Articles

Accueil > Actualités > Xénophobie, Communautarisme, Apartheid, pourquoi tout est lié (...)

 

Xénophobie, Communautarisme, Apartheid, pourquoi tout est lié ?

18 juin 2010

A l’heure où les barrières mentales et le racisme ne cessent de proliférer telle la peste, Saïd Moussa, étudiant à l’IEP d’Aix a souhaité poser le débat autour de termes spécifiques et « fondamentaux » auxquels les citoyens du monde sont de plus au plus confrontés. Xénophobie, Communautarisme, Apartheid, pourquoi tout est lié ? Tel était la question posée aux deux intervenants, Pierre Langeron, enseignant à l’IEP d’Aix, à Mme Meyer, chargée de cours d’histoire et de culture générale à l’IEP et au public visiblement sensibles à ces questions. Résumé.


 

JPEG - 66.1 ko

Si le terme de « racisme » n’est apparu qu’en 1930 dans le dictionnaire Larousse, il ne date pas du XXème siècle. En effet le XIXème justifiait le racisme à travers l’élaboration de théories qui se voulaient scientifiques. « L’essai sur l’inégalité des races » d’Arthur de Gobineau est à l’origine d’une construction idéologique selon laquelle il y’aurait des races inférieures à d’autres et que l’on pourrait prouver à travers la science. Justifier la théorie raciale par la science était courant au XIXème siècle comme il était courant de mesurer et comparer la forme des crânes pour en déduire une supériorité de la race blanche. Ce racisme biologique inspiré des théories de Gobineau, contre le métissage, a entres autres inspiré Hitler. « Il ne faut pas que la société actuelle se mettent à penser en fonction du système d’autrefois » met en garde Mme Meyer. Le XVIème siècle a aussi eu ses périodes troubles. Cette dernière rappelle qu’au cours de la controverse de Valladolid (1550-1551) les théologiens, juristes et administrateurs du royaume réunis pour savoir si les espagnols pouvaient coloniser le Nouveau Monde et dominer les Indiens, en sont arrivés à se demander si les Incas étaient des êtres humains ou des animaux.

JPEG - 66.9 ko

« Nous sommes tous des xénophobes à un moment ou un autre de notre vie »

Aujourd’hui cette dernière concède tout de même que « le racisme est beaucoup plus virulent et destructeur dans nos sociétés que la xénophobie ». La xénophobie n’est autre que la peur de la différence et la peur de l’autre qui pousse au repli et donc mène inéluctablement au repli identitaire c’est-à-dire au communautarisme, (terme apparu dans les années 80) qui conduit la victime de cette xénophobie à valoriser sa communauté d’origine. « Le Japon a, par exemple, longtemps été fermé aux étrangers et les Arabes ont longtemps considéré les noirs comme des êtres inférieurs. Nous sommes tous des xénophobes à un moment ou un autre de notre vie » souligne cette enseignante chargée de cours d’histoire à l’IEP d’Aix.

Le statut de l’étranger dans nos sociétés modernes est d’ailleurs très parlant. En France, le statut de l’étranger élaboré au XIXème siècle favorise l’acculturation et l’assimilation. Un modèle qui ne fait pas l’unanimité en France car cela soutient le fait qu’il y a des cultures supérieures à d’autres. Le fait que la culture HIP HOP ne soit pas reconnue par une certaine élite de la société française, ne fait pas d’elle une sous-culture tenait à souligner un membre du public.

L’ignorance y est sans doute pour quelque chose et conduit souvent les racistes, à la recherche d’un ennemi de l’intérieur, a qualifié certaines cultures de sous culture comme le précisait Saïd Moussa en introduction.

JPEG - 60.1 ko

« Ce sont les riches qui utilisent le communautarisme »

Tout cela conduit inéluctablement au communautarisme, un terme souvent utilisé à tort et à travers. Pour Said Moussa, le communautarisme n’est pas le fait des jeunes de quartiers comme il est souvent souligné mais est un concept utilisé par les « riches ». « Aujourd’hui, pour qualifier les jeunes des quartiers on parle de communauté religieuse et on dit aussi que les jeunes des quartiers subissent le communautarisme » poursuit cet étudiant de Sciences po qui évoque l’explication donnée par le sociologue Said Bouamama selon laquelle les manques de moyens ne permettent à ces jeunes de quartiers de partir. Donc une grande majorité d’entre eux restent ensemble. Pour Saïd Moussa « ce sont les riches qui utilisent le communautarisme et qui ont toujours la tête baissée. Les jeunes de quartier ont, contrairement à ce que l’on voudrait nous faire croire, toujours la tête haute et garde toujours l’espoir » a-t-il insisté.

Le Canada : un modèle de multuculturalisme

Ces préjugés sont largement exploités au quotidien et alimentent le racisme qui a souvent conduit à « une politique de développement séparé (apartheid) dont la plus connue reste celle de l’Afrique du Sud.

Si l’apartheid subi est la forme de communautarisme la plus connue, il existe aussi une autre forme de communautarisme apparentée à un apartheid choisi. Le choix des Indiens d’Amérique à faire monde à part en est un exemple. « L’Apartheid n’est pas forcément fondé sur l’inégalité, c’est la volonté de respecter la différence » explique Pierre Langeron avant de citer en exemple le Canada. « C’est une société qui s’est bâtie sur des apports extérieurs. Le respect de la différence est presque naturel » insiste-t-il. Le Canada est devenu un modèle du multiculturalisme et de respect de la différence ce qui n’est pas forcément le cas des les pays de tradition latine.

Mais jusqu’où peut-on respecter les différences ? Au Canada, la question a maintes fois été posée notamment après l’affaire du poignard Sihk, un poignard sacré (qu’ils nomment kirpan), mais tranchant, que les fidèles de la religion sikhe doivent porter en toute circonstance et y compris à l’école. En effet, un jeune garçon de 12 ans portant ce poignard sacré à l’école a suscité une polémique. Pourtant en mars 2006, la Cour suprême du Canada a tranché et a autorisé le port du kirpan dans les écoles dont les règlements interdisaient aux élèves d’avoir un couteau sur leur territoire.

JPEG - 55 ko

« Le tout est de savoir organiser cette diversité » poursuit Pierre Langeron qui a essayé d’expliquer en quoi «  l’apartheid choisi » est au Canada un gage d’égalité au service du respect de la diversité culturelle.

« Il faut donc essayer de trouver une règle commune mais qui n’est pas la même en fonction des pays » résume t-il. En France la recherche d’un équilibre n’est pas évident. « En France le curseur pointe souvent l’islam » souligne Karima Berriche, directrice du centre social l’Agora, pour qui l’islamophobie ne fait que progresser. Pour un autre « le curseur est assujetti à un contexte politique raciste en France. Les musulmans seraient victimes d’une société médiatique. « Les médias sont les « turbos » de la construction de l’ennemi. Pour désigner les humanitaires de la flottille de Gaza, les médias ont parlé de « mouvance islamiste » comme pour suggérer que ce sont des « musulmans terroristes ». Puis, les propos de Gérard Longuet sur l’éventuelle nomination de Malek Boutih, pressenti pour remplacer Louis Schweitzer à la tête de la Halde est aussi selon lui l’expression d’un racisme évident. En effet, le patron des sénateurs de l’IUMP avait estimé qu’il valait mieux nommer quelqu’un du "corps français traditionnel ».

Le public présent a également dénoncé l’instrumentalisation de la laïcité qui selon lui est « un outil pour combattre l’islam. » L’islamophobie est une forme de xénophobie qui pourrait conduire inéluctablement vers un racisme endémique qui ferait des musulmans les premières victimes.

Pour Mme Meyer, l’antidote au racisme et à la xénophobie serait de favoriser la notion d’universalisme avec l’idée qu’il y a une seule race : humaine, c’est d’ailleurs ce que confère la déclaration des Droits de l’Homme.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard