Articles

Accueil > Une Histoire, Cent Mémoires > Contre le déni et l’abondon des autorités Marseillaises, l’Espace Franco (...)

 

Contre le déni et l’abondon des autorités Marseillaises, l’Espace Franco Algérien PACA, réapposera une plaque pour les Massacres du 8 mai en Algérie.

6 mai 2016 - Dernier ajout 9 mai 2016

La commémoration aura lieu samedi 7 mai à 10h30 face Mairie 1-7, en haut de la Canebière.

Commémoration 2016 de l’ « autre 8 mai * » à Marseille : Déjà la 8ème édition. Et oui c’était en 2009 que pour la première fois à Marseille, autant de citoyens, en majeure partie des franco-algériens, accompagnés d’élus, se réunissaient pour vivre ensemble une aventure : Faire reconnaître officiellement une des pires tragédies des effets criminels de la colonisation : Les massacres d’algériens dans la région de Sétif. Des crimes contre l’humanité qui avaient sombrement débuté un certain 8 mai 1945 ! Une date symbolique comme pour marquer cruellement la trahison de la parole donnée par la France aux résistants indigènes algériens à qui on avait promis la liberté en échange du sang versé pour la libération de la métropole. Ce jour-là, le 8 mai 2009, Hakim Allik, président de l’Espace, Saïd Joliette président d’honneur, Saleha Guedja secrétaire, Ghania Oudali future présidente, les différents Mehdi et tant d’autres piliers de cette association s’étaient rendu pour la première fois initier cet acte militant en faveur du devoir de mémoire. Après quelques années de persévérance, l’histoire retiendra que c’est Patrick Mennucci, député Maire du 1-7 qui acceptera officiellement la première pose d’une plaque commémorative en France qui sera finalement apposée officiellement sa successeuse Sabine Bernasconi le 8 mai 2014. L’histoire aurait pu s’arrêter ce happy-end si la profanation de la plaque n’avait pas été opéré par des groupuscules négationnistes (?). Tout d’abord juste après la première pose puis l’an passé, en 2015, une date symbolique comme pour marquer 70 ans de déni. Et, surtout un silence (complice ?) des autorités. Décidément Marseille a plus qu’ailleurs un problème avec le passé colonial national. Mais qu’à cela ne tienne la devise de l’Espace Franco-Algérien étant de ne rien lâcher, samedi 7 mai, à 10 h 30, une nouvelle plaque sera posée. Les membres de l’Espace appellent une nouvelle fois au rassemblement. Le point sur cette lutte en cours avec le nouveau président Hassen Guenfici. Interview :


 


Après la re-pose de 2015 , pour la seconde fois, la plaque a été profanée et détruite, le point sur cette affaire :

Effectivement la plaque a été profané et détruite une seconde fois** comme pour nier la réalité historique de ses massacres qui ne font plus aujourd’hui débat si ce n’est l’exactitude du nombre de milliers de mort de 15000 ? à 45000 ? Nous laissons cette question aux historiens. En revanche nous étions dans l’obligation impérieuse de répondre à cet acte malfaisant et profondément pitoyable en faisant appel à la justice de notre pays. Nous avons donc déposé plainte auprès du procureur de la république du Tribunal de Grande Instance de Marseille, quelques jours après que nous ayons constaté que la plaque avait de nouveau malheureusement disparu. Je profite de votre interview pour rappeler que la profanation d’une plaque mémoriel est un acte grave punit de 15 000 euro d’amende et d’un an emprisonnement conformément à ’article 225-17 du code pénal et nous faisons entièrement confiance à l’avocate de l’espace Franco-algérien PACA, Maitre Samira Khorili pour mener à bien cette affaire.

JPEG - 107.4 ko
Extrait de la plainte déposée l’an passée. (Les éléments personnels ont été bien évidement masqués.)

Qu’attendez-vous des autorités pour faire en sorte que cela ne se reproduise plus ?

Je tiens à rappeler que la première plaque, à été posé ; après l’intense travail de l’espace Franco-algériens ; par la Mairie du 1/7 en présence de la maire de secteur Mme Sabine Bernasconi et de nombreux élu de la ville de Marseille, nous attendons donc de leurs part qu’il coopèrent pleinement avec les forces de police mais aussi, la justice afin d’identifier les coupables. En permettant par exemple aux enquêteurs de disposer des enregistrements vidéo de télésurveillance que l’on nous a tant vanté. Au delà de cet aspect des choses, il est assez regrettable de constater que la Mairie des 1er et 7eme arrondissement, n’a à ce jour jamais pris l’initiative de faire remplacer d’elle-même cette plaque, alors que c’est elle qui a fait financé et fait apposer la première. C’est comme si on nous jeter à la figure, nous l’avons fait une fois, mais nous ne le referons pas ! Pourquoi ? chacun pourra en tirer ses propres conclusions, j’espère quant à moi que ce revirement envers les franco-algériens ne s’est pas fait pour satisfaire à l’exigence de sombres groupuscules sûrement nostalgique de l’Algérie Française.


Quelles perspectives pour l’Espace Franco Algérien Paca Méditerranée avec ce changement de présidence :

Tout d’abord je tiens à Saluer le travail de longue haleine effectué par mes prédécesseur, Hakim Alllik et Ghania Oudalli, ils n’ont pas ménagé leur peine et ont multiplié les actions qu’elle soit de solidarité ou de travail sur la mémoire par l’organisation de colloque ou par l’apposition de la plaque dont nous avons déjà longuement parlé. Je m’honore également de la confiance qu’ils m’ont témoignée en m’élisant au poste de nouveau président. J’espère pouvoir sous ma direction insuffler un vent nouveau à l’espace Franco ALGÉRIEN PACA, le champ des possibles est vaste, nous élargiront très bientôt le domaine d’action de l’espace au monde économique, tout en continuant à travailler sur la mémoire, l’histoire et la solidarité et ce toujours dans un esprit de conciliation et d’amitié entre les peuples. La communauté franco algérienne de PACA étant extrêmement nombreuse et implanté de longue date je ne doute pas un seul instant de notre capacité à bâtir des ponts de coopération entre les deux rives de la méditerranée.

* En référence au film de yasmina Adi : L’AUTRE 8 MAI 45 - AUX ORIGINES DE LA GUERRE D’ALGÉRIE
** En 2015 Sabri Delhoume, des MARBRERIES MUSULMANES, avait fait don de la plaque commémorative.
la re-pose de la plaque, ainsi que la commémoration 2016 aura lieu ce samedi 7 mai à 10 h 45 aux mobiles, face Mairie du 1-7.

 



 

 

Autres articles Une Histoire, Cent Mémoires

 

Brèves Une Histoire, Cent Mémoires

  • 29 mai

     

    Topo historique du Cours Julien d’hier et d’aujourd’hui

    En 1960 la ville de Marseille décide de déplacer le lieu d’échanges commerciaux de fruits et légumes qu’était alors le Cours Julien pour le regrouper en un seul et même site, le quartier des Arnavaux. Un déménagement qui se terminera en 1971. La relocalisation des grossistes en 1972 a libèré de vastes locaux. Le Cours Julien devient alors un lieu de promenade, de brocante et de culture. Depuis, le Cours Julien est devenu l’un des lieux culturels le plus connu de Marseille. L’Association Cours Julien qui réunit depuis 1992, habitants, associations et commerçants, organise tout au long de l’année des manifestations diverses tel que la journée des plantes, vide-greniers, marché paysan, Sardinade, salon (...)

     

  • Novembre 2015

     

    Il y a 11 ans, YASSER ARAFAT nous quittait ! Rappel du parcours de ce résistant hors normes par Azzedine Taïbi, Maire de Stains.

    Il y a 11 ans, YASSER ARAFAT nous quittait ! Le 11 novembre 2004 Abou Ammar plus connu sous le nom de Yasser Arafat s’est éteint à l’hôpital militaire de Percy de Clamart, suite à un empoisonnement au Polonium. Il est et restera le plus grand leader du peuple palestinien et un symbole de la cause palestinienne. J’ai eu le grand honneur de le rencontrer à trois reprises, à Gaza et à Ramallah, grâce à mon cher ami et frère Fernand Tuil, qui nous a malheureusement aussi quitté le 24 décembre 2013. Voici quelques lignes sur le parcours du grand leader palestinien : Yasser Arafat, né à Jérusalem le 4 août 1929 d’autres disent qu’il est né le 24 août 1929 dans la ville du Caire en Égypte. Yasser (...)

     

  • Juillet 2015

     

    Souvenir

    Ce matin en entendant les commentaires des médias sur la Grèce, je me suis souvenu de mon arrière grand-père boiseur dans les mines du sud tunisien, un français méditerranéen qui n’avait jamais vu la France et mon grand-père né à Bizerte en 1905, maçon anarchiste. Alors j’ai eu envie d’écouter une nouvelle fois Brel... Paroles de Jaurès Ils étaient usés à quinze ans Ils finissaient en débutant Les douze mois s’appelaient décembre Quelle vie ont eu nos grand-parents Entre l’absinthe et les grand-messes Ils étaient vieux avant que d’être Quinze heures par jour le corps en laisse Laissent au visage un teint de cendres Oui notre Monsieur, oui notre bon Maître Pourquoi ont-ils tué Jaurès ? Pourquoi (...)

     

Articles récents

Articles au hasard