Articles

Accueil > Agenda > L’association israélienne Zochrot à Marseille ce lundi soir

 

L’association israélienne Zochrot à Marseille ce lundi soir

29 décembre 2014

Il y a 66 ans, alors que l’état d’Israël est proclamé, plus de 700 000 Palestiniens quittent leur terre contraints et forcés, pour gagner le Liban, la Jordanie, la Syrie et l’Egypte. Aujourd’hui, cette population chassée, réfugiés palestiniens ainsi que leurs descendants, représentent 4,8 millions de personnes dispersées dans tout le Moyen-Orient. Si ce pan de l’histoire, la Nakba -Catastrophe- est commémoré chaque année par l’occupé, il reste sensible du côté de l’occupant. L’association israélienne Zochrot -Se souvenir- lutte pour inverser cette tendance tout en militant pour un droit au retour des Palestiniens. Deux membres de la structure sont de passage à Marseille lundi 29 décembre.


 

Qu’ils soient militants, étudiants, professeurs et anciens militaires, les activistes de l’association sont convaincus que « la vérité historique et la reconnaissance de la responsabilité sont des passages obligés de la réconciliation ». Depuis 2002, l’association basée à Tel-Aviv œuvre à travers cette ligne directrice pour faire évoluer les mentalités locales autour de la Nakba et ainsi « promouvoir la sensibilisation et le changement politique et culturel » évalue l’association. Par le biais d’ateliers et de conférences, elle organise de nombreuses activités pédagogiques comme des visites sur les lieux détruits de 1948 et illustrés par des témoignages de réfugiés palestiniens et de combattants juifs. L’association a également été l’instigatrice de plusieurs plaques commémoratives dans les villages arabes abandonnés et reconstruits. Parallèlement, elle publie depuis 2007 un mensuel, Sedek -Fissure- et conçoit des brochures et cartes montrant l’impact des destructions de biens (visuel disponible sur le site). Depuis l’année 2014, la carte interactive de ces sites, qui conserve la mémoire des destructions, est disponible via l’application « iNakba3 ». « Zochrot agira afin de promouvoir la reconnaissance et la responsabilité de la société juive d’Israël pour les injustices de la Nakba […] de sorte à ce qu’elle renonce à la conception coloniale de son existence dans la région et les pratiques coloniales qu’elle entraîne » affirme-t-elle.

JPEG - 45.2 ko
Carte interactive de sites palestiniens disparus

Si la sensibilisation et la réflexion sont le moteur de son activité, l’association estime que « le retour est fondamental pour la résolution du conflit ». Elle travaille alors avec Israéliens et Palestiniens pour examiner les espaces et les planifier à nouveau précisant que « le retour ne signifie pas expulser les Juifs de leurs maisons, mais tout le contraire : l’existence mutuelle des Palestiniens et des Juifs dans le pays ».

Un combat loin d’être gagné

Depuis 1948 et l’exil forcé de la moitié de la population palestinienne, les mesures locales prises à leur encontre se sont succédées. Alors que la résolution 194 de l’Organisation des Nations Unies (ONU), du 11 décembre 1948, acquiesce « qu’il y a lieu de permettre aux réfugiés qui le désirent, de rentrer dans leurs foyers le plus tôt possible et de vivre en paix avec leurs voisins, et que des indemnités doivent être payées à titre de compensation pour les biens de ceux qui décident de ne pas rentrer dans leurs foyers et pour tout bien perdu ou endommagé lorsque, en vertu des principes du droit international ou en équité, cette perte ou ce dommage doit être réparé par les gouvernements ou autorités responsables », elle n’a jamais été appliquée. En 1950, c’est la « loi sur la propriété des absents » qui vient renforcer le caractère d’éloignement. L’Etat Israélien s’approprie alors les biens des réfugiés qui ne peuvent plus rentrer chez eux. Aujourd’hui encore, en Cisjordanie et à Jérusalem, les autorités israéliennes pratiquent les expulsions et appliquent cette loi pour ainsi perpétuer la colonisation.

Depuis mars 2011, l’oppression a pris un nouveau visage avec la « loi Nakba », surnommée « anti-nakba ». Désormais, l’Etat d’Israël impose une censure aux autorités locales et autres organismes financés par l’Etat, qui emploieraient le mot « nakba », sous peine de leur retirer des fonds. En 2011, l’association avait pu sensibiliser plus de 1 500 élèves à un déni de l’histoire qui se retrouve dans l’enseignement à l’école, sur les cartes du pays et les panneaux touristiques mais les enseignants montrent maintenant des signes de frilosité pour développer ce genre d’actions.

Sur le plan international, plus d’une vingtaine de résolutions n’a été respectée, la Déclaration universelle des droits de l’homme bafouée et les conventions de Genève méprisées.

Lundi soir, au Manifesten, Eitan Bronstein, un des fondateurs de l’association Zochrot et Eléonore Merza militeront contre l’oubli des crimes commis en 1948. La soirée se clôturera par un moment convivial.



Lundi 29 décembre, à partir de 18h30, au Manifesten, 59 rue Thiers Marseille, 1er arr. Contact : 06.27.64.93.59


Site de l’association

 

par Sarah Lehaye - Dans > Agenda



 

 

Autres articles Agenda

 

Brèves Agenda

  • 1er août

     

    Fête du 4 août, à la belle de Mai, pour fêter la fin des privilèges

    Pour fêter l’abolition des privilèges, le collectif " Fête du 4 août " propose des rencontres avec les acteurs sociaux de terrain ( Eau Bien Commun, Médecins du Monde, Meus, Usagers. Des Transports), des syndicats et des collectifs de lutte ( Solidaires, Front Social 13) et les habitants de ce quartier de Marseille (entre autres, La Fédération des Associations Comoriennes de Marseille ) dans le cadre d’une fête populaire (groupes musicaux, balletti et paella géante). Le vendredi 4 août, la fête sera animée par le groupe Kilimandjaro, et ses rythmes africains, Susie, chanteuse de genre et le Dj. Pour célébrer l’abolition des privilèges de 1789 et appeler à l’abolition des nouveaux privilèges, un (...)

     

  • 30 juin

     

    2017 ça rime avec Africa Fête ! Du 30 juin au 8 juillet...

    Le Festival Africa Fête de Marseille aura lieu du 30 juin au 8 juillet 2017 pour cette édition 2017 (la numéro13) un menu copieux vous attend. Et ce, tant pour l’esprit que pour la fête, c’est ça Africa Fête ! Le programme complet est ici : L’Edito de notre Ami Victor Faye, histoire d’en comprendre les enjeux. En septembre 1956 se tenait à la Sorbonne le premier congrès des écrivains et artistes noirs qui avait comme but essentiel de rehausser aux yeux du monde entier le statut des civilisations noires au même titre que celles des autres cultures. À l’époque, cet événement était considéré comme un tournant décisif pour les peuples de cultures noires du monde entier. Qu’en est-il soixante ans après ce (...)

     

  • 10 mai

     

    HIP HOP : un âge d’or 1970-1995...Exposition MAC Marseille

    HIP HOP : un âge d’or 1970-1995... 13 mai 2017 – 14 janvier 2018 La culture Hip Hop ouvre les portes du musée d’Art contemporain à ceux qui aux États-Unis, en Europe et à Marseille incarnent un phénomène planétaire. Depuis les premières block parties du Bronx jusqu’à l’âge d’or marseillais retrouvez la fièvre qui s’est emparée du monde en trois temps et quatre mouvements : DJing, MCing, Graffiti & Bboying. La formidable énergie et l’inventivité des DJ, des maîtres de cérémonie, des graffeurs et writters, des break dancers et de leurs crews a pris la rue, les clubs et la jeunesse du monde. Émergeant dans le quartier du Bronx, qui connaît les pires conditions économiques, une jeunesse qui rêve d’exister (...)

     

  • 10 mai

     

    "La Belle fête de Mai", 19-20-21 Mai

    Depuis seize ans, « La Belle Fête de Mai » fédère et mobilise tout un quartier. A travers elle la Belle de Mai, devant l’absence de projets structurants, manifeste clairement sa détermination, revendique et affirme son droit à exister dans une ville en pleine mutation.Soutenu par l’histoire emblématique d’un quartier légendaire et le dynamisme affirmé du collectif fondateur, ce temps festif met en œuvre la participation des habitants. Le quartier de la Belle de Mai est résolument porté par les valeurs de solidarité et d’accueil qui caractérisent l’identité marseillaise. La rencontre, l’échange et le respect de l ‘autre doivent être à la disposition de cet avenir qui permettra aux anciens et nouveaux (...)

     

  • 4 mai

     

    Faites de la fraternité ! Théâtre Toursky

    Les 5 et 6 mai sera organisée la « Faites de la Fraternité ». Artistes, intellectuel(le)s, associations, fondations engagées et citoyens sont appelés à se rassembler au Théâtre Toursky pour échanger, se rencontrer, dialoguer, et faire connaissance. Au fil de ces deux journées consacrées au partage interculturel et intergénérationnel, se tiendront des concerts, des débats, des expositions, des animations, des projections, des rencontres, de la poésie, et des actes de fraternité. Il s’agit là de faire de l’Art notre ferment d’unité et le socle fondateur d’une humanité fraternelle combattant tout obscurantisme. La solidarité fraternelle est universelle. Le soutien au droit de tous les peuples de disposer (...)

     

  • 4 mai

     

    « Derrière les fronts : Résistance et Résilience en Palestine » film de Alexandra Dols

    Projection-débat du film Derrière les fronts : Résistance et Résilience en Palestine » film de Alexandra Dols Soirée en présence de la réalisatrice, du docteur Samah Jabr et d’une partie de l’équipe du film « Derrière les fronts, propose un cheminement dans nos esprits et sur les routes de Palestine, en compagnie de la psychiatre psychothérapeute et écrivaine palestinienne Dr. Samah Jabr. Dans l’héritage du Dr. Frantz Fanon, psychiatre anticolonialiste, elle témoigne des stratégies et conséquences psychologiques de l’occupation et des outils des palestinien-nes pour y faire face.Dans ce film à plusieurs voix, des extraits de chroniques, d’interviews et d’échappées poétiques dansent aux corps-à-corps (...)

     

  • 1er mai

     

    Carrières de Lumières, Baux-de-Provence

    Exposition multimédia consacrée aux grands peintres du XVIe siècle. Réalisation : Gianfranco Iannuzzi, Renato Gatto et Massimiliano Siccardi Carrières de Lumières Du 4 mars au 7 janv. : Tlj 10h-18h (Novembre >mars) / 9h30-19h (avril>juin et septembre-octobre), 9h30-19h30 (juillet-août) 10/12 € (10/13 € en juillet-août) www.carrieres-lumieres.com Route de Maillane 13520 Les Baux-de-Provence 04 90 54 55 56 06 89 82 83 89

     

  • 25 avril

     

    Expo Beautiful Africa aux Galeries Lafayettes

    – BEAUTIFUL AFRICA – EXPOSITION DU 8 AVRIL AU 10 JUIN 2017 Visuel : Otobong Edet Nkanga, Alterscape : Alterscape I, 2005. C-print sur papier photographique, 50 x 67 cm. © D.R. Collection FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur Beautiful Africa à La Galerie du 5em Avec les artistes Sammy Baloji, Yona Friedman et Denise Charvein, Eddy Kamuanga Ilunga, Kapwani Kiwanga, Abdoulayé Konaté, Namsa Leuba, Toufik Medjamia, Otobong Nkanga D’avril à juin, l’Afrique se révèle à la Galerie du 5e avec les œuvres de 9 artistes qui vivent et travaillent entre l’Europe, les Etats-Unis et l’Afrique. L’exposition « Beautiful Africa » traverse les paysages du Nigéria, du Mali ou du Maghreb, raconte les bouleversements (...)

     

  • 24 avril

     

    Peut-on parler calmement de laïcité ?

    Table ronde avec Maïssa Falha et Marc Rosmini (professeurs de philosophie, membres du collectif Les Philosophes Publics) et Richard Martin (directeur du Toursky) La laïcité désigne un type d’organisation politique censé permettre la coexistence pacifique de tous les citoyens, quelles que soient leurs options spirituelles. Ce terme fait pourtant rapidement dégénérer les débats en vaines, et parfois violentes, polémiques. Nous tenterons donc, en croisant les approches historique, juridique et philosophique, de comprendre ce glissement, et de participer à une reconstruction collective du concept de laïcité. Sans détours ni tabous, il s’agira au moins de dissiper les malentendus, et de démasquer les (...)

     

  • 24 avril

     

    7èmes Rencontres Nationales des Luttes de l’Immigration et des Quartiers Populaires

    29-30 avril 2017 7èmes Rencontres Nationales des Luttes de l’Immigration et des Quartiers Populaires Ces 7èmes rencontres nationales organisées à Marseille par le FUIQP offre des opportunités d’échanges : tables rondes, débats, retours d’expériences de militant-e-s issu-e-s de l’immigration et des quartiers populaires et paroles des familles dans leur combat quotidien pour la vérité et la justice. Ces 7èmes rencontres se concluront à la fois par une manifestation publique le dimanche 30 avril a 15 heures dans les rues de marseille pour dénoncer encore et toujours les violences policières, mais aussi par une invitation à nous rejoindre le 1er mai dans notre cortège revendiquant l’égal l’accès à (...)

     

Articles récents

Articles au hasard