Articles

Accueil > Actualités > Union des Familles Musulmanes : une culture de l’identité et de la (...)

 

Union des Familles Musulmanes : une culture de l’identité et de la citoyenneté

27 août 2010

L’Union des Familles Musulmanes des Bouches-du-Rhône (UFM 13) est en pleine effervescence. L’aménagement des locaux, intégrant la création d’un espace culturel se termine d’ici mi-septembre. Les travaux ont largement pénalisé l’organisation du ramadan par l’association. L’UFM 13 finalise cependant la programmation de l’Aïd dans la cité tout en veillant à la suite donnée à son projet auprès de « Marseille Provence 2013 ». L’occasion d’aborder les actions socio-éducatives, culturelles et citoyennes, menées tout au long de l’année.


 

JPEG - 61.9 ko
Nassera Benmarnia, directrice de l’UFM 13

Le ramadan représente toujours un trait d’union entre les différentes communautés. L’UFM 13 se veut fédératrice et tend d’impulser ces retrouvailles autour des traditions du ramadan. Pourtant, cette année, la rénovation de son espace a contrarié fortement ses plans. La préparation et la distribution des repas à l’occasion de l’événement n’ont pu s’effectuer, le local cuisine –en travaux- n’étant pas fonctionnel pour l’instant. Les contraintes techniques n’ont pas empêché l’association d’assurer un minimum le maintien de la distribution des colis alimentaires.

Se retrouver autour des coutumes du ramadan est un temps fort, « l’Islam n’est pas que jeûner, prier », mais évoque aussi « la solidarité, le partage » fait remarquer la directrice Nassera Benmarnia.

Par exemple, un groupe de jeunes afghans est accueilli actuellement dans la « maison » de l’UFM. Les cultures, les habitudes divergent entre les pays. « Dans les familles maghrébines, nous avons beaucoup de couscous, de chorba. Chez les comoriens ou les yéménites », le riz tient une place vitale. Qu’importent les pays d’origine, l’essentiel est de partager la rupture du jeûne ensemble. Des habitudes marseillaises se sont aussi instaurées au fil du temps, « le ramadan peut être l’occasion de préparer un plat typiquement provençal ». Nassera Benmarnia complète, « on arrive à communiquer », la barrière des langues n’existe pas.

« L’impression qu’on vient de débarquer, dans le regard de l’autre »

Native de Castres, Nassera est « marseillaise depuis 1988 ». Elle avait tissé déjà un lien fort avec la cité phocéenne, sa sœur Zina est ici depuis quarante ans. Dès son arrivée, Nassera s’implique dans le milieu associatif auprès de la communauté algérienne. Elle se souvient que jusque dans les années 80, l’idée force résidait dans le retour au pays pour les familles issues de l’immigration. Plus tard, une volonté s’ancre, « notre avenir est ici, l’installation définitive à Marseille » s’impose.

Les questions de citoyenneté l’ont toujours motivé. A Marseille, elle s’était engagée dans un milieu de militants comme les anciens marcheurs –allusion aux participants de la Marche pour l’égalité et contre le racisme en 1983. Aujourd’hui encore, « on vit ici, et pourtant, on a toujours l’impression qu’on vient de débarquer dans ce pays dans le regard de l’autre ».

Son engagement citoyen l’amène à fonder l’UFM en 1996, depuis 1998 partie intégrante de l’UNAF (Union Nationale des Associations Familiales). L’agrément à ce mouvement familial français est une forme de reconnaissance et revêt son importance pour la directrice actuelle. Au départ de l’initiative, Nassera est présidente bénévole. Deux ans plus tard, elle en devient la directrice tout en ayant conservé une âme de militante. Au cours du temps, l’évolution de l’UFM est importante, « au début, on nous traitait de communautaristes. Les premiers à nous montrer du doigt étaient surtout des gens, issus de l’immigration, engagés plutôt dans des partis politiques. Ils disaient « il faut se fondre dans cette société. Il n’y a pas de spécificité ». On s’aperçoit aujourd’hui que ces mêmes gens se revendiquent une identité de musulmans, une immigration particulière », constate-t-elle.

« Les familles de France sont aussi musulmanes »

La revendication de l’UFM reste intacte, « les familles de France sont catholiques, laïques, juives, protestantes, rurales mais aussi musulmanes » insiste Nassera. Et d’ajouter, l’identité existe « d’un point de vue religieux et à la fois culturel. Nous avons une culture à part entière, et non une culture des quartiers » comme si on l’assimilait à une sous-culture. Selon elle, il s’agit de s’extraire du cliché d’un folklore : couscous, thé à la menthe. Dès ses premiers pas, l’association a voulu une diversité dans les communautés représentées, « le premier conseil d’administration réunissait une comorienne, une yéménite, des maghrébines ». Le dénominateur commun était la religion musulmane.

Aujourd’hui, l’équipe se compose de cinq salariés, s’entourant d’un noyau dur d’une quinzaine de bénévoles actifs. « L’Aïd dans la cité », dans sa logistique rassemble 80 à 90 volontaires. Le projet d’aménagement des locaux d’une surface de 500 m² permet d’optimiser les conditions de travail.

Ouverture d’un espace culturel

Les activités culturelles devraient prendre un nouvel essor avec la création d’un espace propre d’une capacité d’une centaine de places. Le coût global des travaux s’élève à 280 000 €, financés principalement par le Conseil général. La Région et la Ville interviennent dans une moindre mesure.

Cet investissement répond à une réelle demande selon la directrice. Ainsi, l’UFM 13 développe de nombreuses activités socio-éducative, culturelle et citoyenne. Concernant le volet socio-éducatif, l’association propose des cours d’alphabétisation, de langue arabe et des initiations à l’informatique. Dans le domaine de la Solidarité, « l’entraide familiale » consiste, en partenariat avec la Banque alimentaire, à distribuer des colis auprès de quelque 150 familles. Quant au « vestiaire familial », la collecte permet la redistribution de linge, de meuble, de vaisselle et d’appareil électroménager. Par ailleurs, l’aspect social est approché avec « l’espace Femmes » (ateliers cuisine, préparation de repas lors de « l’Aïd dans la cité » ou encore « les Belsunciades »,…). Le « Diwan 3e âge » offre un espace de discussion, de convivialité autour de petit déjeuner, de jeu de société ou de sortie culturelle.

Deux types de médiation sont à la disposition des publics : médiation « écrivain public », relative aux démarches administratives et médiation institutionnelle, concernant l’accès aux droits des étrangers. La « Boutique du citoyen » vient renforcer cette dernière médiation. Les « Rencontres citoyennes » trimestrielles donnent l’opportunité au public, issu de l’immigration de s’exprimer sur des thématiques fortes telles la conférence sur la nationalité française, un débat autour des enjeux économiques du port marseillais.

L’Aïd dans la Cité, et un espoir pour Marseille, capitale de la culture

Dans l’immédiat, Nassera et son équipe finalisent le programme de « l’Aïd dans la Cité », prévue du 5 au 14 novembre prochain. Autour de la rencontre phare, « La fête de la famille et du partage » au Dôme, graviteront des ateliers de calligraphie, une conférence débat avec Henriette Walter, écrivain linguiste, et le cinéma avec à l’affiche, cette année, surtout le Liban.

Objectif plus lointain est la possible participation à l’événement de « Marseille Provence 2013 ». Selon Mme Benmarnia, les dossiers sont déposés, l’UFM 13 espère que « l’Aïd dans la Cité », « manifestation unique en France », drainant un public très mixte sera sélectionné. D’autres projets sympas et novateurs ont été soumis aux organisateurs de « Marseille, capitale européenne de la culture ».

Comme beaucoup de candidats, l’UFM est dans l’expectative…

UFM 13, 26 rue Nationale, 13001 Marseille, tél 04 91 91 99 35, e-mail : ufm13@wanadoo.fr, site : http://www.ufm13.org

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard