Articles

Accueil > En direct de Marseille > L’actu marseillaise > L’Algérie vu du ciel à la Villa Méditerranée

 

L’Algérie vu du ciel à la Villa Méditerranée

24 juillet 2015

Le sublime film « Algérie vu ciel » était projeté mercredi soir en plein air à côté de la Villa Méditerranée sur un écran de 150 m2, en présence du coréalisateur du film Yazid Tizi, des élus, des représentants d’Orange et de la CMCA et bien entendu des marseillais qui se sont déplacés en nombre pour prendre part à cet événement.


 

L’Algérie a une place de choix dans nos cœurs, en effet, Marseille compterait plus de cent mille personne d’origine algérienne, des pieds noirs et des amoureux tout bord fascinés par ce beau pays, partant de ce constat événement ne pouvais être qu’une réussite, les chaises installées pour l’occasion étaient prises, les retardataires se sont soit assis sur leurs propres chaises pliables ou directement par terre, mais rien ne pouvais troubler ce beau moment.

A 21h45, le coréalisateur Yazid Tizi se lève et nous fait une brève introduction, remerciant les spectateurs, les convives ainsi que les ministères de la Culture et de la Défense algériens pour avoir facilité la réalisation de ce documentaire. Le film peut commencer, après une petite publicité d’Orange partenaire de l’évènement en guise d’entrée, le ballet de belles images débutent enfin, l’écran géant et la superbe sono installés, la façon de filmer la narration transportent le public et lui donne le temps de la projection d’être au bord de l’hélicoptère des réalisateurs.

L’Algérie comme nous ne l’avons jamais vu, jamais connu, un patchwork de paysages, pendant deux ans les réalisateurs ont sillonné ce grand pays d’est en ouest et du nord au sud, nous font découvrir des montagnes enneigées, des prairies verdoyantes, des dunes à perte de vue, l’homme n’est jamais très loin, des plans plus serrés sur des visages beaux marqués par la sueur et la terre qui les nourrit, différentes ethnies cohabitent depuis des millénaires, là où il y a de l’eau il y a de la vie, même au milieu du Sahara le désert le plus hostile au monde, des sociétés organisées autour d’un puits, vivent depuis des siècles dans le respect de la nature et de l’autre.

A la fin de la projection, le réalisateur se lève à nouveau, une seule question lui fut posée, « est-ce que c’était facile de filmer en Algérie, avez-vous subis des pressions du pouvoir ? », Yazid Tizi, a répondu en souriant et très calmement, « les autorités algériennes ont vus le documentaires pour la première fois à l’avant-première du film à Alger », le foule se disperse, l’écran géant dégonflé, the end.

 

 

Autres articles En direct de MarseilleL’actu marseillaise

 

Articles récents

Articles au hasard