Articles

Accueil > Egalité, diversité : Le débat > Christiane Taubira démissionne, une élue de la diversité marseillaise (...)

 

Christiane Taubira démissionne, une élue de la diversité marseillaise s’enflamme

4 février 2016

Toujours à l’écoute des prises de position des élus marseillais de la diversité, nous nous devions de publier la lettre ouverte à Christiane Taubira de Nouriati Djambae. Une vraie déclaration d’amour de la part d’un électron libre de la gauche locale à une grande dame de la gauche nationale au parcours politique parfois sinueux. Notre ex garde des sceaux a-t-elle vocation à devenir une icône médiatique de la vraie gauche, une référence morale pour la gauche de la gauche ? Ses qualités de femmes politiques sont incontestables, mais pour l’instant elle est seule, sans appareil et sa dernière prestation électorale a été un échec. Onzième, place symbolique mais non-éligible sur la liste présentée par le parti Walwari/Guyane Ecologie, la formation qu’elle avait crée au début des années 90 avec son ex-mari Roland Delannon, ses amis ont obtenu au premier tour que 7,10% des suffrages soit 2565 voix. Elle restera le ministre du mariage pour tous et du refus de déchéance de nationalité. Mais attention sur les deux sujets si on interrogeait les français pour savoir s’ils ont la même position que Mme Taubira, nous serions étonnés et même déçus du résultat. Je laisse les mots de la fin à Nouriati et je ressens dans cet écrit enflammé la solidarité féminine et la solidarité des ultramarins qui dans leurs parcours personnels, professionnels ou politiques ont senti dans leur chair la discrimination et la stigmatisation.


 


Lettre ouverte à Madame Christiane TAUBIRA
Garde des Sceaux, ministre de la Justice
Madame, vous avez choisi ce jour de présenter votre démission au Président de la République. Nous vous félicitons de cette décision qui est non seulement en accord avec ce que pense un grand nombre de Français, mais qui vient aussi nous confirmer votre fidélité à vos principes, à vos valeurs, à vos convictions et à votre détermination à être toujours du côté des opprimés.
Madame, vous êtes tellement grande que lorsque votre personne a été victime d’insultes racistes d’une incroyable vulgarité sur la place publique, la réponse, notre réponse, n’a pas été à la hauteur. Que ce soit moi-même qui ai pour habitude de m’insurger contre le racisme, les injustices et autres
stigmatisations, ou ceux qui ont pour raison d’être de lutter contre toutes les formes de discrimination, nous avons craint que notre réaction n’entretienne une publicité en faveur des gens du Front national.
Nous étions tous conscients que seule votre force pouvait rétablir le respect. Et vous avez su faire face, avec force et panache, en laissant la justice prendre les décisions qui s’imposaient.
Madame, vous êtes de celles qui ont une grandeur d’âme, vous êtes de celles qui savent imposer le respect. Voilà pourquoi nous vous observions en silence, bien que nos cœurs furent meurtris par tant d’insultes « Bêtes et méchantes » » sans éthique ni respect. On vous a maintes fois reproché d’être plus sur le terrain que dans des exhibitions médiatiques, comme beaucoup aiment s’y complaire : sachez, Madame, que nous préférons vos discours sans notes, incrustés de références culturelles.
Oui, Madame vous inspirez le respect par votre action et par vos prises de positions. Vous avez été à la hauteur de l’attente des Français, de ceux que l’on parque sans se soucier de ce qu’ils deviennent, de ceux que l’on montre du doigt. L’affection qu’ils vous portent c’est celle d’une France qui veut des français tous rassemblés sur un pied d’égalité.
Durant vos fonctions, vous étiez en perpétuel décalage avec l’exécutif et en première ligne contre l’opposition de droite et même contre la droite de la droite, jusqu’à la droite la plus extrême. Dans les hémicycles vos interventions résonnaient et raisonnaient de manière habituelle par leur style, par les rappels historiques, par l’humour et même par leur poésie. Et vos répliques nous procuraient un vrai bonheur tant pour notre intelligence que pour notre culture.
Oui madame vous avez su nous défendre jusqu’au bout, pour l’amour de cette France qui vous a permis d’arriver jusqu’aux plus hautes fonctions. Dans ce contexte, vous avez bien compris que le pouvoir ne doit pas pour autant nous faire perdre la raison.
Certains frustrés vous ont maintes fois suppliée de quitter vos fonctions. Mais vous n’avez pas cédé. Vous avez assumé votre charge et vous nous avez montré qu’on peut être en désaccord tout en restant en poste pour combattre l’inacceptable !
Notre république est bien celle que vous souhaitez, celle des droits fondamentaux où l’humain est au centre des préoccupations, celle où chaque Français a un droit équitable et non à géométrie variable selon ses origines ou son appartenance. Madame, permettez-moi de vous dire que, Le Président de la république ne nous a pas compris ! Le Président de la République ne vous a pas comprise, d’ailleurs, autant le dire, il ne comprend rien ! Ni lui ni son Premier Ministre ! Nous l’avions cru en 2012 quand il disait que « le changement c’est maintenant ». Aujourd’hui vous nous dévoilez que « Parfois résister c’est rester, parfois résister c’est partir. Par fidélité à soi, à nous. Pour le dernier mot à l’éthique et au droit ». Quelle belle phrase, Madame, vous nous laissez là encore là un bel héritage.
Madame, nous serons là pour vous soutenir et vous porter plus haut encore que là où vous avez démissionné. La place Vendôme était trop petite pour vous.
Il n’y a qu’un pas à franchir pour être en responsabilité de choisir votre premier Ministre.
Marseille, le 27 janvier 2016
Nouriati DJAMBAE
Conseillère des 15/16ème arrondissement de Marseille
Conseillère Communautaire MPM
Élue EELV (Europe Ecologie Les Verts)

 

 

Autres articles Egalité, diversité : Le débat

 

Brèves Egalité, diversité : Le débat

  • Septembre 2016

     

    Égalité hommes-femmes, la France dégringole dans le classement du HEC

    Le 25 aout dernier, la nouvelle édition du guide de la parité du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) montre que la France, avec 26,2% de femmes élues à l’Assemblée, se classe 60e au classement international établi par l’Union interparlementaire en juin 2016, sur 191 pays, alors qu’elle était 36e quatre ans plus tôt. Le Rwanda se classe 1er avec 63,8% de femmes, Cuba 3e avec 48,9%, la France étant également devancée par l’Allemagne, le Portugal, l’Espagne ou encore le Royaume-Uni. Faut croire que nos politiques ne se soucient de l’egalité hommes femmes que lorqu’il s’agit du voile et du "burkini" (...)

     

  • Juillet 2015

     

    L’OCDE tire la sonnette d’alarme sur l’intégration des immigrés en Europe

    Le nouveau rapport de L’OCDE paru le jeudi 2 juillet 2015 révèle que le taux de chômage des jeunes nés de parents immigrés est 50% plus élevé que celui sans origine migratoire. Les jeunes nés dans le pays de parents immigrés se sentent plus souvent discriminés en raison de leurs origines que le sont les personnes qui ont immigrés elles-mêmes, même si d’une façon générale ils occupent de meilleurs emplois que leurs parents Les chiffres montrent que les résultats scolaires des enfants immigrés ou de parents immigrés progressent globalement, des disparités existent encore car selon l’enquête PISA et OCDE leur niveau est deux fois plus faible que celui des élèves de parents nés sans origine migratoire (...)

     

  • Avril 2014

     

    Immigration, le vrai débat sur Radio Orient et Africa n°1

    « La campagne présidentielle 2012 s’achève. Une fois de plus, la question des immigrés a été traitée de façon caricaturale. De la viande hallal, à l’immigration zéro, en passant par le vote des étrangers, les candidats ont longuement débattu de questions mal posées ou marginales, en stigmatisant six millions de personnes et sans accepter d’ouvrir le vrai débat. C’est pourquoi, Africa n°1 et Radio Orient ont choisi d’interpeller ensemble les deux finalistes et de poser les vraies questions : le nouveau Président doit-il réduire ou stopper l’immigration légale dans le prochain quinquennat pour redresser les comptes de la Nation ? Quel est l’avenir des Français d’origine étrangère dans notre pays ? Radio (...)

     

  • Avril 2012

     

    Immigration, le vrai débat sur Radio Orient et Africa n°1

    « La campagne présidentielle 2012 s’achève. Une fois de plus, la question des immigrés a été traitée de façon caricaturale. De la viande hallal, à l’immigration zéro, en passant par le vote des étrangers, les candidats ont longuement débattu de questions mal posées ou marginales, en stigmatisant six millions de personnes et sans accepter d’ouvrir le vrai débat. C’est pourquoi, Africa n°1 et Radio Orient ont choisi d’interpeller ensemble les deux finalistes et de poser les vraies questions : le nouveau Président doit-il réduire ou stopper l’immigration légale dans le prochain quinquennat pour redresser les comptes de la Nation ? Quel est l’avenir des Français d’origine étrangère dans notre pays ? Radio (...)

     

Articles récents

Articles au hasard