Articles

Accueil > En direct de Marseille > L’actu marseillaise > Gaza Plage à Marseille, entretien avec Fadela El Miri

 

Gaza Plage à Marseille, entretien avec Fadela El Miri

20 août 2015

Mercredi 19 août, Il est 17h30, sur une butte surplombant les plages du Prado de Marseille, un énorme drapeau palestinien gît par terre secoué par les vents et tenu par de gens divers, militants en tee-shirt floqué (Palestine vivra ou BDS), des personnes venues par la mobilisation sur les réseaux sociaux ou encore de simple passant curieux de savoir ce qui ce passe. Au milieu de la foule d’une cinquantaine de personnes, une femme brune, la trentaine, micro à la main anime l’événement, Fedela el Miri, travailleuse sociale et infatigable militante pour la cause palestinienne. Nous allons l’interviewer pour mieux comprendre pourquoi organiser « Gaza Plage » à Marseille.


 


Qu’est-ce qui motive une jeune marseillaise à militer pour la cause palestinienne aujourd’hui ?
« Le mépris de la communauté internationale envers un peuple qui souffre. C’est l’oppression à la vue de tout le monde par un état criminel et la ségrégation. Nous ne voyons plus et nous ne voulons plus entendre les cris d’un peuple martyr. Malgré cette situation ce peuple reste digne et jour après jour il nous donne des leçons de vie d’humanité et de courage. C’est cet esprit qui me donne mon courage et ma motivation. Je suis moi même issue de l immigration et notre arrivée en France nous a réveillé sur pas mal de sujets. »

JPEG - 276.9 ko
Fadela El Miri

Pourquoi organiser une Gaza plage à Marseille ?
« GAZA PLAGE à Marseille est surtout en soutien bien évidemment au peuple palestinien et contre la politique collaborationniste du gouvernement socialiste. Effectivement, Tel-Aviv sur Seine a été une opération politique, devenue heureusement un fiasco grâce à la mobilisation des parisiens. A Marseille nous avons aussi du beau monde au niveau des élus qui collaborent et créent des liens économiques et des jumelages avec des villes d’un état criminel, et nous voulons donc leur rappeler que nous sommes encore là et que l’on s’invitera a chacune de leur prise de parole publique, quand on collabore on a aussi les mains maculées de sang. »

Que répondez-vous à ceux qui vous accusent d’importer le conflit israélo-palestinien en France ?
« Ceux qui parlent d’importation du conflit israélo-palestinien en France on leur rappelle juste que nous n’avons jamais fait de déclaration tel que le fait « d’être éternellement lié à Israël », nous ne leur avons jamais chanté des chants d’amour et nous n’avons jamais parlé d’armée la plus morale au monde. En revanche nous écoutons chaque jour, nous voyons chaque jours des enfants massacrés, des mères de familles, des hommes, et même des députés victimes de détention administrative, nous pleurons chaque jour avec ce peuple victime des actes les plus barbares, et il serait anormal, inconcevable qu’un être humain normalement constitué ne puisse pas réagir à une telle injustice.

Certains voient dans vos manifestations une sorte de repli identitaire, voir même un antisémitisme déguisé, qu’en pensez-vous ?
« Dans les mouvements pro-palestinien il n y a aucun repli identitaire, cette cause est internationale et c’est de façon internationaliste que nous soutenons le peuple palestinien. Oui, il y a des musulmans qui se sentent concernes de part l’importance d’Al Aqsa comme lieu saint, d’autres sont juifs et soutiennent aussi le peuple palestinien et ne reconnaissent même pas l’état d’Israël, d autres sont là pour lutter contre toutes les formes d’oppressions. Lors des manifestations les medias focalisent sur la communauté musulmane "d’apparences comme ils disent" mais quiconque fait l’effort de venir voir par ses propres yeux se rendra compte rapidement que les cortèges ne sont pas uniformes, "monocolores", et il y a une diversité qu’ils refusent de reconnaître. »

 

 

Autres articles En direct de MarseilleL’actu marseillaise

 

Articles récents

Articles au hasard