Articles

Accueil > Actualités > Une maltraitance des personnes âgées toujours « choquante, inadmissible (...)

 

Une maltraitance des personnes âgées toujours « choquante, inadmissible »

17 août 2010

La maltraitance des personnes âgées n’est pas nouvelle mais le sujet est moins tabou. Deux faits divers récents nous plongent dans le quotidien de ces victimes. En Eure-et-Loir, un octogénaire, sous-alimenté était séquestré depuis un an dans un local exigu de sa maison par sa jeune épouse. Les conditions de vie ont rendu aveugle, le vieil homme malvoyant. A Lyon, une violente dispute tourne au meurtre d’un septuagénaire par sa concubine, perpétré il y a deux ans. Le cadavre a été découvert dans un congélateur. Réactions de Catherine Marand-Fouquet, présidente d’Alma (Allô Maltraitance des adultes vulnérables, âgés ou handicapés) des Bouches-du-Rhône.


 

JPEG - 64.1 ko
Catherine Marand-Fouquet, présidente d’Alma 13

Ces événements tragiques ne doivent pas masquer des affaires courantes, qui n’en sont pas moins inacceptables. Dans le département, une dame âgée vit seule sans descendance. Atteinte d’une maladie dégénérative, elle ne peut gérer ses biens. En errance dans les rues, Yvette* est repérée par un réseau Santé. La structure décide le maintien à domicile tout en lui accordant la présence d’une aide-ménagère et d’un infirmier. Une demande de protection juridique est aussi effectuée. Une personne est alors nommée pour exercer le mandat de protection. Rapidement, « elle accuse les intervenants à domicile, met en doute leurs compétences » souligne Catherine Marand-Fouquet.

Alma 13 apprend mi-juillet que la dame est transférée dans une maison de retraite sans prévenir le personnel concerné et le médecin traitant. Les motifs prétextés par le mandataire est l’absence du personnel pour congés et la période de canicule. L’association d’aide à domicile réfute les arguments de ce dernier, « c’est une fois de plus un mensonge (de la part du tuteur) » commente la présidente d’Alma 13. Le déplacement forcé « a accéléré la marche de la maladie » s’indigne-t-elle. « Désorientée », Yvette « a été réévaluée par le médecin de réseau, elle ne peut plus rentrer chez elle. Au mépris de tout respect humain », le tuteur « a réussi son coup ».

Abus de tutelles

Alma 13 dénonce tout au long de l’année ces abus de tutelles. La colère l’emporte, « certains scandales ne devraient plus exister », critique Mme Marand-Fouquet. La règle absolue pour les personnes en perte d’autonomie est que « tout doit être mis en œuvre pour le respect de leurs droits de citoyen » s’insurge la présidente marseillaise. La loi de la Réforme des tutelles, mise en vigueur le 1er janvier 2009 aurait dû interdire la décision du mandataire d’Yvette. Le décret stipule que malgré la mise sous tutelle, la personne doit être sollicitée sur le choix de son lieu de vie. La raison de ces dérives relève probablement d’une pénurie de tuteurs, « le métier est difficile. Il faut avoir de la psychologie, des connaissances en droit, en administration, en sociologie ». Surtout, insiste-t-elle, le tuteur devrait « avoir chevillé au corps, le respect de l’autre », il serait nécessaire « de lui faire passer un test d’humanité ». La protection doit rester une aide à la décision afin d’éviter de commettre des erreurs d’appréciation.

Sur 1 033 dossiers (chiffres 2007), 11 % des demandes auprès de la fédération nationale émanent de personnes placées sous tutelle ou curatelle. Certes, le pourcentage de demandeurs, sans protection judiciaire est nettement plus conséquent (52 %).

Des hommes battus

Les statistiques 2007 d’Alma reflètent un triste constat. 86 % des plaignants vivent à leur domicile. Les auteurs de maltraitance sont à 67 % des membres de la famille. Elle reste le creuset de toutes les violences. Les cas de maltraitance signalés sont pour 34 %, psychologiques, physiques à raison de 15 % et financières pour 17 %. Cette dernière catégorie englobe l’abus de procuration, le vol et le détournement d’objets. La législation prévoit « le droit de donner ce qu’on veut à qui on veut jusqu’au moment où vous ne pouvez plus vous sustenter » rappelle Mme Marand-Fouquet. Selon elle, en France, le régime de l’héritage peut exacerber l’égoïsme des enfants.

Les chiffres restent approximatifs. Des victimes préfèrent garder le silence sur leurs conditions de vie. Les histoires de famille renferment encore leurs secrets. En institution, les personnes âgées redoutent des réactions de rejet.

Les deux tiers des victimes sont des femmes. Plus isolées, elles deviennent des proies plus faciles pour leur entourage proche. Les hommes âgés ne sont pas épargnés par les sévices (26 %). Une donnée étonnante qui montre le sentiment de honte éprouvé par les hommes battus. Les deux drames nationaux récents peuvent témoigner de la violence, exercée par les conjointes. L’énorme différence d’âge est un fait avéré. La jeune épouse supporte la victime tant que l’aspect financier intervient. Moins poussé à son paroxysme, le schéma classique cependant se répète régulièrement. Mme Marand-Fouquet prend pour exemple « Monsieur fait soudain un AVC. Sa femme profite de l’accident. Souvent elle se venge de situations subies ».

JPEG - 80.3 ko

Alma 13 : écoute, information, conseil, orientation

L’activité principale d’Alma 13 cible la personne âgée. L’intervention en faveur du public handicapé reste plus limitée car de nombreuses associations ou des structures telles la MDPH (maison départementale des personnes handicapées) ou le SAMSAH (Service d’accompagnement médico-social adulte handicapé) œuvrent pour le handicap. L’équipe phocéenne écoute, informe, conseille et oriente les personnes vulnérables comme leur environnement proche (professionnels, familles). Après « une analyse pluridisciplinaire de la situation », une marche à suivre est proposée. L’équipe marseillaise comprend 15 bénévoles, formés par Alma France. Huit écoutants constituent les dossiers tandis que sept conseillers, professionnels souvent retraités de l’action sociale ou médicale les traitent. Le comité technique de pilotage réunit des spécialistes du droit (notaire, magistrat, avocat), de la police, de la psychologie, du social ou encore de la médecine. La prudence est donc de mise avant de dénoncer des affaires de maltraitance.

Seul bémol, le budget de fonctionnement est difficile à boucler. Le poste salarié à temps partiel de coordination entre les bénévoles pourrait disparaître à Marseille. Le principal financeur demeure le Conseil général des Bouches-du-Rhône. « On est aidé théoriquement par les pouvoirs publics, on nous donne la bénédiction mais on n’a pas à manger » fait observer Mme Marand-Fouquet. Selon la présidente, Alma 13 songe sérieusement à être contrainte de fermer ses portes à la fin de l’année. Méconnue, l’association semble avoir besoin de reconnaissance. Pourtant, depuis la mise en place en France du 3977 –plateforme- en 2008, la nouvelle organisation nationale permet au centre local de traiter davantage de cas de maltraitance. Auparavant, 70 dossiers étaient traités annuellement par l’association. Aujourd’hui, 4 à 5 dossiers nouveaux sont élaborés chaque semaine, soit trois fois plus.

« La maltraitance vient de l’épuisement de la tolérance »

Concrètement, les situations de maltraitance se révèlent variées. Parmi les acteurs, deux réseaux cohérents sont chargés de la coordination des intervenants. L’un à dominante sociale est le CLIC (Comité local d’information et de coordination), en liaison avec le CCAS, à destination d’un public de plus de 65 ans. L’autre à dominante médicale est le réseau Santé, dirigé par des praticiens en faveur des plus de 75 ans. Les choses bougent. Alma 13 constate une amélioration sensible des formations des accompagnants. Les exigences des services sociaux évoluent indéniablement.

La prise en compte de cette population vulnérable connaît des progrès considérables. Catherine Marand-Fouquet « reste une optimiste en colère » malgré tout. Sa révolte l’avait conduit à fonder sur Marseille, Alma 13 en 1997. Si la maltraitance est « inadmissible », elle reconnaît que les situations peuvent être difficiles à vivre du côté des aidants en l’occurrence la famille. « Les accompagnants, pleins de bonne volonté font preuve d’ignorance, ne sont pas préparés » aux problématiques rencontrées par les personnes âgées. Le président fondateur d’Alma France, feu le Pr Robert Hugonot avait l’habitude de dire « la plupart du temps, la maltraitance vient de l’épuisement de la tolérance ».

Mais, avoue Mme Marand-Fouquet, « il n’y aura jamais de solutions définitives car les situations sont fatales ».

*Yvette, prénom fictif pour préserver l’anonymat de la victime.

ALMA 13, BP 60053, 13192 Marseille cedex 20, e-mail asso-alma13@club-internet.fr, tél 04 91 08 50 94 ou le 3977. Permanences : lundi de 14h à 16h 30, mardi et vendredi de 9h 30 à 12h.

Réforme des tutelles

Mise en vigueur le 1er janvier 2009, la loi du 5 mars 2007 a limité le prononcé d’une tutelle ou d’une curatelle aux seules personnes atteintes d’une altération de leurs facultés personnelles. Le juge des tutelles ne peut plus se saisir d’office à la suite d’un signalement des services sociaux ou médicaux. Ces derniers doivent dorénavant saisir le parquet. La volonté de la personne vulnérable est également mieux prise en considération. La loi a mis en œuvre un dispositif conventionnel, nommé mandat de protection future. Il permet à tout individu d’organiser en amont sa protection ainsi que celle de ses biens et de désigner un tiers, chargé de le représenter le jour où son état de santé l’en empêchera. Cette loi offre par conséquent une meilleure protection juridique et un meilleur contrôle de celle-ci.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard