Articles

Accueil > Actualités > « Au nom du frère » : Rencontre avec la poète, cinéaste, réalisatrice (...)

 

« Au nom du frère » : Rencontre avec la poète, cinéaste, réalisatrice égyptienne, Safaa Fathy

31 décembre 2014

Nous avions rencontré Safaa Fathy en 2011, en pleine Révolution égyptienne, à Marseille, où elle projetait son film, « In progress Tahrir, Lève, Lève, la voix », film poignant, caméra au poing sur la lutte des Egyptiens de Tahrir. Cette poète, cinéaste et essayiste a signé en 2013 un documentaire : « Mohammad sauvé des eaux ». Cette œuvre intimiste sur la maladie de son frère soulève la question cruciale de la pollution des terres et de l’eau égyptiennes, organisée en véritable système juteux par les anciennes équipes dirigeantes au pouvoir, au détriment de toute une population. Avec elle, nous revenons sur la situation politique et sociale en Egypte, les pratiques de torture et de détentions arbitraires qui persistent, sur son dernier film et ses prochains projets de documentaire-poésie dans les camps de réfugiés au Kurdistan. Rencontre avec une artiste engagée….


 

La réalisatrice égyptienne, Safaa Fathy

Mohammad Fathy, le frère de Safaa Fathy est « aussi malade que le fleuve Nil est pollué. » Il souffrait, comme beaucoup d’autres Égyptiens, d’insuffisance rénale. Le dernier film de Safaa Fathy revient sur « l’histoire de Mohammad, de son vivant et après sa mort, et de son refus d’acheter un rein à un pauvre « donneur ». Safaa Fathy est une artiste égyptienne au talent protéiforme. Elle a réalisé plusieurs films, comme « D’ailleurs Derrida », sur le philosophe Jacques Derrida ou « Nom à la mer ». Safaa Fathy est également auteur d’une pièce de théâtre (« Ordalie et terreur »), de poèmes (« Nom dans une bouteille à la mer »), d’essai (« Le secret est dans l’image »), et d’un dernier recueil en cours d’édition « Une révolution et un mur qu’on traverse ». Intellectuelle engagée, elle n’a de cesse de parler de son pays. En 2015, son nouveau travail, sous forme de films et de poèmes, portera sur la parole des réfugiés actuellement massés au Kurdistan, femmes, hommes et enfants fuyant leur pays et qui ont subi les horreurs de la loi de Daesh.

Quelle est la situation politique en Egypte actuellement ?
On peut dire que le pouvoir est tripartite. Le pouvoir officiel est celui du général Al-Sissi qui a été élu et qui est très populaire, et dont je suis une opposante. Mais des forces très organisées, liées à l’ancien Régime, des mafias, lui disputent le pouvoir, ils ont la capacité de faire capoter l’Etat égyptien et de provoquer une guerre civile. Et la troisième force, ce sont les forces islamistes, les franges les plus radicales des frères Musulmans qui sont réprimées, mais qui font peur et qui s’organisent de plus en plus de façon terroriste. Ils se radicalisent et occupent quasiment le Sinaï. Ainsi, le 28 novembre dernier, un petit groupe d’islamistes a tiré sur des militaires qui protégeaient la bibliothèque d’Alexandrie, pour « affirmer l’identité islamiste de l’Egypte ».

Aujourd’hui les Egyptiens ont-ils peur de se déplacer, dans leur pays ?
Ca dépend des endroits. Jusqu’au 28 novembre, les gens n’avaient pas peur, même si on trouvait des bombes partout en Egypte. Mais, depuis le 28 novembre où des bombes ont été découvertes dans le métro, j’ai l’impression que la population a très peur, même de sortir, au Caire, à Alexandrie, dans le delta…

Pourquoi êtes-vous une opposante au général Al-Sissi ?
Tout d’abord, je souhaite que l’Egypte soit gouvernée par des civils. D’autre part, le général Al-Sissi n’a pas de programme, il n’a pas de vision claire de ce qu’il veut faire de l’Egypte sur le point du redressement économique, notamment. La justice sociale est actuellement totalement bafouée en Egypte. Le système du ministère de l’intérieur est très infesté par des pratiques de torture, de meurtre et de terreur de la population, ainsi que de corruption qui se sont perpétrées sous le régime actuel. Et Sissi ne semble pas vouloir faire face à cela.

Que pensez-vous de l’exécution de 500 frères musulmans en mars 2014 ?
La peine de mort pour 500 personnes a été prononcée en une demi-heure, on peut sérieusement s’interroger sur l’appareil judiciaire égyptien actuel. Je pense qu’il faudrait faire une enquête internationale, neutre.

Quels sont les opposants au général Sissi aujourd’hui en Egypte ?
De nombreux partis politiques fondés après la Révolution s’opposent au régime actuel. Sous Moubarak, l’opposition officielle était constituée par les frères musulmans, ce qui a fait en sorte que les forces civiles ne parvenaient jamais à s’organiser. Aujourd’hui, existent des partis « laïcs » qui ont surgi après la Révolution, de centre gauche, gauche, centre droit, libéraux. Des partis libéraux, issus de l’ancien Régime. Et des personnes très nombreuses en nombre, mais non organisées, des jeunes gens, très en colère, une partie d’eux travaillent dans des associations humanitaires de défense des prisonniers, des droits de l’homme, dans les organisations féministes, des jeunes avocats, des étudiants sont présents et vont se fédérer. Tous s’opposent au régime actuel.

Y a-t-il des prisonniers politiques actuellement ?
Les prisons sont remplies de prisonniers politiques, des islamistes, mais aussi des forces vives, des femmes et des filles. Une jeune fille de 19 ans, défenseuse des droits de l’homme, a été condamnée à 3 ans de prison. Les peines peuvent aller jusqu’à 15 ans de prison. Les prisons sont peuplées et on dit que des pratiques terribles ont lieu en prison, y compris des viols et tortures. On n’a pas la possibilité de vérifier, mais ça se dit….L’appareil judiciaire est conservateur et corrompu, il s’acharne sur les jeunes gens et sur les islamistes.
Les gens ont donné leur voix à Al-Sissi, non pas pour qu’il poursuive la même politique que sous l’ancien Régime, mais qu’il refonde l’Etat égyptien. Et s’il n’assume pas cette responsabilité historique, l’Egypte va entrer dans un tunnel sans fin. Le régime, tel qu’il est, est un désastre.

La Constitution est-elle créée ?
La constitution est bonne et a été faite d’une façon réfléchie.
La constitution a été votée en 2014, mais son application pose problème. Par exemple, un article stipule la liberté de croyances. Or, beaucoup de personnes sont arrêtées au motif « du mépris de la Religion ». Récemment, les forces de l’ordre ont procédé à l’arrestation d’artistes et d’intellectuels qui se réunissaient dans un café au centre-ville du Caire, au motif qu’ils étaient athées.

Avez-vous encore de l’espoir pour l’Egypte ?
J’ai espoir dans la force de pression de l’opposition, quelque chose grandit dans l’opposition. Nous sommes dans un régime en guerre, nous sommes dans une guerre civile qui ne dit pas son nom. S’il n’y a pas de limitation du pouvoir religieux, s’il n’y a pas un discours qui permette à la population de s’identifier à un autre modèle idéologique que le modèle islamiste, s’il n’y a pas une réforme fondamentale des institutions de l’Etat, ce sera difficile. De plus, de nombreux coptes sont présents en Egypte, depuis la Révolution, cette communauté s’organise politiquement, elle fait pression pour que l’Egypte soit multiconfessionnelle. Un mouvement très important d’athéisme existe en Egypte.

Economiquement, comment se situe l’Egypte ?
Le niveau de vie de la population égyptienne se détériore. Nous atteignons des seuils de pauvreté inédite, le tourisme s’est effondré, or des secteurs entiers vivaient grâce au tourisme. C’est un mélange de mauvaise gestion et de manque total de vision, d’amateurisme administratif, avec une vision fantaisiste de l’économie. Les universités ne fonctionnent pratiquement plus, les étudiants islamistes et non islamistes sont constamment en grève. Suite au régime de Moubarak, l’Egypte continue à exporter son gaz à un tarif moindre que le cours mondial. Si bien que l’Egypte manque de gaz, et que les Egyptiens sont confrontés sans cesse à des coupures d’électricité. Le 25 janvier prochain, nous fêterons les 4 ans de la Révolution. Depuis cette date, l’Egypte a été gouvernée par 4 présidents. Nous avons vécu une période transitoire. En principe, les élections parlementaires vont bientôt être organisées.



Quel est le sujet de votre dernier film « Mohammad sauvé des eaux » ?
C’est un film sur mon frère, dans son rapport avec l’Egypte, avec le Nil. Comme un emblème et une métonymie des problèmes de l’Egypte qui ont fait sorte que la Révolution survienne. Je réalise aujourd’hui que mon frère en rêvait de la Révolution, il est mort en 2010, il n’a pas pu la voir vu la voir. C’est un film très égyptien, extrêmement ouvert sur le monde, mais très égyptien. Il relate comment se passe, de façon intime, une maladie grave dans une famille, comment on peut se déchirer, se réunir, se soutenir. J’ai filmé mon frère et sa maladie. A à la fin du film, il devient très vieux, il est décédé à 42 ans, mais il ressemblait à un vieillard de 80 ans. Le film parle des désorganisations psychiques qui arrivent dans une famille, lorsqu’un membre très cher est malade et les réorganisations psychiques qui arrivent après la mort. Ça parle de l’Egypte, de la pollution, un peu criminelle, des eaux polluées.

L’eau est-elle polluée en Egypte ?
Toute l’eau, l’eau potable, l’eau du Nil est totalement polluée. D’ailleurs, je ne bois plus l’eau, là-bas, il faut boire de l’eau minérale, l’eau est très contaminée. Les Egyptiens qui vivent là-bas sont plus ou moins habituées, ils possèdent, chez eux des filtres, parfois jusqu’à 7 types de filtre pour pouvoir boire l’eau. Et ça, c’est au Caire, mais dans d’autres villes ou des villages, la situation est pire.

Votre frère, Mohammad, est décédé des suites de cette pollution ?
Il a eu une insuffisance rénale, une maladie qui est devenue très répandue en Egypte. Des centres de dialyse ouvrent partout, toutes les familles sont touchées aussi bien les pauvres que les riches. L’insuffisance rénale est une maladie très grave qui nécessite des dialyses trois fois par semaine, mais la situation sanitaire est telle en Egypte, que ces actes sont toujours mal faits, on peut mourir à chaque instant, les médicaments manquent.

Vous diriez que ces maladies sont dues à la pollution de l’eau ?
C’est une série de facteurs comme l’eau, les insecticides qui ont été interdits au niveau international, mais qui ont pourtant été importés en Egypte, pour faire des profits. Sous le règne de Moubarak, l’Etat égyptien était totalement délabré. La corruption et le règne des mafias de l’alimentaire et de la terre ont causé ces dégâts. L’Egypte n’était plus un Etat de droit, les mafias diverses et variées gouvernaient, et la population était totalement laissée à l’abandon. Une des mafias, chapeautée par le ministre même de l’agriculture ou le ministère de l’irrigation achetaient des insecticides, prohibés partout dans le monde et l’utilisaient sur les terres égyptiennes. Et aucune législation n’interdisait d’utiliser l’eau des égouts pour irriguer l’agriculture. Ainsi, il y a une forte concentration de métaux lourds dans tous les légumes et les fruits. Ce problème touche toute la population.

Ce film a-t-il été montré en Egypte ?
Oui, la toute première a eu lieu dans l’enceinte de l’opéra du Caire. Le public a été très touché et l’accueil a été très enthousiaste. Des personnes pleuraient dans la salle. Il faut savoir qu’en Egypte, chacun est concerné par la maladie dont est mort mon frère, dans chaque famille un être cher est décédé suite aux problèmes de pollution de l’eau.

Votre film a-t-il suscité une prise de conscience ?
Au moment où le film a été projeté, tout le monde en Egypte était déjà sensibilisé à ces questions de pollution, par la Révolution. Ce film a conforté les gens sur ce qu’ils ressentaient ou pensaient, et donne davantage encore de légitimité à la Révolution

Avez-vous le droit de diffuser ce film en Egypte ?
J’ai eu le droit de le diffuser, mais il n’est pas beaucoup diffusé. La censure est très tacite, le film n’est pas distribué en salle, nous avons juste pu organiser quelques projections. Pourtant, le film est très connu.

Le film est-il distribué en France ?
Ma productrice, les films Morel avec TS Productions à Paris
ont essayé de le faire distribuer. Nous avons été contactés par un très bon distributeur qui a beaucoup aimé le film. Mais, selon lui, le film n’était pas assez radical et pas assez normatif. De toute façon, le documentaire est un genre qui a du mal à se faire distribuer. En revanche, Ardèche Images, compagnie de publication de DVD a proposé de le produire en DVD.

Quels sont vos projets en écriture ?
Un recueil de poèmes qui s’intitule « Une révolution et un mur qu’on traverse », vient d’être traduit de l’arabe au français. Déjà disponible en plusieurs langues, il sortira prochainement en France. De plus, ma pièce de théâtre poétique « Ordalie et Terreur », longuement préfacée par Jacques Derrida, juste avant sa mort en juin 2004, que j’ai traduit de traduire en arabe, vient de sortir au mois de septembre dernier, au Caire. Le sujet est la religion et la question des femmes. Dans toutes les religions, les femmes sont des victimes sacrificielles par excellence. Dans cette pièce, je reprends la question mythologique de l’Ordalie, à partir de l’épisode de l’Ordalie de Tours.
NDLR : L’ordalie est une forme de procédure en justice, de nature religieuse, aussi appelé jugement de Dieu. L’ordalie consiste à faire passer à l’accusé une épreuve physique décidant de son sort.

Votre futur projet au Kurdistan ?
J’ai envie d’associer deux formes artistiques, le cinéma et l’écriture poétique. Je ressens une révolte très profonde par rapport aux violences que subissent les femmes dans le nouvel Etat islamique qui avance en particulier en Irak et au Kurdistan. Le Kurdistan a accueilli un nombre incalculable de réfugiés, notamment des chrétiens d’Irak qui ont dû quitter leur pays sans rien et des Yazidis, dont les femmes sont actuellement vendues en esclavage. J’ai eu l’idée de recueillir la parole de réfugiés et d’autres personnes sur ce qu’ils vivent de l’intérieur et traduire cela en termes poétiques, par les mots et l’image. Je souhaite être présente auprès de ces personnes qui sont dans un état de transition entre la vie et la non vie et d’être avec eux dans un compagnonnage, dans ce purgatoire et de faire ce que je peux faire en leur donnant des images et des poèmes. Je pense que dans cette région-là, quelque chose se joue de l’histoire du monde, en ce moment. J’ai envie d’enregistrer ce moment, non pas comme un simple documentaire, mais comme l’impression psychique que tout cela a eu sur ces personnes.

http://www.safaafathy.org/fr/

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard