Articles

Accueil > Portraits > Wayaz : la nouvelle bombe musicale fusion, folk, rock , reggae, (...)

 

Wayaz : la nouvelle bombe musicale fusion, folk, rock , reggae, saoul

23 octobre 2013

Le groupe Wayaz, porté par l’auteur compositeur, guitariste, chanteur Frank Garaïos s’apprête à sortir, en autoproduction un premier CD, 12 titres. Nous avons pu écouter le EP 4 titres, tous excellents. Un brassage musical inédit qui mêle une voix à la kezia Jones, un violoncelle électrique et acoustique, une guitare et une batterie. Mention spéciale pour le titre « No time » aux accents hendrixiens et le titre « Human Race », une ballade « folk-afro » qui pourrait bien faire le buzz.


 

JPEG - 69.9 ko
Franck Garaïos, le chanteur de Wayaz

Découvert par le hasard du live dans un bar de l’avenue du Prado, Franck Garaïos, le chanteur compositeur du groupe Wayaz nous a époustouflés ! A l’écouter dans un live solo où il reprend des standards saoul, rock, reggae, il est capable avec sa seule guitare acoustique de mettre le feu à un bar à l’ambiance morose. Faire bouger Marseille et les Marseillais n’est pas donné à tout le monde.
Mais au-delà des reprises, Franck Garaïos est aussi un auteur et compositeur averti. Depuis 3 ans, il peaufine avec son groupe Wayaz un tout nouveau son et prend son temps pour mitonner un album 12 titres, dans un studio de la Ciotat à sortir prochainement. « On a passé les deux premières années à trouver le son du trio. Parce que jouer avec un batteur et un violoncelliste (Dimitri Reverchon et Patrick Boronat) ça demande une recherche, pour trouver le son de l’entité de ces personnalités différentes qui amène chacune leur culture. Et là je sais qu’on a trouvé le son ! C’est pour cela qu’on veut faire un album maintenant, on est prêt à proposer quelque chose de cohérent et de vaste en même temps. Pendant ces deux ans, on a joué ensemble, il a fallu trouver la justesse ».
Un son tellement nouveau d’ailleurs que les programmateurs musicaux ont bien du mal à le classer. « Ce qui fait l’un des charmes de notre groupe, c’est qu’il y a une énergie rock avec des arrangements qui peuvent parfois avoir des aspects classiques, parfois hip-hop puisqu’on utilise des samples et des claviers aussi. C’est une musique de fusion. »

Ce musicien marseillais professionnel de 32 ans, guitariste de formation en n’est pas à son coup d’essai. « Ca fait une dizaine d’années que je me produis dans les pianos bar, des scènes de différentes tailles, plutôt en reprise. Parallèlement je compose depuis de nombreuses années. » Après une première expérience de groupe avec Shining Trees, (reggae, rock, saoul), il a suivi son chemin de reprises et ses compositions en solo. Il a traîné sa guitare et son énergie communicative de Montpellier aux villes du Sud Est, de petite salles, en festivals et s’est même produit dans la rue.

Musique métissée
Avec sa nouvelle formation Wayaz, il a enflammé en août dernier le festival « Nuit du Sud » à Vence, en première partie du groupe de Reggae californien le plus connu du moment Groundation et a raflé le prix du jury de Vence et le prix spécial du Jury. Cette dernière récompense vaut d’ailleurs au groupe de se rendre prochainement à l’ile de la Réunion pour un concert. L’an dernier, ils ont joué au festival Massilia Rock, avec toujours de très bons retour. « Je fais une musique métissée, à mon image. Moi je suis métissé, ma musique est métissée. Dans tout métissage, il y a quelque chose d’ancien qui est renouvelé dans un propos qui est, je pense, nouveau et frais. »

 

 

A écouter fichier MP3piste 2, Morceau Human Race, Wayaz
Piste 4, Morceau « No time », Wayaz

Ses principales influences musicales sont éclectiques, elles vont de Bob Marley, Hendrix, Kravitz à Ben Harper, le rock des années 70, « presque des pères pour moi ». Issu d’une mère pied noir et d’un père réunionnais malgache, il a baigné dansle flamenco, la musique arabo-andalouse, le chaabi, les musiques noires et afro-américaines qu’écoutaient son père. Ses goûts de jeunesse le pousse vers le rock des années 1990 (Nirvana, Gun n-roses) et le reggae. La découverte de Bob Marley a été pour lui une révélation. Il fera un voyage initiatique en Jamaïque, en 2000, qui sera un tournant dans sa vie, puisque pour la première fois, il peut chanter sans complexe et faire exploser sa voix. « Là-bas, j’ai découvert la simplicité de chanter. En Jamaïque, il y a une culture qui est décomplexée par rapport à cela ».

En trouvant sa voix, il trouve sa voie… Il sera chanteur et musicien. « Après mon bac, j’ai débuté des études, mais ça ne me satisfaisait pas. Du coup, j’ai pris ma guitare, je suis allé dans un bar du cours Julien, qui m’a proposé de chanter toutes les semaines, de fil en aiguille, je suis devenu intermittent. La musique sort de moi sincèrement, j’ai la chance de pouvoir toucher les gens avec ma musique. Ca donne des ailes pour continuer… » Sur l’avenir du groupe, le chanteur se voit bien d’ailleurs s’envoler….hors de la région. « C’est certain que ma musique a une vocation internationale » reconnaît-il. Dans un premier temps, pouvoir parcourir la France avec son groupe serait une belle aventure. « J’aimerais bien aussi me frotter au public londonien, un public qui a une grande culture de la musique. »

Wayaz sur Noomiz

Facebook

Booking

 

par Claire Robert - Dans > Portraits



 

 

Autres articles Portraits

 

Articles récents

Articles au hasard