Articles

Accueil > En direct de Marseille > L’actu phocée des diversités > Centre culturel égyptien de Marseille

 

Centre culturel égyptien de Marseille

12 octobre 2015

Il est 15h, dans une petite ruelle coincée entre la rue Consolat et le boulevard Longchamp, se trouve la Centre Culturel Egyptien. L’endroit est décoré avec goût, tables basses, poufs et tapis. Une bonne odeur de cuisine sur fonds de musique orientale. Aux murs des tableaux, une terrasse, des livres et cartes postales. Les serveurs débarrassent les tables du midi et préparent le repas du soir, à l’extérieur on entend les passants et les coups de klaxon, le Caire à Marseille ! Tous les ingrédients sont réunis pour donner à cet endroit un charme féerique digne des milles et une nuit. Tamer le maitre des lieux vient nous voir avec un verre de thé à la main, il s’assoit en face de nous, l’interview commence.


 

JPEG - 160.3 ko
Tamer, Agnès et une partie de l’équipe du centre culturel égyptien

Racontez-nous votre rencontre avec Marseille et la France d’une façon plus générale
Je suis venu en France pour des raisons économiques, après un court séjour à Paris, je suis descendu à Marseille dans l’espoir de travailler dans le restaurant d’un oncle éloigné, mais très vite j’ai dû affronter la dure réalité de ce beau pays, quatre problèmes se posaient alors à moi comme nouveau migrant :
1. La langue française : les égyptiens sont de langue arabe et une minorité maîtrise la langue anglaise mais très peu connaissent la langue française

2. Le trac des paperasses : mon visa est arrivé à terme et j’ai dû faire un aller-retour pour ne pas être en porte à faux avec l’administration

3. Absence de qualification professionnelle : je n’ai aucun métier à la base, mon insertion dans la vie active fut donc plus longue

4. Absence de réseau : à part l’oncle éloigné je ne connaissais personne à Marseille et quand j’ai vu qu’il ne pouvait pas vraiment m’aider, j’ai dû me débrouiller tout seul.

Pourquoi ce besoin de créer un centre culturel égyptien à Marseille ?
Quand je travaillais au cinéma Variété, on me posé plein de questions sur mes origines égyptiennes : Comment c’est là bas ? Pourquoi t’es venu ? L’islam et l’islamisme ?... et pleins d’autres question de ce genre en relation avec l’actualité internationale. J’ai compris que mes interlocuteurs dans leur majorité ne cherchaient pas mes réponses mais plutôt à confirmer leurs théories inspirées très largement par les médias. Moi-même j’avais plein de préjugés par rapport à la communauté maghrébine de France distillés par la télé égyptienne, mais très rapidement j’ai compris que l’information était fausse et le doute à laisser rapidement la place à la fraternité.
J’ai créé le Centre Culturel Egyptien en 2012, juste après le « printemps arabe » avec l’aide de mon épouse Agnès et quelques amis. Le but premier faire connaître ma culture, créer un lieu de rencontre pour la communauté égyptienne de Marseille qui compte un peu mois de 2000 personnes et faciliter les démarches des nouveaux migrants égyptiens. Mes objectifs sont à l’image des activités du centre culturel :
1. Objectif culturel : à travers, le restaurant, les activités artistiques (peinture, projection de films, chant…) et les cours de langue arabe, nous souhaitions faire connaître notre culture dans un endroit ouvert à l’autre. Dans cette espace, le visiteur peut découvrir un peu de l’Egypte d’aujourd’hui. Cette vitrine commence à être connue et appréciée pour la qualité des services qu’elle propose.

2. Objectif réseau : à travers ce lieu nous voulons que la communauté égyptienne de Marseille se retrouve pour partager de bon moment ensemble et échanger dans un cadre agréable.

3. Objectif service : l’accueil des nouveaux migrants afin de les aider dans leurs démarches et les conseiller pour faciliter leur intégration en France.

GIF - 1 Mo
Le centre culturel égyptien

Nous avons fait deux inaugurations la première a eu lieu le 9 septembre 2012, avec exclusivement que des membres de la diaspora égyptienne, la raison était simple, pour faire connaître notre culture, commençons déjà à nous connaitre nous-même.
La seconde inauguration a eu lieu le 20 septembre 2012, et là nous avons invité des gens de toutes origines, nous cherchons l’ouverture plutôt que le repli culturel

Comment les autorités consulaires égyptiennes voient votre projet ?
Nous avons créé le centre culturel aussi, car il n’existait pas avant, donc nous avons répondu d’une certaine façon à une demande latente.
En ce qui concerne les autorités consulaires égyptien de Marseille, tout d’abord elles étaient réticentes à notre projet, le consultât nous a même demandé d’enlever le mot « Egypte » à l’intitulé du centre, mais les choses commencent à rentrer dans l’ordre et notamment avec l’ambassade qui à défaut d’encourager le projet, ne cherche plus à s’y opposé car ils ont compris que notre démarche est saine et va dans l’intérêt général.
Comment voyez-vous l’avenir de vos enfants en France ?
L’avenir de mes enfants je ne le vois pas en France, après leurs naissances, je pense les amener en Egypte, je n’ai pas envie qu’ils se sentent étranger ici et là-bas, pour cette raison il faut qu’ils grandissent au milieu de ma famille, libre à eux de revenir plus tard s’ils le souhaitent. En ce qui concerne le Centre Culturel Égyptien, il continuera après mon départ car il n’est pas construit autour d’un homme mais autours d’un projet, le vivre ensemble passe par une meilleure connaissance de l’autre.

Pour plus d’information sur les activités du centre vous pouvez contacter l’association :
Tél:09 80 63 06 56
Mail : nourdegypte@yahoo.fr
Adresse : 10, rue Bernex 13001 Marseille

 



 

  • Libérons Georges Abdallah !

    Bravo pour l’article Ahmed ! Pour compléter sur Georges Abdallah, je signale le lancement de la campagne UN BUS POUR LANNEMEZAN par le Collectif PACA-Marseille pour la libération de Georges. Il s’agit d’affréter un bus au départ de Marseille pour se rendre au rassemblement qui aura lieu à 14h00 devant la prison de Lannemezan où est enfermé Georges Abdallah le 25 octobre 2014. Pour s’inscrire : contact par téléphone (0667009251) ou par mél (pc05936@gmail.com).

    par Pierre le Octobre 2014 à 23h02
  • La Palestine en débat à la cité des Flamant.

    Bonjour,

    Il est étonnant d’appeler "débat" la rencontre de personne du même avis.
    Il est étonnant d’appeler "raciste" un pays où 20 % de la population est musulmane et vit avec les mêmes droits.

    Parler d’Israël en ces termes dans les cités participent à l’importation du conflit. Un réel débat peut être intéressant mais pas en parlant d’un côté en ces termes. Cela n’apporte que la haine.

    Pour finir, vous mélangez la colonisation et le blocus. Gaza n’est pas occupé par les israéliens ou par l’armée Israélienne.

    Cordialement,

    David G

    par david le Septembre 2014 à 13h51

 

Autres articles En direct de MarseilleL’actu phocée des diversités

 

Articles récents

Articles au hasard