Articles

Accueil > Actualités > Ceija Stojka, peintre et écrivain, Rom, dans le cyclone de l’histoire

 

Ceija Stojka, peintre et écrivain, Rom, dans le cyclone de l’histoire

10 mars 2017 - Dernier ajout 13 mars 2017

Dans le cadre du Festival des Cultures Tziganes Latcho Divano, La Friche Belle de Mai présente la première exposition-monographie de la peintre Ceija Stojka, portée par la compagnie Lanicolacheur de Marseille et la Maison rouge de Paris. Née en Autriche, l’année où Hitler accède au pouvoir en Allemagne, l’artiste Rom, Ceija Stojka, a été victime, comme tout son peuple, de la déportation dans les camps d’extermination nazie. Quarante ans plus tard, pour contrer l’oubli, conjurer le sort et le déni, Ceija, va peindre et écrire sa vie et les horreurs des camps. Celle qui était considérée comme analphabète, va constituer, à partir des années 1990, un témoignage artistique pictural et littéraire, inédit et précieux, sur la condition faite au XXème siècle au peuple Romani. L’exposition est à voir à Marseille jusqu’au 16 avril 2017.


 

Les œuvres de Ceija Stojka, peintre et écrivaine Rom, sont des précieux témoignages de cet autre génocide du XXème siècle, souvent occulté, celui des Roms et Tziganes. Plus d’un demi-million de Tziganes ont été victimes de la politique d’extermination nazie, sans que l’on ait pu, encore aujourd’hui, recenser leur nombre exact. Un drame, mal connu, et surtout longtemps tu, par ceux qui l’ont vécu dans leur propre chair, à savoir les familles Roms, elles-mêmes. Née en 1933, la peintre naît dans une famille Rom, de l’ethnie Lovara-Roma. Sa famille sont des marchands de chevaux d’Europe Centrale, installés à Vienne. A l’âge de 9 ans, en mars 1943, elle est raflée et déportée, avec d’autres membres de sa famille. Elle survivra à trois camps de concentration, Auschwitz-Birkenau, Ravensbrück et Bergen-Belsen.
Ceija Stojka aura attendu quarante ans, pour coucher sur la page les épreuves qu’elle a endurées.


Une exposition consacrée à son oeuvre, proposée par La maison Rouge, associée à la Compagnie marseillaise Lanicolacheur, se tient à la Friche Belle de Mai jusqu’en mai, et sera visible en février 2018 à Paris, à La Maison Rouge. L’évènement réunit soixante-quinze œuvres qui retracent l’histoire de Ceija Stojka. La plupart de ses créations sont saisies dans un style enfantin, cet art quasi « brut », et très fort émotionnellement, qui n’a rien à envier à un artiste comme Chagall, et dépeignent une réalité « figurée » par le prisme de l’enfance. L’exposition présente également des archives, photographies et carnets.

« Ce qu’ils ont vraiment fait avec nous, je ne peux pas te le raconter »


Une première partie, faite de dessins à l’encre, au fusain et de quelques tableaux revient sur la période « Vienne, la traque, la déportation », et restitue la vie de l’artiste à Vienne avec sa famille, avant 1943, il s’agit de représentations de sa famille cachée à Vienne. Puis vient le temps des « camps » (1943-1945), avec 200 œuvres. Visions d’horreurs, barbelés, miradors, cadavres, fumée des fours crématoires, bottes de SS, corbeaux, les yeux qui pleurent, des corps amoncelés. Dans les dessins de Ceija Stojka, le paysage est figé dans un désert de neige et d’arbres sans feuilles. Dans ses dessins, à l’encre noire, les coups de pinceaux noirs tournoient, le vol des corbeaux, les barbelés des camps, tout tourne, comme emporté dans le grand tourbillon de la mort.

L’enfer de la déportation, qu’elle décrit aussi dans son ouvrage, « Je rêve que je vis ? Libérée de Bergen-Belsen », dans une prose poétique, puisée dans le langage de l’enfant qu’elle était. « Les morts, c’était nos protecteurs et ils étaient humains. Des gens qu’on avait connus. Mais ceux qu’on n’avait pas connus, on disait aussi qu’ils étaient des nôtres. C’était les nôtres et on n’est pas seuls. On n’était pas seuls aussi parce qu’il y avait tellement d’âmes qui virevoltaient tout autour. » Une main rouge qui porte le tatouage des camps, s’élève dans le noir… « Les œuvres sombres »… Elle dépose également sur ses dessins des mots, ceux d’enfants et des ordres des gardiens des camps. « La vraie vérité, la peur, la misère, ce qu’ils ont vraiment fait avec nous, je ne peux pas te le raconter. Je ne peux pas te le transmettre », dira-t-elle.

Les œuvres claires, les arbres en fleurs

Enfin, la phase « Le retour à la vie », où les couleurs reviennent sur la palette, et où la vie au grand air est à nouveau fêtée. Ses toiles revisitent des paysages colorés, sublimés, comme autant de subtiles fragments d’un temps ancien, d’avant-guerre, où la famille Stojka, avec d’autres Roms, « vivait heureuse et libre en roulotte dans la campagne autrichienne ». Des toiles « claires » où la nature et les arbres en fleur accueillent les roulottes et les chevaux. Où, des décennies plus tard, les années 1960-1970, des tapis suspendus au-dessus de l’herbe côtoient les voitures de la famille. Sans oublier, les tournesols, fleur emblème des Tziganes.
Certains élément de son travail pictural peuvent évoquer celui d’une autre peintre française du début du siècle, également totalement atypique, Séraphine, dite de Senlis ; dont Yolande Moreau a immortalisée la vie dans un film éponyme de 2008.
« Même la mort a peur d’Auschwitz »
Après la déportation, la famille Stojka retournera vivre à Vienne. Ceija occultera un temps, le souvenir de l’horreur, cette partie d’elle-même, et se fera, entre autres, marchande de tapis. Mais en 1988, les mots la rattrapent et jaillissent du silence : « J’ai pris le stylo pour écrire, car j’avais besoin de m’ouvrir, de crier », explique- t-elle, lors d’une conférence au Musée juif de Vienne, en 2004. Son premier cahier du souvenir, elle l’écrira sans grammaire, ni ponctuation, en simple phonétique. Une journaliste et chercheuse autrichienne, Karine Berger, rencontrée en 1986, découvre ses écrits et saisie par la force émotionnelle du récit, les qualifiera d’« hallucinants ».

Elle aidera Ceija Stojka à mettre en forme ses textes. La benjamine de la famille, Ceija, sort, ainsi, presque sans prévenir, et à la surprise de son propre clan, son premier livre : « Nous vivons dans la clandestinité. Souvenirs d’une Rom-Tzigane », en 1988 à Vienne, souvenirs des camps, vus par une enfant. Or d’après les croyances et traditions Roms, le drame ne devait se transmettre que de bouche à oreille et surtout qu’entre Tziganes. Mais Ceija Stojka choisit de sortir de ce demi silence oppressant et malgré la tradition de porter cette mémoire à la connaissance, de tous, et surtout des non Roms (des Gadgis). Elle devient la première femme Rom, rescapée des camps de la mort, à témoigner à travers quatre livres, publiés en Autriche, entre 1988 et 2005. Elle sera, à partir des années 1990, une figure incontournable de la mémoire Rom et de la défense du peuple Rom en Autriche. Elle a reçu plusieurs distinctions, dont le Prix Bruno-Kreisky pour le livre politique en 1993.

En parallèle, comme pour remanier encore ses souvenirs atroces et mieux les expurger, elle prend les crayons et les pinceaux, et commence peu à peu à construire une œuvre picturale qu’elle poursuit, jusqu’à la fin de sa vie en 2013. Totalement autodidacte, elle peindra et dessinera sur papier, carton fin ou toile, plus de mille œuvres, dans son appartement de la Kaiserstrasse à Vienne, sous l’œil, indifférent de sa famille, qui ne voit là que gribouillage. Des œuvres sombres et des œuvres claires, comme elle les qualifiait elle-même. Malgré la notoriété de ses écrits, sa peinture reste dans l’ombre. Elle sort de l’oubli en 2013, grâce au travail d’une curatrice berlinoise et d’un critique d’art allemand Matthias Reichelt qui publie un livre ; « Même la mort a peur d’Auschwitz » rassemblant près de 500 reproductions de son travail.
« J’ai découvert les œuvres littéraires et picturales de Ceija Stojka dans le cadre des recherches artistiques que je mène depuis 4 ans autour de la littérature Rom. La force de ses peintures, les émotions qui s’en dégagent m’ont donné envie de lire ses livres », explique le metteur en scène, Xavier Marchand, de la compagnie marseillaise Lanicolacheur. « Le fait même qu’elle écrive en allemand, dans le pays qui a donné naissance à Jörg Haider et Adolf Hitler, est en soi une victoire symbolique sur le nazisme ». La compagnie décide de faire traduire et publier en français le texte « Je rêve que je vis ? Libérée de Bergen-Belsen ». Et le porte à la scène, en 2016.



Livres
- « Je rêve que je vis, libérée de Bergen Belsen », Traduction Sabine Macher en collaboration avec Xavier Marchand, éditions Isabelle Sauvage,Mars 2016
- « Träume ich, dass ich lebe ? Befreit aus Bergen-Belsen ». Vienne : Picus 2005.
- « Meine Wahl zu schreiben-ich kann es nicht / O fallo de isgiri-moi les tschschanaf :
Gedichte und Bilder ». Landeck : Emigan Yayınları Editions, 2003.
- « Les voyageuses de ce monde, la vie des Roms tsiganes », Vienne : Picus, 1992
- « Nous vivons dans la clandestinité. Les Souvenirs d’une Romni ». 1ère éd. Vienne : Picus 1988.

FILMS de Karin Berger
• Sous les planches l’herbe est vert clair, 2005
• Ceija Stojka, portrait d’une romni 2001
C’est grâce à la réalisatrice et documentariste autrichienne Karin Berger que Ceija Stojka a pu témoigner de son histoire, à travers ses livres qu’elle a aidé à publier et par les deux films qu’elle lui a consacrés.

« En France, c’est la compagnie théâtrale Lanicolacheur qui, alors qu’elle travaille sur la culture rom, découvre l’œuvre de Ceija Stojka. Elle décide de faire traduire et publier, Je rêve que je vis- libérée de Bergen-Belsen pour en donner des lectures publiques, puis de faire une exposition de ses œuvres plastiques. La maison rouge s’est associée à Lanicolacheur pour réaliser l’exposition à la Friche Belle de Mai-Marseille en 2017 et en 2018 à Paris, dans ses locaux du Boulevard de la Bastille. »

CEIJA STOJKA (1933-2013) une artiste rom dans le siècle
A la Friche Belle de mai–Marseille
du 11 mars au 16 avril 2017,
du mercredi au samedi de 11h à 19h, le dimanche de 12h 30 à 19h
Vernissage le vendredi 10 mars 2017
A la Maison rouge-Paris
du 23 février au 20 mai 2018

Lecture théâtrale "Je rêve que je vis ? Libérée de Bergen Belsen" de Ceija Stojka
Vendredi 31 mars 2017 à 18h45
Samedi 1er avril 2017 à 19h, suivie de la projection de Ceija Stojka, portrait d’une romni film de Karine Berger
Friche la Belle de Mai / Studio de Marseille objectif Danse

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard