Articles

Accueil > Actualités > Expo photo : Pieter Hugo : Voyage dans l’Afrique du Sud, Post (...)

 

Expo photo : Pieter Hugo : Voyage dans l’Afrique du Sud, Post Apartheid

10 avril 2015

Figure montante de la photographie contemporaine africaine, Pieter Hugo ne cesse de livrer des images du continent africain et son pays, l’Afrique du Sud. Il a obtenu le prix Découverte des Rencontres Photos d’Arles en 2008, avec son expo évènement sur les dresseurs d’Hyènes, du Nigéria. Son dernier travail, débuté en 2007, intitulé « Kin », véritable témoignage d’une Afrique du Sud, post apartheid, fracturée socialement et racialement, est à voir, à Paris, à la Fondation Henri- Cartier Besson. Des portraits déjà iconiques, d’individus blancs, noirs ou albinos, aux regards directs qui plongent dans l’objectif du photographe côtoient des natures mortes, des images de paysages et des clichés de townships ou de périphéries de Pretoria, en plein chaos. Un voyage dans un pays, en mutation, qui peine à se reconstruire, sur les stigmates laissés par l’apartheid.


 

Loyiso Mayga, Wandise Ngcama, Lunga White, Luyanda Mzanti et Khungsile Mdolo après leur rite d’initiation, Mthatha, 2008. © Pieter Hugo, courtesy Galerie Stevenson, Le Cap/Johannesburg et Yossi Milo, New York

Pieter Hugo est un photographe blanc, citoyen d’Afrique du Sud, dans un pays à majorité noire. « L’Afrique est ma terre natale, mais je suis Blanc. Je me sens africain, quel qu’en soit le sens, mais si on demande à n’importe qui en Afrique du Sud si je suis africain, la réponse sera toujours négative. Je ne me sens pas en phase avec la topographie sociale de cette terre, et c’est sûrement la raison pour laquelle je suis devenu photographe ». Comment reconstruire un vivre ensemble, un « home », comme le dit l’auteur, sur les stigmates de l’apartheid est la question centrale du dernier travail du photographe. Intitulé, « Kin », qui signifie proche, ce projet oscille entre le reportage social et un travail artistique mûrement construit, une immersion dans l’Afrique du Sud contemporaine.


Hilbrow, 2013.© Pieter Hugo, courtesy Galerie Stevenson, Le Cap/Johannesburg et Yossi Milo, New York

Dans son propre pays, l’Afrique du Sud, Pieter Hugo creuse son sillon, là où ça fait mal, et opte pour une démarche salutaire et courageuse. Témoigner du quotidien d’un pays violent, vérolé par des inégalités criantes, revenir sur l’histoire de cette fracture, penser la place des Blancs dans cette nouvelle société, capter des images de la misère la plus crue, qui touche encore une grande partie de la population, bref redonner à l’individu, qu’il soit vagabond, ou autre, son statut d’être humain dans la grande histoire, telle est la force de Pieter Hugo. « Regarder son pays avec un œil critique, c’est se regarder soi-même et regarder son prochain. C’est ressentir le poids de l’histoire et comprendre le rôle que chacun y joue », rappelle le photographe.

En peripherie de Pretoria, 2013. © Pieter Hugo, courtesy Galerie Stevenson, Le Cap/Johannesburg et Yossi Milo, New York


Green Point Common, Le Cap, 2013. © Pieter Hugo, courtesy Galerie Stevenson, Le Cap/Johannesburg et Yossi Milo, New York

L’exposition de la fondation Cartier Bresson, à Paris, tape en plein dans cette société sud-africaine « où règne la violence ; les cicatrices du colonialisme et de l’apartheid ». Sans aucun voyeurisme, le travail de Pieter Hugo est toujours juste, refusant le dramatique, c’est pourquoi ses images, tout en nuance, délivrent un message puissant. Comme ce portrait d’un mendiant noir, saisi au vol dans un carrefour d’une grande ville, littéralement vêtu de loques, qui aspire le visiteur de l’exposition, tant son regard est chargé de misère et de désespérance.

Daniela Beukman, Milnerton, 2013. © Pieter Hugo, courtesy Galerie Stevenson, Le Cap/Johannesburg et Yossi Milo, New York

Alors qu’en Afrique du Sud, une classe moyenne noire émerge, celle de certains anciens Afrikaners blancs, elle, est en plein déclassement. Pieter Hugo a choisi de montrer cette réalité, à travers des portraits de « gueules » cassés ou de blancs pauvres, comme celui de Daniela Beukman. Ces clichés ne sont pas sans rappeler ceux qu’avait réalisés le photographe américain Walker Evans, pendant de la grande dépression de 1929, aux Etats-Unis. « Quand on pratique la photo en Afrique du sud, c’est forcément politique », juge-t-il, conscient de son rôle de passeur.


Daniel Richards, Milnerton, 2013. © Pieter Hugo, courtesy Galerie Stevenson, Le Cap/Johannesburg et Yossi Milo, New York

Celui qui s’est imposé, en quelques années, sur la scène internationale, comme le grand photographe africain, a d’abord été photojournaliste. Autodidacte, ayant grandi au Cap, il a 12 ans quand sonne le glas de l’apartheid dans son pays. Depuis une décennie, il crée une photographie engagée et personnelle, composée à partir du continent africain, comme pour mieux en saisir les spécificités mais aussi les maux.


Abdullahi Mohammed with Mainasara, Ogere-Remo, 2007. Série The Hyena and Other Men, Nigeria. © Pieter Hugo

En 2003, ce sont les albinos sud-africains qui seront son sujet d’étude. Un an plus tard, il revient sur les traces du génocide rwandais avec « Rwanda : Vestiges of a genocide ». Exposée dans différents musées du monde, son œuvre a été récompensé par des prix prestigieux comme le Premier Prix du World Press Photo, le Prix Découverte des Rencontres d’Arles (2008) ou le Prix Seydou Keita des Rencontres de Bamako (2013). Réalisé entre 2005 et 2007 « The Hyena and other men », est sans doute, l’un de ses projets les plus spectaculaires. Le photographe a immortalisé des « montreurs et dresseurs » de hyènes, de singes, de pythons, du Nigéria.

Photo extraite de la série, « There’s a place in hell for me and my friends ». © Pieter Hugo. 2011

Avec « Nollywood » en 2009, il choisit de braquer son objectif sur les comédiens du centre du cinéma africain au Nigéria, « Nollywood », une machine à fabriquer près de 1000 films par an, avec des tournages expédiés en une semaine et des comédiens sélectionnés le jour même, sur place. Un an plus tard, avec « Permanent error » Pieter Hugo signe un travail documentaire photographique sur la vie dans la décharge d´Agbogbloshie, située dans la banlieue d’Accra, la capitale du Ghana, décharge à ciel ouvert pour appareils électroniques, sur une surface équivalente à celle d´un arrondissement. En 2011, il aborde, de front, la question des distinctions raciales, fondées sur la couleur de la peau, à travers son projet « There’s a place in hell for me and my friends ». Il shoote ses amis et sa famille, Africains blancs et fait ressortir sur les photos, la mélanine de leur peau, abolissant ainsi les frontières mentales entre race « dite noire » et race « dite blanche ».


« Ann Sallies, ma nourrice, Douglas », 2013. © Pieter Hugo, courtesy Galerie Stevenson, Le Cap/Johannesburg et Yossi Milo, New York

Pour son dernier projet, « Kin », Pieter Hugo n’a pas hésité pas à porter son objectif sur les traces intimes du passé de sa famille blanche, sa grand-mère, lui-même, son fils, sa femme et de ceux qui l’ont « servie », sous l’apartheid, comme sa nourrice Ann Sallies, qui a travaillé au service de sa famille toute sa vie. Sa position d’artiste en tant que descendant d’Afrikaner oscille entre forte appartenance à cette terre africaine et la conscience des ravages causés par les Blancs et de la difficulté de vivre dans ce continent qui ne lui reconnaît pas d’appartenance. « Les questions raciales et identitaires pénètrent toutes les couches de la société, et les conséquences de la ségrégation forcée jettent une ombre indélébile », explique le photographe. Et de fait, à parcourir l’exposition, nous sommes happés par ces regards durs et infiniment tristes, qui nous signalent qu’il y a toujours quelque chose de pourri au royaume de Mandela.

Exposition Fondation Henri Cartier Bresson, Pieter Hugo, Kin
Jusqu’au 26 avril 2015. 2 impasse Lebouis, Paris 14ème

http://www.henricartierbresson.org/expositions/

Pour voir les sites de Pieter Hugo

http://www.stevenson.info/exhibitions/hugo/albino.htm

http://www.ignant.de/2013/05/08/the-hyena-other-men/

http://www.stevenson.info/exhibitions/hugo/rwanda.htm

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard