Articles

Accueil > Actualités > Droit d’asile et identités : journée mondiale des réfugiés, Villa (...)

 

Droit d’asile et identités : journée mondiale des réfugiés, Villa Méditerranée

18 juin 2015

Le 20 juin, la journée mondiale des réfugiés met un coup de projecteur sur les migrants. Avec 43,7 millions de réfugiés dans le monde, 4 millions de réfugiés pour la seule Syrie . . . et une mer méditerranée devenu un mouroir ou un mirage de l’Europe, il y a fort à faire. Pourtant l’Union Européenne s’entête à refuser de régler le problème, laissant aux seuls pays du Sud, la lourde charge d’accueillir ceux qui fuient l’horreur, les guerres, la répression, la famine. . . Face à l’ampleur de l’afflux de réfugiés sur le territoire européen avec des conflits en Afrique et au Moyen-Orient de plus en plus meurtriers, La Grèce et L’Italie sont livrés à eux-mêmes et dépassés. L’Italie qui a déjà recueilli 57 000 personnes depuis le début de l’année, ne cesse de dénoncer la politique de fermeture des frontières de ses voisins. A la Villa Méditerranée, la manifestation du samedi 20 juin, est placée sous la thématique du droit d’asile et des identités. Elle rassemble les acteurs marseillais qui œuvrent auprès des migrants, les sept centres d’accueil de demandeurs d’asile de Marseille et de Miramas (CADA), des associations culturelles comme les photographes de « Vol de Nuits » ou les artistes des « Têtes de l’art ». Débats, conférences, expositions, ateliers, concerts, rencontres avec des réfugiés vivant à Marseille. Le tout, placé sous le signe du bénévolat.


 

Image issue du workshop de Vol de Nuits

Le 20 juin, la journée mondiale des réfugiés met un coup de projecteur sur les migrants. Avec 43,7 millions de réfugiés dans le monde, 4 millions de réfugiés pour la seule Syrie . . . et une mer méditerranée devenu un mouroir ou un mirage de l’Europe, il y a fort à faire. Pourtant l’Union Européenne s’entête à refuser de régler le problème, laissant aux seuls pays du Sud, la lourde charge d’accueillir ceux qui fuient l’horreur, les guerres, la répression, la famine. . . Face à l’ampleur de l’afflux de réfugiés sur le territoire européen avec des conflits en Afrique et au Moyen-Orient de plus en plus meurtriers, La Grèce et L’Italie sont livrés à eux-mêmes et dépassés. L’Italie qui a déjà recueilli 57 000 personnes depuis le début de l’année, ne cesse de dénoncer la politique de fermeture des frontières de ses voisins. A la Villa Méditerranée, la manifestation du samedi 20 juin, est placée sous la thématique du droit d’asile et des identités. Elle rassemble les acteurs marseillais qui œuvrent auprès des migrants, les sept centres d’accueil de demandeurs d’asile de Marseille et de Miramas (CADA), des associations culturelles comme les photographes de « Vol de Nuits » ou les artistes des « Têtes de l’art ». Débats, conférences, expositions, ateliers, concerts, rencontres avec des réfugiés vivant à Marseille. Le tout, placé sous le signe du bénévolat et de la mutualisation des moyens des CADA.

L’Assemblée Générale des Nations Unies a fixé au 20 juin la principale journée commémorative internationale en faveur des réfugiés. De nombreux pays dans le monde se font l’écho de cette journée, à travers activités et actions pour informer sur la situation et l’urgence des 43,7 millions de réfugiés dans le monde. Un réfugié est une personne qui « . . . craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays… », Selon la convention de Genève de 1951.

Au printemps 2015, la question du sort des réfugiés et les images chocs est revenue en force dans l’actualité tourmenter notre bonne conscience. Les vidéos de réfugiés birmans et bangladais affamés sur des cargos, et bloqués en pleine mer par la Malaisie et l’Indonésie, plus proches de nous encore, les migrants africains et du Moyen-Orient échoués sur les côtes italiennes ou grecques nous ont explosé au visage.

La mer Méditerranée : l’itinéraire maritime le plus dangereux au monde pour les réfugiés et les migrants

La mer Méditerranée est devenu l’itinéraire maritime le plus dangereux au monde pour les réfugiés et les migrants. Depuis l’année 2000, 22 000 migrants seraient morts en Méditerranée en tentant de gagner la forteresse Europe. En 2014, 219 000 personnes ont fait la traversée dans des conditions extrêmement périlleuses et 3 500 personnes y ont laissé la vie. Plus alarmant, trois quart des migrants morts dans le monde ont péri en Méditerranée, cette année-là. Selon l’OIM, Organisation internationale pour les Migrations, ce sont essentiellement des migrants venus de l’Afrique subsaharienne et du Moyen-Orient (en 2014, ce sont pour 46 % des réfugiés érythréens et syriens) qui sont décédés, en tentant de gagner l’Europe par la mer. Les Palestiniens des territoires occupés sont également de plus en plus nombreux. En cause les conflits en Syrie, Lybie, Palestine, Irak, Egypte, Corne de l’Afrique. Et en 2015, le décompte macabre explose.


Janv.sept 2014, carte des migrants décédés en tentant de franchir une frontière source IOM

Déjà 1600 migrants morts en Méditerranée en 2015

Pour 2015, le HCR (Haut-Commissariat aux Réfugiés) estime déjà à 1600, le nombre de victimes décédées en Méditerranée depuis le début de l’année. Le CADA, Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile Sara, situé dans le 3ème arrondissement de Marseille, qui gère trois structures d’accueil et d’hébergement, à savoir près de 300 places, a pu constater, pour 2015, que la majorité des familles demandeuses d’asile sont, aujourd’hui, originaires de Syrie. Beaucoup d’hommes isolés viennent également d’Afghanistan. Le CADA Sara a aussi reçu certains migrants soudanais de Calais. Le reste des personnes hébergées par le centre, ont fui l’Ukraine, la Russie, l’Angola, Djibouti, La Palestine, le Kenya ou l’Angola, quelques Algériens et Tunisiens sont également présents et un Mexicain. A La Caravelle dans le 12ème, qui gèrent une centaine de place, ce sont essentiellement des familles kosovar et des femmes isolées du Soudan ou de Guinée. En 2013 et 2014, le centre a reçu de nombreux Tchéchènes et Arméniens.
Pour ces réfugiés, la première étape est d’obtenir un récépissé en préfecture, comme demandeurs d’asile. Ce qui leur ouvre droit à la CMU et à une petite indemnité (330 euros mensuels). Les CADA gèrent non seulement l’accueil et l’hébergement des demandeurs d’asile, mais proposent également un accompagnement administratif, social et médical et un soutien médico-psychologique. En attendant la demande d’asile qui prend de 18 à 27 mois, les migrants, qui pourraient en théorie travailler, ne le font pas. En cause la lourdeur administrative. C’est alors l’attente qui est le lot commun de tous les demandeurs d’asile, une atttente que les CADA tentent d’accompagner avec diverses animations. L’accompagnement administratif aide les migrants dans leurs démarches, souvent kafkaïennes auprès de la Préfecture pour obtenir un titre de séjour, (information sur la procédure d’asile, constitution du dossier de demande d’asile et préparation aux auditions devant l’ l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA)). Voir à ce sujet, l’article de Med-in-Marseille. fr (le chemin vers le statut de réfugiés), http://www.med-in-marseille.info/Le-chemin-vers-le-statut-de.html.

24 mois pour obtenir une demande d’asile à Marseille, 35 % de réponses positives

Les associations mettent en place des activités et animations et des formations linguistiques. « La scolarisation des enfants et le soutien à l’apprentissage du Français pour les adultes ainsi que l’aide à la découverte du nouvel environnement social, institutionnel et culturel de la personne », font partie des missions des CADA. Le CADA de la Caravelle, dans le 12ème arrondissement de Marseille a monté des ateliers sur la parentalité. De nombreuses naissances voient le jour dans les CADA. Le but est d’aider les femmes isolées qui sont enceintes. Et de rectifier un certain décalage entre les enfants scolarisés en France, qui apprennent rapidement notre langue et les parents, "condamnés", du fait de lourdeurs admnistratives, à ne pas travailler et isolés socialement. Des soins sont également donnés, psychologiques et médicaux, au regard des traumatismes endurés. Johanne Girard du CADA, La Caravelle insiste sur ce point : "Dans un premier temps, les demandeurs d’asile que nous accueillons son pris en charge médicalement et surtout psychologiquement. Ils ont souvent subi de nombreux traumatismes et sont très affaiblis. Certaines personnes ont des parcours de migrations très durs. Elles ont fait la traversée de la Méditerranée, sont passées par Lampedusa, après quatre années de guerre civile, comme les Syriens." La travailleuse sociale souligne le partenariat avec l’association OSIRIS, qui regroupe des thérapeutes psychologues, formés aux traumatismes de guerre et qui disposent d’interprètes, également formés à ces sujets.
En 2014, sur la totalité des demandeurs d’asile reçus par le CADA Sara, seuls 35 % ont obtenu le statut de réfugié. Aujourd’hui le CADA Sara accueille 75 réfugiés politiques. 65 places sont dévolues à l’hébergement d’urgence, 136 aux demandeurs d’asile. Une préparation à la sortie du centre, étape compliquée pour le réfugié après un séjour prolongé, est prévue dès le début et tout au long du séjour. Mais la baisse des budgets se fait ressentir, pour tous les CADA. Du coup certains CADA sont contraints de rogner sur le budget interprétariat, pourtant crucial.

L’Italie menace de délivrer des laissez’passer aux migrants

En Europe, la Grèce et l’Italie, qui a recueilli plus de 57 000 migrants depuis le début de l’année, se retrouvent seuls à gérer ce phénomène. Car même si la Commission a exigé que les autres pays européens prennent en charge 40 000 demandeurs d’asile, les pays comme la France font la sourde oreille. Cette semaine, les migrants, venus d’Italie, ont été refoulés aux frontières françaises et autrichiennes. Lassé d’être abandonné par l’Europe, Matteo Renzi, président du Conseil italien, a menacé, le 14 juin dernier, de délivrer des laissez-passer aux migrants qui arrivent sur le sol italien. Le 25 juin, la question sera abordée au Conseil européen.

La journée de la villa Méditerranée

La journée du 20 est financée par les sept centres d’accueil de demandeurs d’asile de Marseille, les CADA, eux-mêmes qui se sont cotisés pour organiser l’évènement. Du coup, la manifestation est placée sous le signe du bénévolat, les animateurs des ateliers, les expositions, les groupes de musique ne sont pas rémunérés. Aucun budget n’a pu être levé pour la manifestation. Cette initiative permet d’accroître « la mobilisation et la sensibilisation sur ces questions, mal connues du grand public et des institutions », selon M. Lassouani, directeur du service accueil des étrangers du C ADA Sara. Pour celui qui viendra avec les réfugiés et les familles avec lequel il travaille : « C’est aussi un temps de rencontres, d’échanges et de partage qui permet parfois aux réfugiés de retrouver un compatriote. » Samedi, la présence du représentant de l’OFRA, l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides, établissement public qui statue sur les demandes d’asile, est très attendu par les associations.

L’exil pour les plus chanceux

Une fois le statut de réfugié obtenu, pour les plus chanceux, c’est l’exil qui les attend. « Tout laisser derrière soi, tout de ce qui nous a été cher et précieux, c’est-à-dire se retrouver projeté dans un avenir incertain, en un milieu étranger. Vous représentez-vous le courage qu’il faut pour vivre avec la perspective de devoir passer des mois, des années, peut-être toute une vie, en exil », a décrit Antonio Guterees, le Haut-Commissaire pour les Réfugiés de l’ONU. C’est ce travail sur l’identité que l’évènement du 20 juin, à la villa méditerranée, propose d’approfondir. L’identité passée, perdue, et présente à construire, ou à reconstruire pour ces réfugiés. Le photographe Matthieu Rosier a mené des ateliers artistiques avec l’association Vol de Nuits, auprès de différents demandeurs d’asile, logés dans les CADA de Marseille. Intitulé « Identités, qui j’étais qui je suis qui je serais », cette restitution de workshop est le fruit d’un travail en collaboration avec les migrants. « Le but n’est pas de leur apprendre la photographie, mais qu’ils réalisent des images qui leur permettent de parler d’eux-mêmes » précise Matthieu. Ce workshop sera donc un mélange de traces et de souvenirs de l’identité perdue, passée et à retrouver, livré tel quel à la Villa. Un atelier masque, conçu par l’association « Les têtes de l’art » déclinera, également ce thème de l’identité. Enfin, dans la foulée, une artiste ukrainienne réfugiée, Kristina Olinsha proposera un espace studio photo pour tirer le portrait d’enfants et d’adultes avec leurs masques

Cinq voies de migrations vers l’Europe

L’OIM, Organisation Internationale des Migrations a mis en lumière cinq voies de migrations vers l’Europe : la route d’Afrique de l’Ouest, la route de l’Ouest méditerranéen, la route des Balkans, la route de l’Est méditerranéen et enfin la route centrale qui mène de la Tunisie et de la Libye vers l’Italie. Aujourd’hui, la route de la Méditerranée orientale est suivie par des migrants de Syrie, d’Irak, d’Afghanistan, d’Erythrée qui passent par la Turquie et la Grèce, via la mer Egée. Et la route de la Méditerranée centrale, où des migrants sub-sahariens (migration essentiellement économique) passent par la Lybie pour gagner l’Italie.
.

Les routes migratoires depuis l’afrique Sub-saharienne. Source OIM

.

La traversée de la Méditerranée : l’horreur pour un business juteux.

Au-delà, des conflits dans leur pays d’origine, les conditions de la traversée de la Méditerranée par les migrants sont abominables. En avril 2015, un triste record a été battu, 800 migrants ont péri au large des côtes libyennes en tentant de gagner la forteresse Europe, supplantant Le drame de Lampedusa d’octobre 2013, qui avait déjà conduit à la mort de 366 migrants. Le 19 avril dernier, un chalutier surchargé qui venait de Lybie a fait naufrage, à environ 110 km des côtes libyennes. C’est l’événement le plus meurtrier en Méditerranée depuis le début du XXIe siècle. Les migrants sont victimes de conditions de voyage proches de l’esclavage et de passeurs véreux, ils ont dû payer le prix fort (entre 700 et 6500 euros) pour une traversée mortifère. Le parquet italien avait alors révélé, après enquête, que sur un bateau surchargé, les migrants étaient enfermés dans les cales, après avoir été parqués un mois durant dans une usine désaffectée en Lybie, où, des « bastonnades auraient provoqué plusieurs décès, et d’autres migrants seraient morts d’épuisement. Sur le canot pneumatique menant au chalutier, comme l’a expliqué la justice italienne « un garçon aurait été tué parce qu’il s’était levé sans permission et son cadavre aurait ensuite été jeté à la mer ». Bref, l’horreur pour un business juteux.

Frontex : la forteresse Europe

En Europe, après le drame de Lampedusa d’octobre 2013, la marine italienne a instauré le dispositif Mare Nostrum qui a permis de sauver 150 000 personnes en un an. Mais, comme il coûtait cher (9 millions d’euros par mois), il a été remplacé par l’opération Triton, encadré par Frontex, l’agence européenne de surveillance des frontières, et auquel participent dix pays (dont la France) avec un prix divisé par trois. Résultat : 21 bateaux mobilisés, contre 32 auparavant. Mais le nouveau drame d’avril 2015, relance le débat. Et l’Europe, en urgence, a accepté d’allouer, le 23 avril dernier, un budget triplé pour l’opération Triton.

L’Europe est régulièrement pointée du doigt par les associations. Amnesty internationale plaide pour « un changement radical dans la gestion des réfugiés au niveau mondial. » Plus globalement, Amnesty international dénonce la règle selon laquelle en cas de conflit, les réfugiés sont laissés à la charge des pays limitrophes. C’est le cas de l’Europe avec la Grèce et l’Italie, mais aussi sur le sol africain. « Le monde ne peut plus rester passif tandis que des pays comme le Liban et la Turquie assument des fardeaux aussi lourds. Aucun pays ne devrait avoir à gérer une urgence humanitaire d’une telle ampleur en recevant si peu d’aide, au motif qu’il partage une frontière avec un pays en guerre. »

Le programme de la journée du 20 juin à la villa Méditerranée

Droit d’asile et identité(s)
Rencontre/Débat
10h - Amphithéâtre
Interventions de représentants de l’Etat, avec notamment la Cimade, Logisol, Osiris et des témoignages de demandeurs d’asile - débat animé par Judith Coronel-Kissous, avocate au Barreau de Paris.
« Identités, qui j’étais qui je suis qui je serais »
Inauguration 12h30 - Belvédère
Exposition photographies du 16 au 21 juin
Workshop conduit par Vol de Nuits

Pique-nique musical
13h30 - Parvis du J4
Repas partagé avec la participation des associations CADA, et l’aide des bénévoles de Tous bénévoles mobee. Chacun amène un plat mis en commun.

Ateliers Masques
14h à 15h - Parvis du J4
Les enfants et même les adultes jouent sur leur identité à travers la réalisation de masques.

Espace photos - Portraits des enfants et adultes avec leurs masques, animé par Vol de Nuits.
15h à 17h - Atrium (rdc)

Lectures, slams et intermèdes musicaux « Identités » par des demandeurs d’asile réalisé avec Aux pieds des lettres.
15h - Porte-à-faux (niveau +2)
Performance « Remix’Med : les solidarités en Méditerranée »
Interventions de 6 jeunes en service civique pendant la projection d’un film réalisé à partir d’archives sur les solidarités dans des pays de la Méditerranée. Projet conçu par Les Têtes de l’Art avec Humacoop Méditerranée et Unis Cités.
16h- Amphithéâtre

Plateau radio Grenouille
16h - Parvis du J4

La Villa Méditerranée organise cette journée conjointement avec sept centres d’accueil des demandeurs d’asile (CADA) de Marseille : Logisol, Sara, la Caravelle, Jane Pannier, Habitat Pluriel, Hospitalité Pour les Femmes, AAJT (association d’Aide aux Jeunes Travailleurs), les CADA de Nice ATE et ALC, ainsi que le Centre de soins Osiris et l’association ELIA. Avec la participation de Vol de Nuits (ateliers et exposition photos), Aux Pieds des Lettres (ateliers d’écriture et slams) et l’implication des Têtes de l’Art, Humacoop Méditerranée, Radio Grenouille et dans le déroulement de la Journée, des personnes bénévoles de l’association Mobee - Développement Solidaire.
Entrée libre à partir de 10h

http://www.villa-mediterranee.org/fr/journee-mondiale-de-refugies
A relire l’article sur le droit d’asile : Med’in-marseille.frhttp://www.med-in-marseille.info/Le-chemin-vers-le-statut-de.html

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

  • 14 septembre

     

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité Vaste article du New York Times sur l’état des piscines à Marseille... https://www.nytimes.com/2017/09/14/world/europe/marseille-piscines-publiques-inegalite.html?smid=fb-nytimes&smtyp=cur

     

  • 11 septembre

     

    Manifestation contre ordonnance travail le 12 sept Vieux Port

    Rassemblement est prévu au vieux port à 10h30, à l’appel Front social 13. Front Social est composé de syndicats (CGT, Sud, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, la CNT..) et d’associations. "Le programme d’Emmanuel Macron consiste à mettre en œuvre la politique qui a été imposée à la Grèce, à l’Espagne, au Portugal... Pour la France son projet est de faire baisser les salaires , faciliter les licenciements , supprimer le CDI , réduire au maximum les droits des salariés ,baisser les retraites , baisser fortement les aides sociales , les indemnités chômage, supprimer un maximum de dépenses publiques dans : l’éducation , la santé , les services sociaux ... pour faire en sorte que le travail en France soit moins (...)

     

  • 11 septembre

     

    Préavis de grève lycée Saint Charles Marseille

    Les enseignants du lycée Saint-Charles de Marseille ont déposé un préavis de grève pour ce lundi 11 septembre. Ils sont remontés contre une série de dysfonctionnements au sein de l’établissement parmi lesquels des problèmes d’emploi du temps et des règles de sécurité trop strictes.

     

  • 11 septembre

     

    Ouragan Irma : Air France accusée de gonfler ses prix pour quitter Saint-Martin et Saint-Barthélemy

    Une pétition signée par plus de 40 000 personnes dénonce les prix des billets d’avion d’Air France pour quitter l’île dévastée de Saint-Martin. La compagnie réfute ces accusations et explique à France info avoir mis en place un tarif spécial rapartiement.. http://www.francetvinfo.fr/meteo/cyclone-ouragan/ouragan-irma/ouragan-irma-air-france-accusee-de-gonfler-ses-prix-pour-quitter-saint-martin-et-saint-barthelemy_2365898.html#xtor=CS1-746

     

  • 11 septembre

     

    Prestations sociales : bavures en chaîne dans la chasse aux fraudeurs

    Alors que le gouvernement prépare une loi sur « le droit à l’erreur pour les entreprises », le défenseur des droits Jacques Toubon réclame la même disposition pour les particuliers. Il l’écrit dans un rapport glaçant sur les abus de la lutte contre « la fraude aux prestations sociales », qui laisse entrevoir une chasse arbitraire à l’usager. Le rapport précise que la lutte contre la fraude aux prestations sociales – qui se distingue de la fraude aux cotisations sociales des entreprises (non traitée dans ce rapport) – s’est considérablement développée depuis la loi du 13 août 2004 sur la réforme de l’assurance-maladie. : Le journal Le Monde le précise : « Selon la Délégation à la lutte contre la fraude, la (...)

     

  • 8 septembre

     

    Pôle emploi, est aussi en difficulté avec la baisse des Contrats aidés

    Le serpent qui se mord la queue... Selon FO-Pôle emploi, 2 000 contrats aidés seraient supprimés au sein même de l’opérateur public. Le syndicat réclame une pérennisation de leurs emplois.

     

  • 6 septembre

     

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier La ministre a tranché. Le périmètre classé de l’ancienne carrière grecque découverte à Marseille sur le site de la Corderie ne sera pas modifié par la loi, a annoncé, le 04/09 par communiqué la ministre de la Culture Françoise Nyssen, alors que plusieurs élus et riverains lui demandaient de...

     

  • 6 septembre

     

    La campagne d’Emmaüs pour dénoncer le drame vécu par les migrants

    Un clip et une traversée à la nage pour interpeller sur le sort des migrants morts en Méditerranée Emmaüs lance une campagne pour dénoncer le drame vécu par les migrants. Outre un clip, une traversée du détroit de Gibraltar est organisée en hommage aux dizaines de milliers de personnes mortes en Méditerranée .Emmaüs a lancé jeudi 31 août une pétition et un nouveau clip intitulé "Article 13 : pour que sur terre aucun être ne soit illégal". Une référence explicite à un article de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui garantit la liberté de circulation pour toutes et tous. Ce droit est refusé aux migrants qui tentent de venir en Europe, selon l’association fondé par l’Abbé Pierre (...)

     

Articles récents

Articles au hasard