Articles

Accueil > Actualités > Zarafa III : Le retour de la vengeance de la girafe en livres.

 

Zarafa III : Le retour de la vengeance de la girafe en livres.

12 juin 2010

Nous avions été, chez Med in Marseille, les témoins privilégiés et affligés du spectaculaire incendie de Zarafa 2, la girafe de livre qui trônait en haut de la Canebière.
Après avoir recueilli « à chaud » l’avis de Patrick Menucci, visiblement très remué comme beaucoup d’entre nous à Marseille (voir la vidéo de l’incendie de Zarafa sur notre site), nous nous devions de demander aux créateurs de la girafe le fond de leur pensée à la veille de la construction de Zarafa III, qui débutera lundi et s’étalera sur un mois.
Ils nous ont livré quelques remarques intéressantes et sont décidément pleins d’idées pour embellir les rues : il n’y a, pour s’en convaincre, qu’à contempler la magnifique Sirène de livres qu’ils viennent de construire pour l’édition 2010 de la fête du livre de la Canebière !


 

JPEG - 137.8 ko

L’Art déchaîne les passions, c’est un fait, et s’il est la plupart du temps engagé, nous sommes très souvent les témoins de tentatives plus ou moins habiles de récupération de son potentiel à des fins mercantiles ou politiques.

Combien de chansons sont ainsi récupérées pour ne pas dire détournées, chaque mois, pour faire la publicité de saucissons, de banques ou de voitures ?

Combien d’hommes politiques tentent de s’approprier des artistes pour toucher plus de gens dans l’espoir de se faire élire ou réélire ?

Car s’il y a un dénominateur commun à toutes les formes d’Art, c’est bien qu’elles interpellent, touchent le plus grand nombre et marquent souvent durablement les esprits.

Pourtant, « culture » est bien souvent un gros mot, synonyme d’ennuyeux, de poussiéreux.

Jean-Michel Rubio et les co-auteurs de Zarafa II n’ont de cesse de gratter l’artificiel vernis d’élitisme qui recouvre malheureusement ce mot. Ils font tout pour toucher les gens, sans distinction, faisant descendre l’Art dans la rue, loin des galeries sclérosantes.

JPEG - 110.9 ko

C’est dans une logique de réappropriation de l’espace public que s’inscrit leur démarche, et c’est dans le but de promouvoir la lecture et de créer du lien social qu’ils construisent des sculptures en livres, à travers notamment les « bornes de livre-échange », où les notions de gratuité et de partage prédominent (2).

En imaginant cette drôle de bête qu’était Zarafa, ils ont donc voulu parler directement à notre cœur d’enfant, et piquer notre curiosité en transformant le haut de la Canebière en une sorte de parc d’attraction poétique.

Ils ont pris des livres destinés au pilon, des invendus (des livres poussiéreux et ennuyeux, en somme !), et comme un MC raccommode les samples pour en faire une chanson, ils en ont fait cet animal fabuleux, cette charmante(1) girafe de livre.

C’était il y a un an presque jour pour jour, et le grand ruminant de livres, nous rappelle Jean-Michel Rubio, « ne devait rester là que les trois jours de la fête du livre de la Canebière 2009, c’était une œuvre éphémère ! ».

JPEG - 96.6 ko

« Nous avons été dépassés dès que les trois jours furent écoulés ! » nous confie-t-il, un large sourire aux lèvres.

Effectivement, contre toute attente, et pour le plus grand plaisir de ses « papas », les gens du quartier se la sont très vite appropriée, jusqu’à ce que, de fil en aiguille, tout Marseille s’entiche de Zarafa II (la première Zarafa, il faut le rappeler, fut la première girafe, au dix-neuvième siècle, à mettre la patte sur le continent européen, et elle arriva… à Marseille, puis rallia Paris par la route… toute une histoire là aussi).

Il n’y a qu’à voir les vives réactions d’indignation qui ont suivi le malheureux incendie pour se convaincre de la popularité de Zarafa.

Les messages de sympathie, les gens qui se sont immédiatement mobilisés pour réclamer une nouvelle girafe de livre furent légions, au point qu’il y a même encore des fleurs là où se tenait le noble animal, au moment où mon clavier crépite…

« Mon fils parlait à la girafe tous les matins en passant devant pour aller à l’école », confie ainsi une passante, assistant à la naissance de la sirène, qui sera sans doute vite adoptée elle aussi et qui prend ses quartiers, à l’occasion de l’édition 2010 de la Fête du Livre de la Canebière, à deux pas de l’arbre dont Zarafa a brouté la cime pendant presque un an.

JPEG - 106.7 ko

Patrick Menucci, le maire de l’arrondissement, attristé, avait fait dans ses déclarations, en filigranes, le parallèle entre les flammes ravageant Zarafa II et les autodafés de livres que faisaient les nazis, et pour être honnête, votre serviteur avait instantanément fait le rapprochement lui aussi, la faute sans doute à un trop grand nombre de visionnages du troisième Indiana Jones....

Mais qu’en est-il de la réaction des « papas » de l’infortunée girafe ?

Et bien tout au plus ont-ils été amusés par le spectaculaire de la scène.

« Ce fut une belle mort pour Zarafa II, selon eux, qui était une œuvre éphémère de toutes manière. »

Même si l’immoler par le feu était extrême, l’acte relevait, quelque part, d’une expression artistique, bien qu’entachée d’une bonne dose de bêtise…

« C’est, ont-ils insisté, une formidable réussite, pour une sculpture qui ne devait rester que trois jours, d’avoir été là pendant presque un an ! »

« La seule chose que nous ne voulons pas, c’est polémiquer, opposer la culture et le sport par exemple… »

« Par ailleurs, souligne malicieusement Jean-Michel Rubio, tout le monde a été choqué de voir des livres brûler, mais on les avait déjà truffés de vis à la perceuse électrique, et personne ne s’en était alors offusqué… »

Et si tant est que ce soit bien les jeunes présents qui aient mis le feu (des témoins parlent d’une bombe lacrymogène égarée…), ils n’avaient peut-être pas conscience du clin d’œil qu’ils ont fait à l’un des artistes les plus reconnus du vingtième siècle.

Effectivement, Jean-Michel Rubio nous fit remarquer, non sans une certaine fierté, que l’image d’une girafe en feu fait étrangement écho à un célèbre tableau de Salvador Dali « Girafe en feu », peint en 1937…

Ce qui l’amena à conclure, avant de retourner à la confection de la sirène

« Le surréalisme, dans la rue, sur la Canebière, c’est classe, quand même ! »

La construction de Zarafa III se fera à partir de lundi et se déroulera sur un mois.

N’hésitez pas à aller encourager les artistes, ils seront là tous les jours sauf le dimanche, et seront ravis de recevoir vos témoignages de sympathie !

1. « zarafah », d’où vient le mot « girafe » signifie « charmante » en arabe.
2. Pour de plus amples renseignements : http://art-book-collectif.over-blog.com

Interview et réaction des créateurs à l’incendie de Zarafa sur La Chaîne Marseille : http://www.lcm.fr

Et enfin pour votre gouverne : http://fr.wikipedia.org/wiki/Girafe

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard