Articles

Accueil > Marseille Provence, capitale européenne de la culture 2013 > Visite en capitale 2013 : exposition de l’Alter off au Badaboum théâtre, plus (...)

 

Visite en capitale 2013 : exposition de l’Alter off au Badaboum théâtre, plus off que le off

22 mai 2013

Visite en capitale culturelle 2013, suite …. Med-in-Marseille poursuit sa tournée de la capitale culturelle. Nous avons cherché ce qui se tramait, en marge de MP2013. Aujourd’hui voici donc, plus off que le off, l’Alter off qui propose une exposition au Badaboum théâtre, quai Rive neuve. Sans subvention, ni soutien, l’Alter off tente de se frayer un chemin dans la capitale culturelle. Avec un maître mot : liberté et son corollaire diversité…. La nouveauté est qu’ici chacun est bienvenu, et toutes les idées sont bonnes à prendre, ce qui change du petit milieu de l’art marseillais, souvent un peu trop refermé sur lui-même.


 

L’expo de l’Alter off au Badaboum théâtre réunit, jusqu’à la fin du mois, 35 créateurs vivant dans la région. Les travaux artistiques que l’on peut contempler sont très divers. Le travail d’artistes déjà reconnus côtoie, en effet des œuvres de nouveaux talents. Les styles sont mélangés, les médiums aussi.

JPEG - 54.5 ko


<idoc5070|center>

Pour les plus aguerris, notons la présence de Caroline Sury (ex Dernier Cri) ou de Frank Omer, ou celle du peintre dessinateur Thierry Cheyrol du collectif l’auberge Floue. Certains autres sont présents dans le champ artistique depuis plusieurs années comme les artistes de l’ex galerie Appel d’art, Dreyhou et CIR, ainsi que Friederike Von Maltzahn ou Odette Monnier. On retiendra également la participation de Volker Krein de l’ex galerie Justine Lacroix, d’Alain Boggero qui peint des ouvriers depuis des décennies, de Louis Alesandrini bien entendu ou des photographes Robert Tomassian et Richard Melka.

JPEG - 40.6 ko
JPEG - 61.6 ko

Les petits nouveaux comme le photographe Jocelyn Monnoyer ou Ose Bellétoile dont c’est la première expo, se sont également frottés au jeu de l’expo.
Photos, art brut, art abstrait, couleurs et noirs et blanc se retrouvent donc sur les murs de la salle du Badaboum, pour un effet des plus libres. Louis Alesandrini, le commissaire de l’expo et fondateur de l’Alter, n’a, en effet, pas jugé opportun de sélectionner les artistes et leur a laissé le choix de leur œuvres.

JPEG - 74 ko
JPEG - 66.7 ko

Ici c’est l’enthousiasme qui compte ! D’ailleurs, le titre de l’exposition est « Explosition », qui signifie autant explosion, exploration qu’exposition. Chaque artiste a sa raison particulière d’exposer à l’Alter. Pour Caroline Sury, par exemple, c’est une façon de soutenir l’alter, pour d’autres artistes qui ne se retrouvent pas dans le off, qui n’ont pu rallier le In, faute de réseau (…), ou par conviction, voici une façon d’exposer, spontanée qui leur correspond mieux.

JPEG - 42.3 ko
JPEG - 87.9 ko

Louis Alesandrini a monté l’alter off dans cette esprit : « J’ai créé l’Alter off, en voyant ce qui se passait au niveau de Marseille 2013, cela ne me plaisait pas. Le ‘in’ écartait la plupart des structures et ne représentait pas les diversités culturelles de Marseille et les origines multiples de ses habitants, et le ‘off’ devenait de plus en plus « in ». L’idée de l’Alter est de mettre en avant les diversités culturelles de Marseille et de la région. »

JPEG - 133.8 ko
JPEG - 42.3 ko

Pour l’heure, l’Alter off a organisé deux expositions d’art plastique. Si le coup d’envoi de l’Alter, le 17 mars dernier a été bancal, le projet suit, tout de même, son cours. Le thème retenu pour lancer le off était « La grande flatulence », une manifestation tout en bruit de vents odorants, auquel peu d’artistes ont participé. Pas évident de fédérer sur ce thème ou la faute au mauvais temps ? Pour Louis Alesandrini, le concept était de « faire la parodie du lancement officiel (« la grande clameur ») de MP13. » « C’était de l’humour, c’était un jeu de mot. On a annoncé que, pour cette occasion, on allait faire du vent, pour parodier l’officiel qui a promis beaucoup, mais qui n’a pas tenu ses promesses car, en fait il ne s’est rien passé le soir de l’ouverture », explique-t-il. Puis ce fut en avril, une expo rassemblant 40 artistes locaux de diverses nationalités, rue Dragon, co-organisée par la Tangente Nomade et Temps Actuels et l’Alter Off 2013. Ensuite la seconde exposition au Badaboum, début mai. A chaque fois, le public a répondu présent au vernissage. Il semble que l’Alter commence à monter en puissance.

Louis Alesandrini ne compte pas en rester là, « l’idée est de continuer à donner une visibilité aux artistes, proposer des débats aussi. Nous commençons maintenant, mais nous voudrions poursuivre après 2013, alors que les autres vont s’arrêter ». Et l’Alter a le projet de s’ouvrir à d’autres arts, musique, théâtre et autres. « Mais, il faudrait que nous soyons plus nombreux pour gérer et organiser, si des personnes veulent nous rejoindre, je suis partant, toutes les bonnes volontés sont bienvenues, sauf que nous n’avons pas de moyens. Nous sommes également à la recherche de salles ». Mais pour ceux qui sont intéressés par ce projet, il faut savoir que l’Alter off ne dérogera pas à sa règle : être éthique et critique. » L’Alter s’est en effet pourvu d’un média sur le web qui ne mâche pas ses mots sur le milieu culturel. L’Alter c’est donc beaucoup de liberté, mêlé au système D. Pour cette expo, d’ailleurs, Laurence Janner du Badaboum théâtre, théâtre Jeune public très actif, a généreusement prêté l’une des salles du théâtre. Bref, l’Alter est un vent de spontanéité qui envoie un grand coup de balai à toutes les manifestations de MP13 consciencieusement préparées !

Exposition organisée par l’Alter Off 2013. alteroff2013.com ; ouvert de 15h à 17h30 du lundi au vendredi et sur rendez-vous au 04.91.54.40.71. Badaboum Théâtre, 16 quai de Rive Neuve Marseille 7ème

 

 

Autres articles Marseille Provence, capitale européenne de la culture 2013

 

Articles récents

Articles au hasard