Articles

 

l’Acsé NE REPOND PLUS...

4 mai 2010

Communiqué du : Syndicat des salariés de l’Acsé Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances

Alerte sur l’état du lien social,
Agents de l’Etat, associations, ensemble mobilisons-nous !
L’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (l’Acsé), créée en 2006, devait permettre de renforcer l’action de l’Etat au service des quartiers de la politique de la ville avec ses quelques 350 agents et 500 millions d’euros de budget annuel.


 

En réalité, c’est un racket des moyens de la politique d’intégration et de lutte contre les discriminations qui est opéré par le Ministère de l’Identité Nationale, une forte re-centralisation des procédures de financement et la mise sous tutelle de moyens humains et financiers de l’ex-FASILD.

Pour quels résultats ?
Les associations ne bénéficient pas de moyens supplémentaires voire subissent des restrictions, elles sont toujours à la recherche des bons interlocuteurs pour mener à bien leurs projets. Face à l’Etat toujours moins présent et avare de ses deniers, les collectivités locales ne savent plus quoi faire.

Cette année une nouvelle étape du démantèlement est franchie avec la création des Directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS) décidée dans le cadre de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) : celles-ci gèrent les crédits de l’Acsé au niveau régional et proposent au Préfet de Région une répartition au niveau départemental.

Mais qui y comprend quelque chose ?

En réalité, il s’agit de regrouper des services déjà existants, de réduire leurs missions au contrôle de dispositifs, de supprimer des emplois.

A ce jour, l’Etat est paralysé par sa propre réforme qui en donne une image pitoyable :

- 4 mois de retard pour seulement définir un programme d’actions pour l’Acsé,
- 4 mois écoulés et l’Acsé-Paris se cherche encore dans une énième réorganisation des programmes d’intervention et des personnels, mais en attendant de trouver le bon organigramme, c’est la désorganisation et le
« rabotage » des objectifs tels que la promotion de l’égalité et la lutte contre le racisme et les discriminations,
- aucune subvention versée aux associations au niveau régional et départemental,
- au niveau départemental, les Préfets sont cantonnés à un rôle de guichet financier pour des projets reconduits et des dispositifs nationaux.

L’incurie au plus haut niveau de l’Etat est chose bien partagée par les directeurs des administrations centrales. Piégés par des rémunérations « au mérite », de petits soldats zélés mènent une politique quotidienne d’humiliation de leurs équipes.

… Et pendant ce temps, le Forum Espoir Banlieues, à Nice le 9 avril dernier, coûtant la bagatelle de 600 000 € à l’Acsé
(600 000 € détournés des actions de terrain), a tourné à l’autosatisfaction sur l’action gouvernementale, unique message adressé aux acteurs de l’Etat, des collectivités et des associations. Entre discours convenus et carrément stigmatisants, les intervenants à la tribune, presque tous élus de l’UMP (la politique de la ville est sans doute une affaire qui ne concerne que la droite) ont salué les mesures de la "dynamique espoir banlieues" et l’action résolue de la secrétaire d’état chargée de la Politique de la ville ! …

La situation de l’Acsé n’est qu’un indicateur d’un malaise bien plus profond, d’une politique sans ambition, sans portage, avec des priorités que la CGT Acsé condamne :

- sécurité plutôt que prévention,
- réussite scolaire de quelques-uns, les plus méritants, plutôt qu’éducation pour tous,
- aides aux entreprises plutôt qu’emploi des jeunes,
- stigmatisation de certaines familles immigrées plutôt qu’égalité de traitement,
- égalité des chances plutôt que lutte contre les discriminations.

Le traitement indigne fait aux habitants des quartiers populaires, et/ou à certaines catégories d’immigrés et à leurs enfants, se prolonge au travers de la mauvaise blague (le non-versement de subventions) que réserve l’Acsé aux associations.
Le gouvernement actuel ne souhaite pas apporter de réponses aux inégalités économiques, sociales et raciales
qui minent notre société.

Ensemble mobilisons-nous !

CGT Acsé
26 avril 2010

 

 

Autres articles Tribunes (archives)Tribunes populairesExpressions syndicales

 

Articles récents

Articles au hasard