays et les panneaux touristiques mais les enseignants montrent maintenant des signes de frilosité pour développer ce genre d’actions.

Sur le plan international, plus d’une vingtaine de résolutions n’a été respectée, la Déclaration universelle des droits de l’homme bafouée et les conventions de Genève méprisées.

Lundi soir, au Manifesten, Eitan Bronstein, un des fondateurs de l’association Zochrot et Eléonore Merza militeront contre l’oubli des crimes commis en 1948. La soirée se clôturera par un moment convivial.



Lundi 29 décembre, à partir de 18h30, au Manifesten, 59 rue Thiers Marseille, 1er arr. Contact : 06.27.64.93.59


Site de l’association

 

par Sarah Lehaye - Dans > Agenda



 

 

Autres articles Agenda

 

Brèves Agenda

  • Décembre 2017

     

    La Mairie et les assos du 2 -3 relèvent le défi du Téléthon 2017 ce Samedi 9 décembre.

    Savez-vous que le premier Téléthon a eu lieu en 1987, et sur Antenne 2 le premier Parrain se nommait Jerry Lewis, un grand acteur humoriste américain. Depuis, après 30 années d’efforts, grâce à vous, en apportant vos dons à la recherche, l’AFM (Association Française contre les Myopaties) a fait, via les chercheurs soutenus, progresser les thérapies. Bien évidemment, la municipalité du 2-3, va cette année, une nouvelle fois, coordonner l’action de nombreuses associations afin qu’avec ses partenaires, les Marseillais du secteur puissent apporter leur pierre à l’édifice. Et, à l’instar de la jeune Myriam qui nous a contacté avec enthousiasme, une nouvelle génération s’investie désormais pour cette cause. En (...)

     

  • Novembre 2017

     

    Journée Mondiale de l’Égalité des Chances Marseille les 5 et 9 décembre.

    INSCRIPTION GRATUITE OBLIGATOIRE -> http://bit.ly/2A6tc1Z En partenariat avec l’association Phoenix - Egalité des Chances de KEDGE Marseille , Bleu Blanc Zèbre et GHETT’UP, les Different Leaders invitent à un grand rassemblement dans la cité phocéenne pour donner aux jeunes les clés pour être acteurs du changement. — - Afterwork du bendo by GHETT’UP dans un lieu emblématique & unique du numérique : la Coque d’Aix Marseille French Tech ! AU PROGRAMME : //Table ronde avec des personnalités inspirantes originaires de Marseille : Omar Keddadouche / Consultant Football @France Bleu Provence & Président du club de Foot Asc Vivaux Sauvagère Sabrina Roubache / Fondatrice @Gurkin Invest (...)

     

  • Novembre 2017

     

    La Palestine en Résistance, les 24 et 25 Nov. 2017 au Canopé Marseille 1er.

    C’est au 31 boulevard d’Athène, en bas des escaliers de la gare Saint-Charles, qu’auront lieu ces deux journées de réflexion, de connaissance et d’échanges en faveur de la Palestine, ce pays si injustement colonisé et martyrisé. Au menu, de copieux plats de "Résistance" vous seront servis. Et cela débutera vendredi 24 à 19 heurs avec la diffusion de l’excellent film de Maryse Gargour "La terre parle Arabe" un film d’histoire devenu historique et essentiel pour ceux qui veulent comprendre la tragédie de ce peuple. L’épuration ethnique que subissent les Palestiniens depuis des dizaines d’années ne sont pas sanctionné de façon coercitive par les nations unis, et les grande puissances. Pire, aujourd’hui des (...)

     

  • Novembre 2017

     

    Film : "Planète Marseille, enfants des Comores" samedi 25 nov au musée d’Histoire de Marseille.

    Dans le cadre du Festival image de ville, musée d’Histoire de Marseille, samedi 25 novembre à 15 heures : projection - débat autour du film " Planète Marseille, enfants des Comores" un documentaire de Charlotte Penchenier, 2016, 52 min. Film produit en Région – Tita Productions A Marseille, un habitant sur dix vient des Comores. La vie communautaire et le respect des traditions, comme le sacro-saint « grand mariage » comorien, pèsent sur les jeunes grandis en France. Fatima, Anzui, Faiswal, génération métissée, cultivent à la fois leur indépendance et l’attachement aux origines. Suivi d’un débat avec Charlotte Penchenier Entrée libre dans la limite des 200 places disponibles à l’auditorium du (...)

     

  • Novembre 2017

     

    On l’appelait « Chocolat »

    Cette exposition rend hommage au premier artiste noir ayant connu la célébrité sur une scène française. Jeune esclave cubain, vendu à un marchand espagnol, il arrive à paris en 1886, comme domestique d’un clown anglais. Foottit et Chocolat ont joué vingt ans ensemble. Ils ont inventé la comédie clownesque, le duo associant le clown blanc et l’auguste. Ils ont été aussi les premiers acteurs du cinéma muet. Haute figure de la vie parisienne à la Belle Epoque, lié à Toulouse-Lautrec, Debussy, Alphonse Allais, Firmin Gémier et bien d’autres, le clown Chocolat est tombé dans un injuste oubli après sa mort en 1917. A travers l’histoire de cet artiste, l’exposition aborde la question des discriminations et du (...)

     

  • Novembre 2017

     

    Financement participatif pour le film, Les Herbes Folles de Lucie Thierry, sur l’école bricabracs, une école créée par des parents à Marseille

    Le financement participatif du documentaire "Les Herbes Folles" de Lucie Thierry s’achève le 8 novembre. Ce documentaire suit l’aventure de la nouvelle école Bricabracs, dans les quartiers Nord de Marseille, école qui a été montée par des parents et un instituteur désireux de proposer à leurs enfants un autre système scolaire. Une aventure en constant mouvement et interrogation. « Raconter l’école, c’est raconter la société telle qu’elle est. Filmer l’école Bricabracs, c’est oser rêver à d’autres possibles », explique Lucie Thierry. La documentariste est également auteure du documentaire "Poussières de Femmes," diffusé sur la chaîne Arte qui relate le quotidien de trois femmes balayant les rues de (...)

     

  • Novembre 2017

     

    Festival Les Instants Vidéo

    30e Festival Les Instants Vidéo Le Festival Les Instants Vidéo est une manifestation dédiée à l’art vidéo et la poésie électronique, sous toutes ses formes, monobandes, installations, performances, multimédias... "30 ans que nos désirs font désordre 30 ans que nous forçons les barrages culturels, sociaux et économiques 30 ans que nous dessinons avec les artistes des plans d’évasion 30 ans que nous tissons des réseaux de complicités internationales poétiques et politiques. Nous célébrons donc en 2017, 30 années d’agitations vidéo poélitiques intercontinentales en 30 événements sans frontières (Tunisie, Maroc, Palestine, Kirghizistan, Egypte, Argentine, Italie, France...) et de manière totalement (...)

     

  • Octobre 2017

     

    L’Europe devient-elle fasciste ? "Mise en veille", la dernière création de la Compagnie Mémoires Vives

    La compagnie Mémoires Vives présente sa nouvelle création : MISE EN VEILLE. Le Jeudi 2 novembre 2017 à 20h00 et Vendredi 3 novembre 2017 à 14h30 et 20h00 Au Théâtre de l’Œuvre (1 rue Mission de France, 13001 Marseille) L’Europe devient-elle fasciste ? Elle qui s’était drapée des principes d’unité, de démocratie, de solidarité, d’harmonie et de paix entre les peuples… Elle qui, désincarnée, bafoue ces mêmes principes par des actes froids, technocratiquement pensés et exécutés…Dans quelle impasse est-elle en train de s’engouffrer ? Cette Europe qui devait se construire de nos rêves et qui finalement alimente nos peurs et se nourrit de nos cauchemars… Par des fragments de vie d’individus, ordonnés par la peur, (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Expo MUCEM : nous sommes foot

    En laissant entrer un ballon rond dans son enceinte, le Mucem rend hommage aux peuples et aux civilisations du football ainsi qu’aux pratiques culturelles et sociales qui l’accompagnent, en Méditerranée comme à Marseille. Défendue par son effectif de 300 œuvres, objets, photos et installations, « Nous sommes foot » met en jeu 11 séquences et, comme les règles sportives l’imposent, se visite en 90 minutes ! Mucem Nous sommes foot. Jusqu’au 4 fév 2018

     

  • Octobre 2017

     

    Festival O.Q.P (Opération Quartiers Populaires)

    Festival O.Q.P (Opération Quartiers Populaires) Du 23 Octobre au 04 Novembre 2017, le Festival O.Q.P occupe le Théâtre de l’Œuvre, implanté en plein quartier de Belsunce, à la lisière de La Canebière et de Noailles… Les Lieux • C’est à partir du Théâtre de l’Œuvre, lieu passerelle participatif, endroit de rencontres et d’échanges artistiques, maison de théâtre ouverte sur son environnement et ses habitants que le Festival va essaimer sur d’autres lieux emblématiques du territoire… • Le Polygone Etoilé, nom du Cinéma International de Quartier, géré par le collectif Film Flamme au Quartier de la Joliette, une Maison d’Artistes au cœur du public où l’on rencontre un public sans quartier. • Le Cinéma Les (...)

     

Articles récents

Articles au hasard