Articles

Accueil > Actualités > « Une nationalité à prouver », conférence du mardi 25 à l’Union des Familles (...)

 

« Une nationalité à prouver », conférence du mardi 25 à l’Union des Familles Musulmanes.

28 mai 2010

Nous étions mardi à la conférence qui s’est tenue à l’Union des Familles Musulmanes des Bouches du Rhône. Le débat a été conduit par deux principaux intervenants : Monsieur Yves PADOVANI, greffier en chef au Tribunal d’Instance de Marseille (pour la partie technique et pour poser les jalons du débat), et Monsieur Hagay SOBOL, cancérologue, professeur en génétique médicale (qui a évoqué son expérience personnelle).
Nous avons pu constater combien la question est compliquée à appréhender pour le commun des mortels, bien qu’étant relativement « simple » pour une question de Droit…


 

JPEG - 65.2 ko

Il y avait foule mardi soir, relativement à la taille de la salle, pour la conférence « Une nationalité à prouver ».

C’est signe certes d’un intérêt réel pour le sujet, mais aussi, et de l’aveu même des organisateurs, d’une certaine inquiétude liée à un climat malsain s’installant insidieusement. Le fameux débat sur l’identité nationale a décomplexé une certaine forme d’islamophobie bon ton, semble-t-il, et certains politiques semble vouloir distinguer plusieurs « catégories » de français.

C’est principalement en réaction à ce climat que l’Union des Familles Musulmanes a décidé d’organiser ce débat.

Il a été question, tout au long de cette rencontre, des difficultés rencontrées face à l’administration lorsqu’on porte un nom à consonance étrangère, et plus généralement des conditions d’acquisition, voire de perte de la nationalité française.

Citons tout d’abord un chiffre : 20 000 personnes seraient concernées chaque année par ces « petits tracas administratifs »... Voilà qui donne la mesure du problème qui nous intéresse ici...

Le premier à s’exprimer, après une courte introduction du président de l’Union des Familles Musulmanes Nourdine Hagoug, fut Monsieur Yves Padovani.

Il s’est attaché avant tout à rappeler les bases du Droit de la nationalité, et a, pour souligner qu’il ne faut pas sombrer dans un pessimisme aveugle, lu en préambule un extrait d’une directive interministérielle soulignant la nécessité de simplification des procédures d’attribution des cartes d’identité et passeports, dans le but de mettre un terme à des pratiques arbitraires et injustifiées.

Cette directive mérite qu’on s’y attarde, vu qu’elle participe d’un mouvement d’harmonisation des procédures visant précisément à éviter les abus, motivés bien souvent par des préjugés que l’on ne peut que qualifier de xénophobes, dont sont victimes tant de personnes dans notre beau pays (1).

JPEG - 71.7 ko

On ne peut que saluer l’effort, et souhaiter que l’administration dans son ensemble persévère dans cette voie !

Après avoir donc ainsi tenté de tempérer un peu les inquiétudes des participants, Monsieur Padovani a fait rapidement le tour des différentes façons de devenir français, n’oubliant pas d’évoquer, naturellement, les cas très restrictifs dans lesquels on peut perdre cette fameuse nationalité française.

Si l’intervention d’Yves Padovani a démontré une chose, c’est surtout, pour qui n’est pas familier de ces questions, et plus généralement des questions de Droit, qu’il y a une très large palette de finesses qui pour être compliquées n’en sont, malheureusement, pas moins nécessaires.

Malheureusement, car si nul n’est censé ignorer la Loi, elle n’en est pas moins difficile d’accès pour le citoyen moyen que nous sommes tous.

Le ministre de l’intérieur, M. Hortefeux, l’a d’ailleurs récemment démontré, car comme l’a expliqué M. Padovani, les cas de déchéance de la nationalité française sont très rares, et sont liés à des condamnations très graves, en lien généralement avec la sûreté de l’Etat. On est loin du compte avec les faits reprochés par le ministre au « polygame » maladroit qui a récemment lancé la polémique...

Si ces questions sont complexes, il est nécessaire, et M. Padovani l’a également démontré, de s’y intéresser de près, de ne pas se laisser décourager car l’administration a, et bien souvent malgré elle -n’en déplaise aux esprits chagrins-, tendance à commettre des erreurs.

Et ce sont parfois des erreurs en notre faveur ! Quelqu’un ayant, par exemple, des papiers français alors qu’il n’a pas la nationalité française est en droit lorsqu’il s’en aperçoit, et au bout de 10 ans de délivrance de papiers officiels par l’administration, de faire valoir la « possession d’état de français ».

C’est ce que l’on appelle la déclaration d’état.

La personne en question devient alors française officiellement, point.

Cela permet de nous rendre compte à quel point il est nécessaire de se renseigner précisément sur les articles de loi qui nous concernent, et ceci est valable pour absolument tout le monde en France.

On a trop tendance à se focaliser sur l’application qui en est faite plutôt que sur la Loi elle-même.

On oublie malheureusement trop souvent que la Loi est un outil, et qu’il n’appartient qu’à nous de l’utiliser correctement quand d’autre en font un mauvais usage, que ce soit volontairement ou pas.

C’est d’autant plus tragique que ce sont bien souvent les personnes les plus vulnérables, que la Loi protège (pour peu qu’on veuille bien l’appliquer...), qui hésitent le plus à faire valoir leurs droits.

Ce sont ces mêmes personnes qui, fatalistes, se découragent souvent si des difficultés inattendues se manifestent, découragées tout à la fois par la complexité de la machine administrative et par son langage.

Le savoir est une arme, et démonstration en a été faite, à la fois par les intervenants et par les personnes qui ont pris la parole, souvent victimes d’une interprétation hâtive des propos de M. Padovani et/ou de la Loi.

Le témoignage dans un deuxième temps de M. Hagay SOBOL, quant à lui, était éloquent et soulevait entre autres problèmes, celui ô combien personnel des sentiments que l’injustice administrative fait naître dans le cœur de ceux qui en sont victimes.

Se sentir rejeté par son pays est traumatisant et l’on finit par en concevoir de la rancœur contre sa patrie.

M. Sobol a ainsi très bien expliqué que, sa famille ayant été victime du gouvernement de Vichy et de ses lois antisémites, il n’a pu enfin « faire la paix » au fond de son cœur avec la France que lorsque Jacques Chirac eut finalement reconnu les torts de la notre pays en admettant que la période de Vichy faisait bien partie de son histoire.

On ne peut s’empêcher de penser que nos dirigeants actuels feraient bien de s’en inspirer, et seraient bien inspirés, par exemple, de reconnaître les torts de la France vis-à-vis de L’Algérie au sujet de « l’autre 8 mai 1945 ».

L’actualité récente nous a montré avec les réactions au film « Hors la Loi », qu’une reconnaissance apaiserait sans doute les esprits et nous épargnerait des polémiques stériles sur des évènements qui remontent, quand même, à 1945, et sur lesquels des historiens reconnus se sont maintes fois exprimés.

En somme, ce débat sur les questions de nationalité fut très intéressant, et a soulevé des problèmes épineux tout en nous donnant des pistes valables pour les résoudre.

A été mise en exergue la nécessité de ne pas abdiquer, de ne pas se laisser distraire de notre devoir de citoyen, qui est d’être vigilant et de ne jamais prendre notre liberté pour définitivement acquise.

Le combat pour la liberté est un combat perpétuel, et comme l’a rappelé le président de l’Union des Familles Musulmanes, M. Hagoug, pour fustiger les comportements défaitistes et fatalistes que nous sommes parfois tentés d’adopter, « La démocratie ne s’use que si l’on ne s’en sert pas ! ».

Concernant le Droit de la nationalité, pour plus d’informations :

http://www.diplomatie.gouv.fr

(1) http://www.laprovence.com

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

  • 14 septembre

     

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité Vaste article du New York Times sur l’état des piscines à Marseille... https://www.nytimes.com/2017/09/14/world/europe/marseille-piscines-publiques-inegalite.html?smid=fb-nytimes&smtyp=cur

     

  • 11 septembre

     

    Manifestation contre ordonnance travail le 12 sept Vieux Port

    Rassemblement est prévu au vieux port à 10h30, à l’appel Front social 13. Front Social est composé de syndicats (CGT, Sud, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, la CNT..) et d’associations. "Le programme d’Emmanuel Macron consiste à mettre en œuvre la politique qui a été imposée à la Grèce, à l’Espagne, au Portugal... Pour la France son projet est de faire baisser les salaires , faciliter les licenciements , supprimer le CDI , réduire au maximum les droits des salariés ,baisser les retraites , baisser fortement les aides sociales , les indemnités chômage, supprimer un maximum de dépenses publiques dans : l’éducation , la santé , les services sociaux ... pour faire en sorte que le travail en France soit moins (...)

     

  • 11 septembre

     

    Préavis de grève lycée Saint Charles Marseille

    Les enseignants du lycée Saint-Charles de Marseille ont déposé un préavis de grève pour ce lundi 11 septembre. Ils sont remontés contre une série de dysfonctionnements au sein de l’établissement parmi lesquels des problèmes d’emploi du temps et des règles de sécurité trop strictes.

     

  • 11 septembre

     

    Ouragan Irma : Air France accusée de gonfler ses prix pour quitter Saint-Martin et Saint-Barthélemy

    Une pétition signée par plus de 40 000 personnes dénonce les prix des billets d’avion d’Air France pour quitter l’île dévastée de Saint-Martin. La compagnie réfute ces accusations et explique à France info avoir mis en place un tarif spécial rapartiement.. http://www.francetvinfo.fr/meteo/cyclone-ouragan/ouragan-irma/ouragan-irma-air-france-accusee-de-gonfler-ses-prix-pour-quitter-saint-martin-et-saint-barthelemy_2365898.html#xtor=CS1-746

     

  • 11 septembre

     

    Prestations sociales : bavures en chaîne dans la chasse aux fraudeurs

    Alors que le gouvernement prépare une loi sur « le droit à l’erreur pour les entreprises », le défenseur des droits Jacques Toubon réclame la même disposition pour les particuliers. Il l’écrit dans un rapport glaçant sur les abus de la lutte contre « la fraude aux prestations sociales », qui laisse entrevoir une chasse arbitraire à l’usager. Le rapport précise que la lutte contre la fraude aux prestations sociales – qui se distingue de la fraude aux cotisations sociales des entreprises (non traitée dans ce rapport) – s’est considérablement développée depuis la loi du 13 août 2004 sur la réforme de l’assurance-maladie. : Le journal Le Monde le précise : « Selon la Délégation à la lutte contre la fraude, la (...)

     

  • 8 septembre

     

    Pôle emploi, est aussi en difficulté avec la baisse des Contrats aidés

    Le serpent qui se mord la queue... Selon FO-Pôle emploi, 2 000 contrats aidés seraient supprimés au sein même de l’opérateur public. Le syndicat réclame une pérennisation de leurs emplois.

     

  • 6 septembre

     

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier La ministre a tranché. Le périmètre classé de l’ancienne carrière grecque découverte à Marseille sur le site de la Corderie ne sera pas modifié par la loi, a annoncé, le 04/09 par communiqué la ministre de la Culture Françoise Nyssen, alors que plusieurs élus et riverains lui demandaient de...

     

  • 6 septembre

     

    La campagne d’Emmaüs pour dénoncer le drame vécu par les migrants

    Un clip et une traversée à la nage pour interpeller sur le sort des migrants morts en Méditerranée Emmaüs lance une campagne pour dénoncer le drame vécu par les migrants. Outre un clip, une traversée du détroit de Gibraltar est organisée en hommage aux dizaines de milliers de personnes mortes en Méditerranée .Emmaüs a lancé jeudi 31 août une pétition et un nouveau clip intitulé "Article 13 : pour que sur terre aucun être ne soit illégal". Une référence explicite à un article de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui garantit la liberté de circulation pour toutes et tous. Ce droit est refusé aux migrants qui tentent de venir en Europe, selon l’association fondé par l’Abbé Pierre (...)

     

Articles récents

Articles au hasard