Articles

Accueil > Actualités > Violence d’Etat au summum envers les Rroms

 

Violence d’Etat au summum envers les Rroms

28 juillet 2011 - Dernier ajout 30 juillet 2011

Toutes les tentatives de négociations politiques croupissant pour l’instant au fond d’une impasse, des dizaines de familles continuent de survivre dans la plus grande précarité à Marseille. A la Porte d’Aix comme en d’autres points de la ville, les pluies torrentielles de ce mercredi matin ont causé de considérables dégâts - matériels mais encore physiques et moraux. Au sein des campements à l’éphémérité et au dénuement insoutenables, qu’impose l’action concertée du gouvernement et de ses appendices locaux visant à refouler les Rroms de France, le découragement le dispute à une digne résignation. A la veille de l’anniversaire du « discours de Grenoble », et au lendemain de la publication du rapport alarmiste de Médecins du Monde, les média nationaux s’emparent désormais de la situation marseillaise.


 

Marseille sous la pluie. C’est loin d’être romantique, ce grain infernal ; celui qui s’est abattu férocement sur la ville hier matin. Surtout quand une demi-douzaine de personnes se serrent, se terrent sous une bâche de deux mètres par trois. Des « toits du pauvre », il y en a plein. Des gens en-dessous aussi. Des nourrissons, des minots. Des femmes, des hommes. Action pour la vie, Artriballes, Rencontres Tsiganes, Médecins du Monde. Moi... Et donc vous, aussi. Socle de la demeure : un matelas détrempé. Murs porteurs : quelques sacs empilés, à peine gonflés par quatre vêtements, trois yaourts. Imbibés d’eau. Les lames lancées par l’orage transpercent l’abri dérisoire et pénètrent les chairs. Tout le monde a « froid ».

Nous sommes Porte d’Aix. Là où trône un triomphal Arc gravé de cette inscription : « A la République, Marseille reconnaissante ». Une marée transparente et verte de bannes enchevêtrées. La République et ses bienfaits, les droits fondamentaux ne sont pas parvenus jusque-là. Un camp de réfugiés - il faut l’appeler camp - en plein cœur de Marseille. La « ville rebelle » a du oublier de se révolter.

Des Rroms - d’ordinaire si désireux de ne pas faire de vagues - ont osé outrepasser l’injonction policière émise un peu plus tôt : « pas de bâches, sauf pour les bébés ». Les autres se mettent à couvert, dans les cafés bordant la place. Un client anonyme propose spontanément de soustraire les enfants à la pluie en les installant au sec dans sa camionnette, le temps que le déluge cesse. Médecins du Monde prend en charge les plus petits, fiévreux.
Dominique Idir (Artiballes) et Framboise (Action pour la vie), militantes de la première heure, s’activent, passent de groupe en groupe. Dans ce climat, des tensions s’exercent. « On est tous très fatigués, énervés », s’excuse une mère de famille. Poussés « à bout », sous-alimentés, les Rroms ne disposent d’aucun échappatoire. Le stress s’accumule, même si la plupart ne laisse rien paraître.

Caroline Godard et Jean-Paul Kopp, de Rencontres Tsiganes, actionnent leurs contacts, espèrent mobiliser « le conseil général ». Devant le refus de la mairie et de la préfecture d’entamer des discussions avec le conseil régional, l’institution départementale apparaît comme la pierre angulaire d’une éventuelle solution, puisque jouissant d’un patrimoine certain. Gérée par une majorité de même bord politique que sa consœur régionale, elle se doit selon les associatifs de débloquer un terrain, un hangar, un gymnase, une caserne, un immeuble. Le début d’un commencement de résolution de crise.

Ses agissements envers les Rroms confèrent à la ville une image de capitale de l’inhumanité - et ce malgré l’ouverture le jour même d’une unité d’hébergement familial d’urgence devant accueilir dix familles - qui attire les rédactions nationales. France 2, France Info, Europe 1,... toutes se penchent désormais sur le cas d’extrême urgence marseillais. Et comme un bon gros scandale se révèle parfois plus opérant que des mois de tractations, des acteurs de terrain croisent les doigts pour que l’affaire arrive aux oreilles du Parlement européen - qui tient déjà la France à l’œil sur la question.

Plus haut sur la pelouse de la Porte d’Aix, trois Tunisiens attendent - après avoir transité par l’île de Lampedusa - que leur situation administrative soit examinée. Ailleurs, dans des accueils de jour ou sur un pas de porte, des SDF. Au loin, des travailleurs modestes, locataires précaires ou propriétaires en sursis, jeunes surdiplômés pôlemploiisés, ou vieux retraités solitaires et méprisés. De l’autre côté de la Méditerranée : des printemps arabes d’éternité ; dans la Corne de l’Afrique : des affamés. Deux humanités s’affrontent à armes inégales. Bancal, le combat diffuse des relents malthusiens et xénophobes qui ne sont pas sans rappeler l’ambiance délétère de la fin des années 30. Sus au pauvre et à l’estranger.

Avec les Rroms, l’Etat français atteint les summums d’une violence institutionnalisée et massive dirigée contre une population sériée par lui. Tandis que les associations ne peuvent et ne veulent pas sortir du cadre légal, quelques voix s’élèvent et s’enquièrent de la possibilité d’un appel collectif à la désobéissance civile. Liberté, Egalité, Fraternité. On peut toujours rêver.

Le 30 juillet prochain, joyeuse célébration. Le « discours de Grenoble » souffle sa première bougie de pompier pyromane ; avec lui, Nicolas Sarkozy signait l’accélération des démantèlements de campements de Rroms. Mardi, Médecins du Monde aura publié un rapport largement repris dans les média nationaux. L’organisation y dénonce une politique du chiffre inefficace et des expulsions permanentes rendant très compliqué le suivi des personnes concernées, généralement faiblement vaccinées, et chez qui la mortalité infantile affiche un taux record, dix fois plus élevé que la moyenne de notre pays. Comble de l’échec, l’ultra-répressif et les reconduites à la frontière ne sont pas venus à bout d’une population toujours stable en nombre.

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard