Articles

Accueil > Agenda > « Visages de Syrie, La vie qui résiste » au Mucem

 

« Visages de Syrie, La vie qui résiste » au Mucem

29 janvier 2014

Du 31 janv. au 2 fév., le Mucem met à l’honneur la Syrie. A travers des films, des rencontres, des lectures, nous pourrons découvrir quelques uns de ces « visages » qui se sont opposés au régime ou tentent de survivre encore dans leur pays. Ecrivains, cinéastes, artistes, personnalités culturelles, le Mucem leur rend hommage car « Révéler ces Visages de Syrie, c’est témoigner de la vie qui résiste en temps de guerre et rendre compte de la diversité et de la pluralité d’une société confrontée à la menace de la destruction ».


 

Plusieurs temps forts jalonnent ces rencontres au Mucem dédiées à la Syrie.

Vendredi 31 janv. 17h-19h « Syrie, patrimoine en péril » Rencontre-débat
Auditorium Germaine Tillion. Entrée libre. Il sera question ici des sites et des monuments archéologiques en danger, mais aussi des menaces qui pèsent sur les savoir-faire et les arts et traditions populaires, tout ce qui crée le lien social et fonde le vivre ensemble. La musique enfin, ne sera pas oubliée, qui à elle seule incarne un des grands héritages de la culture syrienne
Introduction par Yves Aubin de la Messuzière, ambassadeur de France, ancien Président de l’association de préfiguration du Mucem et membre du conseil d’administration. Président de la Mission Laïque française.

Les monuments : au cœur de la vie, et parfois de la mort des Syriens
Par Ammar Abd Rabbo, photographe. Présentation de photographies du patrimoine syrien avant et après 2011, notamment dans la ville d’Alep : ou comment les monuments continuent d’être au cœur de la vie des Syriens.
Patrimoine matériel et immatériel
Par Sophie Cluzan, archéologue et conservateur du patrimoine.
Outre le patrimoine matériel, ce sont aussi les arts de vivre, arts et traditions populaires, les langues et coutumes qui sont menacés de destruction : tout ce qui lie et cimente la vie sociale…
Etat des lieux, état de veille : comment protéger le patrimoine archéologique syrien en otage ?
Par Cheikhmous Ali, docteur en archéologie du Proche-Orient ancien à l’Université de Strasbourg, Institut d’Histoire et d’Archéologie de l’Orient ancien, Association pour la protection de l’archéologie syrienne (APSA)
Musée à ciel ouvert, la Syrie témoigne d’une histoire singulière à travers des époques, des cultures et des religions variées. Dès la plus haute antiquité, elle a été le berceau et le réceptacle de nombreuses civilisations. Quelles mesures peut-on prendre pour protéger le patrimoine syrien et éviter une catastrophe semblable à celle de l’Irak ?

Les deux villes d’Alep : musiques et exemples urbains, avant et après la guerre
Par Fawaz Baker, compositeur et architecte
Y a-t-il désormais une ou deux villes d’Alep ? Quelles divisions fracturent la ville aujourd’hui, et quelles en étaient les séparations hier ? Peut-on évoquer ces frontières d’un point de vue musical et urbanistique ?

Samedi 1er fév. Visages de Syrie de 10h à 20H. Rencontres-Documentaires-Lectures-Débats

Clandestinité, exils, emprisonnements… Bien avant les manifestations de 2011, de nombreux écrivains, artistes et intellectuels se sont engagés dans la lutte pour la démocratie en Syrie, souvent au prix de leur propre liberté. Les quelques figures emblématiques évoquées lors de cette journée permettront de relier l’histoire récente à l’actualité.

10h Introduction Par Farouk Mardam Bey, éditeur et écrivain

11H30 Documentaire sur RIAD AL-TURK, opposant syrien communiste

Lectures de textes et présentation du documentaire de Mohammed Ali Atassi « Ibn El Am » (2001, 50 min), en présence du cinéaste, en dialogue avec Christophe Ayad, journaliste au Monde. Homme politique syrien, Riad al-Turk a été emprisonné durant presque vingt ans en raison de sa lutte politique pour la démocratie. Secrétaire général du bureau politique du Parti communiste syrien dès sa fondation en 1973, il est l’une des grandes figures de l’opposition syrienne. Le film d’Ali Atassi expose sa profonde humanité.

De 14h à 15h30 LE COLLECTIF ABOU NADDARA, groupe de cinéastes syriens

Lecture de la Carte Blanche « En Syrie, refusons la fable d’un Orient compliqué » parue dans le Monde du 24 septembre 2013. Présentation d’un choix de films du collectif par son porte-parole, Sharif Kiwan, en dialogue avec Thierry Fabre, responsable du département du développement culturel et des relations internationales du Mucem. Le collectif Abou Naddara regroupe des cinéastes syriens autodidactes, qui depuis les manifestations contre la dictature en mars 2011, publient chaque vendredi sur internet un film de leur cru. Une à cinq minutes de cinéma hebdomadaire pour raconter la Syrie d’aujourd’hui et répondre, à leur manière, à l’appel de la liberté.

16h-17h Documentaire sur Samar Yazbek, écrivaine, réfugiée à Paris

Lectures de textes et présentation de la vidéo réalisée par Rania Stephan sur Samar Yazbek en dialogue avec Emma Boltanski, anthropologue. Refugiée à Paris depuis l’été 2011, Samar Yazbek a publié quatre romans dans son pays, et est également l’auteur de « Feux Croisés », un témoignage poignant sur les premiers mois de la révolution. Malgré son appartenance à la communauté alaouite à laquelle appartient la famille El-Assad, elle a rejoint la contestation contre le régime. Arrêtée plusieurs fois, elle a été contrainte par les autorités à visiter les prisons où sont détenus les manifestants. Une descente aux enfers dont elle a fait le récit dans la presse arabe.

17h30-18h30 Textes et lectures de l’œuvre de Yassin Al-Haj Saleh, écrivain, opposant politique

Lectures de textes de Yassin Al-Haj Saleh. Présentation de Yassin Al-Haj Saleh par Ziad Majed, chercheur et politologue libanais. Médecin et écrivain syrien, ancien prisonnier politique, Yassin Al-Haj Saleh a passé 16 ans dans les geôles d’Al-Assad, de 1980 à 1996, pour son appartenance à l’une des formations de gauche opposées au régime. De mars 2011 à l’automne 2013, il a vécu la clandestinité dans son propre pays tout en publiant régulièrement des analyses et des témoignages dans la presse arabe. En nov. 2012, il reçoit l’asile politique en Allemagne.

De 19 à 20h30 clôture : table ronde géopolitique animée par Christophe Ayad, journaliste au Monde.

Concert, Bab Assalam, vendredi 21 jan. 21h, 15/20 €

Bab Assalam (« la porte de la paix ») puise dans le répertoire oriental de la musique des caravaniers et des chants soufis pour inventer un nouveau syncrétisme entre tradition et improvisation. La formation naît en 2005 à Alep de la rencontre entre le clarinettiste français Raphaël Vuillard et deux musiciens syriens, les frères Khaled et Mohanad Aljaramani. Ces derniers sont aujourd’hui réfugiés en France. Leur inspiration se nourrit de l’exil et du répertoire traditionnel de l’Orient soufi, Bab Assalam propose désormais une lecture contemporaine : le grain de la guitare électrique et les sons de l’électronique se mêlent aux oud, percussions, et clarinette basse. Une musique d’une extrême finesse à la fois mystique, mélancolique, hypnotique. Avec Khaled Aljaramani (oud, chants), Mohanad Aljaramani (percussions, chants), Raphael Vuillard (clarinette basse), Philippe Barbier (guitare électrique & live electronic)

CINÉMA. Dim. 2 fév. Auditorium Germaine Tillion Séance 5 €/3€

Introduction des films par Tahar Chikhaoui, critique de cinéma et directeur des Rencontres internationales des cinémas arabes, en présence du cinéaste syrien Meyar Al-Roumi. Une programmation en collaboration avec les Rencontres de cinéma arabe AFLAM

14h30 AZRAK-RAMADI (BLEU-GRIS) De Mohamad Al-Roumi (France, 2004, 23 min), VOSTF.

De retour sur les lieux de son enfance en Mésopotamie du Nord, Mohamad Al-Roumi apprend que la région doit être engloutie dans les eaux du plus important barrage construit sur l’Euphrate, en Syrie. Il décide de témoigner d’une splendeur vouée à disparaître, de la beauté simple du quotidien des villageois.

LES FIGURANTS De Nabil El-Maleh (Syrie, 1993, 1h15), VOSTF. Salem est réparateur automobile, Nada est veuve, ouvrière dans une usine. Tous deux peinent à trouver un lieu où vivre leur idylle.

17h30 ROUND TRIP De Meyar Al-Roumi (Syrie, 2012, 1h15), VOSTF. Avec Alexandra Walid est chauffeur de taxi à Damas. Son véhicule est le seul espace privé où il peut embrasser Soheir, sa bien-aimée. Lorsque celle-ci est invitée à Téhéran par une amie, ils décident d’y partir ensemble et prennent le train pour un magnifique voyage.

 

par Claire Robert - Dans > Agenda



 

 

Autres articles Agenda

 

Brèves Agenda

  • 15 septembre

     

    Journées Européennes du Patrimoine Marseille

    Jeunesse et patrimoine : tel est le thème choisi pour cette 34e édition des Journées Européennes du Patrimoine. Une édition résolument tournée vers le jeune public et sa sensibilisation au patrimoine, à l’histoire de la Nation et à l’histoire de l’art, ou encore aux métiers du patrimoine. Avec cet objectif majeur : mieux le comprendre et mieux le connaître, dans son contexte historique et social. Ces enjeux seront déclinés à Marseille de façon aussi pédagogique que ludique. Cette année encore, vous êtes invités à découvrir gratuitement des lieux habituellement fermés au public. Rendez-vous ces 16 et 17 septembre . Par ici le programme : (...)

     

  • 14 septembre

     

    préavis de désordre Urbain

    du 13 au 24 Septembre 2017 FESTIVAL INTERNATIONAL DE PERFORMANCE. 2dition 2017, sous le signe de l’hospitalité, à travers la ville de Marseille. Pendant 2 semaines le festival de performance met la ville sous tension créatrice avec un dispositif entièrement conçu pour expérimenter 5 manières de vivre ensemble. : Traduire, Oracle, Festoyer, Identité, et Veiller. Cette année, Redplexus vous invite pour 12 jours de partages d’expériences artistiques dans un dispositif particulier : une installation nomade et immersive dans l’espace urbain inspirée du mythe de la Tour de Babel. Le Programme, c’est par ici (...)

     

  • 4 septembre

     

    Mémoires des Aygalades, Comme une résurgence

    A l’occasion de la journée du patrimoine, exposition photo, "Comme une résurgence" Quartier portes Ouvertes, cité des Aygalades. Cette mise en lumière des photos de familles de la cité des Aygalades est l’occasion de faire ressurgir des récits de vie, des témoignages et des patrimoines enfouis. C’est aussi révéler les valeurs des lieux et des personnes pour les ériger en patrimoines constitutifs de l’histoire de la ville. Le 16 après midi, exposition photos issue de ce travail et le site internet dédié. Les habitants vous accueillent pour en témoigner. Cet événement est associé à la présentation des fresques réalisées à la cité de la Visitation avec l’association We Records pour les Journées (...)

     

  • 4 septembre

     

    Festival international du dessin de presse

    Le Festival international du dessin de presse de l’Estaque se déroulera du 18 au 24 septembre avec des dessins, expositions, concerts, rencontres, débats dans tout le quartier de l’Estaque. L’affiche (nouvelle version) de cette édition 2017 est illustrée par Marilena Nardi, lauréate du prix du public l’an dernier. https://www.instagram.com/fidepofficiel/ FB

     

  • 4 septembre

     

    Cette exposition est une invitation au voyage...

    Cette exposition est une invitation au voyage et à l’aventure, symboles de la vie et de l’oeuvre de Jack London. Mettant en scène de nombreux objets et documents, certains souvent présentés au public pour la première fois, elle donne à revivre l’un des paris les plus audacieux de l’écrivain : son voyage dans les mers du sud entre 1907 et 1909. La présentation s’articulera autour des archipels traversés par l’écrivain : Hawaï, les îles Marquises, Tahiti, Fidji, Samoa, Vanuatu, les îles Salomon..Une sélection d’oeuvres majeures, issues des collections du MAAOA et de grands musées spécialisés dans les Arts Premiers, sera présentée aux côtés des objets rapportés par Jack London lui-même. La scénographie mêlera (...)

     

  • 4 septembre

     

    L’Ombre qui se déplace en faisant des bruits, création Belsunce. La Compagnie

    L’Ombre qui se déplace en faisant des bruits, est une exposition proposée apr La Compagnie, lieu de création et d’exposition artistique situé à Belsunce. La Compagnie propose des situations de créations collectives avec les habitants de Belsunce, enfants et adultes. Art, culture et lien social travaillent avec une équipe constituée d’artistes, privilégiant un travail de reprise de ses perceptions, d’élaboration des représentations. En 2016-2017, La Compagnie a ainsi continué l’articulation et l’ancrage de son projet dans Belsunce et le grand centre-ville, auprès des habitants et avec les structures associatives travaillant avec ces publics. Musique, moteur !, La Compagnie, lieu de création 19, Rue (...)

     

  • 4 septembre

     

    la 4e Biennale du Réseau pour l’Histoire et la Mémoire des Immigrations et des Territoires, RHMIT)

    Pendant les trois prochains mois, la 4e Biennale du Réseau pour l’Histoire et la Mémoire des Immigrations et des Territoires (RHMIT) révélera plus d’une centaine d’événements à travers toute la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Conférences, spectacles, ateliers, balades, colloques, expositions, projections de films... seront autant d’occasions de découvrir la diversité des acteurs régionaux, associatifs ou publics, leur dynamisme et leur engagement sur les questions fondamentales que sont l’histoire des immigrations et des territoires de notre région. Début, le 15 septembre. La photo est une image d’archives Une image d’archives, à deux pas du Vieux Port, fin XIXe siècle. L’hôtel de Jérusalem (traduit (...)

     

  • 1er août

     

    Fête du 4 août, à la belle de Mai, pour fêter la fin des privilèges

    Pour fêter l’abolition des privilèges, le collectif " Fête du 4 août " propose des rencontres avec les acteurs sociaux de terrain ( Eau Bien Commun, Médecins du Monde, Meus, Usagers. Des Transports), des syndicats et des collectifs de lutte ( Solidaires, Front Social 13) et les habitants de ce quartier de Marseille (entre autres, La Fédération des Associations Comoriennes de Marseille ) dans le cadre d’une fête populaire (groupes musicaux, balletti et paella géante). Le vendredi 4 août, la fête sera animée par le groupe Kilimandjaro, et ses rythmes africains, Susie, chanteuse de genre et le Dj. Pour célébrer l’abolition des privilèges de 1789 et appeler à l’abolition des nouveaux privilèges, un (...)

     

  • 30 juin

     

    2017 ça rime avec Africa Fête ! Du 30 juin au 8 juillet...

    Le Festival Africa Fête de Marseille aura lieu du 30 juin au 8 juillet 2017 pour cette édition 2017 (la numéro13) un menu copieux vous attend. Et ce, tant pour l’esprit que pour la fête, c’est ça Africa Fête ! Le programme complet est ici : L’Edito de notre Ami Victor Faye, histoire d’en comprendre les enjeux. En septembre 1956 se tenait à la Sorbonne le premier congrès des écrivains et artistes noirs qui avait comme but essentiel de rehausser aux yeux du monde entier le statut des civilisations noires au même titre que celles des autres cultures. À l’époque, cet événement était considéré comme un tournant décisif pour les peuples de cultures noires du monde entier. Qu’en est-il soixante ans après ce (...)

     

  • 10 mai

     

    HIP HOP : un âge d’or 1970-1995...Exposition MAC Marseille

    HIP HOP : un âge d’or 1970-1995... 13 mai 2017 – 14 janvier 2018 La culture Hip Hop ouvre les portes du musée d’Art contemporain à ceux qui aux États-Unis, en Europe et à Marseille incarnent un phénomène planétaire. Depuis les premières block parties du Bronx jusqu’à l’âge d’or marseillais retrouvez la fièvre qui s’est emparée du monde en trois temps et quatre mouvements : DJing, MCing, Graffiti & Bboying. La formidable énergie et l’inventivité des DJ, des maîtres de cérémonie, des graffeurs et writters, des break dancers et de leurs crews a pris la rue, les clubs et la jeunesse du monde. Émergeant dans le quartier du Bronx, qui connaît les pires conditions économiques, une jeunesse qui rêve d’exister (...)

     

Articles récents

Articles au hasard