Articles

Accueil > Actualités > Cédric Herrou, condamné à 4 mois de prison avec sursis pour avoir aidé le (...)

 

Cédric Herrou, condamné à 4 mois de prison avec sursis pour avoir aidé le passage de migrants en France.

8 août 2017

La France poursuit sa politique de criminalisation des militants citoyens du droit des Migrants, avec la nouvelle condamnation de Cédric Herrou, le paysan militant de la vallée de Roya, à la frontière italienne. Il écope de 4 mois de prison avec sursis, verdict rendu par la Cour d’appel d’Aix-en-Provence, ce mardi 08 août. Un jugement, perçu comme ouvertement « politique », par l’intéressé et son collectif qui pointent l’absence criante de politique d’Accès aux droits des étrangers dans les Alpes-Maritimes, territoire pourtant sous tension avec la pression migratoire qui afflue en Italie.


 


Cédric Herrou et son avocat Zia Oloumi, le 08 août 2017, Cour d’appel Aix-en-Provence
Cédric Herrou a été condamné à 4 mois de prison avec sursis et 1000 euros d’amende, à payer à la SNCF, ce mardi 08 août. Cette condamnation, fait plus précisément suite à des actions de réquisition d’un local désaffecté de la SCNF pour héberger des exilés et notamment des enfants et des mineurs, dans la vallée de la Roya, passage de migrations, au-dessus de Nice, entre l’Italie et la France. L’absence de réponse institutionnelle cohérente sur le territoire des Alpes-Maritimes, pourtant le plus en tension, eut égard à l’afflux des réfugiés en Italie, a poussé des groupes de citoyens, dont le collectif de la Roya, à agir pour aider des êtres humains en détresse et leur permettre un accès à leurs droits fondamentaux. Mais l’action de ces citoyens engagés contrecarre directement la politique masquée de l’Etat, soucieux d’éviter que des demandes d’asile ne soient déposés, en France, et préférant reconduire les migrants directement en Italie.
« Nous agissons par une défaillance de l’Etat »
Une cinquantaine de personnes étaient venues soutenir Cédric Herrou, le paysan militant, ce mardi 8 août, devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence. A la sortie de l’audience, Cédric Herrou, entouré de membres de son collectif, descendus « des montagnes », pour l’occasion, est encore abasourdi. Car le désormais célèbre, militant-paysan vient d’écoper de quatre mois de prison avec sursis. Interrogé, il se dit « déçu par la justice française », car pour lui, cela ne fait aucun doute, cette décision, est, plus politique qu’autre chose. Et il analyse la portée de cette décision de justice : « En incriminant des actions de citoyens, cette condamnation remet directement en cause les fondamentaux de la République française concernant, notamment, les droits de l’homme ». En clair, L’Etat envoie un message aux citoyens, qui n’ont qu’à bien se tenir, ne pas réagir, et rester bien passifs derrière un semblant de démocratie représentative, « qui ne représente désormais plus grand monde », selon le militant de 38 ans. « Nous agissons par une défaillance de l’Etat », a-t-il déclaré à la presse, à l’annonce du verdict. Et rajoutant devant les témoins médiatiques qu’il ne s’arrêterait pas, qu’il continuerait ses actions, « parce qu’il faut le faire ».
Médiatisation de l’action à double tranchant
La médiatisation du jeune homme, qui ne sait pas trop pourquoi on le condamne, lui plutôt qu’un autre membre de son collectif, a joué en sa défaveur. Un article du New York Times, daté d’octobre 2016 a révélé au grand jour ses activités d’accueil et de passeurs de réfugiés entre la France et l’Italie. Aujourd’hui, il est condamné pour « aide à l’immigration clandestine ». Ce qui, selon lui ne correspond pas vraiment à ce qu’il a fait. Car, il est bien arrêté, à la gare de Cannes, en juin 2016, pour avoir aidé des migrants à passer la frontière entre l’Italie et la France et les accompagner dans leurs démarches pour le droit d’asile vers Nice. Mais, il est alors peu connu des médias, et la justice, le relaxera, après, tout de même une garde à vue de 48 h, un placement sous contrôle judiciaire, arguant l’immunité humanitaire. Et depuis le printemps 2017, un protocole avait été établi avec la préfecture pour qu’il puisse accompagner les migrants qui arrivent chez lui, vers leurs premières démarches d’asile à Nice.
Cette peine du 08 août 2017, semble plutôt concerner l’action du collectif qui a décidé d’ouvrir un squat sur les lieux désaffectés de la SNCF, en octobre 2016 à Saint-Dalmas de Tendre, pour héberger des réfugiés. Ils seront expulsés Manu Militari par 200 gardes mobiles, seulement trois jours après.

Carte de la vallée de la Roya, à la frontière franco-italienne
Sur cette affaire, en première instance le 10 février 2017, Cédric Herrou a été condamné à 3 000 € d’amende par le tribunal correctionnel de Nice pour avoir pris en stop des migrants sur le sol italien. Lors de cette même audience, il est relaxé pour la réquisition du centre d’accueil de la SNCF en octobre 2016 à Saint-Dalmas-de-Tende. Mais, le parquet de Nice a fait appel de cette décision quelques jours plus tard, la trouvant clémente alors qu’il avait requis 8 mois d’emprisonnement à l’encontre de l’agriculteur.
Béance des institutions des Alpes Maritimes sur la question des migrants
En fait l’action de Cédric Hourrou et des militants de la Roya Citoyenne répond à une béance étatique sur la question des migrants, à la frontière franco-italienne.
Et par cette action, le collectif et Cédric Herrou, mettent de sérieux bâtons dans les rouages des autorités préfectorales. Ils révèlent au grand jour, la politique des autorités françaises qui est d’éviter, à tout prix que les migrants, venus d’Italie, ne demandent asile en France, les privant de l’accès aux droits. Comme l’explique son avocat, Zia Oloumi, spécialisé en droits des étrangers. Il n’existe pas de CAO, centre d’accès aux droits dans les Alpes Maritimes. Zia Oloumi, relate l’absence criante de relais associatifs ou institutionnels pour l’accès aux droits des étrangers dans les Alpes Maritimes. Son cabinet est le seul cabinet d’avocats de toutes les Alpes Maritimes à traiter ses sujets.
Faut-il couler les bateaux des migrants pour ne plus les voir sur le sol français ?
Du coup, les autorités françaises préfèrent remettre les demandeurs aux autorités italiennes pour qu’ils formulent leur demande d’asile, hors du sol français. Et le jeu consiste à ce qu’aucun migrant ne s’éloigne du département, pour pouvoir rapidement les renvoyer de l’autre côté des Alpes. Ils les privent ainsi de la possibilité d’asile, pourtant, droit reconnu, entre autres, par l’Union Européenne. Les autorités ont toujours peur du fameux « appel d’air », explique l’avocat qui s’insurge, « il faut arrêter avec cela, on ne sait pas de quoi on parle, sinon, autant couler les bateaux de migrants en pleine mer pour se débarrasser du problème », ironise-t-il.
La Roya, une vallée, terre de migration depuis 2000 ans
Présent également pour soutenir Cédric Herrou, Michel Toesca, autre habitant de la vallée de la Roya et membre du « CRS », Collectif Roya Solidaire, qui réalise actuellement un documentaire sur ces questions rappelle que la vallée de la Roya-Mercantour est « depuis 2000 ans », un lieu de passage de toutes sortes de migrations. Arméniens, antifascistes italiens, juifs fuyant le nazisme, résistants…sont tous passés par là….Mais avec la fermeture des frontières européennes, le passage des « exilés »s’est intensifié depuis deux ans. Pressés à Vintimille, des Erythréens, Soudanais, Guinéens ou autre réfugiés du Darfour, prennent, à pied, la route de la vallée de la Roya, pensant arriver en France. Or la route arrive, en fait, en Italie, à Turin, par la bizarrerie de la géographie…Ainsi les habitants de Roya ont vu déferler ces femmes, hommes, mineurs, enfants. Et ont tenté, pour certains, de leur porter secours.
Double frontière entre La Roya et Nice
Mais avec la fermeture des frontières, la vallée est devenue un goulot d’étranglement. Cédric Herrou explique, en effet qu’une sorte de double frontière a été créée, entre Nice et la vallée de la Roya. Les fameux PPA, Points Passages Autorisés, sont des sortes de Check Points, censés contrôler les terroristes, qui contrôlent en fait, surtout les migrants. Le souhait des citoyens militants de la Roya a été de permettre aux migrants de pouvoir se rendre jusqu’à Nice, aux Points d’accueil d’Accès à l’Asile pour y déposer une demande. Ce qui reste dans un cadre légal, car le collectif tente de redonner aux migrants ou exilés le droit de déposer une demande d’asile en France. Depuis la condamnation du préfet des Alpes-Maritimes en mars 2017, sur plainte de l’avocat du collectif, pour violation du droit d’asile, Cédric Herrou et son association Roya Citoyenne ont légalement pu aider près d’un millier de migrants pour des démarches d’asile à Nice.
Cédric Herrou a accueilli sur son terrain agricole, pas moins de 1500 migrants. Actuellement, 40 personnes vivent sur ses terres. Devenu, malgré lui, un militant criminel, « autant, me mettre directement en prison » a-t-il déclaré aux journalistes aujourd’hui, il se pourvoit en cassation.
Il est, à nouveau interpelé en juillet 2017 avec l’eurodéputé écologiste José Bové, alors qu’il menait plus de 200 migrants, à la gare de Cannes vers la plateforme d’accueil des demandeurs d’asile de Nice. Et, il a été mis en examen, le 26 juillet dernier, par le parquet de Grasse pour « aide à l’entrée et à la circulation d’étrangers en situation irrégulière ».


http://www.courrierinternational.com/article/reportage-la-frontiere-franco-italienne-avec-cedric-herrou?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&link_time=1502181105#xtor=CS1-9

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard