Articles

Accueil > Débats : le match des idées > Coopération entre la France et le Maroc, même dieu s’en mêle

 

Coopération entre la France et le Maroc, même dieu s’en mêle

28 septembre 2015

Après un temps de brouille nous voilà réconcilier avec le bon roi Mohamed VI ; Le même roi qui persécute ceux qui le critiquent et viole le droit international au Sahara Occidental devenu par la grâce divine et la poigne de fer des souverains marocains une province aux ordres. Province tellement libre qu’elle dispose de son mur militarisé pour dissuader les mécontents de s’en prendre aux juteux gisements de phosphates dans ce que l’on désigne comme la zone utile, l’autre vide de toute infrastructure est pour les chacals et les sahraouis récalcitrants. Et à ce régime qui ne manque pas de banane nous allons confier la formation des imams.


 


Une cinquantaine de français commenceront cette année un cycle de trois ans à l’Institut Mohamed VI à Rabat. Un cycle d’études pour promouvoir un islam du juste milieu conforme aux valeurs d’ouverture et de tolérance. Un islam centriste en quelque sorte. Encore faut-il connaître l’échelle des graduations où peut bouger le curseur de la piété. Je sais le débat risque d’être long. Mais en conclusion nous sommes vraiment face à un gouvernement français aux abois qui renie ses valeurs républicaines et s’enfonce dans la bigoterie en tout genre. Hollande le catholique, le protestant, le mahométan, le juif, le bouddhiste, tout est bon pour acheter la paix sociale et si demain nous connaissons quelques agitations druidiques, il se transformera en Panoramix, grimpera au chêne et coupera du gui. Enfin c’est un homme de toutes les chapelles qui ne renonce pas à faire la danse du tapis, à brûler quelques cierges ou à se coiffer d’une kippa d’opérette si la situation le nécessite. Un dirigeant qui oscille entre « tranformer » à l’anglo-saxonne et transformiste façon Michou. La rivière peut couler, il passera toujours le gay. Espérons que notre formation d’imams à Rabat ne soit pas au rabais.
Pour que vous puissiez mieux connaître la vrais situation au Maroc, j’ai repris en intégralité un texte de l’été 2015 du grand Abdelhak Serhane, que j’avais eu l’honneur d’accueillir avec le CIDIM (Centre de Documentation sur l’Immigration et le Maghreb) à Marseille il y a quelques années. Edifiant
L’écrivain marocain Abdelhak Serhane s’inquiète de la régression de la liberté (d’expression notamment) au Maroc. « Si l’Etat a définitivement décidé de bâillonner tous ceux qui ne chantent pas la gloire des maîtres du moment, ne s’adaptent pas aux ténèbres, ne s’inclinent devant personne, n’acceptent pas l’artifice, à quoi servent alors tous les centres culturels bâtis ou en construction, les grands théâtres mirobolants, les musées, les conservatoires de danse, de chant, de chorégraphie ? »


« Tout ce qui dégrade la culture raccourcit les chemins qui mènent à la servitude. » A. Camus
AU MAROC, DEPUIS UNE DECENNIE AU MOINS, nous assistons à des offensives répétées de la part du système contre les libertés en général et la liberté d’expression en particulier. La presse dite indépendante fait désormais partie du souvenir et rien ne justifie la violence physique disproportionnée ou le harcèlement psychologique dont use l’Etat contre la liberté des citoyens.
L’Etat qui emprisonne le journaliste, condamne le chanteur, appréhende le caricaturiste, interdit un livre ou un film, pousse ses intellectuels à l’exil ou au silence… L’Etat qui veut cacher la vérité comme il cache ses femmes et musèle ses hommes, qui s’entoure de lamentables interlocuteurs, crie au scandale devant les fesses d’une star invitée par lui, tremble devant une robe ou un bikini, mobilise ses cohortes de journaleux spécialistes de l’injure quand le mensonge est dévoilé... n’est pas un Etat solide, sûr de sa légitimité. L’Etat qui refuse de voir ce qui se passe dans la rue, ne veut pas entendre ce qui se dit sur lui, qui ne dialogue pas, qui a atteint un niveau singulier dans l’art de l’interdit et de la répression, est un Etat qui a peur. Peur de ses propres enfants et de ses défaillances. Un mot le perturbe. Un dessin le trouble. Un livre le déstabilise. Une caricature l’ébranle. Une information le dérange. Une anecdote l’agite... Et un spectacle lui ôte le sommeil. Cet Etat-là n’est pas un Etat-citoyen. Un Etat qui s’impose par la violence du gourdin n’est pas un Etat de droit. Un Etat qui n’honore pas ses femmes et ses jeunes, qui ne les respecte pas, n’est pas un Etat démocratique et ne peut être ni respecté ni écouté ni honoré à son tour. Et cet Etat qui permet aujourd’hui à n’importe qui de s’ériger en censeur, donneur de leçons, juge ou gardien de la morale, cherche à faire de nous des morts-vivants.
Si l’Etat (sans doute dirigé par les islamistes !) pense que le Maroc est un troupeau de bétail, il se met le doit dans l’œil. Qu’il ouvre ses oreilles sur le grondement de la rue dans toutes les villes du pays et il comprendra que personne n’est à l’abri du mauvais sort, comme personne n’est immortel, indispensable ou irremplaçable. Le terrorisme a bon dos et les régimes arabes les mains libres pour tabasser, emprisonner, assassiner… « Une approche sécuritaire est nécessaire, dit Kamel Daoud, mais pas suffisante. Tant qu’on sera dans une logique de réaction et non d’action, on ne pourra pas gagner. On ne naît pas djihadiste ou islamiste, mais on le devient. Il ne s’agit plus aujourd’hui seulement de tuer le djihadiste, mais de l’empêcher de naître. Pour cela, il faut comprendre sa logique. Le djihadiste se nourri du ressentiment et puise son argumentaire dans les désordres régionaux et mondiaux. » Comment s’en sortir alors ? Il répond : « Pour moi l’enjeu est d’abord culturel. Pour gagner la guerre, il faut d’abord mener la bataille culturelle. A l’évidence dans le monde arabe, et peut-être aujourd’hui dans le monde occidental, nous n’avons pas su fabriquer et défendre une idéologie alternative à l’islamisme. »
La culture (pas le folklore) peut NOUS sauver. Mais qui s’intéresse désormais à la culture là où les dirigeants sont des incultes chroniques pour la plupart ? Les intellectuels dérangent. Les artistes affranchis n’ont pas les moyens pour offrir à des jeunes complètement largués une expression culturelle capable de les élever, les éduquer, cultiver leur curiosité, former leur personnalité. On les voit se battre, avec les moyens du bord, contre le destin, contre le système et contre le vide laissé par ce dernier. Et quand une initiative citoyenne est entreprise, l’Etat arrive avec sa force policière et ses mauvaises manières pour réprimer et interdire. L’Etat et ses complices dont les moyens sont incommensurables, produisent de la sous-culture, folklorise la société et renvoie les jeunes à leurs doutes, à leur isolement, à leur ressentiment. Pas étonnant que ces derniers préfèrent la mort à la vie de chien qu’on leur propose. Pour interdire, l’Etat est toujours présent. Pour encourager les bonnes volontés, jamais. Alors même qu’il devrait soutenir le travail bénévole des associations qui n’est rien d’autre qu’une assistance fournie à l’Etat, là où il a failli, pour endiguer les dérives de la jeunesse de ce pays. Mais qui écoute ? Qui cherche à comprendre ?
C’est clair. L’Etat veut faire payer aux refuzniks leur 20 février. Et puis après ? N’y a-t-il plus de corruption, de criminalité, de mendicité dans les rues, d’enfants abandonnés, d’insécurité, de malades sans soins, de surendettement, d’injustices sociales, d’écoles sans rien, de diplômés-chômeurs, de jeunes sans travail et sans avenir... dont il faut s’occuper au lieu de mobiliser une armada de la sécurité pour empêcher un jeune de chanter, interdire un film ou un livre. Cet Etat ignore-t-il qu’il ne peut jamais séquestrer la liberté, ni tuer la vérité. Alors, si toutes les actions non couronnées doivent être prohibées, si le citoyen n’a plus le droit de s’exprimer envers et contre tous, pourquoi l’Etat construit-t-il tant de musées, de complexes culturels, de théâtres mirobolants, d’édifices singuliers pour la danse, la chorégraphie, la photographie, la musique, le chant... Que veut-il prouver ?
Le citoyen normal vit entre un terrorisme d’Etat et un terrorisme religieux. Le gouvernement actuel veut gagner les prochaines élections sur le dos d’une vertu dévoyée et sans fondement. Chanter, filmer, écrire, embrasser, boire, se baigner, s’habiller… deviennent des délits dans un pays qui veut vendre à l’étranger une fausse image d’ouverture et de modernité. A Inezgane, près d’Agadir, le terrorisme social-religieux a fait parler de lui. Molestées par une population fanatisée et frustrée, deux jeunes femmes seront jugées le 6 juillet pour atteinte à la pudeur. Leur crime ? Elles portaient une robe ! 25 juin, toujours à Inezgane, maudite soit-elle ! Hanane Kahmou, journaliste marocaine, est victime de jets de tomates lancés par les marchands de légumes au souk de Hay Jorf où elle faisait ses courses. Son crime ? Elle avait les cheveux découverts (Comment les hommes ne protègent-ils pas leurs épouses, leurs filles, leurs sœurs, dans cette ville de possédés et d’enragés ?) A Fès, un jeune homme est lynché avec une sauvagerie inouïe par une foule de névrosés. Son crime ? Il est homosexuel ! Sur une plage d’Agadir un halluciné se prend pour l’Etat et impose sa propre loi : « Respect ramadan, no bikini ! » Les exemples se multiplient ces derniers temps, aussi insensés les uns que les autres. La vacance ou le manque d’autorité de l’Etat donne lieu aux dérapages de ce genre. Chaque fou devient l’autorité. Et quand un Etat manque d’autorité, le désordre s’installe, et la peur. Alors, au nom de cette sombre pudeur défendue par les excités de la braguette, pourquoi ne juge-t-on pas tous ces mecs qui se promènent en short dans les rues et parfois torse nu, exhibant de vilaines panses et des jambes poilues ? La vertu, imposée aux femmes, ne concerne-t-elle pas les hommes aussi ? Comment vivre au XXIème siècle avec la mentalité de l’imam Ghazali qui dit que les femmes « n’hésitent guère dans leur quête insensée à détruire la réputation de leur famille, à fouler au pied tout ce qui est sacré, à souiller les turbans et vont parfois aussi loin que le meurtre. »
Si l’Etat a définitivement décidé de bâillonner tous ceux qui ne chantent pas la gloire des maîtres du moment, ne s’adaptent pas aux ténèbres, ne s’inclinent devant personne, n’acceptent pas l’artifice, à quoi servent alors tous les centres culturels bâtis ou en construction, les grands théâtres mirobolants, les musées, les conservatoires de danse, de chant, de chorégraphie ? Si les dirigeants attendent de nous tous une soumission sans faille à leur propagande, il faudra alors qu’il se décide à nous crucifier une bonne fois pour toutes. Jacques Attali écrivait dans La Confrérie des éveillés : « Si, commeje le crains, le malheur s’abat sur cette ville, si les hommes y perdent le droit, unique au monde, de penser librement, c’est tout l’avenir de l’humanité qui est menacé. »
Jamais notre liberté n’a été aussi menacée que sous le gouvernement islamiste. Jamais l’avenir du pays n’a autant été incertain, ce pays qu’ils font reculer au lieu de l’aider à avancer alors même qu’il va bientôt se doter d’un TGV.
Puisque le système du plus beau pays du monde est déterminé à briser toutes ses soupapes de sécurité, de régner sur un peuple sourd-muet, eh bien, ses télévisions et ses festivals nous suffisent largement et nous remplissent d’allégresse.
Puisque le régime qui n’a rien à dire veut être le seul à parler, nous sommes toute ouïe pour écouter ses prêches et ses silences.
Puisque cet Etat a décidé de tuer la culture, la liberté d’expression, la créativité, la liberté d’être, c’est qu’il a décidé de tuer le pays.
Dans ce cas, ses mosquées et ses oraisons nous suffisent amplement.
Ils nous installent dans leur ignorance, leur cupidité, leur modicité, leur hypocrisie et leur mauvaise foi. Ils assassinent le rêve, la spontanéité, la créativité et l’imaginaire, rendant ce pays irrespirable. Qu’ils réfléchissent à cette formule d’Ibn Roshd : « L’ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine, la haine conduit à la violence, voilà l’équation. » Nous sommes déjà dans l’ignorance, la peur, la haine et la violence est parmi nous, quotidienne, sournoise et abjecte.
Et quand ils auront fini avec le dernier contestataire, le dernier intellectuel, le dernier poète, le dernier journaliste, le dernier caricaturiste, le dernier humoriste, le dernier homosexuel, la dernière femme habillée en robe, le dernier baiser, le dernier bikini, la dernière goutte de vin, le dernier signe d’intelligence ou de compétence… ils se dessècheront et tomberont comme des troncs morts.
Triste réalité qui anticipe notre échec global.

 

 

Autres articles Débats : le match des idées

 

Brèves Débats : le match des idées

  • 25 avril

     

    Kaouther Ben Mohamed : JE REFUSE de céder une énième fois au chantage du "front républicain" !

    Les résultats du 1er tour de la présidentielle sont sans appel. Les Français-es ont clairement choisi d’en finir avec les 2 blocs droite - gauche qui se partagent le pouvoir depuis plus de 50 ans. C’est un vote de rupture avec tout un système de gouvernance et avec des politiques d’austérités successives qui sont totalement responsables de l’ancrage du fn au sein de nos villes et de nos campagnes. Le renouvellement de nos représentants politiques est une exigence incontestable du peuple de France. Dans le même temps, il y a près de 8 millions de Français-es qui ont voté pour une France raciste, xénophobe, homophobe, nationaliste, repliée sur elle même, qui a la haine des autres et de sa (...)

     

  • 27 mars

     

    "MACRON COCU : L’exonération de la taxe d’habitation pour les foyers les plus modestes, n’est plus !"

    Elle était sa mesure phare, la plus juste socialement, la plus courageuse politiquement, la plus équitable fiscalement. L’exonération de la taxe d’habitation pour 80 % des foyers Français n’aura été qu’un rêve de courte durée. La faute à qui me direz-vous ? A nos malicieux politiciens qui, si, ils n’excellent pas en matière de gestion de l’argent public, savent, user et interpréter de ce que la loi prévoit et de ce qu’elle dit ou ne dit pas ... Devant l’assemblée des Maires de France réunie en congrès le 22 mars 2017 à la maison de la radio, tous les candidats à l’élection présidentielle ont peaufiné leurs programmes à destination des communes. Chacun y est allé de son aumône généreuse pour s’octroyer les (...)

     

  • 22 mars

     

    Communiqué UniT : Dénoncer l’amalgame oui, nier toute tunisianité de l’auteur de l’attentat non ! Explications :

    C’est avec stupeur que nous avons pris connaissance du communiqué de la Fédération Tunisienne des Hôteliers faisant suite à l’implication d’un binational franco-tunisien dans une attaque contre des militaires à l’aéroport d’Orly. Nonobstant le fait que nous ne connaissions pas, ce syndicat professionnel, d’expertise particulière en analyse politique, il demeure que le communique de la FTH relève d’une antienne particulièrement prégnante au sein de toute une catégorie de nos compatriotes. Un criminel doit être poursuivi, jugé et condamné pour les actes qu’il a commis individuellement sans mettre en cause un collectif plus large auquel il serait associé par la naissance, la culture ou la communauté de vie ou (...)

     

  • Novembre 2016

     

    Le billet de Romuald Dzomo : La vraie sorcellerie, LR de rien mais...

    La vraie sorcellerie c’est quand un français depuis 20 ans, d’origine africaine sursaute en voyant Sarko à la télé, plastronner sur l’immigration, l’identité nationale ou l’intégration devant un public acquis, de blancs français. Tu as beau lui expliquer qu’il a exactement les mêmes droits de français que cet immigré d’origine hongroise et tous les français blancs, noirs, jaunes de la salle, qu’il peut même barrer la route à Sarko, en allant voter aux primaires de la droite et du centre dans quelques jours même s’il est un électeur de gauche, il te regarde avec les yeux d’une biche, comme s’il venait de traverser la Sahara à pieds pour rejoindre la France et garde sa peur du policier aux tripes. C’est l’autre (...)

     

  • Octobre 2016

     

    Michel Bonelli : "Avez-vous vu le débat sur les primaires... salauds de pauvres !"

    Salauds de pauvres avez-vous suivi le débat des primates de la droite, si non, ne chialez pas quand ils vous le mettront profond... Aux insanités dites poliment par des individus propres sur eux, je préfère répondre vulgairement en leur crachant à la gueule, c’est le luxe des petits, des crasseux et des sans grades, que crève la canaille... Tout tout nous donnerons tout pour les richards, les gros, les gras, et les puissants et tous leurs amis, voilà la chansons de la primaire de la droite et du centre qui reniant tout humanisme va nous faire les Verts des Républicains pour ramasser quelques circonscriptions et se mettre au chaud pour cinq ans. Le constat pour les humbles, les petits et les (...)

     

  • Octobre 2016

     

    LA RIPOSTE RUSSE par Bruno Guigue

    Les capitales occidentales vocifèrent, elles fulminent, elles se déchaînent contre Moscou. Dans un accès de délire, Hillary Clinton accuse le Kremlin de saboter les élections américaines. Les matamores galonnés du Pentagone menacent la Russie de l’apocalypse nucléaire. Justicier planétaire, François Hollande veut traîner Vladimir Poutine devant les tribunaux. On s’imagine sans doute que cette hystérie collective va intimider la Russie, la discréditer, la faire plier. C’est exactement le contraire. Décidé à suivre son propre agenda, Moscou est à l’offensive. Comme d’habitude dans les situations de crise, Vladimir Poutine se montre actif, non réactif. Loin de se laisser mener par l’événement, il le préempte. (...)

     

  • Août 2016

     

    La chronique africaine de Romuald : Les vieux crocos pour Bongo

    #ladzomo En côte d’ivoire ils savent y faire....le conseiller spécial d’ADO donnent des conseils à PING pour que ça Pete au Gabon. Tout faire pour en arriver à une future résolution des Nations Unies autorisant à la France "d’éviter" un bain de sang au Gabon : 1,5 d’habitants, 50 ans de pouvoir sans partage des BONGO. Souvenons nous de la Côte d’ivoire et de la Lybie. Résolutions 1973 et 1975. Bref....de là à ce que Ali se retrouve au TPI, il suffit de trois bavures policières, d’un petit charnier. l’Afrique Centrale est elle définitivement en brouille avec la "démocratie" ? Est ce vraiment la solution....le vote ? Depuis les années le fameux vent démocratique après le sommet de la Baule, n’a pas produit (...)

     

  • Août 2016

     

    Un billet d’actu "Fashion" de Michel Bonelli

    Il est loin le temps de la marche pour l’égalité et des opérations tests de SOS RACISME pour voir si les discothèques accueillaient les arabes et les noirs. Les événements dramatiques, tuerie de Merah, de CHARLIE HEBDO jusqu’à ceux de Nice nous ont fait basculer dans une autre époque. La triste farce du burkini, cette querelle de chiffon avec ses « fashion’s victim’s » qui fait légiférer et interpelle de nombreux pays étrangers s’avère être de plus en plus révélatrice d’un état d’esprit qui doit nous alarmer. En France se libère une parole tout simplement anti-arabe et plus particulièrement anti-algérienne comme si la Guerre d’Algérie et l’exode des pieds-noirs étaient encore bien là dans l’inconscient d’une (...)

     

  • Août 2016

     

    Vincent GEISSER ironique : "Pourquoi ne pas promouvoir des juges anti-caïds, spécialisés en anthropologie tribale option « 

    LE SYNDROME DE SISCO Les garçons arabes : quand ils ne sont pas terroristes, ils sont nécessairement caïds ! Hallucinant cette déclaration du procureur de la République de Bastia, Nicolas Bessone, pour expliquer les incidents de Sisco (Haute-Corse) qui parle des « Maghrébins » comme une tribu et avance l’hypothèse très scientifique d’une « logique de caïdat » qui serait naturelle chez les mâles arabes. Voici ce qu’il pouvait déclarait le 18 août en conférence presse, sans que ses propos, pour le moins « racialistes », fassent l’objet de la moindre critique de la part des journalistes ou des leaders d’opinion : « A l’évidence, à l’origine des incidents se trouvent des membres de la famille maghrébine qui (...)

     

  • Août 2016

     

    Le billet de Michel Bonelli sur le 15 Aout : Marie quand tu nous tiens...

    Hier des dizaines de chrétiens fêtaient une arabe judéïsée voilée, Marie mère de Jésus. Je ne sais pas si elle portait le burkini lors de ses baignades dans le Jourdain mais mes travaux avancent dans l’élucidation de ce mystère. Et croyez-moi en ce qui la concerne, des secrets et des énigmes nous en avons à revendre. Mère, vierge et femme à la fois. C’est trinitairement lourd à porter. Parce que le Joseph devait être un saint homme sans le savoir pour admettre que l’enfant qu’elle portait n’était pas de lui mais le fruit semé par un esprit de l’au-delà dans le ventre de son épouse. Et quel enfant, mort sur la croix a 33 ans il fait parler encore de lui plus de 20 siècles après sa disparition. Disparition qui a (...)

     

Articles récents

Articles au hasard