Articles

Accueil > Actualités > Contre le Racisme, la Négrophobie et les discriminations, le Collectif des (...)

 

Contre le Racisme, la Négrophobie et les discriminations, le Collectif des Rosas souffle sa première bougie, en hommage à Rosa Parks

5 décembre 2014 - Dernier ajout 6 décembre 2014

Le collectif Rosas soufflait sa première bougie, lundi 1er décembre, dans l’hémicycle du Conseil Régional. Fondé en 2013, alors que les sobriquets racistes et inhumains fusaient de toute part en France contre Christiane Taubira et que la négrophobie décomplexée s’invitait, dans un relent nauséabond, aux quatre coins de l’Hexagone, des femmes issues de la diaspora noire, sous l’impulsion de Johana Fidalgo, ont décidé de se fédérer, à Marseille pour lutter contre le racisme. Elles ont choisi un nom symbole de lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis, celui de Rosa Parks, femme noire américaine qui, le 1 décembre 1955, refusa de laisser sa place à un blanc dans un bus, comme exigeait la loi ségrégationniste des Etats du sud des Etats-Unis, de l’époque. Le travail restant à faire est encore abyssal en France et dans le monde, ces nouvelles Rosa ont décidé d’abord de lutter de tout leur talent, leur compétence et leur courage à Marseille et dans la région. La soirée rassemblait élus et militants, comme Arlette Fructus, Fatima Orsatelli, Aïcha Sif, Michel Dary, Noro Issan Hamady, l’historien Klah Popo, le juriste Wally Tirera, l’avocate Mawaba Songhe et le médecin Martin Carvalho.


 

Johan Fidalgo, présidente des Rosas


La soirée des Rosas au Conseil Régional fut porteuse d’espoirs, mais aussi d’émotions et de colère, pour ceux qui avaient la chance d’y assister. Car en France au XXIème siècle, la lutte contre le racisme et la négrophobie est malheureusement encore d’une criante actualité. Vu sous cet angle, le nouveau collectif Rosas a encore, hélas, toute sa place dans la société d’aujourd’hui. Et on peut déplorer que la salle était surtout emplie par des personnes d’origine africaine, et des militants de toujours, comme si les « blancs » n’étaient pas concernés par le sujet…Le collectif a pour but de défendre les communautés ostracisées et ceux qui souffrent d’un déni de droit. De pertinentes analyses et témoignages ont rythmé cette soirée. Plusieurs élus avaient tenu à participer à cet anniversaire et on peut les saluer. La présence des conseillères régionales Arlette fructus (UDI), Fatima Orsatelli, (PS), déléguée politique de la ville et Aïcha Sif (EELV), présidente de la commission culture-tourisme à la Région, celle de Michel Dary (Radicaux de gauche), en charge à la mairie de Marseille de la lutte contre les discriminations, prouve que le combat mené par les Rosas, qui refuse toute communautarisme, commence à trouver un écho institutionnel. D’ailleurs « cette cause ne peut évoluer sans l’investissement des élus » estime la présidente des Rosas, Johana Fidalgo.

Les Rosas poursuivent un seul but : mieux vivre ensemble à Marseille


les élus : Aïcha sif, Arlette Fructus, Fatima Orsatelli à la soirée des Rosas

« Les Rosas rassemblent des femmes noires de différentes communautés, de différentes religions, de différentes générations. Nous avons un seul but : mieux vivre ensemble à Marseille. Nous mettons en place au sein des Rosas un dispositif de veille pacifique, mais ferme. Le premier créneau est la vigilance, nous signalons toutes les dérives », a résumé en guise d’introduction Johana Fidalgo. Elle a également tenu à passer un message fort auprès de la communauté noire de la région : « Il faut avoir de la pugnacité et savoir qu’à part le travail scolaire, rien ne peut nous aider. Je reprends cette phrase de Mandela : l’Education, l’Education. Il faut dire aussi dans les quartiers, qu’on ne peut pas être noir et voter front National, c’est une ineptie ! » La présidente a également tenu à remercier les élus Arlette fructus, adjointe au maire en charge de la politique de la ville, du logement et de la rénovation urbaine et Michel Dary, en charge à la mairie de Marseille de l’observatoire de la laïcité et de la lutte contre les discriminations qui ont aidé à préparer cet anniversaire. Lui répondant à la tribune de l’hémicycle, Arlette Fructus, conseillère régionale et ajointe au maire a déclaré à l’attention des Rosas : « Vous avez franchi une étape importante, c’est celle d’être entendue par les institutions. Nous sommes tous attachés à défendre cette valeur fondamentale qui est le respect de l’autre. Vous êtes des Marseillais actifs, engagés et reconnus comme tels. » Elle a également rajouté être très fière du parcours politique de Noro Issan-Hamady et promis d’aider d’autres acteurs de la diversité à se hisser dans les cénacles politiques.

Michel Dary, en charge à la mairie de Marseille de la lutte contre les discrimination,s qui a aidé à préparer cet anniversaire


Noro Issan Hamady,la vice-présidente du collectif des Rosas : "Nous voulons être assises comme Rosa Parks dans la société française !"



La vice-présidente du collectif des Rosas, Noro Issan Hamady, conseillère d’arrondissement (2-3ème) a détaillé les pistes de travail des Rosas : « Notre combat porte plus précisément sur la lutte contre la négrophobie. Le débat se fait sur une meilleure connaissance du peuple noir. Fin décembre, nous publions un calendrier qui va mettre en avant l’histoire du peuple noir, car nous ne connaissons pas notre histoire. Il est important de savoir qui on est pour pouvoir mener un combat. » Concernant l’axe économique : « Dans la communauté noire, beaucoup de femmes sont entreprenantes, nous avons rassemblé ces femmes actives et actrices dans l’économie, pour les accompagner dans la création de leur entreprise ou promouvoir les créatrices ». Enfin sur l’axe politique : « Nous accompagnons des militantes, des femmes sur le terrain pour faire ce travail de citoyennes. Nous soutenons aussi des femmes qui souhaitent se lancer dans le combat politique. » Et dans une envolée, digne des meilleurs orateurs, elle a lancé : « Nous voulons être assises comme Rosa Parks, assise dans les sièges politiques, assises dans des associations où nous serons des actrices incontournables. Voilà notre combat. »

Racisme ordinaire dans les collèges de quartiers sud de Marseille

L’avocate au barreau de Marseille, Mawaba Songhe, est également intervenue pour rappeler que la loi sur les discriminations est très peu appliquée en France (passible normalement de deux ans de prison). Elle a rappelé les discriminations et des stéréotypes dont elle a été victime en France, du fait de sa couleur : « On me prend souvent pour une immigrée avide de prestations sociales » et lors de son exercice d’avocate où elle accompagne des personnes en garde à vue au commissariat, les policiers pensent d’abord qu’elle c’est elle personne incriminée et ne conçoivent pas, qu’elle puisse être l’avocate.

L’avocate Mawaba Songhe


Elle a évoqué le racisme « ordinaire » dont est victime ses enfants scolarisés dans les quartiers sud de Marseille où elle réside. Son fils adolescent s’est fait jeter son pantalon à la poubelle en cours de sport par ses « camarades ». Face à l’absence de réaction du corps enseignant, Mawaba Songhe a choisi de ne rien laisser passer et a menacé l’école de porter plainte. La direction a accepté la discussion, depuis la vigilance des élèves et des enseignants s’est accrue sur cette question. De la même ahurissante façon, son fils de CM2 s’est entendu dire par un camarade de classe « J’aurais bien aimé avoir ton intelligence, mais pas ta couleur de peau, j’aime pas ta couleur ! ». L’institutrice a réagi, en consacrant deux heures en classe sur ce sujet. Scène donc de racisme ordinaire à Marseille…
De son côté Fatima Orsatelli a rappelé que « Les attaques qu’a subies Christiane Taubira sont intolérables. Moi, j’ai pu vivre de telles attaques à différents niveaux de ma vie, en tant que femme d’origine maghrébine, notamment de la discrimination professionnelle. » Et elle a assuré que : « Dans le cadre des futurs contrats de ville, la lutte contre les discriminations est un volet important. La discrimination est quelque chose qui s’est vulgarisée, de telle manière que c’est devenu inacceptable. Il faut se battre, il n’a y a que les acteurs, eux-mêmes concernés par la question qui seront acteurs de leur propre développement. »


 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard