Articles

Accueil > Tribunes (archives) > Tribunes populaires > Valls des nominations, excepté les "courtisants de bas étage", Michel Bonneli (...)

 

Valls des nominations, excepté les "courtisants de bas étage", Michel Bonneli nous donne son avis :

13 avril 2014 - Dernier ajout 8 mai 2014

Une nouvelle fois nous pouvons constater la forfaiture démocratique que constitue dans notre pays l’existence d’un président de la république. Fonction inventé sur mesure pour le prince Napoléon qui ayant dépassé le nombre de mandat autorisé organisa le coup d’état de 1851 qui fit de lui Napoléon III ou le petit pour ses détracteurs. Ce poste n’a rien à voir avec l’esprit de la révolution française. C’est un compromis avec l’ancien régime. Une fiction laissant croire que notre pays à besoin d’un chef, d’un leader. Le fameux cliché de la droite bonapartiste. Une façon de faire oublier le traumatisme que fut la décapitation de Louis XVI en se cherchant un monarque élu et confortablement révocable en cas de désaccord avec le peuple. Un père, mais pas trop encombrant...


 

Nous ne sommes plus dans la politique mais dans la psychanalyse. Je vous passe les termes : "rencontre d’un homme avec un pays" pour célébrer l’élection d’un tel plus ou moins magouilleur qui à force d’intrigues et de coups bas arrive à la magistrature suprême. La survivance d’une telle pratique contribue à expliquer la crise de régime que nous traversons. Elle est bien sur exacerbée quand un homme comme François Hollande arrive à l’Elysée. Elu sur un mensonge, élu par défaut par un pays qui ne voulait plus de Sarkozy et qui ne voyait pas un autre postulant.Le père la France à l’heure actuelle est un menteur invétéré, mensonge dans ces différents couples, mensonge sur son programme politique. Il exerce son pouvoir en toute impunité en méprisant le peuple qui l’a porté au pouvoir.

JPEG - 21 ko
Valls en visite à Marseille archive Med In Marseille

La nomination de M. Valls en est la preuve éclatante. Cet arriviste sans scrupule minoritaire dans son propre parti arrive à ses hautes fonctions sans la moindre onction populaire. C’est le vœux du prince. Je passe sur la nomination des courtisans de bas étage : ministres et sous-ministres. Harlem Désir ou Bronx Malheur illustrant parfaitement mon propos. Ce condamné récidiviste pour basses magouilles, cet incompétent notoire qui n’a jamais gagné une élection sur son nom propre est maintenant en charge des affaires européennes dans la période de crise la plus sévère que traverse l’Union. C’est vraiment se foutre de la France et des Français. Pour les plus cocus d’entre-nous et là je pense aux socialistes encartés la venue de M. Cambadélis à la tête de leur formation est le pire des camouflets. Lui aussi condamné plusieurs fois par la justice s’installe rue de Solférino juste parce que le joufflu président l’a décidé. Il est peut-être tant de mettre fin à notre parodie de démocratie et de réfléchir à de vraies réformes. Celles que nous proposent M. Valls en charcutant la division administrative de la France sans tenir compte de notre histoire et de nos terroirs n’est qu’enfumage pour cacher la vérité de la composition de notre nation aux mains d’une caste de politiciens et de hauts fonctionnaires ne connaissant qu’un intérêt, le leur. Nous ne sommes pas loin d’un mal algérien dont les métastases auraient traversé la Méditerranée.

 

 

Autres articles Tribunes (archives)Tribunes populaires

 

Articles récents

Articles au hasard