Articles

Accueil > Débats : le match des idées > Coopération entre la France et le Maroc, même dieu s’en mêle

 

Coopération entre la France et le Maroc, même dieu s’en mêle

28 septembre 2015

Après un temps de brouille nous voilà réconcilier avec le bon roi Mohamed VI ; Le même roi qui persécute ceux qui le critiquent et viole le droit international au Sahara Occidental devenu par la grâce divine et la poigne de fer des souverains marocains une province aux ordres. Province tellement libre qu’elle dispose de son mur militarisé pour dissuader les mécontents de s’en prendre aux juteux gisements de phosphates dans ce que l’on désigne comme la zone utile, l’autre vide de toute infrastructure est pour les chacals et les sahraouis récalcitrants. Et à ce régime qui ne manque pas de banane nous allons confier la formation des imams.


 


Une cinquantaine de français commenceront cette année un cycle de trois ans à l’Institut Mohamed VI à Rabat. Un cycle d’études pour promouvoir un islam du juste milieu conforme aux valeurs d’ouverture et de tolérance. Un islam centriste en quelque sorte. Encore faut-il connaître l’échelle des graduations où peut bouger le curseur de la piété. Je sais le débat risque d’être long. Mais en conclusion nous sommes vraiment face à un gouvernement français aux abois qui renie ses valeurs républicaines et s’enfonce dans la bigoterie en tout genre. Hollande le catholique, le protestant, le mahométan, le juif, le bouddhiste, tout est bon pour acheter la paix sociale et si demain nous connaissons quelques agitations druidiques, il se transformera en Panoramix, grimpera au chêne et coupera du gui. Enfin c’est un homme de toutes les chapelles qui ne renonce pas à faire la danse du tapis, à brûler quelques cierges ou à se coiffer d’une kippa d’opérette si la situation le nécessite. Un dirigeant qui oscille entre « tranformer » à l’anglo-saxonne et transformiste façon Michou. La rivière peut couler, il passera toujours le gay. Espérons que notre formation d’imams à Rabat ne soit pas au rabais.
Pour que vous puissiez mieux connaître la vrais situation au Maroc, j’ai repris en intégralité un texte de l’été 2015 du grand Abdelhak Serhane, que j’avais eu l’honneur d’accueillir avec le CIDIM (Centre de Documentation sur l’Immigration et le Maghreb) à Marseille il y a quelques années. Edifiant
L’écrivain marocain Abdelhak Serhane s’inquiète de la régression de la liberté (d’expression notamment) au Maroc. « Si l’Etat a définitivement décidé de bâillonner tous ceux qui ne chantent pas la gloire des maîtres du moment, ne s’adaptent pas aux ténèbres, ne s’inclinent devant personne, n’acceptent pas l’artifice, à quoi servent alors tous les centres culturels bâtis ou en construction, les grands théâtres mirobolants, les musées, les conservatoires de danse, de chant, de chorégraphie ? »


« Tout ce qui dégrade la culture raccourcit les chemins qui mènent à la servitude. » A. Camus
AU MAROC, DEPUIS UNE DECENNIE AU MOINS, nous assistons à des offensives répétées de la part du système contre les libertés en général et la liberté d’expression en particulier. La presse dite indépendante fait désormais partie du souvenir et rien ne justifie la violence physique disproportionnée ou le harcèlement psychologique dont use l’Etat contre la liberté des citoyens.
L’Etat qui emprisonne le journaliste, condamne le chanteur, appréhende le caricaturiste, interdit un livre ou un film, pousse ses intellectuels à l’exil ou au silence… L’Etat qui veut cacher la vérité comme il cache ses femmes et musèle ses hommes, qui s’entoure de lamentables interlocuteurs, crie au scandale devant les fesses d’une star invitée par lui, tremble devant une robe ou un bikini, mobilise ses cohortes de journaleux spécialistes de l’injure quand le mensonge est dévoilé... n’est pas un Etat solide, sûr de sa légitimité. L’Etat qui refuse de voir ce qui se passe dans la rue, ne veut pas entendre ce qui se dit sur lui, qui ne dialogue pas, qui a atteint un niveau singulier dans l’art de l’interdit et de la répression, est un Etat qui a peur. Peur de ses propres enfants et de ses défaillances. Un mot le perturbe. Un dessin le trouble. Un livre le déstabilise. Une caricature l’ébranle. Une information le dérange. Une anecdote l’agite... Et un spectacle lui ôte le sommeil. Cet Etat-là n’est pas un Etat-citoyen. Un Etat qui s’impose par la violence du gourdin n’est pas un Etat de droit. Un Etat qui n’honore pas ses femmes et ses jeunes, qui ne les respecte pas, n’est pas un Etat démocratique et ne peut être ni respecté ni écouté ni honoré à son tour. Et cet Etat qui permet aujourd’hui à n’importe qui de s’ériger en censeur, donneur de leçons, juge ou gardien de la morale, cherche à faire de nous des morts-vivants.
Si l’Etat (sans doute dirigé par les islamistes !) pense que le Maroc est un troupeau de bétail, il se met le doit dans l’œil. Qu’il ouvre ses oreilles sur le grondement de la rue dans toutes les villes du pays et il comprendra que personne n’est à l’abri du mauvais sort, comme personne n’est immortel, indispensable ou irremplaçable. Le terrorisme a bon dos et les régimes arabes les mains libres pour tabasser, emprisonner, assassiner… « Une approche sécuritaire est nécessaire, dit Kamel Daoud, mais pas suffisante. Tant qu’on sera dans une logique de réaction et non d’action, on ne pourra pas gagner. On ne naît pas djihadiste ou islamiste, mais on le devient. Il ne s’agit plus aujourd’hui seulement de tuer le djihadiste, mais de l’empêcher de naître. Pour cela, il faut comprendre sa logique. Le djihadiste se nourri du ressentiment et puise son argumentaire dans les désordres régionaux et mondiaux. » Comment s’en sortir alors ? Il répond : « Pour moi l’enjeu est d’abord culturel. Pour gagner la guerre, il faut d’abord mener la bataille culturelle. A l’évidence dans le monde arabe, et peut-être aujourd’hui dans le monde occidental, nous n’avons pas su fabriquer et défendre une idéologie alternative à l’islamisme. »
La culture (pas le folklore) peut NOUS sauver. Mais qui s’intéresse désormais à la culture là où les dirigeants sont des incultes chroniques pour la plupart ? Les intellectuels dérangent. Les artistes affranchis n’ont pas les moyens pour offrir à des jeunes complètement largués une expression culturelle capable de les élever, les éduquer, cultiver leur curiosité, former leur personnalité. On les voit se battre, avec les moyens du bord, contre le destin, contre le système et contre le vide laissé par ce dernier. Et quand une initiative citoyenne est entreprise, l’Etat arrive avec sa force policière et ses mauvaises manières pour réprimer et interdire. L’Etat et ses complices dont les moyens sont incommensurables, produisent de la sous-culture, folklorise la société et renvoie les jeunes à leurs doutes, à leur isolement, à leur ressentiment. Pas étonnant que ces derniers préfèrent la mort à la vie de chien qu’on leur propose. Pour interdire, l’Etat est toujours présent. Pour encourager les bonnes volontés, jamais. Alors même qu’il devrait soutenir le travail bénévole des associations qui n’est rien d’autre qu’une assistance fournie à l’Etat, là où il a failli, pour endiguer les dérives de la jeunesse de ce pays. Mais qui écoute ? Qui cherche à comprendre ?
C’est clair. L’Etat veut faire payer aux refuzniks leur 20 février. Et puis après ? N’y a-t-il plus de corruption, de criminalité, de mendicité dans les rues, d’enfants abandonnés, d’insécurité, de malades sans soins, de surendettement, d’injustices sociales, d’écoles sans rien, de diplômés-chômeurs, de jeunes sans travail et sans avenir... dont il faut s’occuper au lieu de mobiliser une armada de la sécurité pour empêcher un jeune de chanter, interdire un film ou un livre. Cet Etat ignore-t-il qu’il ne peut jamais séquestrer la liberté, ni tuer la vérité. Alors, si toutes les actions non couronnées doivent être prohibées, si le citoyen n’a plus le droit de s’exprimer envers et contre tous, pourquoi l’Etat construit-t-il tant de musées, de complexes culturels, de théâtres mirobolants, d’édifices singuliers pour la danse, la chorégraphie, la photographie, la musique, le chant... Que veut-il prouver ?
Le citoyen normal vit entre un terrorisme d’Etat et un terrorisme religieux. Le gouvernement actuel veut gagner les prochaines élections sur le dos d’une vertu dévoyée et sans fondement. Chanter, filmer, écrire, embrasser, boire, se baigner, s’habiller… deviennent des délits dans un pays qui veut vendre à l’étranger une fausse image d’ouverture et de modernité. A Inezgane, près d’Agadir, le terrorisme social-religieux a fait parler de lui. Molestées par une population fanatisée et frustrée, deux jeunes femmes seront jugées le 6 juillet pour atteinte à la pudeur. Leur crime ? Elles portaient une robe ! 25 juin, toujours à Inezgane, maudite soit-elle ! Hanane Kahmou, journaliste marocaine, est victime de jets de tomates lancés par les marchands de légumes au souk de Hay Jorf où elle faisait ses courses. Son crime ? Elle avait les cheveux découverts (Comment les hommes ne protègent-ils pas leurs épouses, leurs filles, leurs sœurs, dans cette ville de possédés et d’enragés ?) A Fès, un jeune homme est lynché avec une sauvagerie inouïe par une foule de névrosés. Son crime ? Il est homosexuel ! Sur une plage d’Agadir un halluciné se prend pour l’Etat et impose sa propre loi : « Respect ramadan, no bikini ! » Les exemples se multiplient ces derniers temps, aussi insensés les uns que les autres. La vacance ou le manque d’autorité de l’Etat donne lieu aux dérapages de ce genre. Chaque fou devient l’autorité. Et quand un Etat manque d’autorité, le désordre s’installe, et la peur. Alors, au nom de cette sombre pudeur défendue par les excités de la braguette, pourquoi ne juge-t-on pas tous ces mecs qui se promènent en short dans les rues et parfois torse nu, exhibant de vilaines panses et des jambes poilues ? La vertu, imposée aux femmes, ne concerne-t-elle pas les hommes aussi ? Comment vivre au XXIème siècle avec la mentalité de l’imam Ghazali qui dit que les femmes « n’hésitent guère dans leur quête insensée à détruire la réputation de leur famille, à fouler au pied tout ce qui est sacré, à souiller les turbans et vont parfois aussi loin que le meurtre. »
Si l’Etat a définitivement décidé de bâillonner tous ceux qui ne chantent pas la gloire des maîtres du moment, ne s’adaptent pas aux ténèbres, ne s’inclinent devant personne, n’acceptent pas l’artifice, à quoi servent alors tous les centres culturels bâtis ou en construction, les grands théâtres mirobolants, les musées, les conservatoires de danse, de chant, de chorégraphie ? Si les dirigeants attendent de nous tous une soumission sans faille à leur propagande, il faudra alors qu’il se décide à nous crucifier une bonne fois pour toutes. Jacques Attali écrivait dans La Confrérie des éveillés : « Si, commeje le crains, le malheur s’abat sur cette ville, si les hommes y perdent le droit, unique au monde, de penser librement, c’est tout l’avenir de l’humanité qui est menacé. »
Jamais notre liberté n’a été aussi menacée que sous le gouvernement islamiste. Jamais l’avenir du pays n’a autant été incertain, ce pays qu’ils font reculer au lieu de l’aider à avancer alors même qu’il va bientôt se doter d’un TGV.
Puisque le système du plus beau pays du monde est déterminé à briser toutes ses soupapes de sécurité, de régner sur un peuple sourd-muet, eh bien, ses télévisions et ses festivals nous suffisent largement et nous remplissent d’allégresse.
Puisque le régime qui n’a rien à dire veut être le seul à parler, nous sommes toute ouïe pour écouter ses prêches et ses silences.
Puisque cet Etat a décidé de tuer la culture, la liberté d’expression, la créativité, la liberté d’être, c’est qu’il a décidé de tuer le pays.
Dans ce cas, ses mosquées et ses oraisons nous suffisent amplement.
Ils nous installent dans leur ignorance, leur cupidité, leur modicité, leur hypocrisie et leur mauvaise foi. Ils assassinent le rêve, la spontanéité, la créativité et l’imaginaire, rendant ce pays irrespirable. Qu’ils réfléchissent à cette formule d’Ibn Roshd : « L’ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine, la haine conduit à la violence, voilà l’équation. » Nous sommes déjà dans l’ignorance, la peur, la haine et la violence est parmi nous, quotidienne, sournoise et abjecte.
Et quand ils auront fini avec le dernier contestataire, le dernier intellectuel, le dernier poète, le dernier journaliste, le dernier caricaturiste, le dernier humoriste, le dernier homosexuel, la dernière femme habillée en robe, le dernier baiser, le dernier bikini, la dernière goutte de vin, le dernier signe d’intelligence ou de compétence… ils se dessècheront et tomberont comme des troncs morts.
Triste réalité qui anticipe notre échec global.

 

 

Autres articles Débats : le match des idées

 

Brèves Débats : le match des idées

  • 28 septembre

     

    Le Sénat, Macron récolte ce qu’il a en partie semé…

    Après la Conférence des Territoires débutée dans cet hémicycle, la baisse de 13 milliards d’euros de dotation aux collectivités sur le quinquennat, la suppression d’une partie des emplois aidés, le gel de 46 millions de crédits destinés à la politique de la ville, la taxe d’habitation qui va disparaître à terme, la baisse du nombre d’élus locaux voulue par l’Elysée, la fusion de certains départements ou comme dans les Bouches du Rhône la métropole de Marseille dévorant le 13, une refonte du financement du RSA assez floue, l’annonce de la fin des grands travaux structurant, le tout conjugué avec les coupes sombres et la réforme des territoires d’Hollande bâclée qui ne fera pas faire les économies escomptées (...)

     

  • 26 septembre

     

    Au menu du billet de Romuald : Néonazis Allemand, footballeurs US en lutte...

    #ladzomo Pendant qu’il faut dire Anguela pour Angéla, Sarko résistait. Il disait Angéla. Elle viendra parler à La Sorbonne avec Macron des Néonazis qui intègrent l’Assemblée Nationale allemande. Donald Trump et ses fichus footballeurs qui manifestant contre les violences policières. Il est en à regretter ce bon vieux temps des champs de canne à sucre ....et LeBron James qui dit que son Président est un clochard. Mettez lui juste la coiffure de KIM JONG UN. C’est son jumeau occidental. Et quant à l’ObamaCare encore un doigt d’honneur en puissance. Crise anglophone : PourQuoi pas un BIG HUG CHALLENGE. Ce n’est pas gagné mais tentons des embrassades avec nos frères anglophones et partageons. Ça changera (...)

     

  • 25 septembre

     

    Mélenchon a pris du galon... Par Michel Bonelli

    Je suis loin d’être en accord avec toutes ses idées politiques mais son action tend à rendre sa dignité à une partie des français que l’on méprise et que l’on humilie. Il a eu les mots justes, les ennemis de la nation et leur valet cette canaille de Macron doivent être combattus, battus et chassés du pouvoir. Il faut extirper des entrailles du pays cette dictature du vide. L’homme de l’Elysée pourrit le pays tout entier et n’hésitera pas à le diviser pour que des factions entre-tuent et lui donnent l’occasion de nous imposer un état policier. Macron est vil et poussera les humbles, les précaires, les riens comme il les appelle au désespoir et au renoncement. Partout où cela est possible le combat doit être (...)

     

  • 24 septembre

     

    Au Menu du jour : Sénat, Trump, Kim Jong un, les prostitués de Lyon...

    #ladzomo Le Luxembourg....au SÉNAT- garder les privilèges. C’est la jour des longs couteaux et les ordonnances c’est aujourd’hui. Qui vivra verra. Est il possible de mettre côte à côte Kim Jong Un et TRUMP ? Je veux dire sur le plan psychologique. Victor de Lyon a donné sa version. Il a expliqué Pourquoi il a traîné la C....de sissi par terre au nom de celle de sa mère bafouée. Il a deux Garçons et c’est l’histoire d’un mariage entièrement financé par Sissi, abandonnée par tous : sa famille, de son mari, un bi. Lui, assume son homosexualité (heureusement) a été là, mais s’est senti(e) trahi(e) d’où la descente punitive. Il n’a jamais voulu humilier les prostituées de Lyon, ses copines et clientèles dans son (...)

     

  • 16 septembre

     

    Crise olympienne, le bulletin de vote Boyer, méritait-il une croix ?

    Notre ancienne maire du VI ème secteur, et députée actuelle du même secteur(1ère circonscription), est notre nouvelle gardienne des temples grecs. La neocore des temps modernes se livre dans une croisade de laitage au sommet de L’Olympe marseillais . Alors que la polémique autour des vestiges n’est toujours pas fini, une autre s’ajoute autour de la mythologie grecque ou juste de la mythomanie marseillaise. La députée et ancienne maire, chérie et protégée des Républicains, s’est indignée à travers les réseaux sociaux pour un problème majeur et primordial concernant sa circonscription : le packaging des yaourts a la grecque chez Carrefour... En effet Mme Boyer, qui applique le slogan d’une publicité (...)

     

  • 11 septembre

     

    pour refuser les ordonnances de destruction sociale Privé-public : pour un droit du travail qui protège tous les salariés Communiqué commun Ile-de-France : CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL

    Le contenu des ordonnances sur le code du travail vient d’être connu. Comme on pouvait s’y attendre, elles vont toutes dans le même sens : plus de précarité, de flexibilité pour les salariés, plus de souplesse, de facilités pour licencier pour les entreprises... Au-delà de la méthode, consistant à agir rapidement via les ordonnances, le discours gouvernemental sur la soi-disant concertation ne change rien. La plupart des demandes du MEDEF sont satisfaites. Les ordonnances prolongent et aggravent la loi El Khomri dont nous continuons à demander l’abrogation. L’inversion de la hiérarchie des normes est poussée jusqu’au bout, ce n’est plus de norme du tout. L’individualisation complète du contrat de (...)

     

  • 11 mai

     

    Patrick Menucci : "Mélenchon une reproduction en pire de la vieille politique"

    Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la stratégie politique de Jean-Luc Melenchon : En effet en venant dans la seule circonscription de l’arc méditerranéen où le Front National n’a aucune chance d’être au second tour (14,3% au premier tour de la présidentielle), où la droite ne peut l’emporter (10,8% au premier tour de la présidentielle) il montre que son seul combat, le sens de son engagement politique est le combat gauche contre gauche. Il construit un affrontement avec un député qui a soutenu jusqu’au bout (...)

     

  • 25 avril

     

    Kaouther Ben Mohamed : JE REFUSE de céder une énième fois au chantage du "front républicain" !

    Les résultats du 1er tour de la présidentielle sont sans appel. Les Français-es ont clairement choisi d’en finir avec les 2 blocs droite - gauche qui se partagent le pouvoir depuis plus de 50 ans. C’est un vote de rupture avec tout un système de gouvernance et avec des politiques d’austérités successives qui sont totalement responsables de l’ancrage du fn au sein de nos villes et de nos campagnes. Le renouvellement de nos représentants politiques est une exigence incontestable du peuple de France. Dans le même temps, il y a près de 8 millions de Français-es qui ont voté pour une France raciste, xénophobe, homophobe, nationaliste, repliée sur elle même, qui a la haine des autres et de sa (...)

     

  • 27 mars

     

    "MACRON COCU : L’exonération de la taxe d’habitation pour les foyers les plus modestes, n’est plus !"

    Elle était sa mesure phare, la plus juste socialement, la plus courageuse politiquement, la plus équitable fiscalement. L’exonération de la taxe d’habitation pour 80 % des foyers Français n’aura été qu’un rêve de courte durée. La faute à qui me direz-vous ? A nos malicieux politiciens qui, si, ils n’excellent pas en matière de gestion de l’argent public, savent, user et interpréter de ce que la loi prévoit et de ce qu’elle dit ou ne dit pas ... Devant l’assemblée des Maires de France réunie en congrès le 22 mars 2017 à la maison de la radio, tous les candidats à l’élection présidentielle ont peaufiné leurs programmes à destination des communes. Chacun y est allé de son aumône généreuse pour s’octroyer les (...)

     

  • 22 mars

     

    Communiqué UniT : Dénoncer l’amalgame oui, nier toute tunisianité de l’auteur de l’attentat non ! Explications :

    C’est avec stupeur que nous avons pris connaissance du communiqué de la Fédération Tunisienne des Hôteliers faisant suite à l’implication d’un binational franco-tunisien dans une attaque contre des militaires à l’aéroport d’Orly. Nonobstant le fait que nous ne connaissions pas, ce syndicat professionnel, d’expertise particulière en analyse politique, il demeure que le communique de la FTH relève d’une antienne particulièrement prégnante au sein de toute une catégorie de nos compatriotes. Un criminel doit être poursuivi, jugé et condamné pour les actes qu’il a commis individuellement sans mettre en cause un collectif plus large auquel il serait associé par la naissance, la culture ou la communauté de vie ou (...)

     

Articles récents

Articles au hasard