Articles

Accueil > Actualités > Déclic 13, l’association qui valorise l’insertion par l’économie (...)

 

Déclic 13, l’association qui valorise l’insertion par l’économie solidaire

17 décembre 2014 - Dernier ajout 18 décembre 2014

Si le secteur associatif fait actuellement face à de sérieuses difficultés financières, il subsiste quelques structures qui parviennent à ne pas s’essouffler. Par son action d’insertion professionnelle et de réemploi, Declic 13 a su se stabiliser et se diversifier tout en préservant l’essence originelle de son activité, la solidarité. Forte de ses quatorze années d’existence, l’association confirme son utilité aussi bien sociale qu’environnementale. Wafa Benguerba, agent de développement et responsable d’exploitation nous présente l’association dans laquelle elle évolue depuis quatre ans et qui fait sa fierté.


 

La 6ème édition de la Semaine européenne de la réduction des déchets s’est achevée il y a quinze jours, et on ne peut que remarquer le très faible écho qui a émané de ce rendez-vous. Même dans un but commun, l’effort qu’il advient à chacun de faire paraît insurmontable. Déclic 13, par sa recyclerie, agit et sensibilise dans ce sens. Créée en 2000, l’association, conventionnée Ateliers Chantiers d’Insertion (ACI), s’est d’abord investie dans l’aide au plus démunis tout en développant l’insertion par l’activité économique (IAE). L’atelier « Déménagement » était alors le seul composant de la structure. Intervenant sur les territoires d’Istres, Martigues, Arles et Salon-de-Provence – Gardanne, l’association a, dès 2002, étendu cette zone à Berre-Marignane et Aix-en-Provence. Aujourd’hui, elle couvre le département. En 2005, l’activité de Déclic 13 se développe vers le « Garde-meubles social ». Ces deux prestations, de déménagement et de garde-meubles, sont destinées aux « personnes bénéficiaires des minimas sociaux ou en difficultés financières. Toutes les demandes sont étudiées sous réserve que les gens soient orientés par un référent social » précise Wafa Benguerba. Dans le cadre du Fonds de solidarité pour le logement (FSL) ou pour un accès au logement, Déclic 13 propose également, avec des facilités de paiement, ses prestations.

Sept années après sa création et l’accroissement de son activité, l’association a commencé à faire face à un nombre certain de dons de particuliers. « L’activité de vente de biens n’existait pas, on ne vendait que des prestations de manutentions ou de garde-meubles ». « Dans la droite lignée des chantiers » évalue Wafa Benguerba, un nouveau service est créé « Récupération - Valorisation de biens mobiliers » qui se mue dès 2008 en l’ACI « Recyclerie ». Quatre fonctions composent cet atelier : la collecte de déchets de type encombrants ménagers, la valorisation des objets collectés par le tri, le contrôle, le nettoyage et la réparation, la revente et la sensibilisation auprès des citoyens et consommateurs.

La Recyclerie a permis l’émergence d’une première éco-boutique à Istres, en 2008, de 30 m². Un local trop étroit pour gérer le flux de dons et d’objets récupérés. Un second point de vente, de 120 m², s’est alors installé en décembre 2012 à Miramas. Plus récemment, c’est la zone du Tubé à Istres qui bénéficie d’un nouveau local commercial de 150 m² attenant aux bureaux de Déclic 13. Arts de la table, ameublement, puériculture, habillement..., « on cible tout ce qui peut meubler une maison et vêtir une personne » pour de modiques sommes.

Par ces boutiques solidaires, Déclic 13 invite le consommateur à œuvrer pour la préservation des ressources par une économie circulaire. L’association a d’ailleurs rejoint en 2008 le Réseau des Ressourceries « qui regroupe toutes les structures à but non lucratif qui travaillent dans l’objectif de la réduction des déchets par le réemploi et la réutilisation » rappelle Wafa Benguerba. Par ce biais, l’association propose également l’enlèvement d’objets à domicile. Aujourd’hui, deux chantiers la distingue : « Déménagement et Garde-meubles à caractère social » et « Recyclerie ».

Avec ses deux Ateliers Chantiers d’Insertion et ses trois boutiques, Déclic 13 a connu un véritable essor. Wafa Benguerba estime que l’activité s’est notamment développée du fait que « Déclic 13 est conventionnée par l’organisme de recyclage pour le mobilier des particuliers Eco-mobilier et Valdelia pour l’ameublement professionnel ». Des accords qui ont dû porter ses fruits puisque depuis la fin de l’année 2012, l’association a obtenu un marché, pour trois ans, autour du réemploi avec le Syndicat d’Agglomération Nouvelle (SAN) Ouest-Provence. Pour trois déchèteries sur six que gère Ouest-Provence, Fos-sur-Mer, Grans / Cornillon-Confoux et Istres, un conteneur à destination de Déclic 13 est à disposition des usagers pour donner une seconde vie aux objets. L’association se charge d’enlever, par rotations, les objets entreposés pour les valoriser et les réinsérer dans le circuit. Sur place, elle effectue un vrai travail de sensibilisation. Le public est reçu par huit animateurs par déchetterie, du lundi au dimanche midi, qui orientent et sensibilisent au réemploi. Si l’activité de l’association est salutaire, les moyens pour y parvenir le sont tout autant.



Une passerelle vers l’emploi

En 2002 déjà, soit deux années après la création de l’association, sa mission principale d’insertion par l’activité économique de public en difficulté est reconnue par le Conseil départemental de l’insertion par l’activité économique (CDIAE). Si l’association a débuté avec « quatre postes de manutentionnaires et un ou deux permanents », en 2013, 139 personnes ont été salariées et accompagnées sur des emplois d’insertion. Avec Déclic 13, le statut des plus précaires - bénéficiaires de minima sociaux et du Plan local pour l’insertion et l’emploi (PLIE), demandeurs d’emplois longue durée, jeune public de moins de 26 ans, adultes en difficultés d’insertion et personnes placées sous main de Justice- n’est plus un inconvénient mais devient un atout pour leur insertion. « Ils ne sont pas uniquement en tant que salariés chez nous, on les accompagne dans leur projet professionnel » rappelle Wafa Benguerba. Si la principale mission de l’ACI est l’insertion par l’emploi, les actions de ce dispositif combinent également le travail avec l’accompagnement, l’encadrement technique, le suivi et la formation des salariés. Sur des contrats de 26 heures, 20% du temps hebdomadaire est dédié à l’accompagnement et au suivi socio-professionnel.

En 2013, près de la moitié des salariés en insertion ont connu une « sortie dynamique » vers un emploi durable – 16,55 % -, un emploi de transition 7,9 % - ou vers une sortie dynamique positive (formation) – 23 % -. Actuellement, 50 salariés en insertion évoluent à travers le métier de manutentionnaire, animateur de déchetterie, vendeur et agent de revalorisation, au sein des 15 emplois permanents de l’association. « Toutes ces personnes sont issues des territoires d’intervention de Ouest-Provence* » précise Wafa Benguerba selon qui, la structure « est un réel tremplin vers l’emploi. La diversité des étapes, de la réception jusqu’à la vente, permet aux personnes d’acquérir une expérience à tout point de vue. Ils sont formés, encadrés et ont toutes les chances de mener à bien leur avenir ». Depuis le 1 juillet 2014 et l’entrée en vigueur de la réforme du financement de l’Insertion par l’activité économique (IAE), les salariés des ACI, agréés par Pôle emploi, sont recrutés sous Contrat à durée déterminée d’insertion (CDDI) – anciennement CAE CUI-. « La forme du contrat reste la même mais avec un peu plus de souplesse et de possibilités d’embauches ».

Des ressources multiples

Grâce aux activités « Déménagement » - chiffre d’affaires (CA) de 113 547 euros en 2013 -, « Garde-meubles » - CA de 19 505 euros en 2013- et « Recyclerie » - CA de 102 418 euros en 2013 - l’association arrive à dégager « sa part d’autofinancement » évalue Wafa Benguerba. Le budget de la structure, de près de 1,2 million d’euros ces deux dernières années, bénéficie de la confiance de l’Etat et des collectivités territoriales. Sans ces fonds public, notamment portés par le CG 13, la Région PACA et l’Etat, l’association ne pourrait subvenir à l’une de ses plus grande charge, l’aide au poste d’insertion. Déclic 13 peut également compter sur les nombreux dons provenant de l’atelier Déménagement social, des trois déchèteries que la structure anime et de l’apport volontaire dans les locaux. « Nous recevons des dons de particuliers et de professionnels comme des groupes hôteliers qui vont nous donner de l’électroménager, de la literie ou des écoles qui cèdent leur mobilier ». Wafa Benguerba estime que la population témoigne d’une sensibilité plus prononcée à la question du réemploi, notamment « dans un objectif d’aide à l’autre ».

Dans un contexte économique toujours plus tendu avec des prix à la consommation en hausse et des magasins de jouets qui, selon l’UFC Que Choisir, augmentent les prix à l’approche de Noël, l’alternative de la consommation responsable est d’autant plus présente.



*Territoires d’intervention de Ouest-Provence : Fos-sur-Mer, Istres, Miramas, Port-Saint-Louis-du-Rhône, Grans et Cornillon-Confoux

Déclic 13 à Istres, allée des Echoppes. 04.42.55.33.83
Déclic 13 à Miramas, 39 bis avenue Maius Chalve. 04.90.57.49.68

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard