Articles

Accueil > Actualités > Un boycott à drôle de cote

 

Un boycott à drôle de cote

26 mars 2008

Face à la violence de la répression du pouvoir chinois au Tibet, les appels au boycottage des Jeux Olympiques de Pékin se multiplient. Si la dénonciation des opérations militaires et le soutien au peuple Tibétain sont des actions des plus louables, qu’il conviendrait de renforcer, tant sur le plan diplomatique qu’économique, la non-participation générale aux Jeux pourrait avoir des conséquences internationales dramatiques donnant au remède des suites pire que le mal.


 

Les relations sino-tibétaines débutèrent au XIIe siècle, lorsque l’empereur Mongol Kubilai Khan prit le contrôle total de la Chine. Impressionné par le bouddhisme tibétain et animé d’une profonde quête religieuse, le grand Kahn, laissa aux chefs spirituels tibétains leur pouvoir politique, et tint, spirituellement, son immense empire, vassal de l’autorité religieuse tibétaine alors représentée par les Karmapas. Dès lors s’installa, entre les deux peuples, une relation subtile, de conseils et de protection, durant de nombreux siècles.
La donne changea radicalement, quand, en 1950, l’armée populaire de Chine, envahit le pays, s’appropriant ainsi l’immense grenier que représentait le fertile Tibet. Alors commença le long exil du Dalaï Lama et sa lutte infatigable et non-violente, pour la liberté de son peuple.

La désastreuse réalité de la situation humaine et politique du Tibet, ainsi que de bon nombre de provinces chinoises n’est un secret pour personne. Bien avant que la Chine ne soit choisie pour accueillir les Jeux Olympiques de 2008, les revendications de liberté et les atteintes aux droits de l’homme faisaient fréquemment les « unes » de la presse internationale. Malgré cela, il est revenu à Pékin le soin d’organiser la plus grande manifestation sportive de la planète. En effet, la place et la puissance de la Chine, tant économique que militaire, rendaient difficile, pour les membres du comité olympique, le rejet de la demande maintes fois renouvelée du pays le plus peuplé du monde.
Bien que les agissements de cette superpuissance soient on ne peut plus répréhensibles, il est bon d’étudier sérieusement les conséquences d’un boycottage de masse, voire une annulation des prochains J.O.

La Chine, héritière d’une très ancienne civilisation et d’un empire aux dimensions exceptionnelles, cultive, tout comme l’occident, une fierté et un patriotisme très sensibles. Le défit lance par l’organisation des Jeux de Coubertin sur son sol, a demandé de la part de la population un sacrifice hors norme, dont une bonne partie, qui vivait jusque-là sur les sites devenus olympiques, s’est retrouvée à la rue. Le gouvernement chinois n’a pas ménagé ses efforts pour mener à bien les gigantesques travaux d’aménagement, imposant à la population des sacrifices à la hauteur de l’enjeu et dont la portée échappe bien souvent aux citoyens de pays démocratiques que nous sommes. Comme à l’époque de Mao, mais dans une bien moindre mesure, c’est quasiment toute la population des villes participantes qui a été éduquée, formée, pour accueillir les spectateurs venus du monde entier. La commission d’organisation des jeux intervenant jusque dans les habitudes quotidiennes comme le crachat, aujourd’hui prohibé, pour ne pas choquer l’étranger. Ajoutons à cela les coûts exorbitants des aménagements en tout genre, d’infrastructures, de communications, qui ne pourront être amortis qu’avec un bon suivi des Jeux. Il apparaît très difficile, à quelques mois de la cérémonie d’ouverture, d’enrayer ou d’arrêter une telle machine.
Le monde pourrait-il supporter les conséquences d’une telle humiliation ? Car si le boycottage a lieu, c’est bien une humiliation sans précédent que vivront la Chine et ses habitants qui ont tant donné pour cet événement. Tous ces sacrifices en vain ! Ne pas se rendre aux Jeux de Pékin signifierait pour la Chine son exclusion de la communauté internationale, la rendant de fait, libre de tout engagement à son encontre. Les Etats-Unis, lors de la dernière guerre d’Irak ont créé une dangereuse jurisprudence en se passant d’autorisation de l’ONU pour déclarer la guerre à un pays tiers. Qu’en sera-t-il d’une Chine surarmée, endettée, humiliée et ayant un besoin vital de matière première se trouvant hors de ses frontières ? Personne, dans le concert des nations invitées aux J.O, ne serait en mesure de s’opposer à une telle puissance en colère. Longtemps fermée au monde extérieur pour cause politique la Chine tient aujourd’hui à prendre, sur la place internationale, l’importance qui lui revient. Sa susceptibilité et son poids obligent à la plus grande précaution.

Cependant, il convient de montrer son désaccord et d’exercer une pression certaine sur le gouvernement chinois. Une condamnation ferme de certains Etats serait la bienvenue, l’absence de quelques hauts dignitaires étrangers, remarquée. Enfin s’agissant d’une manifestation sportive, le refus de participation de grands athlètes attendus aux J.O. serait du meilleur effet. Devant la pression infinie des enjeux économiques et militaires, les gouvernements mondiaux, surtout les plus influents, disposent d’une très faible marge de manœuvre officielle. Or, il est particulièrement difficile de condamner un sportif pour ses opinions et d’en tenir rigueur à son pays, si ce dernier est présent lors de l’événement.
Dans le cas des Jeux Olympiques de Pékin, pour ne pas tout mélanger, ménager un partenaire extrêmement sensible et soutenir de manière efficace un peuple, en lutte exemplaire, pour sa liberté, c’est aux premiers intéressés, les sportifs, qu’il incombe de porter haut la flamme du combat et de la contestation.

Pour en savoir plus sur les relations séculaires Tibet/Chine, lire "Karmapa" de J.P. Ribes, aux éditions Fayard.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard