Articles

Accueil > Actualités > Avec Smala&Co : construisez le Maroc dont vous avez envie (...)

 

Avec Smala&Co : construisez le Maroc dont vous avez envie !

20 novembre 2014

Lancée en juin 2014, Smala&Co est, à ce jour, la seule plateforme de crowdfunding, visant à financer des projets sur le sol marocain. Faisant appel à la diaspora marocaine et aux Marocains, cette nouvelle plateforme de financement participatif permet de mettre en lien des porteurs de projets culturels, sociaux ou entrepreneuriaux marocains et des contributeurs de toute la planète. Pour son fondateur, Pierre Champsavoir, Smala&Co est un outil de réconciliation entre les riches et les pauvres, entre la diaspora et les locaux.


 

Pierre Champsavoir, fondateur, avec Arnaud Pinier, de Smala & Co, est un expert financier, par ailleurs consultant dans divers pays d’Afrique, qui a vécu et travaillé au Maroc. En créant Smala & Co, en juin dernier, il a eu l’envie de libérer des énergies et de proposer au Marocains et à la diaspora de devenir les acteurs d’un Maroc qui leur ressemble. A l’occasion des 1ères Rencontres du Crowdfunding en Méditerranée, à la villa Méditerranée, le 5 novembre dernier, nous avons pu lui poser quelques questions.

Qu’est-ce que Smala&Co ?


Pierre Champsavoir : Smala&Co est la première plateforme de crowdfunding, dédiée spécifiquement au Maroc. Nous sommes une plateforme relativement généraliste de financement participatif. On identifie, à travers un cabinet de Recherche et Développement, basé au Maroc, des porteurs de projets qui pourraient avoir besoin d’un premier financement, mais qui ont du mal à accéder au secteur financier traditionnel. On leur demande de préciser leur projet et leur besoin en financement. Nous identifions également la viabilité du projet et le sérieux du porteur de projet. Nous sommes très partisans du pragmatisme. Selon nous, un projet réussi est un projet qui fonctionne. Nous savons que pour les toutes nouvelles entreprises, le problème est d’abord d’arriver à tenir les trois premiers mois, sans dépasser leur trésorerie.

Quels sont les types de projets que vous portez ?


Nous sommes ouverts sur différentes choses. Ce sont des projets de PME, projets culturels, l’émergence d’artistes…. L’objectif est de créer un environnement qui soit plus riche, plus dense, par la solidarité de la diaspora de corps et de cœur. Nous avons des projets solidaires. Le projet qui a le mieux fonctionner s’appelle Casa Lyon, pour le réaménagement d’un espace public devant un orphelinat à Casablanca. Des étudiants des trois écoles d’architecture de Casablanca, Lyon et de Rabat réaliseront l’aménagement d’une place publique à Sidi Bernoussi dans la périphérie de Casablanca. Ils travailleront avec les habitants à la transformation d’un terrain vague en lieux de vie pour le quartier (espace de lecture, terrain de foot, jardin de ville, lieu de repos). Un autre projet actuellement proposé sur la plateforme est celui d’un « éco-dôme » pilote à Casablanca. Les maisons en éco-dôme sont faites de terre ou du sable, très peu onéreuses, elles ne peuvent pas prendre feu, elles résistent aux cyclones, aux séismes et aux inondations car elles reposent sur un système d’arcs et n’ont pas d’étage. Construites en trois jours, ces habitations peuvent être une alternative au bidonville. Le projet, prévu au cœur d’un quartier populaire, associe voisins, associations, écoles et artisans. Notre message auprès des Marocains et de la diaspora marocaine est le suivant : Construisez le Maroc dont vous avez envie !



Dans la tête du grand public, le crowdfunding est lié à la solidarité est-ce erroné ?


Dans le financement participatif, la solidarité est liée à la désintermédiation, ce qui signifie que ce n’est pas la banque, mais les personnes qui choisissent le projet qu’ils souhaitent soutenir. Nous sommes responsables de ce qu’on a envie de financer, il y a une responsabilisation du contributeur, de même qu’on assiste à une responsabilisation des porteurs de projets vis-à-vis de leurs contributeurs directs, parce que c’est nominatif. Smal&Co est un véritable outil de responsabilisation et de transparence.

Quel est le modèle du financement de Smala&Co ?


Le modèle de Smala&Co est le don avec contrepartie. L’argent est une promesse de dons, il est placé dans un portefeuille virtuel, mais il n’y a pas de débit sur le compte des donateurs. Lorsque la campagne arrive à bout, les sommes sont directement débitées du compte du contributeur vers celui du bénéficiaire. Les sommes ne transitent pas par les plateformes. Pour l’instant, Smala&co est basée en France.

Comment est-ce perçu par les Marocains ?


La première chose est l’incompréhension. Les moins cultivés, ont pensé que Smala&Co était une aide humanitaire et les personnes les plus éclairées se demandaient quel était l’intérêt du don, s’ils ne pouvaient faire de bénéfices. Les gens ont besoin de voir les projets qui prennent vie, s’ils ne comprennent pas, nous les emmenons voir certaines réalisations conduites grâce à Smala&Co.

Quels sont les projets phare en matière de PME ?


Nous avons eu beaucoup de Start up, comme un projet de « e-cab marocain », une application pour smart phone permettant de réserver un taxi à Casablanca, de le géo-localiser, de le noter. Nous planchons sur une autre plateforme, pour 2015, de financement participatif, basée, cette fois-ci non plus sur le don, mais sur l’investissement. Je pense qu’il faut pousser les Start up marocaines, mais aussi les entreprises sociales et solidaires pour se serrer les coudes, parce qu’une grande partie de la population vit encore en dessous du seuil de pauvreté. Le crowdfunding peut aussi être une occasion de financer des biens communs, comme prendre des parts dans un stade de foot, par exemple. Ces questions ont besoin d’être défrichées et réfléchies avec les acteurs économiques et institutionnels.

http://www.smalaandco.com/

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard