Articles

Accueil > Actualités > Ceija Stojka, peintre et écrivain, Rom, dans le cyclone de l’histoire

 

Ceija Stojka, peintre et écrivain, Rom, dans le cyclone de l’histoire

10 mars 2017 - Dernier ajout 13 mars 2017

Dans le cadre du Festival des Cultures Tziganes Latcho Divano, La Friche Belle de Mai présente la première exposition-monographie de la peintre Ceija Stojka, portée par la compagnie Lanicolacheur de Marseille et la Maison rouge de Paris. Née en Autriche, l’année où Hitler accède au pouvoir en Allemagne, l’artiste Rom, Ceija Stojka, a été victime, comme tout son peuple, de la déportation dans les camps d’extermination nazie. Quarante ans plus tard, pour contrer l’oubli, conjurer le sort et le déni, Ceija, va peindre et écrire sa vie et les horreurs des camps. Celle qui était considérée comme analphabète, va constituer, à partir des années 1990, un témoignage artistique pictural et littéraire, inédit et précieux, sur la condition faite au XXème siècle au peuple Romani. L’exposition est à voir à Marseille jusqu’au 16 avril 2017.


 

Les œuvres de Ceija Stojka, peintre et écrivaine Rom, sont des précieux témoignages de cet autre génocide du XXème siècle, souvent occulté, celui des Roms et Tziganes. Plus d’un demi-million de Tziganes ont été victimes de la politique d’extermination nazie, sans que l’on ait pu, encore aujourd’hui, recenser leur nombre exact. Un drame, mal connu, et surtout longtemps tu, par ceux qui l’ont vécu dans leur propre chair, à savoir les familles Roms, elles-mêmes. Née en 1933, la peintre naît dans une famille Rom, de l’ethnie Lovara-Roma. Sa famille sont des marchands de chevaux d’Europe Centrale, installés à Vienne. A l’âge de 9 ans, en mars 1943, elle est raflée et déportée, avec d’autres membres de sa famille. Elle survivra à trois camps de concentration, Auschwitz-Birkenau, Ravensbrück et Bergen-Belsen.
Ceija Stojka aura attendu quarante ans, pour coucher sur la page les épreuves qu’elle a endurées.


Une exposition consacrée à son oeuvre, proposée par La maison Rouge, associée à la Compagnie marseillaise Lanicolacheur, se tient à la Friche Belle de Mai jusqu’en mai, et sera visible en février 2018 à Paris, à La Maison Rouge. L’évènement réunit soixante-quinze œuvres qui retracent l’histoire de Ceija Stojka. La plupart de ses créations sont saisies dans un style enfantin, cet art quasi « brut », et très fort émotionnellement, qui n’a rien à envier à un artiste comme Chagall, et dépeignent une réalité « figurée » par le prisme de l’enfance. L’exposition présente également des archives, photographies et carnets.

« Ce qu’ils ont vraiment fait avec nous, je ne peux pas te le raconter »


Une première partie, faite de dessins à l’encre, au fusain et de quelques tableaux revient sur la période « Vienne, la traque, la déportation », et restitue la vie de l’artiste à Vienne avec sa famille, avant 1943, il s’agit de représentations de sa famille cachée à Vienne. Puis vient le temps des « camps » (1943-1945), avec 200 œuvres. Visions d’horreurs, barbelés, miradors, cadavres, fumée des fours crématoires, bottes de SS, corbeaux, les yeux qui pleurent, des corps amoncelés. Dans les dessins de Ceija Stojka, le paysage est figé dans un désert de neige et d’arbres sans feuilles. Dans ses dessins, à l’encre noire, les coups de pinceaux noirs tournoient, le vol des corbeaux, les barbelés des camps, tout tourne, comme emporté dans le grand tourbillon de la mort.

L’enfer de la déportation, qu’elle décrit aussi dans son ouvrage, « Je rêve que je vis ? Libérée de Bergen-Belsen », dans une prose poétique, puisée dans le langage de l’enfant qu’elle était. « Les morts, c’était nos protecteurs et ils étaient humains. Des gens qu’on avait connus. Mais ceux qu’on n’avait pas connus, on disait aussi qu’ils étaient des nôtres. C’était les nôtres et on n’est pas seuls. On n’était pas seuls aussi parce qu’il y avait tellement d’âmes qui virevoltaient tout autour. » Une main rouge qui porte le tatouage des camps, s’élève dans le noir… « Les œuvres sombres »… Elle dépose également sur ses dessins des mots, ceux d’enfants et des ordres des gardiens des camps. « La vraie vérité, la peur, la misère, ce qu’ils ont vraiment fait avec nous, je ne peux pas te le raconter. Je ne peux pas te le transmettre », dira-t-elle.

Les œuvres claires, les arbres en fleurs

Enfin, la phase « Le retour à la vie », où les couleurs reviennent sur la palette, et où la vie au grand air est à nouveau fêtée. Ses toiles revisitent des paysages colorés, sublimés, comme autant de subtiles fragments d’un temps ancien, d’avant-guerre, où la famille Stojka, avec d’autres Roms, « vivait heureuse et libre en roulotte dans la campagne autrichienne ». Des toiles « claires » où la nature et les arbres en fleur accueillent les roulottes et les chevaux. Où, des décennies plus tard, les années 1960-1970, des tapis suspendus au-dessus de l’herbe côtoient les voitures de la famille. Sans oublier, les tournesols, fleur emblème des Tziganes.
Certains élément de son travail pictural peuvent évoquer celui d’une autre peintre française du début du siècle, également totalement atypique, Séraphine, dite de Senlis ; dont Yolande Moreau a immortalisée la vie dans un film éponyme de 2008.
« Même la mort a peur d’Auschwitz »
Après la déportation, la famille Stojka retournera vivre à Vienne. Ceija occultera un temps, le souvenir de l’horreur, cette partie d’elle-même, et se fera, entre autres, marchande de tapis. Mais en 1988, les mots la rattrapent et jaillissent du silence : « J’ai pris le stylo pour écrire, car j’avais besoin de m’ouvrir, de crier », explique- t-elle, lors d’une conférence au Musée juif de Vienne, en 2004. Son premier cahier du souvenir, elle l’écrira sans grammaire, ni ponctuation, en simple phonétique. Une journaliste et chercheuse autrichienne, Karine Berger, rencontrée en 1986, découvre ses écrits et saisie par la force émotionnelle du récit, les qualifiera d’« hallucinants ».

Elle aidera Ceija Stojka à mettre en forme ses textes. La benjamine de la famille, Ceija, sort, ainsi, presque sans prévenir, et à la surprise de son propre clan, son premier livre : « Nous vivons dans la clandestinité. Souvenirs d’une Rom-Tzigane », en 1988 à Vienne, souvenirs des camps, vus par une enfant. Or d’après les croyances et traditions Roms, le drame ne devait se transmettre que de bouche à oreille et surtout qu’entre Tziganes. Mais Ceija Stojka choisit de sortir de ce demi silence oppressant et malgré la tradition de porter cette mémoire à la connaissance, de tous, et surtout des non Roms (des Gadgis). Elle devient la première femme Rom, rescapée des camps de la mort, à témoigner à travers quatre livres, publiés en Autriche, entre 1988 et 2005. Elle sera, à partir des années 1990, une figure incontournable de la mémoire Rom et de la défense du peuple Rom en Autriche. Elle a reçu plusieurs distinctions, dont le Prix Bruno-Kreisky pour le livre politique en 1993.

En parallèle, comme pour remanier encore ses souvenirs atroces et mieux les expurger, elle prend les crayons et les pinceaux, et commence peu à peu à construire une œuvre picturale qu’elle poursuit, jusqu’à la fin de sa vie en 2013. Totalement autodidacte, elle peindra et dessinera sur papier, carton fin ou toile, plus de mille œuvres, dans son appartement de la Kaiserstrasse à Vienne, sous l’œil, indifférent de sa famille, qui ne voit là que gribouillage. Des œuvres sombres et des œuvres claires, comme elle les qualifiait elle-même. Malgré la notoriété de ses écrits, sa peinture reste dans l’ombre. Elle sort de l’oubli en 2013, grâce au travail d’une curatrice berlinoise et d’un critique d’art allemand Matthias Reichelt qui publie un livre ; « Même la mort a peur d’Auschwitz » rassemblant près de 500 reproductions de son travail.
« J’ai découvert les œuvres littéraires et picturales de Ceija Stojka dans le cadre des recherches artistiques que je mène depuis 4 ans autour de la littérature Rom. La force de ses peintures, les émotions qui s’en dégagent m’ont donné envie de lire ses livres », explique le metteur en scène, Xavier Marchand, de la compagnie marseillaise Lanicolacheur. « Le fait même qu’elle écrive en allemand, dans le pays qui a donné naissance à Jörg Haider et Adolf Hitler, est en soi une victoire symbolique sur le nazisme ». La compagnie décide de faire traduire et publier en français le texte « Je rêve que je vis ? Libérée de Bergen-Belsen ». Et le porte à la scène, en 2016.



Livres
- « Je rêve que je vis, libérée de Bergen Belsen », Traduction Sabine Macher en collaboration avec Xavier Marchand, éditions Isabelle Sauvage,Mars 2016
- « Träume ich, dass ich lebe ? Befreit aus Bergen-Belsen ». Vienne : Picus 2005.
- « Meine Wahl zu schreiben-ich kann es nicht / O fallo de isgiri-moi les tschschanaf :
Gedichte und Bilder ». Landeck : Emigan Yayınları Editions, 2003.
- « Les voyageuses de ce monde, la vie des Roms tsiganes », Vienne : Picus, 1992
- « Nous vivons dans la clandestinité. Les Souvenirs d’une Romni ». 1ère éd. Vienne : Picus 1988.

FILMS de Karin Berger
• Sous les planches l’herbe est vert clair, 2005
• Ceija Stojka, portrait d’une romni 2001
C’est grâce à la réalisatrice et documentariste autrichienne Karin Berger que Ceija Stojka a pu témoigner de son histoire, à travers ses livres qu’elle a aidé à publier et par les deux films qu’elle lui a consacrés.

« En France, c’est la compagnie théâtrale Lanicolacheur qui, alors qu’elle travaille sur la culture rom, découvre l’œuvre de Ceija Stojka. Elle décide de faire traduire et publier, Je rêve que je vis- libérée de Bergen-Belsen pour en donner des lectures publiques, puis de faire une exposition de ses œuvres plastiques. La maison rouge s’est associée à Lanicolacheur pour réaliser l’exposition à la Friche Belle de Mai-Marseille en 2017 et en 2018 à Paris, dans ses locaux du Boulevard de la Bastille. »

CEIJA STOJKA (1933-2013) une artiste rom dans le siècle
A la Friche Belle de mai–Marseille
du 11 mars au 16 avril 2017,
du mercredi au samedi de 11h à 19h, le dimanche de 12h 30 à 19h
Vernissage le vendredi 10 mars 2017
A la Maison rouge-Paris
du 23 février au 20 mai 2018

Lecture théâtrale "Je rêve que je vis ? Libérée de Bergen Belsen" de Ceija Stojka
Vendredi 31 mars 2017 à 18h45
Samedi 1er avril 2017 à 19h, suivie de la projection de Ceija Stojka, portrait d’une romni film de Karine Berger
Friche la Belle de Mai / Studio de Marseille objectif Danse

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

  • 4 mai

     

    Les trois grandes autorités juive, protestante et musulmane appellent ensemble au vote Macron, pas les catholiques

    Les trois grandes autorités juive, protestante et musulmane appellent ensemble au vote Macron. Aucun responsable catholique ne s’est joint à cette initiative inter-religieuse. Les trois principales autorités juive, protestante et musulmane, le grand rabbin de France Haïm Korsia, le pasteur François Clavairoly et le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Anouar Kbibech appellent jeudi 4 mai "au vote républicain pour Emmanuel Macron" pour le second tour de l’élection présidentielle, dans une déclaration "d’une même voix". (...)

     

  • 24 avril

     

    #SansMoiLe7Mai

    le Hashtag #SansMoiLe7Mai, Décider de ne pas voter au second tour Avec #SansMoiLe7Mai, de nombreux internautes ont décidé de ne pas voter le 7 mai prochain. Pour des raisons diverses. Comme cet internaute, "on nous demande de choisir entre la haine des étrangers ou la haine des pauvres. Ou un autre "Ce score de Macron marque l’immaturité politique des Français totalement manipulés par les médias", ou d’autres mécontents/"Certains semblent répondre à Jean-Luc Mélenchon, qui a déclaré dimanche soir, qu’il demanderait l’avis de ses militants par vote électronique en vue du second (...)

     

  • 24 avril

     

    Le PS appelle à voter Emmanuel Macron au 2ème tour

    Le Parti socialiste appelle "à battre l’extrême droite" et donc "à voter" pour Emmanuel Macron contre Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, a déclaré lundi Jean-Christophe Cambadélis. "Nous appelons à battre l’extrême droite, Marine Le Pen, et donc nous appelons à voter Macron. Cette prise de position a été unanime au sein du bureau national du PS et c’est suffisamment rare pour que ce soit souligné", a déclaré le premier secrétaire du PS au micro de BFMTV.

     

  • 24 avril

     

    Ces 56 communes où Marine Le Pen n’a recueilli aucune voix

    Ces 56 communes où Marine Le Pen n’a recueilli aucune voix "La candidate du Front national a réalisé un score historique avec plus de 7,5 millions de voix. Mais Marine Le Pen n’est pas pour autant populaire dans toutes les villes de France. Il existe même 56 communes où le Front national n’a obtenu strictement aucune voix. Il s’agit de petits villages avec moins de 100 inscrits sur les listes électorales. La majorité de ces bourgs se situe dans le sud-ouest de la France." http://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/carte-ces-56-communes-ou-marine-le-pen-n-a-fait-aucune-voix_2159674.html#xtor=CS1-746

     

  • 4 avril

     

    Romano Dives | Journée Internationale des Roms

    Romano Dives | Journée Internationale des Roms Le 8 avril symbolise l’union des Roms, qui se sont choisis en 1971 un hymne, un drapeau, une fête internationale : le « Romano Dives ». Pour sa 10ème édition, Latcho Divano célèbre cette journée phare à la Friche Belle-de-Mai, en proposant au public de découvrir l’action de terrain de chaque association militante et culturelle oeuvrant pour les Roms à Marseille, des activités pour tous, et un grand concert gratuit. Friche La Belle de Mai 41 rue Jobin - 13003 Marseille

     

Articles récents

Articles au hasard